Document : Les Aztèques

Dans le n° 83 du 2 janvier 1875 du périodique de Gaston Tissandier La Nature, le démographe Jacques Bertillon (1851-1922)1 publiait un article2 sur les Aztèques en mettant en particulier l’accent sur les deux fameux microcéphales Maximo et Bartola, qualifiés d’« aztèques »3.

A photographic portrait of Maximo and Bartola, the two "Aztec Lilliputians", circa 1870.
A photographic portrait of Maximo and Bartola, the two “Aztec Lilliputians”, circa 1870. https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Maximo_and_Bartolo,_1870.jpg

C’est ce document que nous transcrivons ci-après. Les notes et le mentions entre crochets carrés sont de notre fait.

Avertissement

Cet article comprend des mots et des descriptions qui peuvent être culturellement sensibles et qui ne sont normalement plus utilisés dans certains contextes publics ou communautaires. Les termes et annotations qui reflètent l’attitude de l’auteur ou sa période de création peuvent être considérés comme inappropriés aujourd’hui. L’article adopte en effet un modèle de publication datant du XIXe siècle, dépeignant les populations étudiées comme des sujets de recherche d’une manière qui peut aujourd’hui être considérée comme choquante.


Les deux individus que l’on offre, depuis quelque temps, à la curiosité du public parisien, ne sont pas absolument nouveaux pour lui4. Déjà, en 18555, on les a exposés à l’Hippodrome6, et ils eurent alors le pouvoir d’exciter l’attention de l’Académie des sciences. (M. Serres, 9 juillet 18557. Voyez encore l’observation de M. H. de Saussure, le 1er août 18538).

Je ne sais s’ils étaient vraiment bien dignes de cet honneur. Ces deux malheureux empruntent leurs traits les plus frappants, non pas à leur origine mexicaine9, mais à une monstruosité, la microcéphalie à qui ils doivent leur taille exiguë, leur tête avortée, la faiblesse de leur intelligence, etc., et qui, malheureusement, n’est rare dans aucun pays.

Portrait de l'Aztèque exhibé à Paris (D'après une photographie.)
Portrait de l’Aztèque exhibé à Paris (D’après une photographie.)

Ces deux nains, l’homme et la femme, ont quatre pieds anglais de haut10. Ils sont l’un et l’autre bien proportionnés comme des adultes bien faits, et n’ont nullement cet air enfantin qu’on remarque souvent chez les nains. L’homme a même une barbe assez fournie pour un Américain. Leur peau est de couleur bistre foncé.

Sur ce petit corps est un petit visage orné d’un grand nez extrêmement saillant, sans être disgracieux ; comprimé vers le haut, il s’épate légèrement en bas. Ce nez monumental est-ce qu’on remarque d’abord dans leur visage, le front est très-fuyant; le menton existe à peine, car la mâchoire inférieure est très-petite par rapport au reste du visage, ainsi qu’il arrive presque toujours chez les microcéphales.

Les sourcils sont lourds, pour employer l’expression de l’anthropologiste Morton11 quand il décrit les tribus mexicaines12.

Les yeux sont noirs, très-doux, et d’une expression assez agréable13.

A la vue de ces visages, la pensée se reporte d’abord aux bas-reliefs mexicains tels que les représentent les nombreuses photographies qu’on nous a rapportées de ce pays. C’est la même forme de visage, le même nez saillant, mais dilaté, la même expression vague et mélancolique. Tel est aussi le type que les voyageurs remarquent encore aujourd’hui chez les Indiens du Mexique. Cette exiguité [sic] du menton (quoique elle résulte surtout de la monstruosité dont sont affectés nos deux sujets) se retrouve même, jusqu’à un certain degré, sur les bas-reliefs des monuments aztèques.

Les cheveux de nos deux nains sont extrêmement abondants (nous verrons que c’est une suite de leur microcéphalie), parfaitement noirs, et, ce qui est plus singulier, extrêmement crépus. Cette dernière particularité est assez curieuse, car les voyageurs donnent comme un caractère général à toutes les races américaines, que leurs cheveux sont lisses, et à peine ondulés.

Si on passe les doigts sous cette chevelure, on est surpris de la petitesse extraordinaire de la tête ; elle est à peine grosse comme celle d’un nouveau-né. En étudiant cette tête avec plus de soin, on reconnaît au toucher, une crête osseuse longitudinale, qui se termine par une petite bosse osseuse.

Cette petitesse extrême du crâne caractérise la microcéphalie. Comme il est dû à l’atrophie du cerveau, cet arrêt de développement ne frappe pas également toutes les parties de la tête. Ainsi, l’os qui contient l’oreille, le rocher, fait de chaque côté une forte saillie. De même la partie postérieure du crâne qui contient le cervelet est plus développée que la partie antérieure.

L’intelligence des Aztèques est très-rudimentaire ; l’homme sait quelques mots d’anglais, il a complétement oublié le langage aztèque, ce qui n’est pas surprenant, car il a, paraît-il, quitté son pays à l’âge de douze ans, et il en a trente-sept aujourd’hui. Quant à sa femme, âgée de 35 ans, elle ne sait point parler, et ne paraît accessible à aucune espèce de sentiment ; elle est absolument idiote et présente bien moins d’intérêt que son petit mari.

Les mains de ces deux microcéphales sont très-mal conformées. Les pouces en sont peu opposables et un peu trop courts ; les petits doigts sont très-peu développés. Ajoutons, pour être complets, que l’homme a le bras droit ankylosé.

L’histoire qu’on prête à ces nains est très-peu vraisemblable. Une petite brochure, imprimée en Angleterre, sans nom d’auteur et sans nom d’éditeur14, prétend qu’ils ont été enlevés en 1849 dans une ville aztèque, jusqu’alors inconnue aux Européens, et dans laquelle les mœurs et la religion primitives s’étaient conservées à peu près intactes. Cette brochure fait un récit très-pittoresque de l’expédition qui aboutit à la découverte de cette cité mystérieuse, nommée Iximaya15, dans laquelle nos nains étaient adorés dans un temple magnifique. Je n’ai pas besoin de dire combien il faut se méfier de ces sortes d’ouvrages qui, sous le couvert de l’anonymat, publient des récits trop invraisemblables pour être crus à la légère.

Je dois dire pourtant, que l’homme présente un écartement des jambes qui le rend cagneux, et qui provient, dit-on, de la position dans laquelle on le forçait à se mettre pendant qu’on l’adorait. Je lui ai demandé de me montrer quelle était cette posture, et aussitôt, il se mit par terre à genoux, et les jambes écartées.

Telle est la description de nos deux Aztèques. Il est facile de voir que les principaux traits de ce portrait leur viennent de la microcéphalie dont ils sont affectés.

Voici, en effet, comment le savant Gratiolet16 décrit les individus frappés de cette anomalie :

« On sait que les microcéphales constituent une classe particulière de nains. Quel que soit l’âge où ils parviennent, ils ne dépassent guère la taille des enfants de dix ans. Du reste, leur corps est bien proportionné ; leurs formes sont souvent élégantes ; ils n’ont, au premier abord, rien de monstrueux. L’arrêt de développement du corps des microcéphales est la conséquence de la disposition vicieuse et du développement insuffisant de leur cerveau qui est et reste toujours extrêmement petit. Leur front est très-fuyant, tandis que la région occipitale est au contraire globuleuse. La petitesse du front rend la face très-saillante. Les yeux et les dents sont relativement énormes, et il en résulterait une difformité choquante si l’atrophie de la région antérieure du crâne n’était dissimulée par une chevelure d’autant plus épaisse que la masse des cheveux, mesurée originellement pour une tête normale, s’est concentrée sur un plus petit espace.

« Les microcéphales n’ont qu’une intelligence extrêmement bornée ; ils sont particulièrement privés de la faculté d’attention. Quelques-uns peuvent apprendre à parler, mais leur langage, quoique intelligible, est toujours très-pauvre et très-défectueux. Il est remarquable que chez les microcéphales, les os du crâne se développent très-inégalement, tandis que ceux de la voûte du crâne prennent une faible extension, ceux de la base occupent un volume relativement considérable. De là vient que la mâchoire inférieure, dont le développement est indépendant de celui du crâne, et qui garde des proportions en rapport avec la petite taille du corps, s’avance moins que la mâchoire supérieure, et forme un menton très-rentrant. »17

Tous les signes indiqués dans ces quelques lignes, nous les retrouvons chez nos deux nains. Certes, il serait plus intéressant pour nous d’avoir deux représentants normaux des anciens possesseurs du Mexique. On sait à quel point extraordinaire de civilisation étaient arrivés les hommes à qui Fernand Cortés a ravi l’empire de cette vaste contrée. Le fanatisme aveugle des Espagnols, non content de réduire toute une nation à un esclavage dégradant, a détruit la plupart des monuments de sa civilisation, et brûlé à peu près tous les vestiges de son histoire.

Qu’on nous permette de retracer, pour terminer cet article, les principaux traits de cette histoire curieuse, dont on connaît malheureusement si peu de choses.

« Rien ne prouve, dit Alexandre de Humboldt, que l’existence de l’homme soit beaucoup plus récente en Amérique que dans les autres continents. » En effet, Edmond Guillemin18 énumère les localités assez nombreuses, depuis la Californie jusqu’à Oaxaca, dans lesquelles on a recueilli des haches et autres instruments en pierre taillée, dans des gisements qui renfermaient en môme temps des os de mastodontes et d’éléphants19. En sorte qu’on ne peut guère douter que, dans cette partie du monde comme dans les autres, l’homme n’ait été contemporain des grands mammifères.

Aux populations primitives de l’âge de pierre succédèrent de nouvelles races que des émigrations successives amenèrent des régions reculées du nord-ouest. Car ces régions, dit Prescott20, étaient la ruche populeuse des nations, aussi bien dans le monde occidental que dans l’oriental.

Il est difficile d’établir un ordre chronologique entre ces différents envahisseurs. La tâche est d’autant plus ardue que le fanatisme délirant des Espagnols a détruit la plus grande partie des documents historiques que les Mexicains conservaient en manuscrits, ou plutôt en nœuds (car c’était une de leurs manières d’écrire21). Le prince historien Ixtlilxochitl22, qui a compulsé avec soin tout ce qu’il en restait, nomme les Olmèques comme les plus anciens habitants du Mexique (après les temps fabuleux). Il lit « dans leurs histoires, qu’ils vinrent du côté de l’Orient, dans des canots. » Après eux vinrent les Toltèques, vers le septième siècle de notre ère, qui, d’après le même historien, étaient blancs et avaient de la barbe comme les Espagnols. Ces hommes, dont l’empire a duré quatre siècles, paraissent avoir été les civilisateurs du Mexique. Ils s’adonnaient à l’agriculture, à l’industrie, aux beaux-arts ; ils savaient employer les métaux. Plusieurs des villes dont on a récemment découvert les ruines, sont leur ouvrage. Après quatre siècles, leur population, réduite par les disettes, les maladies et les guerres, disparut, soit par extinction, soit par dispersion, dans les contrées plus méridionales et dans les îles.

Ils furent remplacés par les Chichimèques, qui, eux-mêmes , firent place aux Aztèques à la fin du treizième siècle. Ceux-ci fondèrent Ténochtitlan, ou Mexico, en 1325. Ils n’ajoutèrent rien à la civilisation Toltèque, dont ils ne furent que d’incomplets plagiaires. On a les noms de leurs rois depuis la fondation de Mexico, jusqu’à l’arrivée des Cortès.

Quelle est la nation qui, pour se garantir coutre les incursions des tribus sauvages, avait élevé de grandes et fortes villes comme celle qu’on a retrouvée il y a deux ou trois ans, ensevelie sous les sables, entre l’Utah et l’Arizona ? Cette ville était entourée d’une muraille épaisse de trois à cinq mètres, haute de cinq à six mètres23. Elle avait des temples, des halles, de construction solide et régulière : on voit encore sur les murs, selon la relation du colonel T. W. Robert24, de nombreux hiéroglyphes25. Les ruines couvrent cinquante kilomètres carrés26. C’est un nouveau champ ouvert à l’activité des archéologues qui regardent avec raison l’étude des monuments comme fournissant un des chapitres les plus instructifs de l’histoire des nations.

Nous ne nous étendrons pas sur les mœurs et les usages passés et présents de ces peuples singuliers. Le lecteur curieux de les connaître lira avec attention, soit l’ouvrage du voyageur anglais Stephens27, soit le livre de M. l’abbé Brasseur de Bourbourg28.

Les états de Vera Cruz, d’Oaxaca et de Yucatan, gardent encore les restes des populations les plus anciennement civilisées. Des cent quatre langues indiennes qui ont été parlées dans les régions mexicaines, cinquante-deux sont encore vivantes29. Elles ont entre elles des rapports évidents de dérivation30. La langue indienne Maya est parlée par tous les habitants du Yucatan ; les Espagnols mêmes, établis dans cet état, y ont oublié leur langue européenne : exemple remarquable qui prouve, après plusieurs autres, que la forme du langage n’est pas nécessairement inhérente aux races.

D’ailleurs, ces restes malheureux d’une puissante nation sont aujourd’hui absolument dégénérés. « Dans mon opinion, disait le voyageur Stephens, si les Indiens sont rendus à la liberté et à l’exercice interrompu de leurs facultés intellectuelles, ils se montreront de nouveau, comme inventeurs et constructeurs, dignes de leurs ancêtres. » Il est triste d’ajouter que, plus que jamais, semble éloigné le jour de délivrance pour les victimes de la rapacité des nations européennes31.

J. BERTILLON.


Bibliographie complémentaire

  • Stephens, John Lloyd (1805-1852) ; Velasquez, Pedro (trad.), Memoir of an eventful expedition in Central America : resulting in the discovery of the idolatrous city of Iximaya, in an unexplored region, and the possession of two remarkable Aztec children, descendants and specimens of the sacerdotal caste (now nearly extinct) of the ancient Aztec founders of the ruined temples of that country described by John L. Stevens, Esq., and other travellers / translated from the Spanish of Pedro Velasquez, of San Salvador, New York : E. F. Applegate, 1850 (Printer, 111 Nassau Street), 35, [1] p. : ill. ; 22 cm. Disponible en ligne, url : <https://www.gutenberg.org/ebooks/29388>.
  • Stephens, John Lloyd (1805-1852) ; Velasquez, Pedro (trad.), Beschreibung über die Auffindung der Azteken: Eine wichtige Expedition in Central-Amerika, aus der die Entdeckung der Götzenstadt Iximaya in einer ganz unbekannten Gegend hervorgeht, und der Besitz von zwei merkwürdigen Azteken-Kindern, Maximo (der Mann) und Bartola (das Weibchen), Abkömmlinge und Proben der Priesterkaste (jetzt fast erloschen) der alten Aztekischen Gründer der verfallenen Tempel dieses Landes, [Bâle] : Chr. Krüsi, [185?].
  • Stephens, John Lloyd (1805-1852) ; Velasquez, Pedro (trad.), Illustrated Memoir of an Eventful Expedition into Central America : Resulting in the Discovery of the Idolatrous City of Iximaya, in an Unexplored Region ; and the Possession of Two Remarkable Aztec Children, Maximo (The Man) and Bartola (The Woman), Descendants and Specimens of the Sacerdotal Caste (Now Nearly Extinct), of the Ancient Aztec Founders of the Ruined Temples of That Country, London : R.S. Francis, 1853.
  • Stephens, John Lloyd (1805-1852) ; Velasquez, Pedro (trad.), Illustrirte Denkschrift einer wichtigen Expedition in Central-Amerika, aus der die Entdeckung der Götzenstadt Iximaya in einer ganz unbekannten Gegend hervorgeht, Wien : Klopf & Eurich, 1853, 48 p. Disponible en ligne, url : <https://digital.iai.spk-berlin.de/viewer/image/825963508/1/LOG_0000/>.
  • Saussure, Henri de (1829-1905), « Observations sur deux individus désignés comme appartenant à la race aztèque, et que l’on montre en ce moment à Londres », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, 1853, t. 37e, juillet-décembre, p. 192-194. Disponible en ligne, url <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k29948/f196>.
  • Stephens, John Lloyd (1805-1852) ; Velasquez, Pedro (trad.), Mémoire illustré d’une expédition remarquable dans l’Amérique Centrale, d’où est résultée la découverte de la ville idoltare d’Iximaya, située dans une région inexplorée et la possession de deux merveilleux Aztecs, Maximon (le jeune homme) et Bartola (ka jeune fille) descendants et spécimens de la caste sacerdotale (maintenant presqu’éteinte) des anciens fondateurs Aztecs des temples ruines de ce-pays / décrite par John L. Stephens, Esq., et d’autres voyageurs. Traduit de l’espagnols de Pedro Velazquez, de San Salvador, [S.l.] : [s.n.], [c. 1855], 40 p. : grav., couv. ill ; 18 cm.
  • Serres, Marcel de (1783-1862), « Note sur deux Microcéphales vivants, attribués à une race américaine », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, 1855, t. 41e, juillet-décembre, p. 43-47. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2998h/f47.item>.
  • Révoil, Bénédict-Henry (1816-1882) ; Pauquet, Hippolyte (1797-1871) (ill.), Les Aztecs, Paris : Barba, 1855, 48 p. (Panthéon populaire illustré ; T. XVI, N° 45). Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6183662r>.
  • Cull, Richard ; Owen, Richard, « A Brief Notice of the Aztec Race, Followed by a Description of the So-Called Aztec Children Exhibited on the Occasion », Journal of the Ethnological Society of London (1848-1856), 1856, vol. 4, p. 120-137.
  • Stephens, John Lloyd (1805-1852) ; Velasquez, Pedro (trad.), Illustrated Memoir of an Eventful Expedition into Central America : Resulting in the Discovery of the Idolatrous City of Iximaya, in an Unexplored Region ; and the Possession of Two Remarkable Aztec Children, Maximo (the boy), and Bartola (the girl), Descendants and Specimens of the Sacerdotal Caste (Now Nearly Extinct), of the Ancient Aztec Founders of the Ruined Temples of That Country, Described by John L. Stephens, Esq., and other Travelers. Translater from the Spanish of / Pedro Velasquez, of San Salvador, New York : Wynkoop : Hallenbeck & Thomas, printers, 1860 (N°. 113 Fulton Street), [50] p. : ill. Contient aussi : “The Erdmanniges : or, Earthmen of Africa”. Disponible en ligne, url : <https://archive.org/details/101188943.nlm.nih.gov/mode/2up>.
  • « Les Aztèques », Le Journal illustré, 6 décembre 1874, n° 49, p. 2.
  • Powell, John Wesley, Exploration of the Colorado River of the West and its tributaries: Explored in 1869, 1870, 1871, and 1872, under the direction of the Secretary of the Smithsonian Institution, Washington, D.C. : Government Printing Office, 1875, xi, 291 p. Disponible en ligne, url : <https://pubs.usgs.gov/unnumbered/70039238/report.pdf>.
  • Menut, Nicolas, « Les derniers Aztèques : Maximo et Bartola », dans : Zoos humains et exhibitions coloniales, 150 ans d’inventions de l’Autre, Paris : La découverte, 2002 (rééd. 2011), p. 118.
  • Bogdan, Robert, « 14. Race, forains, handicap et phénomènes de foire », dans : Nicolas Bancel éd., L’Invention de la race. Des représentations scientifiques aux exhibitions populaires, Paris : La Découverte, « Recherches », 2014, p. 217-231. DOI : 10.3917/dec.bance.2014.01.0217. Disponible en ligne (payant), url : <https://www.cairn.info/l-invention-de-la-race–9782707178923-page-217.htm>.
  • Robles, Fanny, « De la pierre à la page, de la scène aux savants : Fixer l’identité des ‘Aztec Children’, 1851-1901 », Loxias-Colloques, 6. Sociétés et académies savantes. Voyages et voyageurs, exploration et explorateurs, 1600-1900, 2015. Disponible en ligne, url : <http://revel.unice.fr/symposia/actel/index.html?id=790>.

Notes

  1. Frère du criminologue Alphonse Bertillon (1853-1914). []
  2. Bertillon, Jacques (1851-1922), « Les Aztèques », La Nature  : revue des sciences et de leurs applications aux arts et à l’industrie : journal hebdomadaire illustré, 2 janvier 1875, n° 83, p. 65-67. Disponible en ligne, url : <http://cnum.cnam.fr/CGI/fpage.cgi?4KY28.4/69/100/433/8/421>. []
  3. La bibliographie complémentaire fournit quelques références à leur sujet. []
  4. Certaines sources arguèrent que Maximo mourut le 11 novembre 1867 à Charleston, en Caroline du Sud, « Death of One of the Aztec Children », Daily Phoenix, 14 November 1867. []
  5. Ils se trouvaient en Europe depuis 1853 pour une tournée sur le continent qui les fit passer en 1855 à la Foire Saint-Germain de Rouen. []
  6. Etablissement parisien de spectacles installé place de l’Étoile, de 1845 à 1855, puis au rond-point de la plaine de Passy, de 1856 à 1869, année de sa destruction suite à un incendie. Voir : « Hippodrome (spectacles parisiens) », Wikipédia, l’encyclopédie libre, 20 janvier 2020. Disponible en ligne, url : http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Hippodrome_(spectacles_parisiens)&oldid=166579818>. C’est là que Théophile Gautier (1811-1872) les aurait vu en 1853 d’après ce que rapporte Meunier, Victor, « Maximo et Bartola à l’Académie de médecine », L’Ami des sciences, 29 juillet 1855, n° 30, p. [333]-334. []
  7. Voir l’article : Serres, Marcel de (1783-1862), « Note sur deux Microcéphales vivants, attribués à une race américaine », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, 1855, t. 41e, juillet-décembre, p. 43-47. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2998h/f47.item>. []
  8. Voir l’article : Saussure, Henri de (1829-1905), « Observations sur deux individus désignés comme appartenant à la race aztèque, et que l’on montre en ce moment à Londres », Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, 1853, t. 37e, juillet-décembre, p. 192-194. Disponible en ligne, url <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k29948/f196>. []
  9. Máximo Valdez Núñez et Bartola Velasquez étaient salvadoriens originaires de La Puerta, dans la région d’Usulután, El Salvador. []
  10. Soit 1,22 m. []
  11. Samuel George Morton (1799-1851). Voir « Samuel George Morton papers », Library Company of Philadelphia, url : <http://dla.library.upenn.edu/dla/pacscl/ead.html?id=PACSCL_LCP_LCPMorton&>. []
  12. Dans Crania Americana, or, A comparative view of the skulls of various aboriginal nations of North and South America: to which is prefixed an essay on the varieties of the human species ; illustrated by seventy-eight plates and a colored map, Philadelphia : J. Dobson, 1839. Disponible en ligne, url : <http://resource.nlm.nih.gov/60411930R>, la partie sur les mexicains débute p. 141-157 mais ne mentionne pas des sourcils lourds. Les “bushy black eyebrows” caractérisent les Bédouins alors que pour les Australiens : “their eyebrows and cheek bones are extremely prominent”. L’ouvrage Types of mankind : or, Ethnological researches based upon the ancient monuments, paintings, sculptures, and crania of races, and upon their natural, geographical, philological and Biblical history : illustrated by selections from the inedited papers / of Samuel George Morton and by additional contributions from L. Agassiz, W. Usher, and H.S. Patterson, Philadelphia : J.B. Lippincott, Grambo & Co., 1854, ne compte qu’une seule mention rapportée de “strong eyebrows”. Disponible en ligne, url : <http://resource.nlm.nih.gov/60420080R>. Sur Samuel Morton, voir Gould, Stephen Jay, « Morton’s ranking of races by cranial capacity: unconscious manipulation of data may be a scientific norm », Science, 1978, vol. 200, n° 4341, p. 503-509. DOI: 10.1126/science.347573. []
  13. Cela fait penser à la citation qu’emprunte Samuel Morton : « To these observations of Clavigero may be added a few others
    from Humboldt, who describes them as possessing “ a swarthy and copper color, flat and smooth hair, squat body, long eye with the corner directed upwards towards the temples, prominent cheek-bones, thick lips, and an expression of gentleness in the month strongly contrasted with a gloomy and severe look.” », dans Crania Americana, Ibid. []
  14. Sans doute : Aztèques Lilliputiens ou Kaanas d’Iximaya. []
  15. Cité mythique évoquée par Stephens, John Lloyd (1805-1852) ; Velasquez, Pedro (trad.), Mémoire illustré d’une expédition remarquable dans l’Amérique Centrale, d’où est résultée la découverte de la ville idoltare d’Iximaya, située dans une région inexplorée et la possession de deux merveilleux Aztecs, Maximon (le jeune homme) et Bartola (ka jeune fille) descendants et spécimens de la caste sacerdotale (maintenant presqu’éteinte) des anciens fondateurs Aztecs des temples ruines de ce-pays / décrite par John L. Stephens, Esq., et d’autres voyageurs. Traduit de l’espagnols de Pedro Velazquez, de San Salvador, [S.l.] : [s.n.], [c. 1855], 40 p. : grav., couv. ill ; 18 cm. Edition française d’un brochure parue sans nom de lieu, d’éditeur ni date également d’abord en anglais, en allemand. []
  16. Pierre-Louis Gratiolet (1815-1865). []
  17. Extrait de Gratiolet, Pierre-Louis (1815-1865), « Observations sur la microcéphalie, considérée dans ses rapports avec la question des caractères du genre humain et du parallèle des races », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, Paris : Victor Masson, 1860, 6e séance, 18 août 1859, p. 34-41. Disponible en ligne, url : <https://archive.org/details/bulletinsdelaso12parigoog/page/n45/mode/2up>. []
  18. Edmond Guillemin-Tarayre (1832-1920). []
  19. Dans Guillemin-Tarayre, Edmond (1832-1920), « Rapport sur l’exploration minéralogique des régions mexicaines. Notes archéologiques et ethnographiques », dans : Archives de la Commission Scientifique du Mexique, Paris : Imprimerie Impériale, 1860, vol. III, p. 173-470. Disponible en ligne, url : <https://archive.org/details/archivesdelacomm03fran/page/172/mode/2up>. []
  20. L’Histoire de la conquête du Mexique de William Hickling Prescott (1796-1859) a longtemps été considérée comme une ressource de référence. Voir : Olivier Jacquot, « Histoire de la conquête du Mexique de William Hickling Prescott », Amoxcalli, 7 septembre 2021. Disponible en ligne, url : <https://amoxcalli.hypotheses.org/34371>. []
  21. Jacques Bertillon confond les manuscrits pictographiques mésoaméricains et les quipu employés par l’administration inca. []
  22. Fernando de Alva Ixtlilxochitl (1578?-1650). Voir Lesbre, Patrick, « Fernando de Alva Ixtlilxochitl et son Histoire [de la nation] chichimèque », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, 28 mars 2010. DOI: https://doi.org/10.4000/nuevomundo.59357. Disponible en ligne, url : <http://journals.openedition.org/nuevomundo/59357>. []
  23. Jacques Bertillon peut évoquer les ruines amérindiennes de Hovenweep découvertes en 1854 par William D. Huntington ou l’ancien village Anasazi découvert dans des falaises de l’Utah, d’où le terme de Cliff Dwelling, par le Hayden Geological Survey de 1871 dont le capitaine John Moss, guide pour l’expédition. Les photographies du photographe de l’expédition, William Henry Jackson (1843-1942), sont consultables en ligne, notamment de Hovenweep photographiées par ce dernier en 1874, url : <https://www.lib.uchicago.edu/ead/pdf/jacksonwh-0001-021.pdf>. Voir le Guide to the William Henry Jackson. Photographs 1870-1878, url : <https://www.lib.uchicago.edu/e/scrc/findingaids/view.php?eadid=ICU.SPCL.JACKSONWH>. []
  24. Nous n’avons pas pu identifier cette relation ni son auteur. []
  25. La région comporte de nombreux pétroglyphes. Le Cliff Palace de Mesa Verde, redécouvert le 18 décembre 1888 par Richard Wetherill et Charles Mason, comportent des murs peints. []
  26. Les ruines de Casa Grande qui ont compté des hiéroglyphes désormais effacés couvrent une superficie de près de 2 km² ; voir : Lundberg, Ann E., « Casa Grande, the Ruin of Expectations », Western American Literature, 2007, vol. 42, n° 3, p. 222-252. Disponible en ligne (payant), url : <https://www.jstor.org/stable/43022566>. Le plus grand village de la région de Mesa Verde est le Yellow Jacket Pueblo de 40ha. Voir The Crow Canyon Archaeological Center Research Database, url : <https://www.crowcanyon.org/ResearchReports/ResearchDatabase/database_home.asp> et The Yellow Jacket Pueblo Database, url : <https://www.crowcanyon.org/researchreports/dbw/dbw_chooser.asp?Site=5MT5>. []
  27. Il s’agit de Stephens, John Lloyd (1805-1852), Incidents of Travel in Central America, Chiapas, and Yucatan, London : J. Murray, 1841. []
  28. En 1875, l’abbé Étienne-Charles Brasseur de Bourbourg (1814-1874) avait notamment déjà publié son Histoire des nations civilisées du Mexique et de l’Amérique centrale, durant les siècles antérieurs à Christophe Colomb, écrite sur des documents originaux et entièrement inédits, puisés aux anciennes archives des indigènes, Paris : A. Bertrand, 1857-1859, 4 vol. et édité la Collection de documents dans les langues indigènes : pour servir à l’étude de l’histoire et de la philologie de l’Amérique ancienne, Paris : A. Bertrand et A. Durand, 1861-1864, 4 vol. []
  29. Selon l’Instituto Nacional de Lenguas Indígenas, le Mexique comptait en 2008, 364 variantes linguistiques selon le Catálogo de las lenguas indígenas nacionales : variantes lingüísticas de México con sus autodenominaciones y referencias geoestadísticas, México : INALI, 2009. Disponible en ligne, url : <https://site.inali.gob.mx/pdf/catalogo_lenguas_indigenas.pdf>. Plus de 60 langues indigènes seraient identifiées selon le recensement de la population de 2020, Lenguas indígenas y hablantes de 3 años y más, 2020, México : INEGI, 2020. Disponible en ligne, url : <http://cuentame.inegi.org.mx/hipertexto/todas_lenguas.htm>. []
  30. Voir « Lenguas de México », Wikipedia, La enciclopedia libre, 26 juin 2021. Disponible en ligne, url : <https://es.wikipedia.org/w/index.php?title=Lenguas_de_M%C3%A9xico&oldid=136603513>. []
  31. Par le choix des adjectifs et qualificatifs ainsi que les jugements apportés à l'”exhibition” de Maximo et Bartola comme sur les effets de la Conquête, Jacques Bertillon semble faire montre d’une empathie rare à l’époque même si les propos anti-espagnols remontent au XVIe siècle, selon les historiens de la légende noire espagnole. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search