Document : Sur quelques figures de divinités représentées dans les codices Troano et Cortesianus

En 1889, sinologue Paul Boell (1858-1909)1 publiait dans les Archives de la Société américaine de France un article Sur quelques figures de divinités représentées dans les codices Troano et Cortesianus2.

C’est ce document que nous transcrivons ci-après.


Sur quelques Figures de Divinités
représentées dans les
CODICES TROANO ET CORTESIANUS
Par Paul BOELL.

Les manuscrits maya connus jusqu’à ce jour, au nombre de quatre, nous présentent, pour ainsi dire à chaque page, des figures de personnages remarquables par les attributs variés dont ils sont ornés, visiblement destinés à les distinguer entre eux. Ces attributs consistent, le plus souvent dans la coiffure ou les ornements de tète, dans la couleur et les traits du visage, la forme de l’œil, etc. ; quelquefois dans des objets tenus en main. La première hypothèse qui se présente à l’esprit, lorsqu’on considère ces figures, leurs attitudes, les scènes où elles interviennent, c’est que nous avons là des représentations de divinités. Quelques unes portent, du reste, des têtes d’animaux, ce qui ne peut laisser que peu de doute sur leur caractère surnaturel. Nous savons, d’ailleurs, que la religion des Maya était un polythéisme très caractérisé, et que leur Panthéon comptait un nombre considérable de divinités petites et grandes. Il me paraît donc incontestable que nous avons, dans les figures à attributs, la représentation de certaines divinités du panthéon maya.

Je m’occuperai surtout ici des codices Troano et Cortesianus. Ce sont des documents de la même époque, peut-être de la même main, sinon des parties d’un même manuscrit accidentellement séparées. Il est important de les considérer ensemble, car les observations faites sur l’un doivent, si elles sont justes, s’appliquer aussi à l’autre. Ces deux manuscrits présentent, comme le Codex de Dresde et le Peresianus, d’assez nombreuses figures de divinités. Plusieurs de ces figures y paraissent jouer un rôle particulièrement important, si nous en jugeons d’après le nombre des scènes où elles interviennent. Ces figures plus importantes sont au nombre de six. Nous allons les décrire sommairement, en commençant par les deux plus remarquables qui sont aussi celles dont nous nous occuperons spécialement dans cette étude.

La première figure est caractérisée par une tête facilement reconnaissable pour une tête de mort3. La cavité oculaire est largement ouverte, les mâchoires sont à nu, le crâne porte le dessin des soudures des os, et est orné sur le haut de plusieurs petits globes qui rappellent des grelots : entre ces grelots sont tracées des hachures qui donnent l’impression d’une auréole. Aux poignets et aux cous de pied figurent également de petits grelots, et le corps couvert de chair, est parcouru de lignes tantôt pointillées, tantôt en zigzags, suivant la direction des os. Dans quelques endroits, on a figuré la colonne vertébrale et les côtes. Détail important : le personnnage [sic] porte attaché, sur l’épaule un objet qui paraît être une main coupée. Le deuxième personnage4 a pour caractères distinctifs : un œil étrangement contourné, un nez souvent très long et rappelant le groin d’un tapir, et une coiffure particulière présentant un ornement ressemblant assez vaguement à une trompe d’éléphant. Il est, de plus, généralement peint en bleu. Une troisième divinité :5 est reconnaissable par la couleur noire qui la couvre des pieds à la tète, par sa coiffure particulière, une bouche ordinairement peinte en rouge, et par la forme de son œil. Elle est souvent armée d’une lance à pointe de silex qui paraît être un de ses attributs essentiels. Une quatrième figure6 se distique par un visage peint de deux couleurs et une tête de forme bizarre terminée par une volute, ou une corne recourbée. Peut-être porte-t-elle un masque. Une cinquième représentation7 est celle d’un dieu dont le visage est traversé de haut en bas par une barre noire accompagnée de deux lignes pointillées, qui fait songer à un tatouage. Le sixième et dernier dieu8 est bien caractérisé par une sorte de turban noir et blanc qui entoure complètement sa tête, descend jusque sur la bouche et ne laisse voir que son œil.

Ce sont les deux premières de ces divinités qui nous occuperont principalement ici. La première est évidemment une divinité de la mort, ou la personnification de la mort elle-même. Les Maya connaissaient un dieu de la mort, qu’ils appelaient Yumcimil ((Bancroft, Native races, etc., tome III, pag. 467.)) (de yum « seigneur », et cimil, « mort » et Landa nous dit que la crainte de la mort était leur grande préoccupation. Rien d’étonnant à ce que nous la trouvions si souvent figurée dans leurs codices. Nous savons aussi que la religion mexicaine et la religion maya présentaient de nombreux points de contact, et le fait que nous rencontrons dans les codices mexicains des représentations de la mort, presque identiques à celles des manuscrits maya, est également significatif. Cette ressemblance s’étend même jusqu’aux détails, et il est intéressant de l’y signaler. C’est ainsi que cette sorte d’auréole de grelots que les codices maya nous montrent surmontant la tête du dieu de la mort se retrouve également dans les codées mexicains. Elle paraît donc être un attribut essentiel de ce dieu. Il faut noter aussi, sur une tablette sculptée trouvée à Chichen9, en territoire maya, de têtes de mort également coiffées d’auréoles. Quant à la main coupée, que nous avons cru distinguer sur l’épaule du dieu, nous la retrouvons dans les codices mexicains, et notamment dans le Codex du musée Borgia où le dessin en est très clair10. Cette même main coupée se retrouve également sur les bizarres idoles trouvées à Mexico11, où l’on a vu avec raison la représentation de Teoyaomiqui la déesse de la mort des mexicains. Les grelots aux bras et aux jambes paraissent également être un attribut essentiel. Nous les retrouvons aux jambes d’une divinité à tête de mort du manuscrit mexicain Fejervary12. Ils figurent aussi, semble-t-il, dans une représentation sculptée du dieu infernal mexicain Mictlantecutli ((Kingsborougb, Libr. cit., t. III, pl. 70.)), où ils affectent la forme de crânes allongés. Tous ces rapprochements ne nous paraissent pas laisser de doute sur l’exactitude de l’identification que nous proposons du personnage à la tête de mort avec Yumcimil, le dieu de la mort des Mayas. Le personnage à l’œil contourné paraît être, lui aussi, un dieu très important. Je propose d’y voir le fameux Cuculkan, l’équivalent du Quetzalcoatl des Mexicains et du Gucumatz des Quiché. Mon opinion est basée sur les observations suivantes. Le personnage apparaît très souvent dans les codices ; c’est évidemment une preuve de l’importance de son rôle. Les scènes où il intervient sont très souvent des scènes de semailles, de récolte, et aussi de vents, de pluie, toutes choses soumises à l’empire du Cuculkan. La forme particulière de son œil se retrouve dans les yeux des serpents qui figurent en divers endroits des manuscrits. Les serpents représentés dans les manuscrits maya offrent la plus grande ressemblance arec les figures de serpents des codices mexicains, et notamment avec le serpent du Codex Telleriano-Remensis, que le commentateur espagnol a accompagné de ces mots : « Esta es la culebra Queçalcoatl13. Il y a plus : Nous trouvons le dieu accompagné du serpent à plumes ; et nous avons plusieurs fois la représentation d’un serpent surmonté de la tète du dieu. Enfin, dans divers endroits des manuscrits, nous trouvons notre divinité ornée d’une barbe parfaitement visible. Or, nous savons que la barbe était un des attributs de Quetzalcoatl et de Cuculkan. Toutes ces raisons me paraissent donner une très grande probabilité, sinon une certitude absolue, à l’opinion que je soutiens, à savoir l’identité des personnages que nous avons décrit avec le dieu Cuculkan.

Je n’essaierai pas d’identifier les quatre autres divinités. La divinité noire est probablement un dieu guerrier, peut-être Abchuy-Kak. La divinité au tatouage me paraît être un dieu solaire, ainsi que celle au turban. Quant au dieu au front en volute, il doit avoir quelque rapport avec l’agriculture. Mais, ce ne sont évidemment là que des hypothèses actuellement fort hasardées. Ne nous y arrêtons donc pas davantage.

On sait que presque tous les personnages et toutes les scènes représentés dans les codices maya sont accompagnés de légendes en caractères dits katouniques, qui paraissent bien, d’après les déchiffrements partiels qui en ont été tentés, avoir un rapport avec les scènes représentées, et en être soit l’explication, soit le commentaire. Il ne paraît donc pas déraisonnable de s’attendre à rencontrer dans les légendes, qui accompagnent les figures de divinités que nous avons signalées, des katouns représentant leurs noms. Précisément, nous trouvons dans un très grand nombre des légendes accompagnant le dieu de la Mort, un katoun ressemblant an caractère cimi

avec lequel il ne faut pas le confondre, quoiqu’il en soit peut-être, au moins dans certains cas, une variante. Je crois que nous avons dans ce caractère, ou tout au moins dans sa partie principale, une représentation non pas phonétique, mais idéographique du dieu de la Mort. Ce qu’on a voulu rendre par le caractère en question, où l’on reconnaît bien la large cavité oculaire qui distingue le dieu de la Mort et ses mâchoires à découvert, ce n’est pas son nom où entrerait probablement le caractère cimi on cimil, mais simplement son aspect général. Pour le lecteur des codices, c’était le dieu à la tête de mort. Peu importait la notation de son nom : chacun l’avait sur les lèvres. Dans quelques endroits le caractère en question est précédé ou suivi du caractère

cimi avec diverses variantes. Peut-être faut-il voir, dans ces cas, la notation phonétique cimi, cimil accompagnant l’idéogramme du dieu Yumcimil. Quant au caractère allongé qui précède presque toujours le caractère principal, il me semble qu’il faut y voir le déterminatif de la divinité, ou bien la notation du mot Yum, père, seigneur, précédant l’idéogramme du dieu. Ce qui me fortifie dans l’opinion que nous avons bien, dans le caractère en question, le nom du dieu Yumcimil, c’est la présence auprès des autres divinités de monogrammes qui paraissent être également des représentations idéographiques de leurs noms. C’est ainsi que nous trouvons, dans un très grand nombre de cas, près du dieu où nous avons reconnu Cuculkan, un caractère qui paraît bien être également l’idéogramme de cette divinité. De même, le personnage noir est souvent accompagné, dans les légendes, d’un caractère, qui paraît être son nom. Le dieu tatoué serait de même, représenté par le monogramme qui revient très souvent dans les légendes qui l’accompagnent : une tête barrée ou tatouée. Pour le personnage au turban, il me paraît évident que son nom .est figuré par le caractère qui l’accompagne presque généralement, et qui est caractérisé par la tête au turban, bien reconnaissable. Quant au dieu au front en volute, je n’ose, pour le moment proposer de lire son nom dans aucun des caractères qui l’accompagnent. Peut-être est-il écrit phonétiquement.

Quoiqu’il en soit, voilà cinq noms de divinités qui me paraissent pouvoir être, sinon lus, du moins attribués avec une très grande probabilité aux personnages qu’ils sont destinés à représenter. Ces désignations purement idéographiques semblent, du reste, avoir été assez fréquentes dans les textes maya. Nous voyons dans les codices la représentation idéographique du crocodile, du vautour, de la tortue, de la roue, du calendrier, etc., etc. Rien d’étonnant à ce que nous y trouvions aussi les divinités représentées par des monogrammes figurant leurs traits les plus caractéristiques.


Notes

  1. Diane Dosso, « BOELL Paul Victor », Annuaire prosopographique : la France savante, 26/02/2014. Disponible en ligne, url : <https://cths.fr/an/savant.php?id=119018>. []
  2. Boell, Paul, « Sur quelques figures de divinités représentées dans les codices Troano et Cortesianus », Archives de la Société américaine de France, 1889, n.s., t. VII, p. 21-29. Disponible en ligne, url : <https://archive.org/details/archivesdelasoc02frangoog/page/n26/mode/2up>. []
  3. Voir notamment Ms. Troano, XXXIV. []
  4. Ms. Troano, XXXIII. []
  5. Ms. Tr., III. []
  6. Ms. Tr., XXVIII. []
  7. Ms. Tr., XXX. []
  8. Ms. Troano, XXXIV. []
  9. Bancroft, Native races, t. IV, p. 203. []
  10. Kingsborough, Antiquities of Mexico, tome III. []
  11. Bancroft, Libr. cit., t. IV, p. 513. []
  12. Bancroft, Libr. cit., t. IV, p. 513. []
  13. Bancroft, Libr. cit. ; t. 514. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search