Francisco del Paso y Troncoso (1842-1916)

Francisco del Paso y Troncoso (1842-1916)
Francisco del Paso y Troncoso (1842-1916)

Amoxcalli se propose de publier un modeste dictionnaire prosopographique des chercheurs, ethnologues, copistes, collectionneurs de codex méso-américains.
Amoxcalli propone publicar un modesto diccionario prosopográfico de investigadores mesoamericanos, etnólogos, copistas y recolectores de códices.
Amoxcalli proposes to publish a modest prosopographic dictionary of Mesoamerican researchers, ethnologists, copyists, and codex collectors.

Pays Mexique
Langue(s) espagnol
Sexe Masculin
Naissance 1842-10-08, Veracruz (Mexique)
Mort 1916-04-30, Florence (Italie)
  • Notice

Né à Veracruz en 1842, Francisco de Borja del Paso y Troncoso commence des études pour faire carrière dans les affaires. En 1867, il se rend à Mexico et intègre la Escuela Nacional Preparatoria, où il est le disciple du médecin et philosophe Gabino Barreda (1818-1881), qui l’incite à poursuivre des études en médecine. Mais, au cours de la rédaction de sa thèse de doctorat de médecine consacrée à la botanique et à la pharmacologie du Mexique pré-hispanique, il se passionne pour l’étude de l’histoire du Mexique ancien. Il se décide à poursuivre ses études dans la science émergente qu’était l’anthropologie. Il fait le choix de renoncer à obtenir le diplôme de médecine, se consacrant entièrement à l’étude de l’histoire et de la linguistique autochtones, devenant un historien du Mexique ancien, professeur de Nahuatl et directeur du Musée national de Mexico, qui devint le « Musée National d’Anthropologie, d’Histoire et d’Ethnologie », à deux reprises (1889-1890, 1891). En 1892, il s’embarque pour l’Europe afin de rechercher des documents relatifs au Mexique dans un grand nombre de bibliothèques et de centres d’archives. Il parcourt ainsi l’Espagne, l’Angleterre, la Russie, l’Allemagne, l’Autriche, la France puis l’Italie, où il passe la dernière période de sa vie et où il décède. Ainsi, il passa 23 années à rechercher, copier et préparer pour la publication une si vaste collection de sources pour l’histoire pré-hispanique et coloniale du Mexique qu’une partie fut publiée à titre posthume.

La recherche de sources documentaires, tant d’origine indigène que d’auteurs espagnols du XVIe siècle, l’a conduit à éditer leurs œuvres dans les Anales del Museo Nacional de México, nées en 1877. L’une de ses principales contributions a été de faire connaître l’Historia general de las cosas de Nueva España, l’œuvre jusqu’alors inédite et presque oubliée du frère franciscain Bernardino de Sahagún, qui est conservée à Madrid et à Florence. À Madrid, il édite en fac-similé leur version la plus ancienne, connue sous le nom de Códices Matritenses, en cinq volumes (1905-1907). Son objectif consistait à rassembler et publier le corpus de documents de Bernardino de Sahagún le plus complet. Son intérêt pour le grand ethnologue franciscain remontait à l’époque où Paso y Troncoso, jeune homme, avait aidé Joaquin Garcia Icazbalceta à préparer sa Bibliografia mexicana del siglo XVI.

Il fut l’éditeur de la Colección de gramáticas de la lengua mexicana en 1904, dans laquelle il publia les oeuvres de Andrés de Olmos (1491-1571), Alonso de Molina, Antonio del Rincón (1566-1601), Diego de Galdo Guzmán (1600-1642), Horacio Carochi (1586-1666) et Augustín de Vetancurt (1620-1700), de l’Epistolario de la Nueva España : 1505 – 1818 ou de la collection des Papeles de Nueva España, comprenant des bibliographies, de la géographie et des statistiques, des histoires, des lettres et des dictionnaires de langues autochtones1.

A partir de juillet 1884, il est membre de l’Academia Mexicana de la Lengua fondée en 1875. Il fut également membre de l’Académie royale d’histoire espagnole (en espagnol, Real Academia de la Historia) et de l’Association des écrivains et artistes espagnols (en espagnol, Asociación de Escritores y Artistas Españoles (AEAE)) née en 1871​. Il fut nommé président de la Commission mexicaine à l’Exposition historique américaine pour commémorer le 400e anniversaire de la découverte de l’Amérique à Madrid, en 1892. En 1895, il fut nommé membre honoraire de l’Académie pontificale romaine d’archéologie (en italien, Pontificia Accademia Romana di Archeologia). Il fut correspondant de la Société des américanistes à Paris. 

Décédé à Florence, le 30 avril 1916, sa dépouille fut rapatriée au Mexique où elle repose au siège de l’Instituto Veracruzano de la Cultura (IVEC), dans l’ancien couvent de Betlehemita, dans la ville de Veracruz à laquelle il resta toute sa vie attaché.

  • Bibliographie partielle
  • Lingüística de la República Mexicana, 1886
  • Códice Indiano del Sr. Sánchez Solís, 1888
  • Ensayos sobre símbolos cronológicos de los mexicanos, 1892
  • Estudio sobre la historia de la medicina en México, 1896
  • Los Trabajos de Don Miguel Trinidad Palma, 1897
Citer cet article : Olivier Jacquot, "Francisco del Paso y Troncoso (1842-1916)". Dans Amoxcalli, ISSN 2606-6718, 18/05/2021. Disponible en ligne, url : <https://amoxcalli.hypotheses.org/3573> (consulté le 27/09/2021).
  1. Voir Collection : Papeles de Nueva España, url : <https://amoxcalli.hypotheses.org/32891> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search