Source : Note sur un ancien manuscrit américain inédit

Note sur un ancien manuscrit américain inédit
Note sur un ancien manuscrit américain inédit

En 1859, José Pérez1 publie dans la revue de Léon de Rosny une Note sur un ancien manuscrit américain inédit2.

C’est ce document que nous transcrivons ci-après.


Parmi les anciens manuscrits peints des indigènes du Nouveau-Monde, il en est un très-petit nombre qui paraissent de nature à nous initier aux coutumes religieuses et divinatoires des prêtres de l’Amérique, à l’époque antérieure à la découverte de Christophe Colomb. Les peintures didactiques qui se rencontrent le plus souvent dans les collections publiques et particulières de l’Europe, présentent pour la plupart des documents historiques, d’ailleurs très-curieux, mais tout à fait insuffisants pour nous faire connaître quelles étaient les croyances, le culte et les cérémonies des nations civilisées et autocthones [sic] du Mexique et de l’Amérique centrale. Plusieurs raisons portent à croire, au contraire, que de tels renseignements doivent être cherchés dans un genre particulier de manuscrits américains, renfermant des signes que l’on est convenu de qualifier de l’épithète de calculliformes ((Antiquities of Mexico, with plates, by A. Aglio. London, 1831, in-fol., t. III.)). Malheureusement les manuscrits de ce genre sont extrêmement rares, car on n’en connaît que deux : le Codex americanus de Dresde, et le Codex dit Manuscrit guatémalien de Paris. En outre, ces deux documents d’une valeur inappréciable ont résisté jusqu’à présent à toute tentative de déchiffrement ou d’interprétation. Le premier d’entre eux, le Codex de Dresde a été publié dans la grande collection de peintures mexicaines ; il se compose de soixante-quatorze pages oblongues de la hauteur d’un in-8° ordinaire, et à peu près moitié moins larges que hautes. Ce qui est peu commun dans les documents de ce genre, on parvient assez facilement à en reconnaître la fin, et par conséquent le commencement. La dernière page du Codex de Dresde présente trois ou quatre lignes, — dont une et demie seulement a été conservée, — de signes dits calculliformes ; à la suite de ces lignes se trouve une sorte de queue de page offrant divers dessins fantastiques peints de plusieurs couleurs sur un fond brun : on voit deux personnages, dont un armé de dards, avec les figures phonétiques de leur nom. Dans le corps du manuscrit, on trouve les mêmes figures très-souvent répétées, soit à côté les unes des autres, soit en diverses places d’un même passage, ou si l’on veut, d’un même texte ; elles sont aussi très-fréquemment accompagnées de points et de traits qui paraissent servir à nombrer, et dont on rencontre, du reste, d’assez fréquents exemples dans plusieurs espèces de manuscrits américains.

Dans certaines parties du Codex de Dresde, on trouve des scènes représentant plusieurs personnages dans les positions les plus bizarres et les plus variées. L’ordre suivant lequel doivent être lus les caractères calculliformes de ce manuscrit est tantôt vertical, tantôt horizontal ; mais la direction des lignes est généralement de gauche à droite. La lecture par lignes verticales doit être considérée comme la plus habituelle. Il faut considérer les signes calculliformes comme des dérivations de figures idéographiques parmi lesquelles se trouvent les images qui servent à la notation des années du cycle.

Le Codex americanus de Paris appartient, sans aucun doute, au même genre que celui de Dresde ; seulement il est moins bien conservé et tend à se détériorer chaque jour davantage. Il est jusqu’à présent inédit ; mais nous avons appris avec plaisir que M. Léon de Rosny en avait entrepris la publication intégrale dans la curieuse Collection d’anciennes peintures mexicaines qu’il fait imprimer en ce moment. La reproduction du Codex americanus de Paris est déjà très-avancée, et nous avons tout lieu d’espérer qu’il sera bientôt placé entre les mains de tous les savants qui veulent essayer de découvrir et d’expliquer le sens de ces rares et inappréciables débris de la civilisation et du culte indigènes de l’Amérique centrale.

En attendant la publication de M. de Rosny, nous croyons qu’il ne sera pas sans intérêt de donner au moins la description de ce précieux manuscrit.

Le papier, ou plutôt le tissu sur lequel est peint le Codex americanus de Paris, la forme des caractères qui y sont tracés sur une préparation crayeuse, et la disposition en paravent de l’ouvrage, tout en un mot le rapproche de celui de Dresde. Le texte seul en diffère, bien que quelques passages nous aient paru identiques dans l’un et dans L’autre. Le manuscrit de Paris est écrit ou plutôt peint des deux côtés du tissu ; le nombre de ses pages est de vingt ; plusieurs sont tellement détériorées qu’on ne peut guère y reconnaître aucun signe. Quant au coloris, il est beaucoup moins varié que dans le Codex de Dresde, car on n’y voit que du verdâtre avec un fond brun peint sur une couche blanche. Nous croyons que les signes qui sont susceptibles d’y êtres lus se suivent par colonnes perpendiculaires dans la direction de gauche à droite ; mais rien ne nous indique précisément où est le début ou la fin du livre. M. Ramirez, conservateur du Musée national de Mexico, qui a eu l’occasion d’examiner le manuscrit et d’en rédiger une courte description, pense que les caractères qu’il renferme sont comparables à ceux des Chinois, dont on voit un beau spécimen dans la Paléographie de Silvestre. M. de Rosny, au contraire, assure qu’il n’y a aucun rapport entre les deux écritures, et qu’on perdrait son temps à rapprocher l’une de l’autre. Les traits avec points dont nous avons parlé plus haut se retrouvent encore dans le Codex de Paris, mais en plus petit nombre, et il est aussi plus rare de rencontrer dans ce dernier plusieurs signes semblables tracés sans interruption.

Quant à l’origine des deux manuscrits de Paris et de Dresde, elle est complètement inconnue. Les voyageurs et les savants qui ont recherché des documents de ce genre pour enrichir leur collection, n’ont jamais pu aboutir à des résultats. Nous ne croyons pas nous tromper en affirmant qu’aujourd’hui il y a seulement de connus les deux manuscrits à signes calculliformes que nous venons de décrire brièvement dans cette note. S’il en existait quelque autre dans une des bibliothèques publiques ou particulières de l’Europe ou de l’Amérique, il serait très-désirable qu’on le fit connaître à la science par une description aussi précise que possible, ou même qu’on en mentionnât seulement l’existence, si des difficultés s’opposaient à ce qu’une telle description en soit rédigée. Toute communication de ce genre serait accueillie avec empressement dans cette Revue, et rendrait un service réel aux savants dévoués à l’étude de l’histoire et de l’archéologie américaines.

JOSE PEREZ.


Notes

  1. José Pérez est déclaré « docteur en médecine » dans la Revue orientale et américaine de 1862, t. VIII, p. [II]. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96824118/f8>. Il fut aussi l’auteur du : « Mémoire sur les relations des anciens américains avec les peuples de l’Europe, de l’Asie et de l’Afrique », Revue orientale et américaine, 1862, t. VIII, p. 162-198. Disponible en ligne url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96824118/f176> ; Revue Américaine, 1864, 2e Série, n° 3, t. 2, p. 162-175 et 1864, 2e Série, n° 5, t. 2, p. 300-310. []
  2. Pérez, José, « Note sur un ancien manuscrit américain inédit », Revue orientale et américaine, Paris, vol. 1,‎ 1859, p. 35-39. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9680738b/f51>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search