Controverse sur l’origine des aborigènes américains : usage de la philologie du nahuatl

Johannes De Laet (1581?-1649)
Johannes De Laet (1581?-1649), RP-P-1898-A-20727, http://hdl.handle.net/10934/RM0001.COLLECT.88035

En 1643, l’administrateur de la compagnie des Indes (Westindische Compagnie), le géographe et philologue Johannes De Laet (1581?-1649) publia à Amsterdam et à Paris des notes sur la thèse de Hugo Grotius sur l’origine de la race américaine1.

L’année précédente, le philologue Hugo Grotius avait en effet fait paraître sa De Origine gentium americanarum dissertatio alors qu’il était ambassadeur de Suède en France2 que le lexicographe français Jean-Pierre Niceron (1685-1738) décrivait en ces termes dans ses Mémoires pour servir à l’histoire des hommes illustres dans la république des lettres3 :

Grotius prétend dans cette Diſſertation que les peuples de l’Amerique ne ſont pas fort anciens, & qu’ils y ſont paſſés de l’Europe. Il a été réfuté ſur cela par Jean de Laet dans ſes Notæ ad Diſſert. H. Grotii de Origine Gentium Americanarum. Amſstelod. 1643. in-8°.

Hugo Grotius défendait la thèse selon laquelle le continent américain au nord de l’isthme de Panama avait été colonisé à partir des pays scandinaves (“omnes ferme populos qui cis Isthmum sunt Panamae, ex Norwagia ortos arbitror”). Il faisait toutefois une exception pour les habitants du Yucatan : à ses yeux leur pays d’origine pourrait être l’Éthiopie. Il donnait aux peuples du sud de l’isthme une origine asiatique (Chine, Java et autres îles de l’océan Indien).

Bien que la réponse de Johannes De Laet resta polie, Hugo Grotius fut dérangé par ce qu’il prit pour un ton pédant. Comme l’indiquent les éditeurs de la correspondance d’Hugo Grotius4, il remit à sa place celui qu’il nommait d'”obtrectator” de façon venimeuse en publiant une Dissertation altera – autre thèse – : De Origine gentium americanarum dissertatio altera5.

Grotius persistait à défendre sa thèse, notamment en prenant pour exemple la linguistique : ainsi il tentait de démontrer la similitude du germanique “lant” avec la terminaison “-tlan” dans les noms de lieux mexicains :

Inter hæc magnum mihi certe eſt, quoc ſicut Iſlant, Friſlant, Groenlant Eſtotilant, in lant exeunt, quod Germanica lingua regionem ſignificat, ita & regiones pene omnes quæ in parce ſunt novi orbis Septentrionali. Adſcribam non pauca ex Herrera Cibatlan, Apanaſlan, Maſſaſilan, Autlan, […]. Quod autem ex duabus ultimis conſonantibus poſterior extrita eſt, id plane mirari non debemus, cum proceſſus temporis in cœlo molliore tales vocum emollitiones quaſi neceſſario ſecum adferat, ut oſtendit lingua nunc Gallica, 1 aliæ e Latina ortæ.

Grotius, Hugo (1583-1645), Hugonis Grotii de Origine gentium americanarum dissertatio altera, adversus obtrectatorem…, Parisiis : apud S. Cramoisy, 1643, p. 136.

Cette réponse suscita l’ultime réplique de Johannes De Laet en 16447.

Les éditeurs le da correspondance de Grotius affirment que, vexé, De Laet adopta des propos diffamatoires dans son adresse au lecteur, en introduisant sa Responsio de la sorte :

Speraveram Clarissimum Virum Hugonem Grotium mihi gratias fuisse acturum, quod modeste illum monuissem ea, quae perperam in sua Dissertatione de Gentium Americanarum origine posuerat: atque plures vias demonstrassem ad diligentiorem indaginem et pleniorem explicationem hujus difficillimae quaestionis : verum ille, impatiens sibi contradici, pro gratia reposuit convitia, in secunda hac sua dissertatione nullo alio nomine me dignatus quam Obtrectatoris, presbyteri, exercitoris. Nemo autem a me expectet ut parpari referam, et convitia convitiis diluam, id alienum est ab ingenio meo : verumtamen si paulo acrius, quam in priori scripto, errores illius, tum quos jam adidit, attigerim, responsum putato, quia laesit prior.

[J’avais espéré que l’homme le plus célèbre, Hugo Grotius, me rendrait grâce, parce que je l’avais modestement averti des choses qu’il avait mal placées dans son Discours sur l’origine des nations américaines ; il a placé les critiques dans sa deuxième thèse, où je n’étais désignés sous aucun autre nom que celui de détracteur, prêtre et entraîneur [exercitoris]. Mais qu’on ne s’attende pas à ce que je lui dise comment le préparer, et à réfuter ses reproches par des reproches ; cela est inapproprié à mon génie : néanmoins, si j’ai touché un peu plus vivement les erreurs de cet homme que dans l’écrit précédent, alors j’ai touché à ses erreurs, ainsi qu’à celles qu’il a déjà ajoutées, pensant que c’est la première qui lui faisait du tort.]

De Laet, Johannes (1581?-1649), Ioannis de Laet Antwerpiani Responsio ad dissertationem secundam Hugonis Grotii, De origine gentium Americanarum. : Cum indice ad utrumque libellum, Amstelodami : apud L. Elzevirium, 1644, p. “Benevole Lector”.

En philologue, dans son ouvrage, Johannes De Laet propose des vocabulaires comparés des langues Irlandaise (lingua Hibernica), Galloise (lingua Cambrica, Cambris), Danoise (lingua danica, Danis), Islandaise (lingua Iſlandica), Inuit (ce que Laet nomme la langue de Incolæ Metæ incognitæ), Huron ou Wyandot (Hurones), Iroquoise (Hochelaga / Hochelagenſes), Algonquine (Souriquois / Souriquoſii), Delaware (Sankikani), Mohawk (Maquaaſii), la langue des Iaos, qui, selon Laet, habitent entre l’Amazone et l’Orénoque, et le nahuatl (Mexicani).

Voici l’exemple du mot tête :

Dans son Nouus Orbis seu descriptionis Indiae occidentalis libri XVIII de 16338, Johannes De Laet avait annexé un lexique latin-nahuatl intitulé : Mexicanorum Idioma, numerandi & ſcribendi ratio, menſes, anni, ſeculum & modus rerum gestarum memoriam conſervandi. Il y affirmait que les langues du Nouveau Monde, loin d’être des dialectes, formaient des langues différentes. Cependant, le nahuatl (la langue dite mexicaine) constituait une exception en devant une langue aussi commune que le latin en Europe ou le slave en Asie Mineure : « tam communis esse coepit quam in Europa Latina aut in Asia Slauonica ».

Si l’Histoire du Nouveau Monde de Joannes de Laet a fait l’objet de plusieurs études, son travail philologique sur les langues amérindiennes et en particulier le nahuatl qu’il avait approché par l’étude des glyphes des manuscrits pictographiques a suscité un intérêt plus restreint. Comme le rappelle Herbert F. Wright, : « Of De Laet, however, very little has been written, although his services to the early geography of America and to history can scarcely be over-estimated. »9.

Au-delà de la polémique entre les auteurs, le rythme fiévreux des publications permet de mesurer l’investissement et l’allant des éditeurs de la République des Lettres10, notamment de la maison Elzevir dont le successeur Elsevier domine encore le marché de l’édition scientifique.

Pour aller plus loin

  • Droixhe, Daniel, L’étymon des dieux : mythologie gauloise, archéologie et linguistique à l’âge classique, Genève : Droz, 2002, 1 vol. (320 p.) : ill. ; 19 cm
  • Droixhe, Daniel, La linguistique et l’appel de l’histoire, 1600-1800 : rationalisme et révolutions positivistes, Genève : Droz ; [Paris] : [diffusion Champion] : [diffusion Minard], 1978, 1 vol. (455 p.) ; 21 cm
  • Droixhe, Daniel, « Más ignorante que hereje. De Laet, Acosta et l’origine linguistique des Américains », dans : Hassler, G. (éd.) ; Storost, J. (éd.), Kontinuität und Innovation: Studien zur Geschichte der romanischen Sprachforschung vom 17. bis zum 19. Jahrhundert. Festschrift für Werner Bahner zum 70. Geburtstag, Münster : Nodus, 1997, p. 73-88.
  • Droixhe, Daniel, « De Laet contre Grotius : de l’origine linguistique des américains », dans : Droixhe, Daniel, Souvenirs de Babel. La reconstruction de l’histoire des langues de la Renaissance aux Lumières, Bruxelles : Académie royale de Langue et de Littérature françaises de Belgique. 2007, p. 83-93. Disponible en ligne, url :<https://www.arllfb.be/ebibliotheque/livres/babel/index.html>.
  • Rivet, Paul (1876-1958), Les Origines de l’homme américain, Paris : Gallimard, 1957, 1 vol. (187 p.) ; 23 cm

Notes

  1. De Laet, Johannes (1581?-1649), Ioannis de Laet Antwerpiani Notae ad dissertationem Hugonis Grotii De origine gentium Americanarum : et observationes aliquot ad meliorem indaginem difficillimae illius quaestionis, Amstelodami : Apud Ludovicum Elzevirium, 1643, 1 vol. (30-223 p.) ; 16 cm. Disponible en ligne, url : <https://archive.org/details/ioannisdelaetant00laet_0> ; De Laet, Johannes (1581?-1649), Ioannis de Laet Antwerpiani Notae ad dissertationem Hugonis Grotii De origine gentium Americanarum : et observationes aliquot ad meliorem indaginem difficillimae illius quaestionis, Amstelodami : Apud Ludovicum Elzevirium, 1643 ; Parisiis : apud viduam G. Pelé, 1643. []
  2. Grotius, Hugo (1583-1645), Hugonis Grotii de Origine gentium americanarum dissertatio, [S. l.] : 1642, 1 vol. (15 p.) ; In-4°. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1326569> (N/B) ou <https://archive.org/details/hugonisgrotiideo00grot> (coul.). Une traduction anglais est parue : On the origin of the native races of America : a dissertation / by Hugo Grotius. To which is added a Treatise on foreign languages and unknown lands. By Peter Albinus. Tr. from the original Latin, and enriched with biographical notes and illustrations, by Edmund Goldsmid, F.R.H.S., Edinburgh : Priv. Print, 1884, 1 vol. (63 p.) ; 18 cm. – (Bibliotheca Curiosa). Disponible en ligne, url : <https://www.canadiana.ca/view/oocihm.09651/3?r=0&s=1>. []
  3. Niceron, Jean-Pierre (1685-1738), Mémoires pour servir à l’histoire des hommes illustres dans la république des lettres, avec un catalogue raisonné de leurs ouvrages, Paris : Briasson, 1732, t. XIX, p. 379. []
  4. Hugo de Groot ; Molhuysen, P.C. (éd.) ; Meulenbroek, B.L. (éd.) ; Witkam, P.P. (éd.) ; Nellen, H.J.M. (éd.) ; Ridderikhoff, Cornelia M. (éd.), The Correspondence of Hugo Grotius, Amsterdam : Huygens Instituut, 2009, lettre n° 6792 du 2 avril 1644. Disponible en ligne, url : <http://grotius.huygens.knaw.nl/letters/6792/>. Hugo de Groot ; Nellen, H.J.M. (éd.) ; Ridderikhoff, Cornelia M. (éd.), Briefwisseling van Hugo Grotius. Deel 15, Den Haag : Martinus Nijhoff, 1996, lettre n° 6792 du 2 avril 1644. Disponible en ligne, url : <https://www.dbnl.org/tekst/groo001brie15_01/groo001brie15_01_0172.php#2156T>. []
  5. Grotius, Hugo (1583-1645), Hugonis Grotii de Origine gentium americanarum dissertatio altera, adversus obtrectatorem…, Parisiis : apud S. Cramoisy, 1643, 1 vol. (35 p.) ; In-8°. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1333011> (N/B) ou <https://archive.org/details/hugonisgrotiideo00grot_0> (coul.). []
  6. P. 11 de l’édition [S. l.]. Disponible en ligne, url : <https://play.google.com/books/reader?id=l-dmAAAAcAAJ&pg>; []
  7. De Laet, Johannes (1581?-1649), Ioannis de Laet Antwerpiani Responsio ad dissertationem secundam Hugonis Grotii, De origine gentium Americanarum. : Cum indice ad utrumque libellum, Amstelodami : apud L. Elzevirium, 1644, 1 vol. (VIII-120 p.) ; In-8°. Disponible en ligne, url : <https://archive.org/details/ioannisdelaetant00laet_1> ou <https://archive.org/details/ioannisdelaetant00laet_2>. []
  8. Joannis De Laet Americae utriusque Descriptio Nouus orbis seu Descriptionis Indiae Occidentalis libri 18. Authore Ioanne de Laet Antuerp. novis tabulis geographicis et variis animantium, plantarum fructuumque iconibus illustati, Lugduni Batauorum : Elzevier, 1633, p. 240. Disponiblme en ligne, url : <https://archive.org/details/bub_gb_xLF8OiAonjIC/page/n201/mode/2up>. []
  9. Herbert F. Wright, « Origin of American Aborigines: A Famous Controversy », The Catholic Historical Review, 1917, Oct., Vol. III, n° 3, p. 257-275. Disponible en ligne, url : <https://www.jstor.org/stable/pdf/25011515.pdf>. []
  10. Jérôme Lamy, « La République des Lettres et la structuration des savoirs à l’époque moderne », Littératures, 2013, 67. DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.243. Disponible en ligne, url : <http://journals.openedition.org/litteratures/243> ; Fumaroli, Marc (1932-2020), La République des lettres, [Paris] : Gallimard, DL 2015, 1 vol. (480 p.) ; 23 cm []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search