Chapitre : De literis Mexicanis, & Mexicanorum Chronico

Dans le chapitre « Prolegomenon II. De literis sive characteribus. Ipsarum usu mirabili, origine inventione prima, & diversitate in linguis præcipius » de son Biblicus apparatus, chronologico-topographico-philologicus… , l’évêque Brian Walton (1600-1661), l’éditeur de la Bible polyglotte de Londres, consacre un court chapitre aux glyphes mexicains et à la Chronique des Mexicains, intitulé : De literis Mexicanis, & Mexicanorum Chronico. Characterum linguarum pracipuarum hodiernarum Alphabeta,1.

De literis Mexicanis

Transcription

En voici la transcription qui respecte la typographie d’origine, dont les « s » longs (ſ) :

De literis Mexicanis, quas naturâ & ratione duce invenerunt, fine aliarum nationum exemplo, cùm à reliquo orbe diviſi ſint, quærunt non nulli ; An tertium characterum genus conſtituant ? Inter omnes novi orbis incolas Mexicani erant reliquis cultiores : unde & literas quaſdam habuerunt, quibus rerum geſtarum memoriam conſervabant. Lingua etiam Mexicana cœpic eſſe communis variarum nationum ad 1200. milliaria, ut apud Europæos Latina, apud Orientales Arabica. Purchaſius noſter in Itinerariis ſuis habet integrum Chronicon Mexicanum cum ejus explicatione : Hoc verò à novæ Hiſpaniæ Prorege, Carolo 5. miſſum erat : & à Gallis piratis interceptum, ad Thevetum pervenit ; poſt cujus obitum in Hackluiti noſtri manus incidit : à quo Purcharſius illud nactus, publici juris fecit. Digniſſimum (ut Hornius lib. citato) opus, quòd antiquitatis ſtudioſi introſpiciant : ex ipſo enim multi Joſephi Acoſtæ errores deteguntur. Conſtat verò ex variis picturis, quibus tum reges ſuos, tum celebriora ipſorum acta, aliáque quæ poſteris tradi digna conſebant. Nam, ut exempla quædam proferam ; Hiſpanorum adventum per hominem barbarum rubra veſte indutum, quo ipſorum crudelitatem denotárunt, deſignârunt ; Regem Tizocic per naſum perforatum (quia ille talem habuit) exprimebant ; migrationem Navat lacum, per ſeptem ſpecus cum totidem hominibus inde prodeuntibus, pingebant. Characteres verò iſti, licèt ex variis animalium, herbarum, inſtrumentorum figuris, conſtructi ſint, ut videre licer apud Purchaſium & Kircherum : tamen inſtar Hieroglyphicarum non fuêre, quia nullam habebant arcanam ſignificationem : nec tamen vocis humanæ ſonos articulatos repræſentabant ; ſed rerum geſtarum ſeriem inſtar picturæ omnium oculis exhibebant, quæ ſtatim ſine ullo ſtudio à quibuſvis intelliguntur : unde conſtar characteres vel literas propriè non eſſe has ipſorum pictuuas, nec aliquod literarum genus conſtituere. Erant rudia quædam notarum indicia à Barbaris hicſe uſurpata, qui alias non noverunt : inter literas verò Hieroglyphicas non numeranda ; multò minus literis Alpha[be]ti comparanda.

Traduction littérale

Des lettres mexicaines, qu’ils [les Mexicains] ont trouvées sous la conduite de la nature et de la raison, à la fin de l’exemple des autres nations, puisqu’elles étaient séparées du reste du monde, ils n’en interrogent aucune personne ; Constituent-ils une troisième classe de personnages ? Parmi tous les habitants du nouveau monde, les Mexicains étaient plus cultivés que les autres, d’où ils tenaient aussi certaines lettres, par lesquelles ils gardaient le souvenir de leurs exploits. La langue mexicaine commence également à être commune à différents pays à 1200. miles, comme le latin est commun chez les Européens et l’arabe chez les orientaux. Notre Purchasius2, dans ses Voyages3, a toute la Chronique du Mexique avec une explication : cela a été envoyé par Charles le 5ème vice-roi de la Nouvelle-Espagne4, et intercepté par les Gaulois5, il est arrivé à Thevetus6 ; après sa mort, il tomba entre les mains de notre propre Hackluitus7 : de qui Purcharsius l’obtint et en fit une loi publique [le publia]8. L’ouvrage le plus digne (comme Hornius9 l’a cité dans son livre10) est que les étudiants de l’antiquité y regardent ; car de nombreuses erreurs de Joseph Acosta11 sont découvertes de lui. Il est également composé de diverses diverses images, dans lesquelles leurs rois, et leurs actes les plus célèbres, et d’autres choses étaient dignes d’être remises à la postérité. Car, pour donner quelques exemples ; Ils marquaient l’arrivée des Espagnols, au moyen d’un homme barbare, vêtu d’un vêtement rouge, par lequel ils marquaient leur cruauté ; Ils ont exprimé le roi Tizoc avec un nez percé (parce qu’il avait un tel homme). Ils ont peint la migration vers le lac Navat12, ainsi que sept grottes avec le même nombre d’hommes que ceux qui en provenaient. Mais cependant, il est possible que ces caractères aient été construits à partir des diverses figures d’animaux, de plantes et d’instruments, comme je peux le voir dans Purchasius et Kircher ; ni encore représenté les sons articulés de la voix humaine ; mais ils ne ressemblaient pas aux hiéroglyphes, parce qu’ils n’avaient aucune signification mystérieuse ; mais ils montraient à l’œil une série d’événements comme une image de toutes choses, qui sont immédiatement compris par quiconque sans aucun étude : d’où il est évident que les caractères ou les lettres ne sont pas proprement des images d’eux-mêmes, ni ne constituent une sorte de lettres. Il y avait quelques indices grossiers des notes utilisées ici par les barbares, qui ne les connaissaient pas autrement ; beaucoup moins à comparer aux lettres de l’alphabet.

  1. Walton, Brian, « De literis Mexicanis, & Mexicanorum Chronico. Characterum linguarum pracipuarum hodiernarum Alphabeta », dans : Biblicus apparatus, chronologico-topographico-philologicus, prout ille tomo praeliminari operis eximii polyglotti, Londini, anno Christi MDCLVIII editi, continetur, exhibens tractatus varios, eosque integros diversorum virorum doctissimorum… de ratione sacrorum temporum, locorum etc. Adjiciuntur Johannis Drusii de proverbiis sacris classes duae. Nunc… seorsim excusi et indicibus exornati, Tiguri : ex typographeo Bodmeriano, 1673, p. 227, n° 23. Disponible sur Internet, url : <https://play.google.com/books/reader?id=-1ZKAAAAcAAJ&pg=GBS.PA226&hl=fr&printsec=frontcover> ou <https://archive.org/details/bub_gb_g2WQObjeV7IC/page/226/mode/2up>. []
  2. Samuel Purchas (1575? – 1626). []
  3. Purchas, Samuel, Purchas His Pilgrimes : In Five Bookes : The First, Contayning the Voyages… Made by Ancient Kings, … and Others, to and thorow the Remoter Parts of the Knowne World, etc., Londres, W. Stansby for H. Fetherstone, 1625. Souvent mentionné comme le Hakluytus Posthumus. La première édition date de 1613. []
  4. Sous le règne de Charles Quint, les vice-rois de Nouvelle-Espagne furent Antonio de Mendoza, du 17 avril 1535 au 25 novembre 1550 et Luis de Velasco, du 25 novembre 1550 au 31 juillet 1564. []
  5. Les Français. []
  6. André Thévet (1516-1590). Le manuscrit qui fut réalisé à la demande du vice-roi de Nouvelle-Espagne, Antonio de Mendoza, envoyé de Saint-Domingue vers l’Espagne, mais intercepté par des pirates français avant d’être acheté par le cosmographe français André Thévet est le Codex Mendoza que ce dernier vendit, entre 1583 et 1588, pour une somme de 20 francs à Richard Hakluyt. Voir : Jonghe, Édouard de, « Histoyre du Mechique, manuscrit français inédit du XVIe siècle », Journal de la Société des Américanistes, 1905, Nouvelle Série, Tome 2, p. 1-41. DOI : https://doi.org/10.3406/jsa.1905.3549. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/jsa_0037-9174_1905_num_2_1_3549>. []
  7. Richard Hakluyt (vers 1552 ou 1553-1616). []
  8. Samuel Purchas acquit de nombreux manuscrits de Richard Hakluyt. Il évoque l’histoire ancienne des Mexicas dans le chapitre X : « Of the ancient inhahitants of New-Spaine, And the History of their Kings », de : Purchas his pilgrimage : or Relations of the world and the religions observed in all ages and places discovered, from the creation unto this present. In foure parts. This first containeth a theologicall and geographical historie of Asia, Africa, and America, with the ilands adiacent. Declaring the ancient religions before the floud … With briefe descriptions of the countries, nations, states, discoveries …, London : Printed by William Stansby for Henrie Fetherstone … 1614, p. 789-801, etc. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/purchashispilgri00purc/page/788/mode/2up>. []
  9. Georgius Hornius (Georg Horn, 1620-1670). []
  10. Il cite le codex Borgia et le Vaticanus B dans : Georgius Hornius, Georgii Hornii de Originibus americanis libri quatuor, Hagae Comitis : sumptibus A. Vlacq, 1652, cap. XIV, p. 267-276. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/georgihornideori00horn_1/page/267/mode/1up>. []
  11. José de Acosta (vers 1540-1600). []
  12. Le lac de Tenochtitlan est-il désigné comme le lac « nahuatl » ? []

Olivier Jacquot

Responsable de la coordination de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search