Discours sur l’Expédition du Mexique

Le 15 décembre 1866, Adolphe Thiers (1797-1877), député de la Seine du Corps législatif, prononça un discours sur l’Expédition du Mexique devant le Corps législatif, soit l’assemblée législative instituée par la constitution du 14 janvier 1852. Il y fut élu lors des élections législatives du 31 mai et 14 juin 1863 comme indépendant de l’opposition.

C’est ce document que nous transcrivons ci-après1.

Adolphe Thiers (1797-1877) par Nadar
Adolphe Thiers (1797-1877) par Nadar, Public domain, via Wikimedia Commons

15 décembre 1866.

L’expédition du Mexique, engagée en 1861, arrêtée un moment par un échec subi devant Puebla, avait atteint en 1863 le but qui lui avait été assigné. Après un long siége, l’armée française avait triomphé de la résistance des défenseurs de Puebla, et, cette place prise, elle s’était avancée victorieusement jusqu’à Mexico. Le gouvernement français, à la suite de ces succès, pouvait honorablement demander au gouvernement du Mexique et était certain d’en obtenir la réparation des griefs qui avaient provoqué notre expédition. Au commencement de l’année 1864 on touchait au moment décisif : la question militaire était résolue à l’honneur de la France, la question financière comme la question politique pouvaient se résoudre sans de trop grandes difficultés. Il suffisait pour cela de ne point faire partir l’archiduc Maximilien. C’est ce qui décida M. Thiers à prononcer le discours qu’on va lire.

DISCOURS

DE M. THIERS

Député de la Seine

SUR L’EXPÉDITION DU MEXIQUE

PRONONCÉS LES 26 ET 27 JANVIER 1864

Dans la Discussion de l’Adresse

AU CORPS LÉGISLATIF


Messieurs,

Quoique l’amendement auquel j’ai joint ma signature ne soit pas actuellement en discussion, j’ai demandé la parole parce que je ne viens pas discuter tel ou tel amendement, mais la question elle-même ; et je dois vous avouer tout de suite qu’attachant à cette question une importance considérable, et voulant vous en entretenir assez longuement, je me luis hâté d’entrer dans ce débat, de crainte de trouver plus tard votre attention fatiguée. Peut-être, lorsque vous m’aurez entendu, me pardonnerez-vous cette sollicitude ; et quant aux amendements, je me hâte de le dire, celui qui fera parvenir la vérité au pied du trône sous la forme la plus déférente et la plus respectueuse, sera toujours celui que je préférerai. (Très-bien! très-bien!)

Oh ! s’il ne s’agissait dans cette question que de prononcer un jugement sur le passé, je n’insisterais pas : j’imiterais volontiers ces négociants qui portent certaines affaires au compte des profits et pertes pour ne plus avoir à s’en occuper. Mais ils n’agissent de la sorte qu’à l’égard des affaires qui ne peuvent plus leur coûter aucun sacrifice. Malheureusement, il n’en est pas ainsi pour l’expédition du Mexique. On nous a dit qu’elle coûtait 12 ou 13 millions par mois, et vous savez que, lorsqu’il s’agit d’entreprises pareilles, les mois s’écoulent vite. Moi, je suis convaincu qu’elle coûtera bien davantage ; mais ce n’est là que la moindre considération.

Nous sommes, Messieurs, à trois mille lieues de nos rivages, à trente-cinq jours de navigation, avec quarante mille Français, sept ou huit mille matelots occupés à tous les services de mer, sans compter quelques mille auxiliaires, et tout cela pour quel but ?… On ne peut plus l’ignorer aujourd’hui : le prince appelé à régner sur le Mexique va bientôt traverser Paris, s’embarquer dans un de nos ports, et faire voile vers la Vera-Cruz. Ainsi nous sommes si loin, avec une partie si considérable de nos forces, pourquoi ? Pour fonder dans le nouveau monde un grand empire.

Je vous l’avoue, Messieurs, en présence d’une semblable entreprise ma raison demeure confondue. Il est possible que j’aie été élevé dans des idées trop étroites ; mais entreprendre, dans l’état de l’univers, à une telle distance, la fondation d’une grande monarchie, sans un but déterminé, sans une utilité certaine, sans une nécessité évidente, je le répète, cela confond ma raison.

Hier, j’ai entendu l’un de nos jeunes collègues qui, en me faisant l’honneur de me citer, me rappelait, ou croyait me rappeler, qu’en Angleterre on n’a jamais opposé de difficultés aux grandes entreprises dans l’Inde. Notre jeune collègue, qui est un homme studieux, ne manquera pas de lire les discussions du parlement d’Angleterre, et il pourra y voir jusqu’à quel point il a été exact. Il y apprendra qu’il n’y a pas eu une grande entreprise dans l’Inde qui n’ait été vivement et sévèrement discutée ; il y trouvera les procès fameux de lord Clive, de Warren Hastings, et il y verra enfin qu’il y, a quelques années, la Compagnie des Indes n’a été définitivement dépossédée de son privilége que pour ses entreprises imprudentes et dangereuses dans le royaume d’Oude. Tout se discute en Angleterre, et les affaires publiques n’y perdent pas.

Mais puisqu’il nous a été accordé, Messieurs, de pouvoir faire arriver la vérité jusqu’au pied du trône, profitons-en, car il n’y aura jamais pour user de cette faculté une occasion plus utile et plus grave. Quant à moi, je regarde comme un devoir de dire la vérité en cette occasion, et je vous demande la permission d’examiner le plus brièvement que je pourrai (et ce sera toujours trop longuement à mon gré) les questions qui suivent.

Par quelle succession d’idées avons-nous été amenés d’un simple acte de protection envers nos compatriotes, à cette entreprise colossale de fonder une monarchie dans le nouveau monde ? Quelle connexité y avait-il entre ces deux buts ? Par quelle suite d’entraînements a-t-on été conduit de l’un à l’autre ? Et maintenant, y a-t-il des chances sérieuses de réussir, et, si l’on réussit, quelle utilité peut-on en recueillir pour la France, qui doit toujours être la fin dernière de toutes nos entreprises ?

M. Ernest Picard. Très-bien !

M. Thiers. Voilà les questions que je veux traiter, et vous voyez qu’elles en valent la peine.

Je me suis entouré de tous les renseignements que peuvent procurer la science, la politique, l’économie publique, et peut-être, si vous voulez bien m’écouter avec patience, trouverez-vous que vous n’aurez pas tout à fait perdu le temps que vous aurez bien voulu m’accorder. (Parlez ! parlez !)

Messieurs, pour rendre suffisamment clair l’exposé que je vais vous présenter, j’ai besoin de vous donner quelques détails sur la nature des relations que les Etats de l’Europe entretiennent avec les Etats de l’Amérique.

Je dois le déclarer tout de suite, ces relations sont extrêmement difficiles.

Il faut distinguer entre l’Amérique du Nord et l’Amérique du Sud.

Dans l’Amérique du Nord, nos concitoyens ont toujours trouvé le champ d’un commerce immense, lequel, vous le savez, s’était élevé jusqu’à 500 millions ; ils y ont trouvé, en outre, une sécurité parfaite. Je parle des temps qui ont précédé la guerre civile. Quelquefois ils ont eu à souffrir de la rudesse des mœurs démocratiques ; mais on ne peut pas plus reprocher à un pays ses mœurs que son climat. Toujours est-il que nous avons joui dans l’Amérique du Nord d’une sécurité parfaite. Mais, il faut tout dire, cette sécurité, nous la devions à un gouvernement vigoureux, et ce gouvernement était susceptible, ombrageux, au point que la puissante Angleterre elle-même a eu plus d’un affront à dévorer. Quoi qu’il en soit, il serait à souhaiter que nous eussions rencontré dans l’Amérique du Sud des relations comme celles que nous avions trouvées dans l’Amérique du Nord.

Mais dans l’Amérique du Sud (il faut mettre à part le Brésil dont je parlerai tout à l’heure), nous nous sommes trouvés en présence de l’anarchie.

Vous savez que, lorsqu’au commencement du siècle les colonies espagnoles ont voulu se séparer de leur métropole, elles ont modelé leurs institutions sur celles de l’Amérique septentrionale ; mais elles n’étaient pas aussi bien préparées que celle-ci au régime républicain. Vous savez que lorsque les colons qui ont peuplé le nord de l’Amérique se sont transportés au delà des mers, ils étaient déjà, par leurs mœurs, par leurs opinions, de véritables républicains ; c’étaient, de plus, des hommes très-laborieux, et, pour les passions, il n’y a pas de meilleur calmant que le travail. Mais ces populations méridionales, qu’on appelle avec complaisance la race latine, ces populations, lorsqu’elles se sont séparées de la métropole, n’étaient guère propres à la république. En fait d’opinions, elles n’avaient que celles qui existaient en Espagne il y a deux siècles. Comme mœurs, elles étaient ardentes, turbulentes et peu laborieuses. La république ne leur a pas réussi, et elles n’ont fait, depuis cinquante ans, que traîner une existence malheureuse, et offrir un séjour peu sûr aux étrangers transportés dans leur sein. Ces malheureux étrangers ont été tourmentés en cent façons.

D’abord ces gouvernements du Sud sont toujours gênés ; ils empruntent, et quand ils ont emprunté ils ne payent pas. C’est un premier sujet de réclamation. Puis les étrangers qui passent vingt, trente et quarante ans dans ces pays, sont bientôt confondus avec les habitants eux-mêmes, et on prétend leur imposer quelquefois le service militaire, toujours les emprunts forcés et les impôts de guerre. Ils se plaignent en invoquant leur nationalité. C’est un nouveau sujet de réclamation.

Mais voici le plus grave de tous les inconvénients. Dans ces pays toujours agités, et où n’existe pas la police vigilante des vieux Etats de l’Europe, les villes, les campagnes, les grandes routes n’offrent aucune sûreté. Quelquefois on en fonce à main armée la porte des maisons dans les villes ; plus souvent on envahit les fermes dans les campagnes, on arrête les voitures publiques sur les grandes routes. Il y a des violences, des vols, quelquefois des assassinats ; et il a été reconnu si difficile non-seulement de rechercher les coupables, mais de les faire punir, dans un pays où la police est nulle et la justice faible, qu’on a presque renoncé à obtenir réparation judiciaire, et qu’on a converti tous les griefs en réclamations en argent.

Aussi, dans la langue diplomatique du pays, il s’est introduit une certaine expression, c’est celle des conventions étrangères. Toutes les fois, en effet, que les nations européennes ont à se plaindre, on conclut sous titre de conventions étrangères des traités d’indemnités, et, ce qui caractérise bien cette situation, c’est qu’en faisant un calcul très-simple, j’ai trouvé que ces conventions étrangères, stipulant des indemnités pécuniaires, étaient toujours proportionnées à l’étendue du commerce que chaque nation européenne faisait avec le pays. Cela prouve bien, Messieurs, que cette anarchie possède au moins ce genre d’impartialité qui consiste à traiter tout le monde également.

Il résulte de cet état de choses que lorsqu’on veut s’adresser à ces gouvernements du Sud, on est fort embarrassé, car on s’adresse à qui ? à l’anarchie. Si on lui demande la sécurité, elle ne peut pas la donner, car elle ne la contient pas. Si on lui demande la solvabilité, elle ne la possède pas davantage. Les difficultés sont donc tort grandes. Aussi, a-t-on toujours été très-circonspect à l’égard de ces gouvernements, et a-t-on pris soin de se renfermer dans la règle anglaise. Cette règle, la voici : Quand on peut atteindre ces gouvernements par la voie maritime, alors on se montre sévère, et l’Angleterre a toujours eu soin de se montrer telle. Mais quand on ne le peut pas, on est très-sobre de menaces qu’on n’aurait pas le moyen de réaliser.

On me dira que cela n’est pas bien fier. J’en conviens, mais, permettez-moi de le dire, l’honneur s’arrête où s’arrêtent les moyens, et je vous en citerai un exemple qui a quelques années de date, et, il me semble, une suffisante autorité.

La Prusse est assurément une nation très-fière et très-brave. Eh bien, vous vous rappelez sans doute qu’un vaisseau prussien, portant pavillon royal, s’est arrêté sur les côtes du Riff il y a quelques années. Il a essuyé une épouvantable avanie ; il a eu beaucoup de blessés et de tués ; le prince lui-même a couru des dangers. Tout le monde alors s’est mis à dire : La Prusse va faire une expédition. — Et pourtant la Prusse, qui est non-seulement fière et brave, mais encore réfléchie, la Prusse n’a pas fait d’expédition, parce qu’elle n’avait ni intérêt ni moyen de la faire.

La règle anglaise d’agir par la voie maritime, si on le peut, d’être très-réservé si on ne le peut pas, n’est donc ni si mauvaise, ni si humble, et si je l’applique aux faits passés, vous verrez que c’est au fond, jusqu’à aujourd’hui, l’exemple que tout le monde a suivi.

Ainsi, vous savez tous que sur le haut Parana, dans le Paraguay, le docteur Francia a régné pendant vingt-sept ans. M. Bonpland, le collègue de Humboldt et son compagnon de voyage, à qui toute l’Europe s’intéressait vivement, y a vécu vingt ans, retenu prisonnier par le gouvernement du Paraguay. L’Europe savante tout entière réclamait, et cependant l’idée n’est venue à personne d’entreprendre une expédition pour délivrer le docteur Bonpland.

Dans la Basse-Plata, un odieux tyran, Rosas, traitait les Français d’une manière abominable. Il en avait fait égorger plusieurs par ses ordres, et ce n’était pas le fait de l’anarchie, c’était le fait de sa volonté, de sa férocité. Nos vaisseaux pouvaient l’atteindre et s’embosser quai à quai, soit à Montevideo, soit à Buenos-Ayres. Quant à moi, j’ai demandé à cette époque un traitement sévère. Mon opinion n’a pas prévalu, et néanmoins on a employé la force. On a envoyé des vaisseaux, et on a obtenu un traité par les moyens les seuls possibles, les moyens maritimes.

A l’égard du Mexique, dont on avait à se plaindre, l’amiral Baudin fut chargé, en 1838, d’exécuter un coup de main vigoureux. Il l’exécuta, et on obtint que, pour un certain nombre d’années, le souvenir en restât dans la mémoire des Mexicains, et que nos nationaux fussent, non pas garantis sur les grandes routes, oh non ! (car, quoi qu’on fasse, on ne parviendra pas à rendre les routes sûres au Mexique, pas plus que dans le royaume de Naples), mais on obtint que nos compatriotes fussent plus ménagés.

J’ai cru ces détails nécessaires pour vous faire comprendre quelle est la nature des relations entre les Etats de l’Europe et ceux de l’Amérique, et quel genre de répression on peut y exercer.

Lorsque nos démêlés ont commencé en 1861, voici quelle était la situation du Mexique.

Nous n’avons sur ce pays que des statistiques très-incomplètes, très-incertaines, et auxquelles il est assez difficile d’ajouter foi. Cependant, je crois qu’on est à peu près dans le vrai, quand on évalue la population mexicaine à huit millions d’âmes. Sur ces huit millions, il y a cinq millions d’Indiens, qui sont de braves gens, laborieux, patients, mais tenus dans un état d’abjection et d’ignorance déplorables ; et puis, il y a trois millions d’Espagnols, purs ou mêlés, et qui constituent la partie active et remuante de la population.

Quelles questions s’agitent parmi ces trois millions d’Espagnols purs ou mêlés ? Mon Dieu ! les questions qui s’agitent depuis trois quarts de siècle en Europe, entre ce qu’on appelle l’ancien régime et le nouveau. Il y a là deux partis : le parti qui s’appelle conservateur, et que ses adversaires appellent le parti clérical, le parti réactionnaire, etc… Puis, en face, le parti du nouveau régime, qui s’intitule libéral, et que ses adversaires gratifient du titre de parti anarchique, révolutionnaire, etc., etc.

Vous savez, par ce qui se passe sous nos yeux, quelle est la courtoisie dont les partis usent les uns à l’égard des autres (On rit)… quant à moi, je leur donnerai, aux uns et aux autres, tous ces noms, bons et mauvais, parce qu’ils les méritent tous alternativement, suivant leur conduite. Mais ici, devant vous, je n’emploierai que les qualifications propres à rendre ma pensée, et je dirai : parti de l’ancien régime, parti du nouveau régime.

Dans quelle situation était le parti de l’ancien régime ? Il y avait dans ce parti (ces détails, Messieurs, sont nécessaires pour bien apprécier la situation dans laquelle nous allons nous trouver engagés au Mexique), il y avait dans ce parti quelques grandes familles très-respectables, descendant des anciens conquérants du Mexique, des anciens vice-rois, et de quelques commerçants qui avaient acquis et conservé de grandes fortunes. Ce sont des familles, je le répète, très-respectables, et qui ont formé un rêve bien beau, dont je voudrais pour elles la réalisation, c’est que le Mexique devint un Brésil.

Je le répète, je le voudrais bien ! Mais voyons comment le Brésil est devenu ce qu’il est. Lorsque nous eûmes la malheureuse pensée de pénétrer en Portugal en 1808, la maison de Bragance eut, elle, une bien sage pensée, ce fut de quitter le Portugal et de se retirer au Brésil. Grâce à cette résolution, elle n’a pas perdu le Portugal, qu’on lui a restitué en 1815, et elle a conservé le Brésil. Comment cela s’est-il fait ? De la manière la plus simple. Il n’y a pas eu de solution de continuité dans l’autorité royale, et les populations brésiliennes, touchées de voir leur ancienne dynastie chercher asile dans leur sein, se sont très-solidement attachées à elle. Il faut ajouter que cette dynastie a eu le bon sens, lorsque le mouvement libéral s’est prononcé très-fortement en Amérique, d’y céder dans une certaine mesure, et il en est résulté que le Brésil, au lieu d’arriver à la république, s’est arrêté à la monarchie constitutionnelle.

Je sais que le mot n’est pas en faveur ici, mais enfin il faut permettre à chacun de parler sa langue ; je vous demande donc la permission de parler la mienne.

Une voix. Vous vous trompez, la monarchie constitutionnelle est en faveur.

M. Thiers. Sous cette monarchie constitutionnelle, le Brésil a trouvé l’ordre d’abord (pour moi, c’est une condition essentielle), puis la liberté, et une prospérité croissante.

Eh bien, est-il donc si facile de procurer à ces Mexicains si respectables, dont je parlais tout à l’heure les béatitudes du Brésil ? C’est malheureusement bien difficile, car où irait-on choisir un prince ? Si on suivait les analogies, on irait le demander à l’Espagne ; mais, comme je vous le disais, il y a eu solution de continuité dans l’autorité royale espagnole, et les souvenirs de la guerre d’indépendance ont laissé des traces si profondes, que les Mexicains éprouvent pour les Espagnols une répugnance extrême.

Dès lors, si, à défaut du prince naturellement indiqué par son origine, on a recours à des choix arbitraires, que j’appellerais, si je l’osais, des choix de fantaisie, on s’expose à choisir des princes qui n’ont aucune clientèle.

On est donc placé pour le Mexique entre ces deux difficultés : si on choisit le prince que son origine espagnole désignerait naturellement, on rencontre les souvenirs de la guerre d’indépendance et les antipathies qu’elle a créées ; si on va chercher un prince hors de la maison espagnole, on trouve un prince sans clientèle et sans appui. De plus, les populations ont contracté les mauvaises habitudes de la république, les mauvaises et point les bonnes ; mais elles les ont, et il est très-difficile de les en faire changer. Je me permets donc d’appeler ce vœu très-honnête des riches Mexicains, ce vœu dont je voudrais voir la réalisation, je me permets , dis-je, de l’appeler un beau rêve !

De plus, ce parti de l’ancien régime a un allié : cet allié, c’est le clergé. Oh ! si ce clergé mexicain avait les vertus, l’instruction religieuse de nos clergés d’Europe, oh ! je n’au rais rien à dire. Mais ce clergé (je ne voudrais employer ici que les expressions les plus convenables), ce clergé a, si j’ose ainsi parler, les mœurs intertropicales. (On rit.)

Il est riche, très-riche, ou du moins il était riche, mais il n’était pas aussi sage que riche ; il s’est mêlé aux troubles de son pays, on a pris ses biens et on les a vendus. On devait lui donner, non pas la valeur, mais l’intérêt du capital produit par la vente. Il n’en a rien été.

Le gouvernement du Mexique a vendu les biens à vil prix, comme cela se passe toujours, et, en place, il a donné au clergé un article au budget, article qui est soldé très-rarement.

Dans cette situation, que vont le clergé ? Il veut qu’on lui rende ses biens, et alors le parti monarchique, très-respectable mais peu nombreux, dont je viens de parler, a pour unique clientèle un clergé qui aspire à recouvrer ses biens, et il a devant lui et contre lui une population de trois millions d’âmes, comprenant les classes moyennes et le peuple, et dans les rangs de laquelle se trouvent tous les acquéreurs des biens nationaux !

Eh bien, vous figurez-vous que ce soit une œuvre bien facile que d’appuyer un trône sur l’un de ces partis, lorsque dans l’autre il y a presque toute la population et tous les acquéreurs des biens nationaux ?

C’est pourtant la position que l’on a rencontrée au Mexique lorsque Miramon et le président Juarez se sont trouvés en lutte, lutte longue et obstinée, dans laquelle les deux partis ont bien montré leur force véritable.

Miramon est un jeune homme dont on célèbre le courage, mais pas autant la prudence ; il était à la tête d’une force militaire et occupait Mexico. Le président Juarez, qui est Indien d’origine, légiste de profession, duquel ses compatriotes ne disent pas que ce soit un malhonnête homme (il faut reconnaître la vérité, quoiqu’il soit notre ennemi), a pour caractère essentiel l’obstination d’esprit et l’opiniâtreté de caractère. Miramon se trouvait avec la force publique à Mexico. Le président Juarez était à la Vera-Cruz, sans une piastre, sans une force quelconque ; mais, avec son caractère patient, il a attendu, et, peu de temps après, Miramon était obligé de s’enfuir, et Juarez entrait dans Mexico comme chef du seul parti puissant qui existe au Mexique.

Ces événements se passaient en janvier 1861. C’est dans ce moment que nos démêlés ont commencé. Les premiers jours, tous les gens raisonnables ont désiré que les hommes éclairés, considérés du Mexique, entourassent le président Juarez, et qu’on formât autour de lui un gouvernement sage, qui gouvernât au nom des idées que représente Juarez, et avec la modération que les esprits éclairés apportent toujours dans le maniement des affaires.

Juarez, comme on le voulait, a formé un ministère modéré qu’on appelait le ministère Zarco, à la tête duquel était un homme de beaucoup d’esprit, et il a résisté (ce qui prouvait bien ses véritables intentions), il a résisté à son grès, qui était composé d’hommes d’opinions très-avancées. Aussi, tout le monde, dans les premiers temps, a fait des vœux pour lui, en voyant qu’il cherchait à réaliser le vœu des honnêtes gens, celui de gouverner modérément à la tête du parti le plus fort.

Nous avions pour ministre au Mexique M. de Saligny, qui est entré en rapports avec le président Juarez pour régler nos démêlés. Une convention, une de ces conventions qu’on appelle conventions étrangères, est intervenue. M. de Saligny a paru satisfait, notre gouvernement l’a été aussi, et, dans les premiers jours, tout s’est passé à merveille.

Mais ce n’était pas tout : après avoir signé cette convention étrangère avec nous, il fallait l’exécuter. Le jour du payement venu, on n’a pas pu payer. M. de Saligny a pris très-vivement ce refus d’exécution des engagements contractés. On l’a prié d’attendre ; il a attendu un peu ; mais, pendant qu’il attendait, il a appris que le congrès, malgré le président Juarez, malgré le ministère, avait rendu une loi, le 17 juillet 1861, par laquelle on suspendait l’exécution des conventions étrangères pour deux ans.

Cette fois, M. de Saligny s est montré très-vif, et je le conçois. Cependant on est accouru ; on lui a exposé tout ce qu’on avait fait pour prévenir cet accident ; on lui a promis de tenter de grands efforts auprès du congrès pour faire rapporter la loi du 18 juillet ; mais on n’a pas pu tenir parole, bien qu’on ait réussi plus tard. Quoi qu’il en soit, lès engagements pris sont restés sans exécution.

Voulez-vous savoir quel était le motif de cette suspension des conventions étrangères ? Le voici. Dans ce moment, les débris du parti vaincu, à la tête duquel était le général Marquez, aujourd’hui notre allié, commettaient beaucoup d’excès sur les grandes routes. Il fallait mettre l’armée à leur poursuite ; l’armée n’était pas soldée depuis très-longtemps, et on avait pris aux bureaux des douanes 400,000 piastres, ou 2 millions de francs à peu près, indispensables pour payer l’armée.

M. de Saligny a suspendu les relations diplomatiques avec le gouvernement mexicain ; il ne les a pas rompues, il les a suspendues, et a renvoyé la question au gouvernement français. Le ministre d’Angleterre, qui avait, lui, des réclamations à faire valoir bien plus considérables que les nôtres, parce que les Anglais sont porteurs de presque toute la dette mexicaine, le ministre d’Angleterre, M. Wyke, a été charmé de se placer derrière le ministre de France ; il a suivi son exemple, et, comme lui, a renvoyé la question au gouvernement de Londres. Les cabinets européens ont donc été saisis de la question de paix ou de guerrre [sic].

Je ne le contesterai pas, le droit était pour nous. Le gouvernement mexicaiu [sic] avait signé un traité, et ne l’avait pas exécuté. Cependant, si nous avions été en présence d’un gouvernement européen, puissant, riche, pouvant payer, ne le voulant pas, je comprends qu’ayant le droit pour soi, et de plus la dignité étant intéressée à faire exécuter les engagements pris, on se fût montré péremptoire. Mais peut-être à l’égard d’un gouvernement qui n’y avait pas mis de mauvaise volonté, qui était fort embarrassé, qui promettait de se conduire mieux quand la solvabilité lui serait rendue, peut-être aurait-on pu patienter un peu.

Toutefois, il y aurait eu un moyen de faire que cette résolution de rompre avec le Mexique ne fût pas une faute. Ce moyen était bien simple, c’était d’adopter le plan britannique. Les Anglais avaient voulu rompre, cela est vrai, mais ils avaient leur moyen d’action tout préparé, qui était facile, et que je regrette beaucoup qu’on n’ait pas employé, car s’il eût été adopté par nous, nous ne serions pas dans l’embarras où nous nous trouvons aujourd’hui.

Ce plan consistait à pratiquer ce que les gens de loi appellent une saisie-arrêt ; il consistait tout simplement à s’emparer des ports de Tampico et de la Vera-Cruz (c’est par ces deux ports que passe tout le commerce extérieur), à se saisir des bureaux de douane et à les garder jusqu’à parfait payement. Tel était le plan que les Anglais avaient résolu de suivre. Ils ont, en effet, déclaré dès l’origine qu’ils étaient décidés à prendre et à garder les deux ports de Tampico et de la Vera-Cruz, à l’aide de quelques navires et de quelques marins acclimatés, et à s’en tenir à cette seule opération.

Mais, a-t-on dit, ce plan n’était pas bon, parce que les Mexicains, en reportant leurs bureaux de douane en arrière, pouvaient éluder le moyen et le rendre inefficace.

Je trouve l’objection bien faible : car en reportant en arrière les bureaux de la douane, les Mexicains n’auraient pas pu reporter en arrière les deux ports, et les Anglais seraient restés maîtres des deux points d’arrivage. Ils auraient, par conséquent, été à même de faire payer les droits de douanes aux marchandises qui s’y seraient présentées pour entrer.

Je persiste donc à croire que ce plan était excellent et le seul raisonnable.

Malheureusement, les émigrés mexicains (je les appelle ainsi parce que plusieurs d’entre eux avaient quitté leur pays) étaient venus en Europe pour essayer d’y propager leurs idées, ce qui, de leur part, était assurément fort légitime.

L’opinion qu’ils s’étaient le plus attachés à persuader à tout le monde, c’est que le Mexique était si fatigué d’agitations, qu’on n’aurait aucun effort à faire, et que, dès que le pavillon européen paraîtrait sur les côtes mexicaines, il y aurait instantanément un soulèvement général, que le prince d’Europe qu’on enverrait serait reçu avec acclamations, et monterait, sans aucune résistance, sur un trône parfaite ment solide. Voilà ce que ces émigrés mexicains avaient essayé de persuader à diverses cours européennes.

A Londres, on n’avait pas voulu les en croire ; on leur avait répondu qu’on n’entendait pas se mêler des affaires intérieures du Mexique, et qu’on se bornerait à occuper les ports de Tampico et de la Vera-Cruz.

En France, l’idée des émigrés mexicains avait reçu plus d’accueil. On s’était laissé persuader (et les faits qui ont suivi prouvent combien cette assertion est exacte), on s’était laissé persuader qu’à la première apparition du drapeau européen devant la Vera-Cruz, il y aurait un soulèvement général, qu’on n’aurait aucune difficulté à surmonter, qu’on procurerait ainsi au Mexique tous les bienfaits dont jouit le Brésil, et qu’on aurait l’honneur non-seulement de faire rendre justice à nos nationaux, mais encore de pacifier complétement l’un des plus beaux pays de la terre.

Je ne fais de cette illusion un crime à personne. J’aurais bien voulu, pour ma part, que ce fût pas une illusion ; mais par malheur c’était de toutes les illusions la plus chimérique !

En ce moment-là, l’Espagne entrait en scène. Vous connaissez cette nation fière, généreuse, dont la fortune a fléchi quelquefois, mais le cœur jamais ! Elle venait d’obtenir des succès brillants dans le Maroc ; elle en était toute fière, et déjà l’imagination nationale rêvait les grandeurs de la monarchie de Charles-Quint. C’était le moment où la guerre civile d’Amérique commençait, et vous vous rappelez peut-être qu’à cette époque la grande république du Nord était aussi décriée que les républiques du Sud. On répétait partout (je l’ai entendu dire et vous l’avez pu entendre aussi) que l’Amérique était dégoûtée de ses gouvernements et que la plupart des anciennes colonies retourneraient volontiers à leurs métropoles. Un incident singulier qui survint alors était bien de nature à confirmer ce genre d’illusion. La Dominicaine (vous savez que c’est la partie de Saint-Domingue qui avait toujours appartenu à l’Espagne), la Dominicaine venait de rejeter le gouvernement républicain, pour rétablir et proclamer l’autorité monarchique espagnole.

Je me rappelle qu’après cet incident, on aurait difficilement persuadé au public européen que ce n’était pas là le sentiment de toutes les populations de l’Amérique. L’Espagne a eu le tort de s’y laisser prendre ; elle a accepté ce retour à son autorité, et cette résolution lui coûte aujourd’hui une guerre acharnée, dans laquelle elle dépense les plus riches produits et les meilleurs soldats de la Havane.

A cette même époque, l’Espagne venait de rompre avec le Mexique pour les mêmes motifs que nous ; elle venait de rompre pour une convention étrangère à laquelle on n’avait pas pu faire honneur à l’échéance, et elle s’était hâtée de préparer à la Havane une grande expédition. Que rêvait dans ce moment l’Espagne ? Je n’oserais le dire. J’ai lu les documents français, anglais, espagnols, et j’avoue que toute mon habitude de chercher à pénétrer la vérité à travers les documents historiques ne m’a pas encore clairement démontré quelle était la pensée vraie du Cabinet de Madrid. Ce que je crois, c’est que la nation inclinait volontiers vers l’idée d’une grande entreprise au Mexique, mais que le gouvernement, à la tête duquel se trouvait un homme très-avisé, le maréchal O’Donnell, tout en flattant un peu les tendances nationales, résistait cependant, parce que la prudence lui montrait le danger d’une semblable entreprise.

Ici, je dois dire que si une aventure de ce genre (que j’appellerai toujours aventure, qui que ce soit qu’il l’entre prenne) était excusable, c’était de la part de l’Espagne.

L’Espagne a dans le golfe du Mexique un intérêt immense, la Havane. Vous savez que la Havane est une colonie magnifique, l’une des plus belles de l’univers, et qu’elle est pour l’Espagne ce que Java est pour la Hollande. L’Espagne avait donc là un intérêt immense, elle avait de plus une base d’opération admirable.

Que l’Espagne donc, ayant dans la Havane de grands intérêts et une puissante base d’opération, fût tentée d’une telle entreprise, je crois qu’elle aurait fait une faute ! Toutefois, pour ma part, du point de vue de la politique même la plus sévère, j’aurais été quelque peu indulgent pour elle. Mais franchement, c’est pour elle seule qu’il est possible d’être indulgent, en présence de ce rêve étrange de créer aujourd’hui une grande monarchie dans le nouveau monde !

Quoi qu’il en soit, lorsque l’Espagne apprit que la France et l’Angleterre s’occupaient du Mexique, elle se hâta d’ouvrir une négociation avec les cabinets anglais et français. A Londres, on accueillit ses ouvertures ; on lui répondit qu’on ne demandait pas mieux que de l’avoir pour auxiliaire, mais qu’on ne voulait pas se mêler des affaires intérieures du Mexique. On le lui signifia de la manière la plus formelle. J’ai ici le recueil anglais qui est plein de ces dépêches. On lui déclara positivement qu’on ne voulait que s’emparer des ports de Tampico et de la Vera-Cruz.

Cette déclaration refroidit beaucoup l’Espagne. Cependant elle ne se découragea point, et elle s’adressa au cabinet français.

En France, on ne lui dit pas qu’on voulût se borner à occuper les ports de Tampico et de la Vera-Cruz ; on entra dans les idées monarchiques de l’Espagne ; seulement on lui dit, et avec raison, qu’on ne pouvait pas adopter un prince espanol. On fit valoir le principe qui a prévalu dans les affaires de Grèce, c’est qu’aucune des puissances qui concourrait à cette entreprise n’enverrait un prince de son sang.

Cette déclaration refroidit encore plus l’Espagne, et alors elle se rattacha au plan britannique. Je ne dis pas que ce fut tout à fait sans regret, tout à fait sans arrière-pensée : je crois même que l’Espagne, en se rattachant au plan anglais, se dit que peut-être la fortune espagnole lui sourirait, et que bien qu’on parût décidé à se renfermer dans la plan anglais, un heureux hasard lui présenterait peut-être quelque chose de mieux.

Toujours est-il qu’elle parut résignée à faire exactement ce que ferait l’Angleterre, et il s’ensuivit la convention du mois d’octobre 1861.

Cette convention, quoique courte, serait trop longue à vous lire. Je vais seulement l’analyser.

Elle ne fut, si je puis m’exprimer ainsi, qu’une négation, car l’Angleterre ne voulait qu’une expédition maritime tendant à occuper les ports de la Vera-Cruz et de Tampico ; l’Espagne voulait une monarchie, mais pour un prince espagnol, et la France voulait aussi la monarchie, mais pour un prince autrichien.

Avec un tel désaccord, on ne pouvait, en signant un traité, que signer un traité absolument négatif, et qui du reste n’en était pas moins obligatoire quoique négatif. En vertu de ce traité, on s’engageait à faire concourir les trois nations ensemble, uniquement, dit le texte, pour obtenir justice en faveur des nationaux des trois gouvernements ; on s’engageait à ne pas conquérir, à ne pas se mêler du gouvernement intérieur, à nommer une commission qui répartirait les indemnités, et, ensuite, à avertir les Etats-Unis pour qu’ils intervinssent, eux aussi, s’ils le jugeaient nécessaire.

Une chose très-singulière, mais très-significative, et qui prouve bien la disposition d’esprit où se trouvait chacune des trois parties contractantes, c’est le chiffre des forces que chacune s’engageait à fournir. L’Espagne, ayant déjà de grands préparatifs à la Havane, déclara qu’elle donnerait 6,000 hommes, et nous, qui voulons aujourd’hui créer au Mexique une grande monarchie, nous offrions 2,200 hommes, ce qui prouve bien que nous avions accueilli et cru les émigrés mexicains lorsqu’ils persistaient à soutenir qu’à la simple apparition du drapeau européen le pays s’insurgerait sur-le-champ. Quant aux Anglais, qui ne voulaient rien de tout cela, ils donnaient 700 marins, uniquement pour occuper la Vera-Cruz et Tampico.

C’est dans ces dispositions que les trois nations partirent pour le Mexique.

Les Espagnols, qui étaient les premiers prêts, et qui partaient de la Havane, arrivèrent à la Vera-Cruz vers le milieu de décembre. Ils avaient pour chef (la France, par pure courtoisie, ne voulant pas d’un prince espagnol, avait accepté pour généralissime un officier espagnol), ils avaient pour chef le général Prim.

Toute l’Europe connaît le général Prim : c’est un officier du plus brillant courage, de beaucoup d’esprit, mais qui a tout entier l’orgueil castillan.

Le général Prim, arrivé à la Havane, se transporta de la Havane à la Vera-Cruz, et, avec sa sagacité qui est grande, se mit à observer le pays. Il vit bientôt qu’on s’était flatté beaucoup en Europe, car pendant le temps qu’il passa à attendre l’expédition française, le parti monarchique mexicain qui, à la première apparition du drapeau européen, devait, disait-on, se soulever, le parti monarchique ne fit pas un mouvement. Le général Prim fut visité par beaucoup de membres de ce parti monarchique et il leur dit : « Nous ne venons pas ici pour opérer une révolution, mais si elle s’accomplit sans que nous ayons à nous en mêler, nous la prendrons pour bonne ; faites-la si vous pouvez la faire. » Eh bien, le parti monarchique ne lit rien.

On attendit, et tout ce que qu’on aperçut, ce fut un mouvement marqué du pays en faveur du gouvernement de Juarez, par l’unique raison qu’il était menacé par des nations étrangères.

Les Mexicains s’étaient retirés. Ils nous avaient abandonné les ports qu’on était venu occuper ; ils avaient établi un cordon de guérillas autour de la Vera-Cruz, et formé le projet, fâcheux pour nous, mais pour eux fort bien conçu, de nous bloquer en quelque sorte au sein de la peste.

Les Français arrivèrent à leur tour, environ vingt et quel ques jours après les Espagnols, et débarquèrent à la Vera-Cruz. Ils avaient pour chef un officier très-distingué, homme d’esprit et de bon sens, l’amiral Jurien de la Gravière. Il s’appliqua, comme le général Prim, à observer la disposition des esprits, et je pourrais vous citer des lettres qu’il a écrites au général Prim, lettres qui ont été publiées dans les discussions du Sénat espagnol, et dans l’une desquelles j’ai remarqué la phrase suivante :

« J’ai toujours été disposé à reconnaître avec vous qu’il était nécessaire ici d’éviter d’embarrasser d’une manière trop apparente la cause du parti qui compose la minorité, et qui a contre lui l’opinion générale du pays. »

Voilà le jugement qu’avait porté en voyant le pays l’amiral Jurien de la Gravière. Il se conduisit du reste en homme de beaucoup de prudence, fidèle aux instructions de son gouvernement, et il attendit.

On avait beau attendre, personne ne remuait. On ne pouvait pas cependant rester indéfiniment à la Vera-Cruz. Bien qu’on fût en hiver (on était au mois de janvier), on souffrait beaucoup dans les cantonnements très-resserrés qu’on occupait. Déjà les Espagnols avaient près de 2,000 malades. On ne nous a pas dit combien nous en avions, mais nous en avions beaucoup, et c’est surtout notre marine, qui est en général le souffre-douleur de ces sortes d’expéditions, où elle déploie un dévouement immense et peut-être pas toujours assez remarqué (C’est vrai ! Très-bien !), c’est surtout notre marine qui souffrit cruellement à la Vera- Cruz.

Quant aux Anglais, sur 700 marins ils comptaient déjà 130 malades.

Le général Prim, l’amiral Jurien de la Gravière et le Commodore Dunlop déclarèrent qu’on ne pouvait pas rester à la Vera- Cruz. On en sortit, et on se porta à quelques lieues de là, à Médellin et à la Tejeria. On y prit des cantonnements un peu meilleurs, on se procura quelques vivres, et on vécut un peu mieux.

Cependant il fallait faire quelque chose ; il y avait plus d’un mois qu’on était arrivé, et il devenait indispensable de s’expliquer avec les Mexicains. On rédigea une déclaration dans laquelle on leur annonça qu’on ne venait ni pour conquérir ni pour révolutionner le pays, mais pour faire rendre justice à nos nationaux ; et comme on voulait donner à cette déclaration la forme d’un ultimatum, on chercha à se mettre d’accord sur le montant des réclamations. Chacun produisit son chiffre.

L’Angleterre produisit le sien, qui était le plus considérable, car les Anglais sont porteurs de presque toute la dette mexicaine. Elle demanda environ 17 millions de piastres, ce qui représenté environ 85 millions de francs ; l’Espagne demanda 8 millions de piastres ou 40 millions de francs ; les autres nations, qui avaient aussi à réclamer, présentèrent un compte d’environ 4 millions de piastres, soit 20 millions de francs ; et enfin, nous, nous demandâmes 12 millions de piastres, c’est-à-dire 60 millions de francs.

Ce chiffre de 12 millions de piastres causa quelque sur prise, parce que, d’après les oui-dire, on croyait qu’il ne s’élèverait pas au delà de 10 millions.

Cependant, on laissa chacun énoncer ses prétentions ; mais quand on additionna, on trouva que tous ces chiffres réunis faisaient 40 millions de piastres ou 200 millions de francs. On fut véritablement épouvanté d’avoir à demander une somme pareille aux Mexicains.

Tout à l’heure, Messieurs, je vous parlerai de leur budget, si vous n’êtes pas trop fatigués… (Non ! non !) ; mais il faut que vous sachiez tout de suite que le budget mexicain, depuis la séparation d’avec la métropole, n’a jamais pu atteindre en recettes le chiffre de 50 millions de francs, soit 10 millions de piastres. Or, aller demander aune nation 200 millions, c’est-à-dire quatre années de son revenu, parut une chose vraiment très-embarrassante.

On était dans cet embarras lorsque M. de Saligny, notre ministre, déclara que ce n’était pas tout, qu’il y avait une autre réclamation à faire valoir, et il produisit la fameuse créance Jecker.

Je n’entrerai pas dans les détails de cette créance : il faudrait l’avocat le plus subtil pour démêler la vérité dans les mémoires pour et contre, qui ont été publiés sur ce sujet. Je me bornerai à dire qu’elle était singulièrement décriée au Mexique, et que, lorsqu’il fallut, pour une créance universellement considérée comme usuraire, ajouter 75 millions aux 200 millions qu’on demandait, ma foi ! tout le monde recula… (Bruit.).

Je me borne à dire qu’elle était décriée ; si elle avait bonne réputation, MM. les commissaires du gouvernement n’ont qu’à le dire.

S. Exc. M. Rouher, ministre d’État. Personne ne vous interrompt…

M. Thiers. Dans l’embarras où l’on se trouvait, on décida de renvoyer la question aux trois gouvernements européens. C’est ce qu’on fit, et on se borna à envoyer à Mexico un ultimatum qui ne pouvait être ni précis ni péremptoire, puis qu’on ne pouvait pas énoncer ce qu’on réclamait. Mais on posa en principe qu’on était venu non pas pour conquérir, non pas pour révolutionner, mais pour obtenir justice. Trois officiers des trois nations furent envoyés à Mexico. Ils furent reçus à merveille ; on leur témoigna les plus grands égards, et on leur déclara que si, comme nous le prétendions, les gouvernements européens étaient venus pour obtenir justice, on était prêt à la leur rendre. On venait, en effet, de faire retirer cette fameuse loi du 17 juillet, pour laquelle nous avions rompu, et qui avait ajourné à deux ans l’acquittement des conventions étrangères.

On renvoya donc les trois officiers auprès des chefs militaires qui les avaient dépêchés, avec cette déclaration que le général Doblado, qui est un des hommes les plus considérables du Mexique, et qui serait, à ce qu’on assure, un homme distingué en tous pays, que le général Doblado se rendrait au quartier général mexicain pour traiter avec les plénipotentiaires français, anglais et espagnols.

Telle fut la réponse envoyée de Mexico à la Vera-Cruz.

Le général Prim, qui voyait augmenter chaque jour le nombre des malades, dit à l’amiral Jurien de la Gravière et aux divers représentants des puissances alliées : « Mais nous n’aurons de réponse d’Europe que dans deux mois, et jusque là nous ne pouvons pas rester à la Vera-Cruz (on était vers le mois de février) sans voir nos corps d’armée disparaître. Il faut donc nous procurer d’autres cantonnements. » Tout le monde fut de cet avis. On n’aurait pas pu certainement mettre plus de 6,000 hommes en campagne dans le moment. Le Mexique en avait 15,000. Cette différence de nombre, pour des troupes européennes, n’était pas une chose bien alarmante ; mais les Mexicains, dont nous avons pu voir cependant qu’il ne faut pas mépriser les qualités militaires, les Mexicains étaient dans des positions très-fortes, et, de plus, dans la confiance où l’on avait vécu en Europe qu’à la première apparition des troupes européennes le Mexique se soulèverait tout entier, on n’avait donné à l’amiral Jurien de la Gravière aucun matériel de guerre.

Nous n’avions pas de quoi transporter un canon, une voiture d’ambulance, une voiture de vivres. Il y avait donc impossibilité de faire la guerre dans le moment, et d’enlever par la force les positions des Mexicains. En conséquence, on s’aboucha avec le général mexicain Doblado. Ce fut le général Prim qui en fut chargé. Il déclara que si on n’accordait pas ce qu’il voulait, il passerait sur le corps de l’armée mexicaine, et le général Doblado finit par concéder les conditions suivantes. Il fut stipulé que nos trois petits corps d’armée seraient reçus à Orizaba, c’est-à-dire à une hauteur où les maladies n’étaient plus à craindre ; qu’on leur fournirait des vivres, des localités pour établir des hôpitaux, mais que, en retour, si on ne tombait pas d’accord à la suite des négociations, nous restituerions les positions qu’on nous concédait de bonne foi. Cette condition ne pouvait pas être contestée, et elle fut acceptée.

Le général Doblado fit une autre condition. « Puisque vous ne venez pas conquérir, dit-il, eh bien, pourquoi à côté des drapeaux espagnols, anglais, français, qui flottent à la Vera-Cruz, ne pas laisser flotter le drapeau mexicain ? Que les drapeaux des trois nations y soient, c’est naturel, puisque leurs forces y sont ; mais le drapeau mexicain doit s’y trouver aussi. »

Le général Prim, qui n’était cependant pas d’humeur très-pacifique, accepta encore cette proposition. Il y avait une troisième demande présentée par le général Doblado, qui fut repoussée péremptoirement. Ce général voulait qu’on restituât les deux bureaux de douanes qui étaient aux mains des alliés. On lui refusa tres-résolument [sic] d’adhérer à cette proposition.

Voilà la célèbre convention de la Soledad, que l’on a considérée comme déshonorante. Ce jugement est-il fondé, messieurs ? (Interruption.) Je voudrais bien savoir ce que mes contradicteurs auraient fait en pareil cas, alors qu’il n’y avait aucun des moyens nécessaires pour forcer les positions de l’ennemi, quand on avait un besoin indispensable d’Orizaba, et que, d’ailleurs, on avait affiché l’intention de négocier et de ne pas tenter davantage ? Il n’y avait, en vérité, rien de bien déshonorant à stipuler des conditions pareilles, c’est-à-dire à demander et à obtenir des cantonnements sains, avec la condition toute naturelle de les rendre si on ne tombait pas d’accord. Il me semble, je le répète, qu’il n’y avait là rien de déshonorant. En tout cas, c’est cette convention qui a sauvé nos trois petits corps d’armée, car ils seraient morts de la peste à la Vera-Cruz si on les y avait laissés.

M. Granier de Cassagnac. Ils n’y seraient pas restés !

M. Thiers. Ils n’y seraient pas restés ! et où seraient-ils allés ?

S. Exc. M. Rouher. On serait allé à Mexico.

M. Jubinal. On n’avait que des bœufs pour traîner les canons.

M. le Président. Je prie les différents membres de ne pas interrompre.

M. Thiers. Je défends ici l’honneur d’un brave officiel français qui a signé la convention, et qu’apparemment l’Empereur honore de son estime, puisqu’il vient de l’attacher à sa personne.

Pour moi, j’aime à lui rendre hommage ; car je suis con vaincu qu’il n’a pas compromis l’honneur français en sauvant nos soldats. S’il y avait des coupables ici, savez-vous où ils seraient ? Ils seraient parmi ceux qui ont cru qu’il suffirait d’envoyer quelques mille hommes à la Vera-Cruz pour que le Mexique se soulevât tout entier. (Approbation sur plusieurs bancs.)

Lorsque par erreur on a compromis nos soldats, et qu’un brave officier les sauve sans compromettre le drapeau, je crois qu’il faut être juste envers lui, et ne pas traiter si légèrement les hommes qu’on a mis dans l’embarras.

Une voix. Personne ne l’attaque.

M. Thiers. Lorsqu’on eut obtenu ces cantonnements, les Mexicains dirent : « Eh bien, on vous a concédé les cantonnements que vous désiriez ; maintenant il faut négocier. »

Mais nous attendions les réponses d’Europe, et nous leur répondîmes qu’il était impossible de négocier avant que ces réponses fussent arrivées.

Les réponses ne pouvaient arriver avant le commencement d’avril.

On convint de s’ajourner au 15 avril.

Les dépêches des agents alliés adressées aux trois gouvernements européens avaient trouvé ceux-ci (pardonnez-moi le mot un peu vulgaire, mais qui rend parfaitement ma pensée) plus enfoncés que jamais dans leurs idées.

Ainsi, les Anglais se montraient obstinés à n’occuper que les ports de la Vera-Cruz et de Tampico ; l’Espagne, qui ne voyait plus de chances pour elle, s’était rattachée complétement au plan britannique. Quant à nous, nous semblions toujours persuadés que les émigrés mexicains avaient raison.

Les émigrés mexicains du parti monarchique s’étaient rendus en Autriche ; ils avaient vu le prince Maximilien, et en avaient obtenu une sorte d’assentiment. Puis ils étaient revenus à Paris et s’étaient rembarqués pour la Vera-Cruz.

Le gouvernement français avait ajouté 4,500 hommes à l’expédition, et leur avait donné pour commandant un homme fort brave et fort distingué, le général Lorencez.

A la tête des émigrés dont j’ai parlé, et qui partaient d’Europe pour retourner à la Vera-Cruz, se trouvait le général Almonte. Le rôle qu’il a joué et qu’il joue encore aujourd’hui explique quelles pouvaient être ses dispositions personnelles et la mission qu’il avait acceptée. Lorsqu’il arriva à la Vera-Cruz, il publia qu’il avait reçu des gouvernements européens la mission de rétablir le système monarchique au profit d’un prince autrichien. Le plénipotentiaire anglais, M. Wyke, qui était toujours très-exact à suivre ses instructions, lui demanda au nom de quel gouvernement il parlait, et il ajouta que ce n’était certainement pas au nom du gouvernement britannique, car il avait en main des instructions tout à fait contraires.

Le général Prim lui adressa la même question, et lui dit : « Assurément, vous ne venez pas au nom du gouvernement espagnol, car voici une instruction arrivée de Madrid, et toute différente de ce que vous annoncez. »

Le général Almonte déclara qu’il avait l’entière confiance du gouvernement français, et qu’il venait pour rétablir la monarchie au Mexique, et placer la couronne sur la tête d’un prince autrichien.

Sur-le-champ, ce langage du général Almonte fit naître une question très-grave.

Nous étions venus au Mexique pour y négocier, et nous avions accepté, en effet, la position de gens qui viennent négocier ; nous avions obtenu à ce titre des cantonnements meilleurs, et il était évident que notre position allait devenir fausse, puisqu’en nous étant annoncés comme des gens qui voulaient traiter, nous recevions dans nos rangs un émigré, respectable sans doute, mais annonçant le projet d’opérer une révolution.

M. Glais-Bizoin. Respectable comme le général Moreau. (Interruption.)

M. le Président. Je prie les membres de ne pas interrompre, et je prie l’orateur de ne pas répondre aux interrupteurs, parce que cela les encourage, et alors il n’y a plus de discussion possible.

M. Thiers. Je remercie M. le Président ; je suivrai autant que je le pourrai son conseil, mais je voudrais, bien que les interrupteurs le suivissent aussi. (Rires approbatifs.)

En présence de ce nouvel état de choses, le négociateur anglais, le négociateur espagnol, dirent à l’amiral Jurien de la Gravière : « Notre position devient tout à fait irrégulière. — C’est vrai, répondit l’amiral Jurien de la Gravière ; mais je suis un homme d’honneur, et les positions qu’on nous a données, je vais les évacuer. »

C’était la déclaration d’un honnête homme, et d’un homme qui représentait dignement la France. (Plusieurs voix. Très-bien !)

Sur-le-champ cependant, le plénipotentiaire anglais, le plénipotentiaire espagnol répondirent : « Mais votre retraite est une déclaration de guerre ! » L’amiral Jurien ne leur répliqua rien, et répéta : « Je vais me retirer. »

Il devenait trop évident que les représentants de la France avaient reçu des ordres, et que ces ordres étaient favorables au général Almonte, c’est-à-dire à l’idée qu’il représentait. On demanda une conférence à Orizaba ; elle eut lieu le 9 avril, et je regrette, Messieurs, que le gouvernement français, dans les publications du livre jaune, n’ait pas compris le procès-verbal de la conférence d’Orizaba. Ce procès-verbal a été rédigé, dit-on, par la légation française. Peut-être est-ce parce qu’il est écrit en français qu’on a formé cette conjecture, mais peu importe, il est signé de la légation française et des trois légations.

Il est donc parfaitement authentique. Je ne le lirai pas, mais si on l’avait imprimé j’aurais été dispensé de vous faire ce long récit et vous auriez été dispensés de l’écouter, car cette conférence parfaitement authentique, appuyée sur la signature de tous les plénipotentiaires, offre le tableau complet et saisissant de la situation.

Voici la discussion qui s’engagea, et que je vais résumer en quelques mots. Les plénipotentiaires anglais et espagnols dirent : « Nous avons tous accepté la position de gens qui viennent négocier, et comment pouvons-nous dès lors avoir dans notre camp un chef d’insurrection ?. . . » Les négociateurs français, MM. Jurien de la Gravière et de Saligny, reconnurent la justesse de l’observation. M. de Saligny ne dissimula pas que, quant à lui, il n’avait jamais voulut négocier avec Juarez, et qu’il avait toujours été d’avis de substituer au gouvernement de Juarez la monarchie autrichienne, ou toute autre. M. Jurien de la Gravière ne fit pas une pareille déclaration, mais il dit qu’il avait des ordres, que le général Almonte avait la confiance de son gouvernement, et qu’on ne pouvait pas lui faire quitter les rangs de l’armée française. Je dois ajouter qu’on ne demanda pas, et que personne ne nous aurait outragés au point de demander que le général Almonte fût livré à l’armée mexicaine. Non, assurément ; on demanda seulement qu’il fût traité comme avait été traité le général Miramon, c’est-à-dire écarté de la Vera-Gruz, et renvoyé par exemple à la Havane. Nos représentants déclarèrent qu’ils avaient mission d’interpréter la contention du 31 octobre et la convention de la Soledad comme ils le faisaient ; que ce qu’ils devaient à l’honneur, c’était de se retirer, de rendre par conséquent les positions qu’on leur avait prêtées, mais qu’ils ne pouvaient faire davantage. Quant à l’impossibilité de traiter avec Juarez, on leur répondit : « Vous dites qu’il n’y a aucune sûreté à traiter avec lui, mais pour quoi ne pas en faire l’expérience, puisque nous sommes au 9 avril, et que, le 15, nous devons nous aboucher avec les représentants de son gouvernement, dont le principal est un homme fort distingué, le général Doblado ? Attendons jusqu’au 15, nous verrons si on peut s’entendre avec eux ou non. » Nos plénipotentiaires déclarèrent qu’ils ne le pouvaient pas, et, en effet, dans ce moment, M. l’amiral Jurien de la Gravière abandonnait déjà les positions qu’on lui avait prêtées.

A partir de ce moment, les Anglais annoncèrent qu’ils allaient remonter sur leurs vaisseaux ; les Espagnols annoncèrent aussi qu’en conformité de leurs instructions ils allaient se retirer également, et nous restâmes seuls sur le terrain. Nous y restâmes avec la résolution évidente (en présence de ce qui se passe aujourd’hui, il n’est plus possible de le mettre en doute), avec la résolution évidente de fonder une monarchie au Mexique au profit d’un prince autrichien.

Vous savez ce qui s’est passé depuis.

Grâce aux informations très-légères que les représentants du parti monarchique nous avaient données, nous avons attaqué Puebla. Le général Lorencez a tenté cette attaque avec bravoure, et il a été merveilleusement secondé par ses soldats, qui se sont (je demande à l’honorable M. de Beauverger la permission d’employer ce mot qu’il n’aime pas dans notre bouche), qui se sont, dis-je, conduits héroïquement.

M. de Beauverger. J’adhère à cette expression avec grand plaisir.

M. Thiers. Ils se sont conduits héroïquement, mais s’ils n’ont pas réussi, ce n’est ni leur faute ni celle du général qui les commandait. On s’en est pris avec raison à ceux qui nous avaient si mal informés, et le lendemain il n’y avait qu’un cri dans l’armée contre les émigrés mexicains qui nous avaient si étourdiment poussés sur Puebla.

Nous nous sommes retirés sur Orizaba, et il a fallu une année entière pour réparer ce qui était arrivé à Puebla.

Le brave maréchal Forey a réparé cet échec ; nous avons été victorieux, nous devions l’être, personne n’en doutait ; nous sommes entrés à Mexico.

Voilà, Messieurs, le récit exact des événements ; j’affirme, les pièces en mains, que je n’ai altéré ni défiguré une seule circonstance de ce récit, et que l’exposé que je viens de vous présenter est la vérité même.

Je résume les faits, et je les précise avec la dernière rigueur.

C’est pour le délai apporté à l’exécution de la convention signée avec le gouvernement de Juarez, convention qui avait converti nos réclamations en une indemnité en argent, c’est pour le délai apporté à l’exécution de cette convention, que nous avons rompu. Si on avait adopté le plan anglais, ce n’eût pas été une grande faute de rompre, car, en s’emparant de Tampico et de la Vera-Cruz, on aurait occupé ces deux sources du revenu mexicain jusqu’à parfait payement. A ce plan si simple, qui était le plan anglais et espagnol, nous avons substitué le plan de fonder une monarchie au Mexique.

Voilà la vérité qu’on ne peut contester ; elle est évidente comme la lumière. (Assentiment sur plusieurs bancs.)

Je vous demande pardon, Messieurs, de vous retenir si longtemps (non ! non ! — Parlez !)… ; mais il n’est pas possible d’éclaircir des affaires aussi compliquées sans entrer dans certains détails, et je crois ne vous avoir donné que des détails indispensables. Maintenant, je vais arriver à la question pratique.

On nous dit : « Nous sommes au Mexique : comment en sortir ? »

Je le reconnais, c’est là la question pratique. Comment, en effet, en sortir?

La France doit sortir de toutes choses son honneur et ses intérêts saufs. Mais enfin, permettez-moi de vous présenter une observation : quand on s’est mis dans une fausse position (et c’est une position vraiment fausse que d’être à trois mille lieues de ses rivages avec 40,000 soldats et 8,000 marins), — quand on s’est mis dans une position qu’on peut appeler fausse, si l’on est assez heureux pour s’en tirer avec l’honneur sauf, avec les intérêts saufs, faut-il donc être si difficile, si l’amour-propre souffre quelque chose ? Prétendre, en effet, tirer d’une position fausse et l’honneur, et les intérêts, et l’amour-propre saufs, c’est trop. La Providence n’est pas aussi indulgente pour ceux qui ont commis des fautes. (Mouvements divers.)

Quel est le moyen de s’en tirer avec l’honneur et les intérêts saufs ? Mon Dieu ! le moyen est bien simple. S’il fallait traiter comme vaincu, oh ! jamais ! mais traiter comme vainqueur n’est nullement déshonorant. Le lendemain de l’entrée à Mexico, quand on était vainqueur, qui empêchait de traiter avec le gouvernement de Juarez qu’on venait de vaincre ? Qu’y avait-il de plus simple, alors, que de traiter avec ce gouvernement ?

On me répondra : « Comment ? traiter avec le président Juarez ! ce serait se couvrir de confusion !… » Mais lorsqu’on est vainqueur, lorsque ceux qu’on vient de vaincre représentent en même temps le parti le plus fort (je vais, vous en donner la preuve), et qu’en outre ce parti ne veut rien de bien déraisonnable, pourquoi refuser de traiter avec lui ?

La preuve que c’est le parti le plus fort, la voici. Nous avons au Mexique le général Bazaine qui joint à de grands talents militaires beaucoup de tact, à ce qu’on assure (je n’ai pas l’honneur de le connaître), et beaucoup d’esprit politique, eh bien, que fait-il ? Il s’occupe en ce moment d’opérer une espèce de révolution, et de se porter du parti de l’ancien régime, comme je l’ai nommé, vers le parti du nouveau.

Il a, en effet, consenti à se séparer de l’archevêque de Mexico sur la grande question des biens nationaux. La question qui s’agitait était celle-ci : Suspendrait-on les procédures engagées pour les biens nationaux, ou ne les suspendrait-on pas ? Si on les suspendait, c’était déclarer qu’on voulait revenir sur la vente des biens nationaux ; si on ne les suspendait pas, c’était dire qu’on les confirmait. Eh bien, non ! on n’a pas suspendu ces procédures. Nous reconnaissons donc nous- mêmes, par le plus sage de nos représentants, le général Bazaine, que le parti libéral, que d’autres appellent révolutionnaire (mais nous sommes convenus de ne pas tenir compte de ces appellations), que ce parti est le plus fort, et que, de plus, il n est pas déraisonnable, puisque nous faisons exactement ce qu’il veut. N’était-ce donc pas, je le demande, la chose du monde la plus simple que de traiter avec ce parti, et s’il le fallait absolument, avec son chef, le président Juarez ?

Et, après avoir traité avec lui, oh ! Messieurs, la question était résolue, parce que, à l’instant même, nous pouvions nous retirer, bien entendu en conservant Tampico et la Vera-Cruz, comme les Anglais et les Espagnols voulaient le faire, pour conserver un gage, et assurer l’exécution de la convention conclue avec nous. Alors les 13 à 14 millions qu’il nous en coûte par mois n’étaient plus inscrits à notre budget, nous n’avions plus 40,000 hommes au delà des mers, et cette grande question qui nous occupe, qui nous tourmente, cette grande question du séjour de nos troupes au Mexique, elle était résolue !

On dira : « Mais il était bien désagréable, après avoir annoncé au monde qu’on allait établir une monarchie au Mexique, après s’être mis en rapport avec un prince pour lui offrir la couronne, de renoncer tout à coup à cette monarchie, à ce prince, et de traiter tout simplement avec Juarez. »

Messieurs, c’est là ce que j’appelle un sacrifice d’amour-propre. Mais je dis que quand on traite avec un ennemi vaincu, dans les conditions que vous savez, quand l’honneur est sauf, on peut se mettre au-dessus de toutes les petites considérations d’amour-propre : l’essentiel, c’est que l’honneur soit sauf.

Mais ce n’est pas tout. Pour juger de la valeur d’un parti à prendre, il ne faut pas seulement l’examiner en lui-même, il faut le juger d’un autre point de vue, il faut le juger par comparaison avec la résolution contraire. Eh bien, maintenant, ne jugez pas cette résolution de traiter avec Juarez en elle-même seulement, jugez-la par comparaison avec une autre résolution, celle de fonder une monarchie au Mexique.

Je tâcherai de ne pas vous retenir trop longtemps, mais il faut examiner cette entreprise en hommes sérieux.

Je vous demande pardon du mot que je vais employer, mais je ne prends pas au sérieux cette considération des races latines opposées aux races saxonnes. Non, ce n’est pas là une considération qui mérite qu’on s’y arrête. Parlons en hommes politiques. Je vous le demande, Messieurs, est-ce quelque chose de bien sensé, dans l’état de l’univers, que de songer à établir pour notre compte, à nos frais et sous notre responsabilité, une monarchie au Mexique ? Vraiment, je vous le disais en commençant, ma raison est confondue quand je songe à une telle entreprise.

Examinons froidement ce qui va arriver. Pour combien de temps serez-vous retenus dans cette région lointaine ? On dit qu’on recrutera la légion étrangère, qu’on formera un corps mexicain, et que nous pourrons alors nous retirer. Mais quand tout cela sera-t-il achevé ?

Il y a quelque temps, on nous disait avec un grand sérieux que moyennant les ressources du Mexique on payerait la dette française : aujourd’hui, avec le même sérieux, on nous dit que lorsqu’on aura recruté la légion étrangère et les troupes mexicaines, nous pourrons nous retirer.

Eh bien, permettez-moi de répondre à ces allégations et de vous rappeler ce qui s’est passé.

Nous avons occupé Mexico, si je ne me trompe, vers la fin de mai ; quelque temps après ont commencé les pluies. Vous savez qu’elles durent quatre mois. Nous avons été obligés pendant tout ce temps de demeurer immobiles. Puis, quand les pluies ont cessé, il a fallu se préparer à entrer en campagne, et nous avons commencé en novembre à faire, comme on l’a dit très-spirituellement, à faire une tournée électorale au profit du prince Maximilien. (Rires et mouvements divers.)

Nous sommes entrés en opération en novembre seulement, et nous y sommes certainement encore aujourd’hui. Le prince qu’on nous annonce ne sera au Mexique qu’au mois d’avril, car on dit qu’il ne partira qu’en mars. Il arrivera donc en avril, et il aura à peine le temps de recevoir les félicitations de ses sujets avant d’être assailli par les pluies, car il sera du reste très-bien accueilli, je n’en doute pas. Vous souviendriez-vous par hasard qu’un prince nouveau n’ait pas été très-bien accueilli quelque part ? Pour moi, je ne m’en souviens pas. (On rit.) Le prince aura à peine reçu les félicitations de ses sujets que la saison des pluies recommencera. Il faudra rester immobiles encore ; on ne pourra remuer les troupes qu’en septembre ou en octobre. Il faudra cependant le protéger quelque temps. Ainsi, vous êtes certains, en suivant ce plan, de rester au Mexique toute l’année 1864. Et je mets de côté les dépenses, dont je vous parlerai tout à l’heure, mais enfin nous voilà au Mexique avec notre armée pour toute l’année 1864.

Certainement on le niera, mais la chose restera vraie. Nous sommes là pour toute l’année 1864, et je rendrai grâces au ciel si nous pouvons en sortir en 1865.

On me répondra que les troupes destinées au prince vont être recrutées. Je le veux bien ; mais, en tout cas, cela ne pourra se faire tout de suite, et vous ne pourrez retirer vos troupes immédiatement. Vous serez obligés, dans la supposition la plus favorable, de ne les retirer que peu à peu.

Croyez-le, il n’y a pas d’exagération dans ce que j’avance ici. Vous serez encore au Mexique pour plusieurs années, quoi que vous fassiez. Eh bien, dans l’état actuel du monde, est-ce une résolution sage de rester au delà des mers avec 40,000 hommes, axec 8,000 marins, surtout lorsque les mers pourraient cesser d’être libres ?

Et maintenant, occupons-nous aussi de la question de finances.

Sans doute nous sommes assez grands financiers aujourd’hui, nous sommes assez riches pour traiter les questions de finances avec dédain.

Pour moi, Messieurs, qui suis resté dans les idées étroites d’autrefois, je vous prie de me permettre de parler un peu de la question de finances.

Et pour commencer, comment va-t-on la résoudre cette question de finances ? Eh ! mon Dieu, comme nous avons déjà fait, en payant tout. Vous payez actuellement l’armée française, vous payez en outre l’armée mexicaine, et je n’en fais pas un reproche au gouvernement, il ne peut agir autrement : s’y refuser serait absurde.

Dans quelle position se trouvera le prince en arrivant à Mexico ?

Il n’aura pas une piastre dans ses caisses. Les plus grands revenus du Mexique passent par les bureaux de douane. Ces bureaux sont sous le séquestre aujourd’hui, et pendant que nous consentons à jouer le rôle de garnisaires pour le compte de nos alliés, ce sont les Anglais et les Espagnols qui perçoivent la plus grande partie des revenus au pays. Cela doit être, je n’en fais pas un reproche aux hommes, je n’en fais de reproche qu’à la situation, mais aux hommes je fais le reproche de vouloir s’obstiner dans une situation pareille ! Quoi qu’il en soit, dans ce moment le gouvernement mexicain a la plus grande partie de ses revenus sous le séquestre par l’occupation des deux bureaux de douane de la Vera-Cruz et de Tampico.

De plus, même en nous étendant jusqu’à San Luis de Potosi… (on nous disait hier, en traitant la géographie un peu cavalièrement, que nous occupions les deux tiers, les trois quarts du pays…)

M. Jules Favre. On a dit les sept huitièmes.

M. Thiers. Ah ! c’est encore mieux ! Pourtant voici la vérité : même en nous étendant jusqu’à San Luis de Potosi, nous n’occupons pas le vingtième du territoire.

Il est vrai que nous occupons des provinces très-peuplées ; mais certainement sur 8 millions nous n’aurons pas sous notre autorité plus de 2 millions de population. Je ne dis pas que plus tard le jeune prince ne finisse par des miracles, qu’il ne finisse par occuper le Mexique tout entier, je le veux ; je parle du moment, et de l’engagement que nous prenons en restant au Mexique. Quels revenus aura-t-il ? Aucun. Eh bien, dans ce cas, nous serons vraiment trop honnêtes gens pour l’avoir arraché à sa famille, à son pays (on rit), et le laisser au Mexique dans l’impossibilité de payer sa propre armée. Il faudra tout payer pour le commencement, et ce sera bien plus alors de 12 millions par mois.

A la vérité on me dira : Mais les emprunts !

Messieurs, il faut nous rendre justice ; si les emprunts sont faciles à faire pour la France, comme nous pouvons nous en convaincre tous les jours, ce que nous voyons avec satisfaction, non pas à cause des emprunts eux-mêmes, mais à cause de la richesse publique qui permet de les faire, ce qui est bien différent… (Bruits divers.) croyez -vous que le Mexique empruntera aussi facilement que nous ? Si tous vouliez accorder votre garantie, oh ! sans doute, ce serait bientôt fait ; vous pourriez emprunter pour le Mexique tout ce que vous voudriez. Mais j’imagiue [sic] qu’on ne nous prépare pas une demande de garantie pour un emprunt. Nous sommes, nous, membres de l’opposition, bien peu nombreux dans cette assemblée, mais ce jour-là je ne serais pas étonné que nous le devinssions beaucoup. Vous ne viendrez donc pas nous proposer de garantir un emprunt. Quand le Mexique demandera trois ou quatre cents millions qu’il lui faudrait, croyez-vous qu’il les trouvera ? Je n’entrerai pas dans les détails, mais enfin le Mexique, vous le savez, a de grosses dettes. Il a sa dette intérieure qu’il ne paye pas. Il a sa dette envers la France dont nous ne réclamerons pas le payement. Nous lui donnerons du temps. Mais il a sa dette extérieure, et celle-là nous ne pouvons pas la traiter légèrement, car le créancier est dur, c’est l’Angleterre. Et vous savez que cette dette extérieure est d’environ 300 millions. Il y a ensuite les réclamants de toutes, les nations, pour le compte desquels on a fait la guerre, et qui réclament 200 millions à eux tous. Et apparemment nous ne sommes pas allés au Mexique pour que les malheureux dont nous entreprenions de défendre les droits ne reçussent pas leur indemnité.

Il faudra donc réunir trois ou quatre cents millions pour commencer. On dit que le prince les obtiendra. Je n’ai jamais eu l’honneur de me trouver en sa présence ; et je ne saurais apprécier ses qualités ; je ne doute pas qu’il n’en ait de très-grandes ; tout le monde dit que c’est un prince attrayant. Ce ne sera pas trop de tout son esprit, il faudrait même qu’il en eût autant que son beau-père, et c’est beaucoup dire, pour qu’en quelques années il parvînt à rétablir l’ordre au Mexique, et qu’en récompense les capitalistes d’Europe lui prêtassent de 3 à 400 millions.

Ce peut être un parti, comme je le disais, fort désagréable que de traiter avec cet Indien Juarez ; mais enfin, dans le parti contraire, vous voilà réduits pour un an, deux ans, trois ans, je ne sais, à rester au Mexique, et pendant ce temps condamnés à tout payer. Vous voyez que je n’assombris pas le tableau, car s’il arrivait au Mexique ce qui est arrivé à la Dominicaine, où, après l’accueil le plus brillant fait à l’autorité espagnole, on a passé l’année suivante à une guerre acharnée, — s’il arrivait ce qui est arrivé à la Dominicaine, l’embarras serait grand ! Mais je mets de côté ces sinistres augures ; je suppose que le prince réussira, soit. Il n’en est pas moins vrai que nous voilà politiquement engagés pour un an, deux ans, trois ans, je n’en sais rien, au delà des mers, et, en attendant, obligés de tout payer !

Je l’avoue, Messieurs, quoique notre jeune collègue ait beaucoup admiré cette œuvre, moi je ne puis pas me décider à l’admirer. (Interruption et mouvements divers.)

M. le baron de Beauverger. Le jeune collègue demande la parole.

M. Thiers. Maintenant, est-ce que les créations d’États nouveaux nous ont si bien réussi que nous devions être tentés de recommencer souvent ? Est-ce que, par hasard, ce qui se passe sur les bords du Danube ou en Grèce serait bien engageant pour les fondateurs de monarchies nouvelles ? Oh ! certainement, s’il y a eu au monde une création qui ait été justifiée, c’est celle de la Grèce. Mon Dieu ! cette pensée me ramène, et ramène tous ceux d’entre vous qui ont mon âge, aux souvenirs de notre jeunesse. Vous savez avec quel entraînement, je dirai toute l’humanité a demandé il y a trente ans la création du royaume de Grèce. Il fallait arracher ces malheureux Grecs au sabre des Turcs. Vous vous rappelez les massacres épouvantables auxquels nous avons assisté à cette époque.

Il y avait une raison non pas plus respectable que celle-ci, mais je dirai plus impérieuse pour les hommes politiques, c’est que, si on n’avait pas songé à pacifier la Grèce, la question d’Orient, cette formidable question qui un jour, si elle surgit sérieusement, fera couler tant de sang, la question d’Orient se serait sur-le-champ élevée, et on agit très-sagement quand on créa le royaume de Grèce, soit à cause de la raison d’humanité, soit à cause de la raison de politique. Et puis, ce n’était vraiment pas bien inquiétant. Quelles étaient, en effet, les puissances qui devaient concourir à cette œuvre ? C’était la Russie, c’était l’Angleterre, c’était la France, les trois puissances qui enveloppaient la Grèce avec leur marine et leurs armées. Cela ne devait pas être bien difficile ; et à cette époque où l’on n’était pas encore habitué à la grande finance, le denier qu’on demandait n’était pas non plus bien considérable : c’était 20 millions pour chacune des trois puissances intervenantes. Donc pas de danger, pas beaucoup de dépense, et une nécessité absolue ! Vraiment on ne pouvait pas réunir plus de motifs en faveur de l’entreprise projetée.

Et cependant, a-t-elle donc si bien réussi ? Après quelques années, les Grecs vous ont renvoyé le roi Othon. Il n’avait fait aucuu [sic] mal ; il n’avait pas été, à la vérité, fort habile ; il avait interprété le système constitutionnel d’une certaine façon qui ne lui avait guère réussi, mais enfin, on l’a renvoyé à l’Europe qui l’avait donné à la Grèce.

Et sur-le-champ, pour tout reproche, on a dit aux Grecs : « Mais, messieurs, comme il vous plaira ; votre roi ne vous convient pas ? eh bien, nous allons vous en donner un autre. » (Hilarité générale.) — On a cherché ce nouveau roi, et on l’a trouvé. Ici, Messieurs, je dois le dire, j’admire beaucoup la sagesse dont notre gouvernement a fait preuve en cette circonstance. Il a laissé à l’Angleterre le soin de trouver un roi, et la trouvaille n’était pas facile. L’Angleterre est allée s’adresser à cet arbre de la monarchie danoise si ébranlé aujourd’hui ; elle en a détaché un rameau, et de ce rameau elle a fait un roi de Grèce. L’Angleterre a ajouté à cela un sacrifice qui, au fond, quand elle y pensera, lui paraîtra plus grand qu’au premier jour ; elle a concédé les îles Ioniennes, et, ce qui est plus grave encore que l’abandon des lies Ioniennes, la forteresse de Corfou,

Et cependant, l’Angleterre qui a été chercher et qui a conduit ce roi par la main jusqu’au Pirée, qui a fait de tels sacrifices pour la Grèce, est beaucoup plus impopulaire que nous qui ne nous en sommes pas mêlés. (Rires d’adhésion.) Eh bien, Messieurs, est-ce donc bien tentant d’aller créer des Etats hors de chez soi ? Et vous voici essayant une Grèce à trois mille lieues de France ! Et avec quel appui ? Quand nous avons créé la Grèce, c’était avec l’appui de l’Angleterre et de la Russie, et la bonne volonté de tout le monde ; c’était le vœu général auquel nous obéissions, je puis le dire. Maintenant, nous voilà créant une monarchie au Mexique, avec la bonne volonté de qui ?

On serait bien embarrassé de me répondre. Ah ! je vais répondre, moi : oui, vous aurez la bonne volonté un peu railleuse (les journaux anglais peuvent déjà vous en donner une idée), vous aurez la bonne volonté un peu railleuse de l’Angleterre, à une condition toutefois : c’est que les bureaux de la Vera-Cruz et de Tampico serviront surtout à la payer, et que vous n’arriverez que les derniers quand il faudra établir les comptes (Mouvements divers.). A cette condition, j’en suis convaincu, elle sera de bonne volonté ; elle vous dira bien de temps en temps qu’elle est charmée de vous savoir toujours retenus au Mexique, comme elle le répète souvent dans ses journaux ; mais enfin, sauf cette plaisanterie, peut-être assez peu courtoise, elle ne vous gênera en rien dans ce que vous ferez vers cette partie du nouveau monde.

Mais après l’Angleterre il y a la race saxonne, cette race saxonne dont on parle tant, et de laquelle il faut bien tenir compte. Les États-Unis aujourd’hui vous ménagent ; ils vous flattent, car il dépendrait de vous de terminer la guerre civile, si la France se prononçait pour l’un des deux partis. Elle aura raison, du reste, de ne pas le faire ; pour ma part, je la conjure de ne pas le faire, et j’approuve fort le gouvernement d’avoir gardé la neutralité (Plusieurs voix. Très-bien !). Quoi qu’il en soit, si la France se prononçait pour l’un des deux partis, la question serait tranchée, car tout dépend d’elle. Il n’est donc pas bien étonnant qu’aujourd’hui les Etats-Unis vous ménagent. Il me paraît même certain que si vous faisiez passer le prince Maximilien par New-York, dans cet intérêt-là on lui ferait bon accueil. Je l’accorde. Mais y a-t-il quelqu’un de sérieux qui puisse croire que lorsque cette guerre civile, dont il faut souhaiter la fin, non-seulement dans un intérêt d’humanité, mais dans l’intérêt de l’Europe entière, lorsque cette guerre civile aura fini, peut-on croire, dis-je, que les Etats-Unis, qui nous ont prouvé dans d’autres temps que leur mémoire était courte, se souviendront des ménagements que vous aurez gardés, et croyez-vous que si vous faites quelque chose de sérieux au Mexique, ils vous aideront à l’achever ?

J’en doute.

D’abord, sans qu’ils s’en mêlent, il arrivera ce qui est arrivé déjà pour la Havane. Ils ont bien déclaré, pour la Havane, qu’ils ne s’en mêleraient point ; je crois même qu’ils ne s’en sont pas mêlés beaucoup, et, cependant tous les aventuriers du midi de l’Amérique se sont jetés sur la Havane.

Vous aurez certainement quelque 40,000 ou 30,000 aventuriers à la fin de cette guerre déplorable qui n’auront pas d’emploi. Où voulez-vous qu’ils aillent ? Ils n’auront qu’à passer le rio Norte pour aller au Mexique. El pour qui iront- ils ? Pour nous ? Est-ce que c’est possible ? Non, personne ne peut le croire. Vous voyez donc que c’est une Grèce à trois mille lieues de chez vous, avec la froideur de l’Angleterre, avec l’hostilité inévitable, tôt ou tard, sinon de l’Amérique du Nord, au moins de tous les gens qui la servent, et qui ne trouveront plus à la servir lorsque la guerre sera finie. (Très-bien ! sur plusieurs bancs.)

Eh bien, je l’avoue, j’ai beau envisager la question sous toutes ses faces, je ne puis encore trouver un motif sérienx [sic] à une telle entreprise ! Il est vrai qu’on nous dit : « Le Mexique est si beau ! c’est le plus beau pays de la terre. Lisez donc les descriptions qu’on en a faites. Vous trouverez là des ressources immenses qui vous dédommageront de tous vos sacrifices ! »

Messieurs, il y a bien longtemps que j’avais examiné cette question : j’avais eu l’honneur d’être plusieurs fois ministre des affaires étrangères, et j’avais dû m’en occuper. Je m’en suis occupé sérieusement depuis, et je suis confondu de tout ce qu’on a débité à cet égara.

Le Mexique est bien riche !

Examinons cette tradition. Le célèbre M. de Humboldt, quand il le visita, détruisit déjà beaucoup d’illusions. Le Mexique avait, à la fin du dernier siècle, une réputation de richesse colossale, et cela s’explique. L’Espagne produisait alors à elle seule, par ses colonies, les neuf dixièmes de tous les métaux précieux qui se répandaient dans le monde. Or, on croyait que tous ces métaux venaient spécialement du Mexique.

Pour ce motif, le Mexique, sous le nom de Nouvelle-Espagne, avait une réputation fabuleuse. Quand M. de Humboldt le visita, beaucoup d’illusions furent détruites chez lui. Mais depuis, d’autres voyageurs, qui n’avaient pas la sagacité et la réputation de M. de Humboldt, ont trouvé encore beaucoup d’illusions à détruire. Je ne dis pas que le Mexique ne soit pas un beau pays, mais voyez l’Amérique : depuis les Grands Lacs jusqu’au cap Horn, il n’y a pas une contrée dont on ne puisse dire tout ce qu’on dit du Mexique. Prenez d’ailleurs les faits actuels, consultez la statistique, et vous verrez si cette merveille est aussi merveilleuse qu’on le prétend.

On a parlé du coton du Mexique, et certainement ce qui vaut mieux pour un pays que de riches mines, c’est une grande production agricole : cela vaut mieux que l’or et l’argent.

Le coton, si le Mexique pouvait en donner, le coton serait un produit bien précieux. On a dit, on a écrit partout que le Mexique pouvait nous donner du coton. Eh bien, voici les faits à cet égard. J’ai entendu des négociants qui se sont appliqués à la culture du coton ; j’ai consulté le directeur de l’école agricole de Mexico, et voici ce qu’ils m’ont déclaré : Le coton ne peut venir que dans les terres basses qui sont le long du golfe du Mexique, qui ressemblent à celles du Texas, mais qui sont, malheureusement, la plupart du temps empestées. Le coton y vient, cela est vrai ; mais on n’a pas les bras du Texas, c’est-à-dire les bras noirs ; on n’a que des bras indiens ; or, les Indiens n’aiment pas à travailler pour les propriétaires espagnols. Ils ont été toujours si maltraités par eux, qu’ils se sont retirés dans les montagnes, où ils vivent de peu, et ils n’entrent qu’à la dernière extrémité en rapport avec la race blanche.

Le coton ne peut donc pas se cultiver dans les terres basses faute de bras, et, de plus, sur cinq récoltes, on en perd toujours deux ou trois, parce que les pluies du mois de mars attaquent le coton au moment où sa coque s’ouvre. Aussi, le coton a été presque abandonné au Mexique ; on le cultive encore un peu, mais cette culture suffit à peine aux rares filatures de coton qui sont dans le pays.

Sur les plateaux il ne peut pas venir. Sur les plateaux, d’ailleurs, il y a quatre mois d’inondation et huit mois de sécheresse, et, par ce motif, toute culture y est difficile.

La culture n’est possible que dans les vallées ; et là, je le reconnais, elle est magnifique. Là où l’on a pu recueillir l’eau et la conserver, là où l’on peut se la procurer au moyen d’irrigations ou naturelles ou factices, tous les genres de culture sont fort belles, c’est incontestable.

Eh bien, même dans ces parties, d’ailleurs peu étendues, la principale difficulté subsiste, celle des bras. A une époque où, dit-on, le Mexique était dans un état de prospérité remarquable, à la fin du dernier siècle, à peu près en 1803, à l’époque où M. de Humboldt a écrit son ouvrage, savez-vous ce que produisait le sol du Mexique alors, et, certainement, il n’est pas plus cultivé aujourd’hui ? 145 millions par an, selon M. de Humboldt. Et maintenant, considérez ce que cela représente par rapport à la production agricole de la France. On a beaucoup varié sur le chiffre de la production agricole de la France, on l’évalue à environ 6, 7 ou 8 milliards. Qu’est-ce donc qu’un produit annuel de 145 millions qu’il faut aller chercher si loin ?

Mais, dit-on, il y a des mines fort riches.

Les mines peuvent produire de 120 à 130 millions. Ces mines, dont on parle tant, assurément sont riches, mais leur richesse n’est pas la chose essentielle. Il faut que vous sachiez qu’aujourd’hui des gisements aurifères et argentifères se rencontrent partout, de l’extrémité nord à l’extrémité sud de l’Amérique. En Californie, par exemple, la partie qui avoisine San-Francisco ne présente plus une très-grande richesse aurifère, et les Californiens ont alors franchi la Sierra-Nevada ; ils ont trouvé au delà de la Sierra-Nevada, entre cette sierra et les montagnes Rocheuses, des gisements argentifères magnifiques, et ils ont découvert de plus le mercure, qui est indispensable à l’exploitation des minerais argentifères. D’autres mineurs ont remonté la rivière Fraser vis-à-vis de l’île Vancouver, et ils ont rencontré des gisements de la plus grande richesse. Les Américains se sont dirigés vers le haut Colorado, et ils ont encore découvert là des gisements extrêmement abondants en métaux précieux.

Lors donc qu’on vous dit qu’un pays est le plus riche des pays parce qu’il contient des richesses aurifères ou argentifères, on ne dit là rien de bien sérieux. L’essentiel pour que des mines puissent prospérer, c’est d’avoir de grands capitaux, de bons administrateurs, beaucoup de suite. Et c’est justement là ce qui se trouve difficilement.

Eh bien, au Mexique, faute d’avoir trouvé ces choses mal heureusement trop rares, savez-vous ce qui est arrivé ? C’est que la plus grande partie des capitaux qu’on a mis dans les mines du Mexique ont été perdus. Les Anglais ont perdu depuis trente ans plus de 50 millions de piastres, c’est-à-dire 250 millions de francs. Les Allemands ont perdu 15 millions de piastres, c’est-à-dire 75 millions de francs. Par conséquent il ne faut pas s’imaginer que les mines du Mexique soient quelque chose de si merveilleux qu’on se plaît à le dire.

Oui, il y a au Mexique des gisements argentifères considérables ; ce n’est pas douteux, mais on n’a pas le mercure, il faudra l’acheter en Europe ou en Californie. Cette circonstance contribuera singulièrement à ajouter aux frais d’exploitation. Tous les spéculateurs d’Europe qui sont prêts à se rendre à la suite du prince Maximilien au Mexique, ont écrit à Mexico ; j’ai vu des correspondances qui ont eu pour intermédiaires les maisons les plus respectables ; eh bien, savez-vous ce qu’on leur a répondu ? De n’être pas aussi confiants, car il n’y avait rien de plus hasardeux que l’exploitation des mines d’argent du Mexique. On leur a même conseillé de se porter de préférence sur les mines de cuivre.

Gela vous explique comment, avec 150 millions environ de produits agricoles, avec 120, 130, 140 millions de production métallique, ce qui fait à peu près 300 millions en tout, cela vous explique comment le Mexique a tout au plus un commerce de 130 millions, importation et exportation réunies, dans lequel nous entrons pour 20 millions.

Cependant, Messieurs, je veux faire un rêve, je veux, moi aussi, rêver ! Je vous accorde tout ce que vous pouvez imaginer de mieux, je vous accorde que le Mexique va réussir comme le Brésil. Oui, le prince Maximilien, qui est un homme d’esprit, sera de plus un prince profondément habile ; les Mexicains se rallieront tout à coup à la nouvelle monarchie ; ils ne feront pas ce que les mulâtres font à la Dominicaine ; le prince accomplira ce miracle de mettre d’accord l’ancien et le nouveau régime ; il régnera paisiblement, tout se pas sera pour le mieux sous son sceptre favorisé du ciel, tout se passera comme au Brésil !

Mais que se passe-t-il donc au Brésil ? Savez-vous combien il a fallu de temps au Brésil pour en arriver où il est ? Cinquante ans. Il lui a fallu des princes d’une grande sagesse, un repos non interrompu, d’heureux rapports avec le monde entier, et cinquante ans, je le répète, pour arriver à un budget de 100 millions, et à un commerce extérieur de 5 à 600 millions. Tandis que nous, Messieurs, nous voyons en dix ans notre commerce doubler (on le disait l’autre jour à la tribune avec raison), tandis que nous voyons dans cet espace de temps notre commerce passer de 2 à 4 et même à 5 milliards, le Brésil, en vingt ans, a passé de 400 millions à peu près à 600 millions : il a augmenté d’un tiers. Et comment, Messieurs ? Par le repos, par le temps, par le travail.

Dieu n’a donné à l’homme qu’une baguette magique : c’est le travail et la patience. (Très-bien ! très-bien !) Le Brésil a employé ce moyen, qui vaut mieux que les métaux précieux, ainsi que vous allez en avoir la preuve.

Le Brésil a des métaux précieux, lui aussi ; il ne s’en est presque pas occupé. Il s’est livré à l’agriculture, et il a une branche d’agriculture admirable, le café. Savez-vous combien il donne chaque année de café au monde entier ? A l’heure qu’il est, plus de 200 million s! Cela vaut mieux assurément que les métaux précieux. Avec le repos, une liberté paisible, d’excellents princes, pas un ennemi et cinquante ans, le Brésil est arrivé à cet état qui fait envie aux gouvernements américains.

Maintenant, je vous le demande, supposez que le Brésil eût en Europe un ami qui l’eût beaucoup obligé, sensiblement obligé, est-ce qu’il pourrait faire la fortune de cet ami, et dédommager celui-ci des services qu’il en aurait reçus ? (Mouvements divers.) C’est donc un pur rêve que de venir prétendre que le Mexique, en réussissant comme le Brésil, pourra nous dédommager, et payer les, 5 ou 600 millions que nous aurons dépensés pour lui.

Je sais bien qu’on ajoute : Oh ! oui ; mais vous oubliez une chose, vous oubliez qu’il pourrait s’opérer là un miracle. — Un miracle ! Et lequel ? — Le miracle de la Californie.

Ah ! c’est vrai, on nous a parlé d’une province qui s’appelle la Sonora, et qui, dit-on, doit ressembler à la Californie. On répète avec complaisance que si nous avions là-bas un territoire qui ressemblât à celui de la Californie, ce ne serait pas chose à dédaigner, et que nous n’aurions pas à regretter nos sacrifices et nos efforts.

Messieurs, je vous ai retenus bien longtemps.

Voix nombreuses. Non ! non !

M. Thiers. Mais il me faudra peu de minutes pour expliquer ce grand miracle de la Californie. Si vous me permettez d’ajouter quelques mots, vous allez voir si ce miracle est quelque chose de si prodigieux, et qui doive faire la fortune non pas de deux gouvernements, mais d’un seul.

Oui, sans doute, les gisements de la Californie sont très-riches : ceux de la Sonora le sont-ils autant ? Personne ne le sait. Il y a des ingénieurs allemands qui ont écrit sur ce sujet et qui le contestent. La vérité est que nous n’en savons rien, et cela doit rendre tout le monde très-réservé. Quant à moi, cela me disposera à être extrêmement réservé, et je déclare que je n’en sais rien. Mais il y a une chose que je sais, parce que j’ai étudié la géographie, c’est que la Sonora est située à 10 ou 15 degrés au-dessous du pays où l’on va chercher l’or en Californie, c’est-à-dire à quelques centaines de lieues au sud, et que le climat y est des plus dangereux pour les Européens. De plus, il y a des sauvages féroces, les Apaches, qui, jusqu’ici, ont rendu cette province presque inhabitable.

Mais enfin, je le veux bien, car je rendrai tout facile aux fondateurs de la monarchie mexicaine, je veux leur accorder que la Sonora sera la province du monde la plus facile à habiter.

Eh bien, avec toutes ces suppositions, les choses se passeront sans doute comme en Californie, et voici comment elles s’y sont passées.

Lorsqu’on a appris que, non-seulement il y avait dans cette contrée des sables aurifères qui procuraient la facilité de gagner 200 ou 300 francs par jour, mais que de plus on y trouvait ces fameuses pépites qui, en un instant, pouvaient procurer 20, 30 ou 40,000 francs à l’heureux mineur qui les rencontrait, oh ! (c’était au lendemain des révolutions européennes), tous les hommes, comme on les appelle, déclassés, sont accourus en Californie. Ils ont d’abord beaucoup gagné, cela est vrai. Dans le principe, il y en a un certain nombre qui se sont égorgés entre eux, puis, la fatigue et la misère en ont tué un nombre plus considérable encore, car, même en ayant de l’or, de l’or en quantité, ils avaient la misère à côté d’eux. Ils sont alors venus à San Francisco pour jouir des trésors qu’ils avaient recueillis.

Eh bien, ils ont été obligés d’y payer un vêtement qu’ici, au Palais-Royal, on aurait pu se procurer pour 5 francs, de le payer 100 francs. C’était tout simple : les fournisseurs de San Francisco profitaient de la position et faisaient payer tout, on peut le dire, au poids de l’or. C’est que ces fournisseurs eux-mêmes étaient obligés de payer en Europe, à des prix très-élevés, tout ce dont on avait besoin en Californie, et ils ne faisaient pas de bénéfices aussi extraordinaires qu’on aurait pu le croire. De manière que l’or de la Californie a passé des mineurs aux fournisseurs, de ceux-ci aux manufacturiers du monde entier, et s’est ainsi disséminé partout, ce qui, du reste, est fort heureux. Pour mon compte, je ne le conteste pas, je cherche seulement si cet or-là se serait accumulé quelque part, de manière à enrichir un ami qui voudrait en enrichir un autre.

L’or de la Californie s’est donc répandu dans le monde entier. Après un peu de temps, qu’est-il arrivé ? C’est que les sables ont été moins riches. Les chercheurs d’or, ceux qui n’avaient pas eu la sagesse d’amasser quelques économies, ont été obligés de se résigner au nouvel état de choses. Il a fallu percer des puits de mine ; il a fallu aller chercher à une assez grande profondeur les bancs de quartz aurifère ; ces quartz, il a fallu les broyer ; après les avoir broyés, il a fallu employer les lavages pour séparer l’or des matières pierreuses. Dès lors, il est devenu nécessaire que les compagnies s’en mêlassent. Aujourd’hui, ce sont les compagnies qui exploitent la Californie, et les chercheurs d’or sont de venus de simples ouvriers.

Il n’y a peut-être pas grand final à ce qu’il en soit ainsi. Mais voyons ! le gouvernement de la Californie, le gouvernement fédéral ont-ils donc fait une si grande fortune ? Voici la vérité à cet égard.

Le gouvernement de l’Etat de Californie a vu ses revenus s’accroître un peu, mais pas beaucoup. Quant au gouvernement fédéral, il a été en querelle un moment avec l’Etat de Californie, et il lui a prouvé que le revenu des douanes, quoiqu’il fut considérablement augmenté, avait suffi tout juste à payer l’excédant de la dépense.

Par conséquent, l’or de la Californie s’est répandu dans tout l’univers, on ne saurait le nier ; mais il ne s’est accumulé nulle part, de façon surtout à procurer à un gouvernement américain le moyen de bien récompenser un gouvernement européen qui lui aurait rendu de grands services.

Il s’est produit un miracle, j’en conviens, miracle admirable, le seul qui se continue, et que je vais vous exposer en peu de mots. Ce miracle, qui l’a produit ? qui en a profité ?

Eh, mon Dieu ! une bonne créature qui ne fait pas de bruit, qui ne promet rien, mais qui travaille : c’est l’agriculture, [sic]

Savez-vous ce qui s’est passé en douze ans en Californie ?

Cette province, qui était inculte, est aujourd’hui aussi bien cultivée qu’une des plus belles provinces de France. Et comment s’est opéré ce prodige ? C’est que, parmi les chercheurs d’or, il y en a un certain nombre qui ont eu le bon sens d’acheter à très-bas prix quelques parties de ce sol prodigieusement fertile ; ils les ont cultivées, et aujourd’hui la Californie envoie des blés en Australie.

Voilà le miracle. Oui, il y a aujourd’hui aux Etats-Unis une province cultivée de plus, et magnifiquement cultivée, et ce phénomène s’est accompli en quelques années ! Mais le gouvernement fédéral n’en est pas moins obligé de recourir au papier monnaie, comme vous le savez, et quant à l’Etat de Californie, il n’a presque rien gagné.

Eh bien, le miracle se renouvellera-t-il ? Je suppose, je le répète, que la Sonora soit une Californie, je demande si l’on trouvera là de quoi indemniser la France des quelques centaines de millions qu’elle aura dépensés, et des dangers qu’elle aura courus ?

Malheureusement non ; et, il faut forcément mettre les rêves de côté, il faut arriver au positif, et résumer cette discussion peut-être beaucoup trop longue… (Non ! non ! continuez !), qui, si elle n’a pas dépassé vos forces, commence à dépasser les miennes.

La vérité, la voici. Ce qu’il y aurait de plus sage, ce serait tout simplement de se contenter de ce que l’honneur serait sauf, de ce que les intérêts de la France le seraient aussi, et de ne pas poursuivre plus loin un but dangereux, chimérique, et au terme duquel je n’aperçois pour la France la satisfaction d’aucun grand intérêt.

Maintenant, me dira-t-on, on s’est adressé au prince Maximilien ; le prince va partir, on s’est engagé envers lui, comment retirer les offres qu’on lui a faites ?

C’est vrai, Messieurs, mais c’est à vous à venir au secours du gouvernement ; c’est à vous à le dégager ; et, prenez-y garde ! nous allons tous assumer une grande responsabilité, car, suivant le langage que nous tiendrons, le résultat pourra être bien différent. Si vous vous exprimiez d’une certaine manière, le gouvernement français pourrait dire au prince candidat, et ce serait très-honorable pour tout le monde, il pourrait dire : « Que voulez- vous ? les pouvoirs publics en France ne sont pas favorables à cette entreprise, et je ne pourrai peut-être pas, comme mon honneur me porterait à le faire, vous soutenir aussi longtemps et aussi énergiquement que je le voudrais. » — Eh bien, le prince qui, assurément, est un homme d’esprit, quand le gouvernement français, s’appuyant sur votre langage, lui tiendrait un tel langage, le prince refuserait probablement, et nous pourrions revenir à ce président peu séduisant sans doute, à ce président Juarez, qui n’a d’autre mérite, à mes yeux, que de représenter le parti le plus fort… (Interruptions et réclamations nombreuses.)

Messieurs, il paraît que ceux qui m’interrompent trouvent que la responsabilité que nous allons prendre selon le langage que nous tiendrons, n’est pas pesante ; je les félicite de le penser. Quant à moi, je ne le pense pas, et je crois que lorsque vous aurez encouragé le gouvernement à persister dans ses desseins, ce qui dépendra de votre langage, vous serez bien mal venus plus tard à lui refuser les troupes, les marins, les millions qu’il vous demandera pour soutenir jusqu’au bout ce que vous allez entreprendre maintenant. Car, songez-y bien, jusqu’ici vous n’êtes pas engagés d’honneur, mais le jour où le prince sera parti avec votre appui et votre garantie, vous devrez le soutenir, quoiqu’il arrive.

(Mouvements divers. Applaudissements autour de l’orateur, qui se rassied.)


Séance du mardi 27 janvier 1864.

M. Thiers. Messieurs, puisque je suis interpellé par M. le Président, vous trouverez tout naturel que je réponde.

Expliquons-nous d’abord bien clairement sur le principe de droit constitutionnel. Dicter n’a pas pu être un instant dans nos intentions. Nous oublierions, même dans le système le plus rigoureusement constitutionnel, nous oublierions la limite de nos devoirs, la limite de nos droits, la limite des convenances, si nous entendions dicter au Gouvernement une conduite à suivre ; et je disais moi-même, il y a quelques jours, que, pour mon compte, je concédais au gouverne ment l’initiative en toutes choses.

Ainsi nous voilà bien d’accord. Le mot dicter n’est pas, à mes yeux, un mot constitutionnel. Je le répudie pour ma part ; mais, en répudiant le mot dicter, j’accepte de la bouche de M. le Président, et je ne puis accepter une meilleure rédaction que la sienne, j’accepte le mot vœu. (Mouvement.)

Mais le mot admis, est-ce notre vœu que vous nous demandez franchement ? Le voulez-vous sincère ? Je vais vous l’exposer bien clairement.

M. le Président de Morny. C’est ce que je vous demande.

M. Thiers. Ainsi, nous voilà bien d’accord.

Il ne s’agit pas, de notre part, de dicter une conduite, mais d’exprimer un vœu, et ce vœu, on doit le prendre en considération, car chacun de nous représente ici la France pour sa très-petite part, et je n’entends pas parler comme député de Paris, car nous sommes ici tous égaux, parfaitement égaux (très-bien !) ; j’entends parler pour mon 290e (j’ignore si je connais bien le chiffre de la représentation nationale). Eh bien, suivant moi, le vœu de la France est celui-ci : c’est que, le plus tôt possible, le plus honorablement possible aussi, on se retire du Mexique. (Interruption.)

Messieurs, ce n’est pas votre vœu que j’entends exprimer… Voix diverses. On vous approuve. Votre vœu est aussi le vœu de la commission.

M. Thiers. Tant mieux, at alors quand je prenais pour diviseur de la fraction que je représente le chiffre de 290, je me trompais : j’aurais dû prendre un diviseur moindre. Je suis enchanté que nous soyons quelques-uns de plus que je ne croyais.

Voix nombreuses. Tous ! tous !

M. Thiers. J’en rends grâces au Ciel, nous sommes tous d’accord.

M. Belmontet. Non, pas tous.

M. Thiers. Seulement il faut tâcher de trouver des expressions sur lesquelles l’accord puisse se maintenir. (Mouvements divers.)

Quelques voix. Ah ! ah !

M. Thiers. Eh bien, nous voulons tous nous retirer du Mexique le plus prochainement possible.

Quelques voix. Honorablement.

M. Thiers. Eh ! sans doute ! M. le Président nous disait tout à l’heure (ou plutôt me disait, car il me faisait l’honneur de s’adresser à moi) que son texte ressemblait beaucoup au nôtre.

M. le Président de Morny. Ce n’est pas le mien.

M. Thiers. Ce n’est pas le vôtre, monsieur le Président, de même que l’amendement que j’ai signé n’est pas le mien.

M. le Président de Morny. Je n’ai pas dit que ce fût le vôtre.

M. Thiers. Si, monsieur le Président, vous l’avez dit, mais peu importe. Je dis nôtre, parce que le concours obligé de plusieurs signataires dans la présentation des amendements commande cette expression.

Eh bien, je dois dire à M. le Président que, après avoir mis une grande attention à lire le paragraphe de l’Adresse, et avoir cherché à y trouver une similitude quelconque avec le texte de l’amendement, je n’ai pas pu arriver à la trouver.

Et, en effet, que dit le texte de l’Adresse ?

« Les expéditions lointaines de Chine, de Cochinchine et du Mexique qui se sont succédé, ont effectivement inquiété beaucoup d’esprits en France, à cause des obligations et des sacrifices qu’elles imposent. »

Jusque-là on est d’accord.

« Nous reconnaissons qu’elles doivent inspirer au loin le respect de nos nationaux et du pavillon français, et qu’elles peuvent aussi développer notre commerce maritime ; mais nous serons heureux de voir se réaliser prochainement les bons résultats que Votre Majesté nous fait espérer. »

Si la fatigue m’a laissé quelque intelligence, il me semble que cette manière de parler signifie ceci : Beaucoup de mauvaises langues ont médit des expéditions lointaines ; elles ont prétendu que ces expéditions inquiètent beaucoup d’esprits en France à cause des obligations et des sacrifices qu’elles entraînent. Eh bien, Sire, nous ne partageons pas l’opinion de ces mauvaises langues, car « nous reconnaissons que ces expéditions doivent inspirer au loin le respect de nos nationaux et du pavillon français. » (Interruption.)

Ainsi, le sens du paragraphe de l’Adresse est, selon moi, celui-ci : On a médit des expéditions lointaines… mais nous ne sommes pas de l’avis des médisants ; nous reconnaissons, au contraire, que ces expéditions auront tels ou tels avantages que nous sommes impatients de voir se réaliser.

Voilà le sens exact du paragraphe de l’Adresse.

Et quel est le vœu que de notre côté nous exprimons dans notre amendement ? Sans doute, nous ne prétendons pas que toutes les expéditions lointaines aient été inutiles ou mal heureuses ; mais nous disons, qu’en général, elles présentent de grands dangers, et que, spécialement, celle du Mexique est funeste en elle-même, et destinée à n’amener que de fâcheux résultats. (Interruptions diverses.)

Voilà notre pensée.

M. le comte de la Tour. Je demande la parole.

M. Thiers. Et voici en quels termes, bien différents de ceux du paragraphe de l’Adresse, nous manifestons notre manière de penser :

« En applaudissant, Sire, au courage et à l’héroïque per sévérance de ses soldats, la France se préoccupe des proportions et de la durée de l’expédition du Mexique ; elle désire vivement qu’une conclusion prochaine fasse cesser les sacrifices que cette expédition nous coûte, et prévienne les complications politiques dont elle pourrait devenir l’occasion. »

Ainsi, les deux points de vue diffèrent essentiellement : d’un côté, il y a des personnes qui trouvent que les expéditions maritimes, malgré le mal qu’on en a dit, ont cependant cet avantage de faire respecter nos nationaux et notre pavillon, de favoriser notre commerce, et ces personnes désirent que ces excellents résultats soient prochainement recueillis ; d’un autre côté, il y a des personnes qui, sans condamner toutes les expéditions lointaines, spécifient celle du Mexique, et à celle-ci n’attribuent aucun bon résultat possible, et désirent la voir cesser le plus prochainement.

Maintenant, que ce soit en traitant avec tel ou tel gouvernement, c’est là une question distincte…

Voix nombreuses. Mais non ! mais non ! c’est là toute la question !

M. Thiers. Je ne retire rien de ce que j’ai dit hier, mais je pose ainsi les termes de la question : Traitez avec qui vous voudrez, avec Juarez ou avec un autre, mais prenez garde de faire partir un prince, car, lorsque vous l’aurez fait partir dans les circonstances actuelles, ce ne pourra être que sous votre responsabilité. (Non ! non !) Nous sommes gens d’honneur, nous sommes honnêtes gens. Comment ! lorsque vous faites partir un prince, vous ne vous rendez pas responsables de son sort ?…

Voix nombreuses. Non ! non !

Autres voix. Nous ne le faisons pas partir : il va librement au Mexique.

M. Granier de Cassagnac. Cela dépend des conditions qu’on a faites avec lui : on n’est responsable qu’en vertu de ses engagements.

M. Thiers. Je voudrais pouvoir résumer toutes les interruptions en une seule pour y répondre. Qu’on me donne un interrupteur prêt à discuter avec moi, et je me charge de discuter avec lui ; mais je ne le peux pas avec cinquante personnes à la fois. Quand on se cache ainsi sous une cinquantaine d’interrupteurs, on peut dire tout ce qu’on veut ; mais je défie un homme de bon sens et de bonne foi de me dire ici, publiquement, et en le discutant avec moi, qu’en en voyant au Mexique un prince sous notre responsabilité, nous ne prenons pas avec lui un engagement moral de le soutenir ! (Dénégations.) Qui est-ce qui dira le contraire ? (Bruit.)

M. Granier de Cassagnac. C’est le prince qui veut aller au Mexique ; nous ne l’y envoyons pas.

M. André (de la Charente). Vous lui criez de ne pas partir, et il part.

M. Thiers. Vous demandez la clarté, eh bien, je vous l’apporte.

Je dis que la proînté de la France est engagée, quand vous envoyez un prince au delà des mers, à le protéger.

Plusieurs voix. Non ! non !

M. Thiers. Eh bien, que ceux qui pensent que la probité de la France n’est pas engagée se lèvent et le proclament ! Qu’on vote là-dessus, et, alors, le prince saura à quelles conditions vous l’envoyez au Mexique ! (Nombreuses exclamations. — Très-bien ! très-bien ! sur plusieurs bancs.)

M. Granier de Cassagnac. Il les sait, il les connaît, les conditions.

M. Thiers. On dit que nous nous cachons derrière des équivoques. Ce n’est pas nous… (Exclamations.)

M. le Président de Morny. Qui donc se cache derrière des équivoques ?

M. Thiers. Cela ne s’adresse pas à vous, monsieur le Président ; j’aurai toujours de la courtoisie envers un président qui en montre tant avec moi. Mais je dis que ceux qui, en arrachant un prince à sa famille, à son pays, pour l’envoyer au loin, prétendent ne s’engager à rien envers lui, se cachent derrière des équivoques. Quoi ! il part à notre appel, sous notre appui, et nous ne lui devons rien ?

Un membre. Que le gouvernement s’explique ; c’est à lui de nous le dire.

M. Thiers. On prétend qu’il n’y a pas d’engagement ! Pourquoi donc, hier, nous disait-on que, parce que le général Almonte et ses amis étaient à Mexico, parce qu’ils y avaient formé un gouvernement avec notre assentiment, derrière nos baïonnettes, on ne pouvait plus les abandonner ?…

Quand je disais hier : Traitez avec un parti quelconque, avec Juarez si vous voulez, on me répondait : Ce serait une honte ! On ne nous ménage pas les mots, vous en êtes témoins ; nous les ménageons, nous, mais on ne nous les ménage pas. (Interruption.) Au surplus, peu importe, je sacrifierai sans peine mon amour-propre à ma cause, qui est celle de la liberté modérée. On peut prendre toute licence avec moi ; je souffrirai tout ce qui n’atteindra pas ma dignité, et je ne compromettrai jamais avec imprudence la cause sacrée de cette liberté modérée que la France réclame aujourd’hui et pour laquelle je combattrai toujours. (Approbation sur plusieurs bancs.)

On nous disait donc hier que, en abandonnant le général Almonte et quelques-uns de ses amis qui nous ont conduits devant Puebla, où six mille Français ont été arrêtés en 1862, on nous disait qu’abandonner ses auxilliaires, ce serait une honte !

Comment ! ce serait une honte d’abandonner le général Almonte et ses amis, auxquels nous ne devons rien, et lors qu’un prince sera là-bas, au Mexique, conduit par vous, quand vos soldats auront parcouru une partie du Mexique pour mettre, dit-on, le peuple mexicain en mesure de voter, de voter pour lui apparemment, quand on aura fait tout cela, vous oserez nous dire qu’on ne sera pas engagé envers ce prince ! Mais, si cela est, messieurs, la langue a donc deux sens ? Un jour elle a un sens et le lendemain elle en a un autre ! Eh bien, pour nous elle n’a jamais qu’un sens, parce que notre langage est le langage de la probité et que la pro bité n’a jamais qu’un langage.

Hier je l’ai déjà dit, je le dirai encore, car lorsqu’il s’agit de choses pareilles la qualité des personnes augmente encore la gravité des engagements, je dirai que quand on va prendre un prince dans une des plus grandes familles régnantes de l’Europe, que quand on va demander à cette famille un de ses enfants pour le livrer aux hasards de ces guerres civiles si fréquentes au Mexique, prétendre qu’on ne contracte aucune obligation envers lui et les siens, c’est avancer une chose étrange qui ne serait pas honorable pour la France.

C’est pour cela que je me suis permis hier d’appeler l’attention la plus sérieuse de la Chambre sur la démarche à laquelle on va l’entraîner.

Hier on a dit bien davantage encore à ce sujet. On a parlé de chose jugée ; et je me suis étonné de voir un jurisconsulte aussi expérimenté que l’honorable M. Chaix d’Est-Ange parler de chose jugée quand il s’agit de politique. Oui, quand d s’agit de décisions des tribunaux, j admets que la chose jugée soit invoquée; mais je ne peux pas l’admettre en matière politique. Je puis l’admettre, par exemple, pour la décision de la Chambre lorsqu’elle vérifie les pouvoirs de ses membres, parce qu’en matière d’élections vous êtes, messieurs, juges souverains. Dans ce cas, la chose jugée peut être invoquée ; mais, dans la politique, y a-t-il jamais chose jugée ? Vraiment, je n’avais jamais entendu avancer pareille maxime. N’importe, cependant, j’accepte l’expression, mais elle doit vous servir de leçon. Vous pouvez deviner dès aujourd’hui l’usage qu’on fera dès l’an prochain de votre décision de cette année. On vous dira que vous avez prononcé, que vous avez autorisé l’établissement de la monarchie mexicaine, que vous ne pouvez pas laisser tomber cet établissement à peine commencé, et qu’il faut le soutenir. Eh bien, moi qui trouve ce mot de chose jugée bien mal employé hier, je dis qu’il aura une certaine valeur cette fois, et qu’il vous sera difficile de refuser vos flottes et vos soldats. C’est pour cela que j’ai supplié la Chambre et que je la supplie encore de bien prendre garde au vote qu’elle va émettre. Quand au lendemain de votre vote le prince partira, la situation sera bien gravement changée. Aujourd’hui, au moment même où je parle, nous sommes encore libres, le gouvernement l’est comme nous. Qu’il adopte la solution qu’il voudra, car ne croyez pas que je me fasse, moi, le patron de Juarez (je ne connais ni lui ni les siens) ; pour moi, Juarez est la représentation du parti réputé le plus fort, et je dis : Traitez avec le parti le plus fort, avec le parti que vous considérez comme tel, puisque vous cher chez à le rallier; dont vous reconnaissez les opinions pour bonnes, puisque aujourd’hui l’honorable général Bazaine sacrifie à ces opinions Mgr Labastida ; traitez avec ce parti ; si vous ne voulez pas traiter avec Juarez lui-même, traitez avec les hommes considérables de son parti ; demandez-leur le sacrifice de Juarez, cela ne me regarde pas, car heureuse ment je ne suis pas chargé des affaires publiques, et en tout cas c’est là que M. le Président aurait raison de dire que le mot dicter serait déplacé. Enfin que le gouvernement agisse comme il voudra; niais un point capital, un point de la dernière évidence, un point clair comme le jour, c’est qu’en encourageant le départ du prince nous prenons l’engagement de fonder une monarchie dans le nouveau monde. Eh bien, je dis que dans l’état des affaires universelles, c’est un engagement que pour ma part je ne voudrais jamais prendre, que je ne prendrai jamais. Le prendra qui voudra : quant à moi, je repousse loin de moi une pareille responsabilité ! (Approbation bruyante sur plusieurs bancs. — Applaudissements autour de l’orateur.)

FIN DU DISCOURS SUR L’EXPÉDITION DU MEXIQUE.

  1. D’après l’édition : Thiers, Adolphe (1797-1877) ; Flavigny, Maurice-Adolphe-Charles de (1799-1873), Discours prononcés au Corps législatif, les 9 et 10 juillet 1867,… sur le Mexique. Avec une lettre adressée aux éditeurs par M. le Comte de Flavigny. Édition populaire, Tours : Ernest Mazereau ; Paris : E. Dentu, 1867, 1 vol. (XII, 76, 108, 60, 66, 54 p.) ; 18 cm. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olivier Jacquot (20 février 2024). Discours sur l’Expédition du Mexique. Amoxcalli. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vv9j


Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search