Article : Voyage autour du Monde à l’Exposition Universelle de 1878 : I, Les deux Amériques, l’Océanie, l’Asie, l’Afrique, l’Europe Orientale

Créateur

  • Houssaye, Henry

Références bibliographiques

L’Amérique centrale, p. 369-370

[…]

L’exposition de l’Amérique centrale n’est riche ni au point de vue du progrès des industries importées d’Europe, ni au point de vue du caractère des industries nationales. Chacun de ces états occupe une petite salle de quelques mètres carrés, dont les pelleteries, les denrées coloniales, les collections de paléontologie, de botanique, de minéralogie et d’ornithologie tiennent à peu près toute la place. La république argentine expose en outre des meubles de bois de rose qui prouvent que la matière n’est rien si elle n’est fécondée par l’art, et des cadres de chêne blanc qui témoignent pourtant de l’aptitude des Argentins à sculpter le bois. Ce sont des bordures extrêmement travaillées, perforées à jour par le ciseau et fouillées comme des sculptures en noix de coco, qui figurent des oiseaux, des fleurs et des dragons. Au Pérou, il y a des tables et des coffrets de bois de fer, ramagés d’incrustations de nacre, des armoires entièrement recouvertes de plaques de nacre, des poteries vérnissées, de style étrusque. L’exposition du Nicaragua se borne à des hamacs et à des nattes de paille tressée ; celle de la Bolivie à des échantillons de minerais et de pelleteries ; celle du Venezuela à des cigares, à des vins et à de frêles corbeilles d’estropajo ; celle du Mexique enfin à des tablettes d’onyx et à de petites boites enluminées, d’un aspect barbare et primitif des plus réjouissans. La république de San-Salvador range sous ses vitrines de riches selles de cuir repoussé et découpé et des écharpes de soie et de laine rayées de mille couleurs. Il faut s’arrêter en traversant le Guatemala devant une ravissante collection de fleurs artificielles en plumes d’oiseaux-mouches, d’une légèreté et d’un éclat incomparables, et devant des chapeaux, des corbeilles, des porte-cigares et autres menus objets en paille tressée, d’une finesse extraordinaire ; la trame de la toile n’est pas plus serrée, la soie n’est ni plus unie, ni plus lisse. On lit dans quelque conte qu’une fée venait chaque nuit faire la tâche d’une jeune et infortunée princesse à laquelle une méchante sorcière avait imposé de tisser une énorme quantité de lin. Cette fée, depuis longtemps sans emploi en Europe, s’est décidée à émigrer dans l’Amérique centrale, et c’est elle qui tresse ces miraculeux tissus de paille, tandis que les ouvriers du Guatemala se croisent les bras à journées longues. Voyons la Guyane et les îles de Cayenne, de la Guadeloupe et de la Martinique dans l’exposition des colonies françaises, dont les salles ont en guise de portières de vastes filets de pêche d’un aspect gracieux et original. Il y a là des fleurs en plumes, des poteries rouges vernissées d’un travail très primitif, et qui ont pourtant un faux air de poteries grecques avec moins d’élégance dans la forme, des costumes de négresses et de mulâtresses, de métisses et de quarteronnes où dominent naturellement les nuances les plus tendres, le rose, le bleu de ciel, le jaune serin, des nattes et des corbeilles de pailles de couleur, des zagaies, des arcs, des boucliers faits de l’écaille d’une tortue, et autres armes caraïbes. Aux angles de la pièce se tiennent de farouches mannequins de guerriers indigènes : un Roucouyenne1 vêtu d’une robe à manches en fibres de plantes, la tête couronnée d’un diadème de plumes multicolores, et un soldat du Fonta portant une blouse bleue brodée, un chapeau de paille et un fusil à silex. La république de l’Uruguay réserve une douce surprise aux économistes et aux utilitaires. Au milieu de couteaux d’argent massif ornés de ciselures barbares et de manteaux de laines fauves à raies rouges et bleues d’une sauvage harmonie de ton, ne voilà-t-il pas une machine à coudre, bien authentiquement fabriquée à Montevideo ! […]

Note

  1. Terme autrefois employé pour désigner le représentants du peuple wayana. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search