Source : Du génie de l’art chez les peuples de l’Extrême-Orient et du Mexique

En 1867, Edmond de Kellermann (1802-1868), le duc de Valmy, faisait paraître un ouvrage sur Le Génie des peuples dans les arts1 qui comporte notamment un chapitre intitulé « Du génie de l’art chez les peuples de l’Extrême-Orient et du Mexique » (p. 42-64) dans lequel il aborde l’art autochtone précolombien où il fait sienne la théorie raciste de Gobineau sur l’inégalité des races humaines et surtout sur la supériorité présumée de la « race blanche ». D’une certaine manière, il poursuit la thèse de Gobineau sur le rayonnement de la civilisation antique en postulant que « les formes de l’art et du langage hiératique » du Mexique ancien « ont pu être établies par les colonies macédoniennes venues en Orient sur les pas d’Alexandre » !


Avertissement

Cet article comprend des mots et des descriptions qui peuvent être culturellement sensibles et qui ne sont normalement plus utilisés dans certains contextes publics ou communautaires. Les termes et annotations qui reflètent l’attitude de l’auteur ou sa période de création peuvent être considérés comme inappropriés aujourd’hui. L’article adopte en effet un modèle de recherche scientifique datant du XIXe siècle, dépeignant les populations étudiées comme des sujets de recherche d’une manière qui peut aujourd’hui être considérée comme choquante.


[…]2 j’irai jusqu’au Mexique, où se rencontrent des traces plus nombreuses et plus concluantes de la constante émigration vers l’Orient le plus éloigné des colonies parties de l’ancien monde civilisé.

Lorsque les Espagnols ont fait la conquête du Mexique, ils ont traité les habitants avec une rigueur et une cruauté que l’histoire n’a pas jugées avec assez de sévérité. Il est certain que Fernand Cortez ne s’est pas borné à sévir contre les populations, il a détruit les monuments de l’art, sous le prétexte qu’ils étaient dédiés à un culte payen. II semble qu’il ait été l’instrument de la politique de fanatisme qui, après avoir désolé et épuisé le monde chrétien, était venue chercher d’autres victimes dans le monde nouvellement découvert. On a tenté de justifier ces procédés indignes d’une nation civilisée, en représentant les peuples d’Amérique comme des sauvages animés de sentiments cruels et soumis aux plus barbares superstitions. Si ce reproche peut s’adresser aux peuplades encore féroces de l’Amérique septentrionale, il n’était pas mérité par les nations que les Espagnols ont asservies, et chez lesquelles on trouve encore des débris de monuments attestant qu’elles étaient déjà parvenues à une civilisation très avancée avant la conquête de Fernand Cortès, et qu’elles connaissaient, l’architecture, la peinture, la sculpture et l’astronomie. Il est certain qu’on rencontre au Mexique des débris qui rappellent le style de l’architecture assyrienne et égyptienne, entre autres des statues colossales, des inscriptions hiéroglyphiques et des constructions pyramidales en retraite, surmontées de petits temples ou tombeaux, qui ont une grande analogie avec le tombeau de Cyrus et les monuments assyriens dont nous avons déjà parlé. A côté des figures humaines et des serpents sculptés avec un art véritable, on voit des figures d’éléphants, souvenirs évidents de l’art asiatique. Les hiéroglyphes trouvés au Mexique sont, dans leurs dispositions principales, semblables aux hiéroglyphes égyptiens, et les bas-reliefs qui les accompagnent rappellent les costumes du peuple des Pharaons. On a même reconnu que le principe géométrique qui avait présidé à la formation des pyramides égyptiennes avait dû servir de base à la construction des руrаmides mexicaines.

Parmi les poteries antiques du Mexique, on a découvert des vases remarquables par la finesse du travail et l’éclat du vernis qui les couvre, non moins que par leurs formes grecques et étrusques, et par la ressemblance des figures en terre cuite, et en basalte avec celles des Égyptiens et des Phéniciens3, Baradère, Batissier4, de Humboldt et du Poix [sic pour Dupaix].)).

Mais ce qui frappe particulièrement dans toutes ces constructions, c’est le souvenir évident des procédés et des formes helléniques empreint sur les édifices, appelés téocallis. On y trouve en même temps des spécimens des murailles pélasgiques et des échantillons d’une taille de pierre aussi perfectionnée que celle du siècle de Périclės ; dans plusieurs monuments, les arabesques, les entrelacs et les colonnes sont employés à la façon des Grecs.

D’un autre côté, il est impossible de ne pas reconnaître l’origine grecque de quelques termes du langage religieux. Le nom de téocallis, donné aux édifices religieux, celui de teopantepec, qui se traduit en mexicain par maison de Dieu sur la colline ; celui de teopiqui, que portaient toujours les ministres du culte payen, ne sauraient avoir été composés par le hasard. Il est certain que le t, l’e et l’o étant les lettres qui se prononcent le plus facilement dans toutes les langues, on a pu les transplanter sans altération d’un pays à un autre, et que, selon toute apparence, le mot Teo vient du θεός des Grecs. Le mot callis a également beaucoup trop d’analogie avec χαλός pour qu’on puisse y voir une ressemblance fortuite . Il у a des étymologies généralement admises qui ne se justifieraient pas aussi facilement.

Sans insister plus longtemps sur les similitudes qui se présentent dans les formes de l’art et du langage hiératique entre les Mexicains et les peuples de l’ancien monde, je crois pouvoir affirmer qu’elles sont nombreuses et incontestables, et on doit en conclure que ces étonnantes analogies sont dues à des communications internationales très anciennes, notamment à celles qui ont pu être établies par les colonies macédoniennes venues en Orient sur les pas d’Alexandre.

Quant au caractère hellénique de la propagande macédonienne, il est utile de rappeler ici les rapports intimes qui ont existé entre la Grèce et la Macédoine, et surtout le penchant irrésistible d’Alexandre pour les arts, les sciences et les lettres de la Grèce. Au milieu de ses plus grands triomphes, le vainqueur de Darius se préoccupait avant tout de l’opinion des Grecs : « O Athéniens, disait-il en franchissant l’Hydaspe gonflé par l’orage, pourrez-vous croire à quels périls je m’expose pour mériter vos louanges5 ? » Les soldats grecs formaient l’élite de son armée, et les meilleurs artistes grecs le suivaient partout.

Plutarque rapporte qu’il avait appelé de Grèce trois mille comédiens, chanteurs et autres artistes, pendant son séjour à Ecbatane, pour embellir les fêtes qu’il voulait y donner. On peut se faire une idée de l’élan donné par Alexandre à la civilisation, si on se rappelle que Stasicrate, le plus grand architecte de son temps, lui proposa entre autres de transformer le mont Athos en une statue à son image, tenant dans la main gauche une ville de mille habitants, et dans la main droite un fleuve descendant à la mer. Il chargea ce même architecte de fonder Alexandrie, avec l’ordre d’en faire une ville grecque. Il éleva sur les bords du Gange des temples où l’on sacrifiait encore à la manière des Grecs du temps de Plutarque. Il voulut même acclimater en Asie les plantes de la Grèce, pour embellir les promenades qu’il créait sur son passage. Enfin, l’Iliade était toujours sous son chevet ; il l’appelait une provision de vertus militaires, et c’est aux Athéniens qu’il envoya les trois cents boucliers enlevés aux lieutenants de Darius sur les rives du Granique. La colonisation macédonienne était en réalité une colonisation grecque, conduite par Alexandre. Le nom macédonien s’effaçait partout devant le nom grec. Toutes les villes nouvelles étaient fondées, toutes les anciennes étaient restaurées par des artistes grecs ; c’est ainsi que nous verrons plus tard dans l’empire romain, en Asie comme en Europe, la langue grecque devenir celle des arts, des sciences et des lettres, pendant que la langue latine restait celle des affaires.

Mais comment les Grecs sont-ils parvenus à découvrir le continent américain, et comment en ont-ils perdu le chemin après l’avoir trouvé ? Faut-il admettre que l’Amérique ait été cette grande île Atlantide dont plusieurs auteurs anciens ont parlé, et que des archipels intermédiaires reliaient à l’ancien monde ? Faut-il supposer que les révolutions de notre globe ont englouti ces archipels ? Faut-il croire que c’est par le Japon que des communications avaient été établies avec ce qu’on appelle le nouveau monde ? Toutes ces suppositions présentées et soutenues avec plus ou moins de talent par les auteurs les plus convaincus n’ont pas encore réussi à convertir les incrédules. Je n’hésite pas cependant à croire que les investigations des savants ne viennent constater la réalité de ces anciennes communications internationales, qui s’expliquent d’elles-mêmes, dans le grand ordre de la nature, aux yeux de quiconque exa mine avec attention les lois générales qui président depuis l’origine du monde au développement de la civilisation.

La Providence, qui a mis l’homme sur la terre avec la mission de la peupler et de la cultiver, lui a inspiré en même temps le sentiment de sa conservation, et l’a doué des instincts nécessaires pour donner satisfaction à ce sentiment. Les différentes races qui sont répandues sur la surface du globe, la race blanche, la race noire et les races intermédiaires jaune et rouge, sous quelque climat qu’elles soient placées, possèdent également ces instincts, et se suffisent à elles mêmes lorsqu’il s’agit des simples moyens d’existence. Mais le génie des sciences et des arts n’a pas été accordé à toutes ces races, et paraît, de puis les temps les plus reculés, exclusivement dévolu à la race blanche. Entre les facultés innées d’un Européen et celles d’un nègre de la Guinée, il y a un abîme qui n’a jamais été franchi et qui ne le sera jamais, malgré tous les progrès de l’enseignement.

Au sein de la race blanche elle-même, la Providence a favorisé particulièrement quelques nations éminentes ; il y avait une différence bien marquée entre les facultés d’un Béotien et celles d’un habitant de l’Attique : parmi les Athéniens eux mêmes il y avait des hommes d’élite. De tout temps , le génie sous ses formes diverses a été le privilége [sic] de quelques intelligences exceptionnelles. Pythagore, Archimède, Newton, Racine, Raphaël, avaient reçu de la toute-puissance divine des facultés supérieures à celles qui avaient été données aux hommes de leur race. En outre , il y a des différences d’aptitude entre les meilleurs esprits ; les uns sont nés pour la culture des arts du dessin, les autres pour les calculs de la science, quelques-uns pour les compositions lyriques.

De même que la terre présente des contrées favorisées ou déshéritées par la nature du sol, des Arabie Pétrée et des Arabie Heureuse, des territoires féconds et des sables arides, de même il y a parmi les habitants de ce globe des peuples et des hommes plus heureusement doués les uns que les autres : il y a des plaines fertiles et des déserts de sable dans les régions de l’intelligence.

D’autre part, il est certain que l’existence d’un peuple ou d’un homme réunissant toutes les perfections et toutes les aptitudes n’a jamais été constatée par l’histoire. L’imperfection des uns et des autres, et l’inégalité évidente de leurs aptitudes natives, sont au contraire les lois permanentes de l’humanité, et ces lois nous avertissent que nous devons mettre en commun les facultés spéciales dont la nature nous a doués, si nous voulons avancer dans les voies du progrès et de la perfection.

L’histoire de tous les peuples civilisés nous apprend elle-même qu’ils ont, par nature ou par réflexion, obéi à cet avertissement, en fondant des colonies qui ont porté la lumière jusqu’aux régions les plus éloignées du globe. Si dans cet élan de colonisation, les hommes ont propagé le bien en même temps que le mal, s’ils ont enseigné les superstitions et l’idolâtrie aussi bien que la culture des arts, des sciences et des lettres, c’est que le bien et le mal sont les conséquences inévitables du libre arbitre que Dieu a jugé à propos de donner au genre humain ; toujours est-il que les villes les plus célèbres et les États les plus florissants de l’ère payenne ont été les œuvres de la colonisation accomplie par les peuples civilisés chez les peuples barbares, et que pendant l’ère chrétienne les peuples les plus éclairés ont continué à leur tour cette généreuse propagande ; l’Angleterre, la France et la Hollande ont suivi l’Espagne en Amérique, et l’ont dépassée de toute la supériorité de leur civilisation. C’est ainsi que les colons de quelques bourgades de la Grande-Bretagne émigrés sur le continent américain y sont devenus, en moins de deux siècles, citoyens d’un des États les plus florissants et les plus riches du monde.

Le jour où Dieu a voulu enseigner aux hommes les grandes vérités morales qui doivent les conduire à la perfection, il pouvait dans sa toute puissance faire entendre la voix de son éternelle sagesse sur tous les points du monde en même temps. Cependant, qu’il nous soit permis de le faire remarquer ici, il a appelé un seul peuple à recueillir les préceptes de la foi nouvelle, et à les porter aux différentes contrées du monde. Cette prédication, commencée par les apôtres il y a dix huit cents ans, a été poursuivie par les missionnaires de la propagande romaine, et continuée sans interruption depuis plusieurs siècles.

Aidez-vous, secourez-vous, éclairez-vous les uns les autres ; que de peuple à peuple et d’homme à homme la force vienne au secours de la faiblesse, l’intelligence au secours de l’infirmité d’esprit ; voilà l’ordre naturel des choses, la loi éternelle qui a été appelée à régir le monde dans le domaine de la morale et de la politique, et que l’histoire nous montre également dans le domaine des arts, que l’étincelle du génie sillonne et embrase plus facilement, grâce à la liberté dont il a le privilége [si].

Les styles divers qu’on retrouve pêle-mêle dans les monuments du Mexique, les traces de l’art grec, de l’art assyrien, de l’art égyptien et de l’art phénicien, loin de dérouter les antiquaires, doivent plutôt les réunir dans la pensée que ces reflets multiples de l’ancien monde ne peuvent être qu’une conséquence de communications internationales anciennement établies chez les payens. Si j’ai parlé des colonies macédoniennes, c’est parce qu’elles ont porté plus loin que toutes les autres la propagande artistique, et parce qu’elles ont pu enseigner tout ce dont on trouve des traces au Mexique : l’art grec, base de leur science première, en même temps que les arts qu’elles avaient appris en traversant les Indes et l’extrême Orient.

Dans tous les cas, on ne peut admettre, sans se trouver en contradiction avec des faits notoires, que la civilisation mexicaine soit l’œuvre du génie indien. Il est certain que les Espagnols, au moment de la conquête, ont trouvé la race indienne primitive en lutte avec la race indienne civilisée du Mexique, et que celle-ci était alors refoulée dans Mexico, dont la position au milieu d’un grand lac avait fait le dernier rempart. Si le génie indien avait créé la civilisation mexicaine, il n’aurait pas été alors, comme il est encore aujourd’hui, son ennemi acharné.

D’un autre côté, on ne saurait soutenir que la race indienne ait créé les dieux et les arts de la Grèce, sans prétendre en même temps que la Providence ait donné à toutes les races les mêmes aptitudes, ce qui serait contraire à la réalité des choses, et leur ait enseigné les mêmes superstitions, ce qui voudrait dire qu’elle a détruit le libre arbitre de l’humanité dans le sanctuaire inviolable de la conscience religieuse, et sanctionné la théorie sacrilége [sic] du fatalisme le plus absolu.

Plus on approfondit l’histoire de l’art, plus on reconnaît, au contraire, que tous les peuples se sont mis en relations directes entre eux dès la plus haute antiquité. Plus on suit la marche de la civilisation, plus on constate l’influence exercée par les plus forts sur les plus faibles, plus on voit une tendance à la fraternité du genre humain dans le développement de l’art et de la science, comme dans l’éducation morale et religieuse.

Mais à qui appartient, le droit d’aînesse, ou plutôt le premier rang dans la mission de propager le culte des lettres, des sciences et des arts ? Quels sont, parmi ces frères répandus sur la terre, ceux qui ont reçu du ciel les titres de cette noble prééminence ? Sur quelles œuvres ces titres sont-ils gravés ? C’est ce que nous allons rechercher dans l’étude attentive et impartiale des souvenirs que nous a légués le génie de la Grèce.

  1. Voir Jacquot, Olivier « Parution : Le Génie des peuples dans les arts », Amoxcalli, 10 octobre 2021. Disponible sur Internet, url : <https://amoxcalli.hypotheses.org/37044>. []
  2. La partie consacrée au Mexique commence à la page 52. []
  3. Voir MM. Lenoir ((Albert-Alexandre Lenoir []
  4. Louis Batissier, « Architecture des Aborigènes de l’Amérique centrale », Revue générale de l’architecture et des travaux publics, IV, 1843, col. 537-543. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/revuegnraled41843pariuoft/page/310/mode/2up>. []
  5. Plutarque, Vie d’Alexandre. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search