Document : Architecture des aborigènes de l’Amérique centrale

L’archéologue Louis Batissier (1813-1882)1, publia en 1843 un article intitulé « Architecture des aborigènes de l’Amérique centrale », dans la Revue générale de l’architecture et des travaux publics2.

On constate chez cet archéologue imprégné de la culture classique du XIXe s., l’expression d’une esquisse de théorie diffusionniste qui sera développée plus tard par Edward Tylor (1832-1917), Elliot Smith (1871-1937) ou William James Perry (1868-1949) et qui faisait de l’Egypte l’unique berceau de la civilisation, puisqu’il affirme que le calendrier aztèque ou maya, la mythologie, les monuments pyramidaux, l’écriture pictographique et jusqu’au papier végétal, l’amate, des mexicas ne peuvent être à ses yeux que le fruit de contacts entre l’Amérique et l’Égypte.

C’est ce document que nous reproduisons et transcrivons ci-après. Les notes sont d’origine. Les coquilles ainsi que nos ajouts et commentaires sont encadrés de crochets carrés ([Exemple]).


ARCHITECTURE DES ABORIGÈNES

de l’Amérique centrale3

MEXIQUE.

Le Mexique est la terre classique de la civilisation et des arts en Amérique. Les voyageurs qui ont étudié cet ancien empire ont remarqué des constructions de différents genres et de plusieurs époques ; ce sont des tertres tumulaires, des temples pyramidaux ou téocallis, des sépultures souterraines taillées dans le roc, des constructions exécutées dans le système cyclopéen, et formant des ponts, des aqueducs, et enfin des forteresses.

Ces ruines appartiennent à trois époques principales. Les plus anciens monuments, ceux de Téotihuacan, par exemple, sont bâtis en pierres et sont le produit d’une civilisation déjà avancée. On trouve des édifices en briques pour la seconde période, et pour la troisième, des constructions en gravier et en terre. Les premières de ces ruines sont considérées comme l’ouvrage des Toltèques. Selon sa propre tradition, ce peuple, banni de sa terre natale4 vers l’an 596 de notre ère, après avoir séjourné pendant cent vingt-quatre ans dans diverses contrées, vint se fixer dans le pays d’Anahuac, et y bâtit la ville de Tula, près de laquelle a été fondé Mexico. Sa monarchie dura près de quatre siècles et fut très-florissante ; mais d’affreuses calamités décimèrent sa population. Après la mort de son dernier roi, en 1052, les malheureux restes de la nation toltèque se réfugièrent en partie dans le Yucatan, en partie dans le Guatimala [sic] ; d’autres enfin restèrent près des tombeaux de leurs ancêtres. La vallée de Mexico fut occupée dans la suite par diverses tribus qui venaient du nord-ouest de Mexico. — Pour arriver là, ces tribus avaient fait plusieurs stations, dont l’une est indiquée par les ruines dites casas grandes, sur les bords du Rio-Lila. La plus puissante, la dernière de ces tribus, est celle des Atzèques [sic], qui étaient les sujets de Montézuma lors de la conquête espagnole. Les lettres de Fernand Cortez prouvent que la civilisation atzèque [sic] était avancée et avait produit des monuments fort remarquables.

Les temples sont les édifices les plus anciens et les plus nombreux du Mexique. Ils sont tous édifiés sur le même plan. Ce sont des pyramides à plusieurs assises, dont les côtés suivent exactement la direction du méridien et du parallèle du lieu. Elles s’élèvent au milieu d’une vaste enceinte carrée, entourée d’un mur ; enceinte que l’on peut comparer exactement au περίϐολος5 des temples grecs, et qui renfermait des jardins, des fontaines, les habitations des prêtres et un arsenal. Un grand escalier, avec ou sans rampe, conduisait au sommet de la pyramide. Celle-ci, dans les téocallis les plus anciens, était tronquée et surmontée d’une chapelle abritant des idoles de taille colossale. Dans les téocallis plus récents, la plate-forme de la chapelle supportait les images des dieux et l’autel des sacrifices. C’est là aussi que les prêtres entretenaient le feu sacré. Le spectacle que présentaient les pratiques du culte était d’ailleurs fort imposant. Tout le peuple voyait la procession des Téopiqui, qui montaient et descendaient l’escalier de la pyramide. — Les téocallis n’étaient pas seulement des édifices religieux : il est certain qu’à leur intérieur on pratiquait des chambres sépulcrales dans lesquelles on renfermait la dépouille mortelle des rois et des princes. L’art était si bien traditionnel au Mexique, que le téocalli de Mexico, bâti six ans avant l’invasion de Fernand Cortez, était fait sur un plan tout à fait identique à celui des pyramides de Saint-Jean-de-Téotihuacan, attribuées à la nation toltèque.

Dans l’Etat de Chiapa, sur la fin du siècle dernier, deux voyageurs, Ant. del Rio6 et J.-A. Calderon7, ont fait connaître les ruines d’une ville considérable appelée Palenque, et mieux, Culhuacan. Ils ne purent arriver à ces ruines, perdues depuis des siècles au milieu d’épaisses forêts, qu’après avoir employé la hache et le feu pendant six semaines. Les restes de temples et de palais que l’on voit dans cette cité sont très-curieux et très-importants. Toutefois nous n’entreprendrons pas de décrire chacune des antiques constructions de Palenque ; nous ne mentionnerons qu’un de ces monuments, le téocalli de Guatusco8, lequel donnera une idée exacte des temples et de l’architecture des premiers habitants du Mexique. Ce téocalli s’élève sur une colline au milieu des montagnes. Il se compose de deux parties, dont l’une sert de base à l’autre. La plus inférieure est une pyramide solide et tronquée, divisée en trois terre-pleins d’égale épaisseur et revêtus de pierres de taille. Un grand escalier conduit du sol au sommet du premier étage. La seconde pyramide qui lui est superposée se divise à l’intérieur en trois salles, et se termine par une plate-forme. Elle est bâtie en maçonnerie, et recouverte d’un enduit de chaux coloré par de l’oxyde de fer. La pyramide de Guatusco, comme toutes les autres du même genre, est parfaitement orientée.

Téocalli de Guatusco

Son entrée est à l’Ouest. Ce téocalli a soixante douze pieds de hauteur. Plusieurs autres temples quadrangulaires se rencontrent çà et là, ils ont depuis un jusqu’à sept étages, en retraite les uns au-dessus des autres ; tel est celui de Papantla. Cette dernière pyramide est de petite dimension ; mais elle se compose de grandes pierres de taille parfaitement ajustées. Les murs intérieurs sont couverts d’hiéroglyphes sculptés en relief, ce qui les différencie tout à fait des hiéroglyphes égyptiens, qui sont sculptés en creux.

Le plus célèbre téocalli du Mexique est celui de Cholula9, la montagne faite à main d’homme. II s’élève sur un plateau dénudé, qui n’a pas moins de 2,200 mètres au-dessus du niveau de l’Océan, et qui offre un aspect des plus pittoresques, encadré qu’il est au milieu des montagnes et des sommets neigeux du volcan d’Oribaza [sic]. C’est une pyramide tronquée, très-bien orientée, et composée de quatre assises d’égales dimensions, Sa hauteur perpendiculaire est de 54 mètres, tandis que chaque côté de sa base a 439 mètres de longueur. Cette base est deux fois plus grande que celle de la fameuse pyramide de Chéops. Cent vingt marches conduisent au sommet de ce téocalli. Il est construit en argile et en briques séchées au soleil. A l’intérieur, on a pratiqué des grottes pour des sépultures ; à sa cime on voyait jadis la statue de Quetzacoalt [sic], le dieu de l’air. Il est évident que ce téocalli est un ouvrage non terminé. A son propos, du reste, on rappelle la même histoire que celle que l’on trouve dans la Bible relativement à la tour de Babel. On dit que les dieux, effrayés d’un travail si gigantesque, firent tomber sur les ouvriers une pluie de feu, et que, depuis ce temps, personne n’osa faire achever ce monument, frappé du sceau de la colère céleste10.

Le monument de Xochicalco, ou maisons des fleurs, est cité comme un des plus curieux du Mexique. C’est un gigantesque rocher isolé auquel on a donné une forme conique, et qui est divisé en cinq assises revêtues de maçonnerie. Il est entouré d’un fossé profond qui a quatre mille mètres de circonférence. Ses pierres de parement sont polies avec soin et ajustées avec un art admirable. De vastes chambres ont été taillées dans le roc du côté du nord. Le sommet de la colline présente une plate-forme oblongue, couronnée par un mur de plus de deux mètres de hauteur ; au centre s’élevait11 un téocalli à cinq assises. Les murs de l’édifice sont couverts de figures d’hommes et d’animaux de grandeur naturelle, que l’on regarde comme les images des souverains, des prêtres et des dieux du pays, représentés les jambes croisées à la mode orientale. M. de Humboldt pense avec raison que ce monument avait tout à la fois nue destination religieuse et militaire, en d’autres termes, que c’était un temple fortifié.

Dans la vallée de Mexico, au milieu d’une plaine appelée Micoalt [sic], c’est-à-dire le chemin des morts, on voit les deux téocallis de Téotihuacan, l’un dédié à Tonatiuh, le soleil, l’autre à Meztli, la lune. Ils sont entourés d’une centaine de petits tumulus qui servaient de sépulture à des chefs mexicains et qui sont placés régulièrement sur plusieurs lignes parallèles allant du nord au sud et de l’est à l’ouest. Ces deux pyramides se composent d’un amas d’argile et de petites pierres, revêtu de murs épais. Elles perlaient à leur cime des statues et pierre colossales, et revêtues de lames d’or qui ont été enlevées par les soldats de Fernand Cortez12.

On observe encore au Mexique une autre espèce de monuments tout à fait analogues aux pierres branlantes de l’art celtique13 ; nous citerons pour exemple la roche de Theololinga14. C’est un bloc sphérique perdu au milieu d’une grande savane. Il a vingt-deux pieds et demi de circonférence, et plus de six pieds de diamètre. On pense que c’est une pierre limitante, car on en rencontre plusieurs autres semblables dans les environs15.

Quand les Espagnols arrivèrent au Mexique, ils trouvèrent cet empire très-riche et très-florissant. Les Atzèques [sic] y occupaient de grandes villes bien bâties et décorées de magnifiques édifices. L’ancienne Tenotchutlan [sic], appelée depuis Mexico, couvrait une vaste étendue de terrain. D’aprés [sic] un plan de cette cité, dressé par l’ordre de Montézuma pour Fernand Cortez, et découvert par M. Benlloch16, on voit que cette capitale était divisée en carrés réguliers formés par des rues principales et des canaux. Dans chaque carré s’élevait un téocalli. Le temple le plus important occupait le milieu de la ville et était compris dans une large enceinte bâtie en pierre. Cette enceinte, ornée de niches et de sculptures, renfermait les logements de cinq mille prêtres. La porte du temple était circulaire et ressemblait à la gueule ouverte d’un serpent. — Le palais de Montézuma était analogue aux habitations royales de la Chine. Il se composait du plusieurs corps de logis peu élevés, séparés par des cours et défendu par une enceinte rectangulaire. On y trouvait trois vastes salles et plus de mille chambres incrustées de marbre et lambrissées de bois de cèdre et de cyprès. Les jardins étaient riches en plantes de toute sorte. Des aqueducs y conduisaient des eaux prises au loin, les épanchaient dans des bassins d’où elles retombaient en cascades. On y trouvait des ménageries, d’abord pour les oiseaux tranquilles, puis pour les ciseaux de proie ; il y en avait encore pour les quadrupèdes et pour les reptiles. — Le marché de Mexico était entouré de portiques et avait une étendue considérable. Du reste, les autres villes de l’empire n’étaient ni moins curieuses, ni moins bien ordonnées que la capitale.

YUCATAN.

Les monuments les plus complets et les plus considérables de l’ancienne civilisation mexicaine se trouvent dans l’Yucatan. Ils avaient été explorés sur la fin du dix-huitième siècle par deux voyageurs espagnols, Ant. del Rio et J.-Al. Calderon ; mais c’est à des voyageurs anglais de notre époque que nous devons les notions précises que nous possédons sur ces ruines17. On a étudié l’emplacement de plusieurs cités très-vastes décorées jadis de somptueux édifices maintenant perdus au milieu des forêts. Les constructions qu’on y a observées sont de trois espèces : ce sont des palais, des temples ou téocallis et des gymnases18. Ces monuments, bâtis en pierres taillées avec beaucoup de précision et disposées par assises régulières, s’élèvent, en général, sur des remparts en terre. Les portes sont le plus souvent rectangulaires, quelquefois plus étroites par le haut que par le bas19. On pense que cette empreinte, que l’on retrouve d’ailleurs sur d’autres monuments de l’Amérique20, était un symbole de propriété, ou de consécration, ou de la prière adressée au Grand-Esprit. (Stephens, Incid. of travel…, t. II, p. 46 et 476.))) ; les salles sont couvertes par un plafond plat ou par une voûte tout à fait analogue à celle du trésor d’Atrée21. Les colonnes ont été employées comme ornements, et, dans ce cas, engagées dans les murs ; ou comme supports, alors elles sont isolées et reçoivent une architrave en pierre ou en bois. Elles sont cylindriques22. Leur chapiteau est formé par un tailloir carré. Quant à la nature des ornements sculptés sur la paroi extérieure des murailles, elle est très-variée ; ce sont d’énormes serpents enlacés, des figures humaines, des sortes de trompes d’éléphants23 recourbées et saillantes au dehors, des arabesques dont plusieurs ressemblent à celles des Grecs : tels sont les méandres, les entrelacs, et aussi des zigzags et des losanges. Les moulures mêmes sont très-souvent distribuées de manière à figurer grossièrement la représentation d’une tête humaine ou d’un monstre. Tout cela donne à l’ancienne architecture de l’Yucatan un caractère original et bizarre. On peut juger très-bien de l’aspect de ces monuments dans le dessin ci-dessous.

Façade d'un édifice de Chichen-Itza.
Façade d’un édifice de Chichen-Itza.

Il nous offre la façade d’un édifice de Chichen-Itza24. Cet édifice est remarquable par sa conservation et par la profusion de ses ornements.

Les autres monuments de l’Yucatan sont disposés et décorés dans le même système que cette façade.

L. BATISSIER

  1. Voir Le Gendre, Armelle, « BATISSIER, Louis », dans : Dictionnaire critique des historiens de l’art actifs en France de la Révolution à la Première Guerre mondiale, 13 janvier 2009. Disponible sur Internet, url : <https://www.inha.fr/fr/ressources/publications/publications-numeriques/dictionnaire-critique-des-historiens-de-l-art/batissier-louis.html>. []
  2. Batissier, Louis, « Architecture des aborigènes de l’Amérique centrale », Revue générale de l’architecture et des travaux publics, 1843, IV, col. 537-543. La revue a été intégralement numérisée et est disponible en ligne sur la bibliothèque numérique de la bibliothèque de la Cité de l’architecture & du patrimoine, url : <https://portaildocumentaire.citedelarchitecture.fr/nos-revues.aspx>. []
  3. Cet article nous est communiqué par M. L. Batissier, et il doit faire partie
    de son livre Histoire de l’Art monumental. (Note de M. César Daly.) [L’article fut en effet republié dans son Histoire de l’art monumental dans l’antiquité et au moyen âge, Paris : Furne, 1845, p. 327-334. Disponible sur Internet, url : <https://play.google.com/books/reader?id=jSdkAAAAcAAJ&pg=GBS.PP1&hl=fr>.] []
  4. L’origine des Toltèques est un des faits les plus obscurs de l’histoire. Les auteurs les regardent comme autochthones [sic] ; les uns les font venir de l’Asie par le détroit de Behring, les autres, des côtes de l’Afrique. Quel que soit le berceau de cette nation, on ne peut se refuser à reconnaître qu’elle n’ait eu des communications avec l’Asie et l’Égypte, car on a trouvé chez les Mexicains un calendrier, une mythologie, des monuments pyramidaux, une sorte de caractères hiéroglyphiques et jusqu’à un papier végétal, toutes choses qui ont leurs analogues chez les Égyptiens et sont inconnues des autres peuples de l’Amérique. (Le Mex., par J. Lowenstern, Paris, 1843, in-8°. [Il s’agit en fait de l’antiquaire Isidore Löwenstern (1810-1859?), Le Mexique : souvenirs d’un voyageur, Paris : A. Bertrand ; Leipsick : Leopold Michelsen, 1843, 1 vol. (VIII-466 p.) ; in-8°. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k31553s>.] []
  5. [Perivolos, enceinte.] []
  6. [Officier de l’armée espagnole, Antonio del Río (c. 1745 – c. 1789) déblaya, étudia, dessina, et explora le site de Palenque, dans le Chiapas.] []
  7. [Joseph Antonio de Calderón, premier adjoint au maire de Palenque, y dirige la première expédition en 1784.] []
  8. [Il s’agit du temple de Huatusco/Cuauhtochco, désigné sous le nom de El Fortín et dont on peut trouver des images récentes : https://www.pinterest.it/pin/768567492640949206 ou https://www.pinterest.at/pin/768567492640949099. Il est parfois confondu avec le Castillo de Teayo à La Huasteca. L’illustration de Louis Batissier reprend un dessin de 1805 par Guillermo Dupaix qui figure sur le frontispice des Antiquités mexicaines, relation des trois expéditions du capitaine Dupaix, ordonnées en 1805, 1806 et 1807, pour la recherche des antiquités du pays, notamment celles de Mitla et de Palenqué, Paris : bureau des Antiquités mexicaines, 1834-1836. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5823768d/f18.item> ou <https://archive.org/details/antiquitesmexicainesrelationdestrois…dupaixguillaumebpt6k5725493t/page/n22/mode/1up>.] []
  9. Dans cette ville, les maisons sont bâties comme elles l’étaient anciennement. Elles n’ont qu’un seul étage, sont couvertes d’un toit plat en paille de riz, et maçonnes avec de la terre séchée au soleil. Les maisons de Mexico ont un aspect plus monumental. Ce qui les distingue, c’est une cour carrée, ménagée au centre de la construction, entourée de corridors, arrosée par une fontaine et ornée de fleurs. Elles rappellent tout à la fois le goût mauresque des Espagnols et la manière des anciens Mexicains. []
  10. De Humboldt, Vues des Cordillières et Monum. des peuples indigènes de l’Amér., Paris, 1816, in-8°, p[.] 108. Ce célèbre voyageur dit avoir observé dans une des cavernes de ce téocalli un arc de décharge aigu, bâti avec des briques placées en encorbellement et par assises horizontales, genre de construction analogue à celle du trésor d’Atrée. []
  11. On dit que ce téocalli avait sept étages ; c’est là une conjecture très-peu probable. Ce rocher, mesuré par M. de Humboldt, a 117 mètres de hauteur. Le même voyageur a calculé que le téocalli placé au sommet devait avoir environ 30 mètres d’élévation. Dans ce monument, ajoute-t-il, on ne saurait trop admirer le poli et la coupe des pierres, qui ont toutes la forme de parallélipipèdes [sic], soit jointes sans ciment, et ornées de sculptures considérables qui ont été exécutées sur place. []
  12. La plus grande de ces pyramides a 55 mètres de haut et 208 mètres de long à la base, sur chaque face. Elle est donc plus considérable que la pyramide de Mycérinus en Égypte[.] []
  13. [Ou pierre folle, pierre qui danse. Dans son Histoire de l’art monumental dans l’antiquité et au moyen âge, Paris : Furne, 1845, p. 312, Louis Batissier indique : « Les pierres branlantes sont formées par deux énormes blocs de rocher , dont l’un supporte l’autre. »] []
  14. [Alexandre Du Mège (1780-1862), dans son Archéologie pyrénéenne, antiquités religieuses, historiques, militaires, artistiques, domestiques et sépulcrales d’une portion de la Narbonnaise, et de l’Aquitaine, nommée plus tard Novempopulanie, ou Monuments authentiques de l’histoire du sud-ouest de la France, depuis les plus anciennes époques jusques au commencement du treizième siècle, Toulouse : Delboy, 1860, tome II, p. 69 l’a décrit ainsi : « Les celtomanes qui ont voulu prouver que le peuple gaulois était le plus ancien des peuples ou le peuple primitif, eux qui disaient : Celticâ negatâ, negatur orbis, auraient dû citer en faveur de leur opinion sur les Pierres Branlantes, celles qu’on trouve dans le Mexique. On verra combien notre réserve est grande relativement à ces monuments, et nous ne mentionnerons ici que pour mémoire les Pierres Branlantes de l’Amérique. On distingue parmi elles la roche de Theololinga, dans le Mexique, qui, en équilibre sur son axe, oscille si on la touche légèrement, et qui n’a plus de mouvement apparent si au contraire on la pousse avec force. »] []
  15. [Louis Batissier, dans ses Éléments d’archéologie nationale, précédés d’une histoire de l’art monuments chez les anciens, Paris : Leleux, 1843, p. 72-73 complète sa description : « C’est un bloc sphérique perdu au milieu d’une grande savane. Il a vingt-deux pieds et demi de circonférence, et plus de six pieds de diamètre. A sa surface, il offre des excavations circulaires qui, peut-être, ne sont pas le produit de l’art. Cette pierre, mise en équilibre sur son axe par les hommes qui l’ont taillée, présente cette singularité, qu’elle vibre, qu’elle oscille légèrement si on la touche du bout du doigt seulement ; si, au contraire, on la pousse fortement, elle n’a plus de mouvement apparent. On pense que c’est une pierre limitante, car on en rencontre plusieurs autres semblables dans les environs. ». La source de Louis Batissier réside sûrement dans les Antiquités mexicaines, relation des trois expéditions du colonel Dupaix, Paris : au bureau des antiquités mexicaines, 1844, tome I, p. 7-8 : « une roche appelée Teololinga. Elle est d’une figure sphérique, d’une grande dureté, d’un bleu noirâtre, et elle ne fait point feu sous le briquet. Elle a été posée avec adresse au milieu d’une savane étendue ; elle a environ vingt-deux pieds et demi de circonférence et un peu plus de six pieds de diamètre. Cette pierre, mise en équilibre sur son axe par ceux qui font taillée autrefois, présente cette singularité, qu’en la touchant seulement avec le petit doigt elle se meut et conserve une vibration plus ou moins longue, tandis qu’en employant une force plus grande elle reste sans mouvement apparent. Sur sa superficie on remarque quelques trous circulaires de peu de profondeur, et qui dans les temps de pluie peuvent retenir l’eau ; elle paraît avoir servi anciennement de borne ou de limite, car on en trouve une autre à la distance de deux lieues à l’est de celle-ci. ». De nos jours, elle est connu sous le nom de Piedra Móvil, près de Tres Encinos, dans le Municipio de Cuitláhuac, Veracruz.] []
  16. [Cette découverte est également mentionnée par Adrián Balbi dans sa Novísima Geografía Universal, Madrid, 1848, T. IV, p. 297 : « Segun un fragmento del plan de Tenochtitlan, que Montezuma hizo levantar para Cortés, y que M. Benlloch ha encontrado en nuestros dias, se vé que esta ciudad estaba dividida en cuadrados regulares formados por las calles principales, y por los canales . En cada cuadrado se elevaba un templo ó teocalli .».] []
  17. Voyez principalement l’ouvrage intitulé : Incidents o f travel in Yucatan, by J. L. Stephens, Lond., 1843, in-8°. []
  18. [Louis Batissier fait sans doute référence aux terrains de jeux de balle.] []
  19. Les voyageurs anglais ont observé dans l’épaisseur de la maçonnerie, et souvent aussi sur la surface des murs, l’empreinte rouge d’une main ouverte (([Voir : Benavides Castillo, Antonio, « Impresiones de manos humanas en algunos edificios mayas », Estudios de cultura maya, 2007, vol. 30, p. 37-56. DOI: http://dx.doi.org/10.19130/iifl.ecm.2007.30.621. Disponible sur Internet, url : <>.] []
  20. [Et dans l’art rupestre : Méndez Torres, Enrique ; Acosta Ochoa, Guillermo, « Pinturas rupestres en tres simas de la región de Ocozocoautla, Chiapas », Mundos Subterráneos, 2012, Septiembre, n° 22-23, p. 1-.12 Disponible sur Internet, url : <http://handbook.usfx.bo/nueva/vicerrectorado/citas/TECNOLOGICAS_20/Topografia/47.pdf>.] []
  21. [Ou la tombe d’Agamemnon à Mycènes.] []
  22. Leur diamètre est d’environ 0 mètre 76 centimètres, et leur hauteur de 1 mètre ou 1 mètre 25 centimètres. []
  23. Cette pierre projetée ne doit pas être une trompe d’éléphant, animal inconnu sur le continent américain. Le bout de presque toutes ces pierres a été brisé par les Indiens, qui croient que ces ornements s’animent et marchent pendant la nuit. Dans certains cas, cette pierre forme le nez d’une hideuse face humaine. []
  24. Cette façade a 7 mètres 60 centimètres de hauteur, et 49 mètres 64 de largeur. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search