Le Prix Angrand

Dans ces pages, nous avons tenté de reconstituer les listes des récipiendaires des différents prix du duc de Loubat mis en œuvre dans plusieurs pays pour installer l’américanisme comme discipline académique. Cependant, Joseph Florimond Loubat1 ne fut pas le seul à vouloir promouvoir cette branche de la connaissance puisque le diplomate Léonce Angrand (1808-1886) dota également un prix quinquennal de 5.000 francs, « en faveur du meilleur ouvrage sur les langues, l’histoire et les antiquités américaines des temps antérieurs à la découverte de Christophe Colomb ». Par son testament, Angrand chargea la Bibliothèque nationale de décerner le prix.

« Legs Angrand », Bulletin administratif de l'instruction publique, 1887, Tome 41, n° 734, p. 9. 
« Legs Angrand », Bulletin administratif de l’instruction publique, 1887, Tome 41, n° 734, p. 9. 

Ce prix d’histoire et d’archéologie américaines fut fondé pour récompenser le « meilleur ouvrage qui aura été publié en France ou à l’étranger [les cinq dernières années…] sur l’histoire, l’ethnographie, l’archéologie ou la linguistique des races indigènes de l’Amérique, antérieurement à l’arrivée de Christophe Colomb », comme l’indiquaient les annonces du concours publiées dans le Journal officiel ainsi que l’affiche éditée pour annoncer le prix.

Les auteurs désirant concourir devaient remettre ou envoyer franco dix exemplaires de leurs ouvrages au secrétariat de la Bibliothèque nationale avant une date limite. Dans les années 1910, le règlement du prix permit également que les membres du jury puissent proposer des ouvrages qu’ils « croiraient devoir évoquer comme susceptibles de prendre part au concours ».

Pour le décerner, un jury international était mis en place pour évaluer les candidatures et distinguer des lauréats. Conformément aux volontés de Léonce Angrand, le jury du prix se composait de 18 membres se répartissant comme suit :

  1. L’administrateur général et les conservateurs en chef des quatre départements de la Bibliothèque nationale, qui formaient un comité permanent ;
  2. Quatre membres de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, désignés par le comité permanent ;
  3. Deux membres de la Société de géographie de Paris et deux membres de la Société d’anthropologie de Paris, désignés respectivement par les bureaux de ces deux sociétés ;
  4. Cinq étrangers désignés par le comité permanent et choisis hors de France parmi les savants les plus autorisés des deux mondes et particulièrement parmi les membres des bureaux des Sociétés de géographie et d’anthropologie.

La mise en place du prix et son fonctionnement exigeaient par conséquent une lourde organisation répartie entre ces différents acteurs, ne serait-ce que pour faire circuler les ouvrages à évaluer parmi les membres du jury2. Le prix Angrand ne pouvait être partagé et il n’était décerné qu’à un ouvrage ayant réuni au moins dix suffrages. Les cinq membres étrangers, pour des raisons logistiques évidentes, pouvaient émettre leur vote par correspondance. Les ouvrages des membres du jury étaient évidemment exclus du concours.

Paul Rivet, s’exprimant au sujet du prix en 1933, indiquait qu’il constituait « la plus haute récompense internationale dont dispose actuellement la science américaniste »3.

Le prix était annoncé par voie de presse comme le montre l’exemple de La chronique des arts et de la curiosité, supplément n° 4 à la Gazette des beaux-arts du 28 février 1922.

Universitätsbibliothek Heidelberg / La chronique des arts et de la curiosité / 28 février 1922, n° 4, p. 32. https://doi.org/10.11588/diglit.25682#0040

Lauréats

1898

Le premier lauréat du prix Angrand fut le docteur Hamy, directeur du musée du Trocadéro et membre de la Société de géographie, pour son ouvrage :

  • Hamy, Ernest-Théodore (1842-1908), Galerie américaine du musée d’ethnographie du Trocadéro : choix de pièces archéologiques et ethnographiques décrites et publiées, Paris : Ernest Leroux, 1897, 1 vol. (II-121 p.). Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1066590t>.

Les membres du jury issus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres furent : Jules Oppert, Alexandre Bertrand, Gaston Maspero et Salomon Reinach.

1903

En 1903, les membres du jury issus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres furent : Michel Bréal, Jules Oppert, Ernest Hamy et Salomon Reinach. Ceux de la Société d’anthropologie de Paris étaient : Georges Hervé et Joseph Louis Capitan.

  • Verneau, René (1852-1938), assistant d’anthropologie au Muséum national d’histoire naturelle perçoit les arrérages du legs Angrand pour : Les anciens Patagons : contribution à l’étude des races précolombiennes de l’Amérique du Sud…, Monaco : Imprimerie de Monaco, 1903, 1 vol. (VII-342 p., 15 pl. avec notices explicatives en regard) : ill., couv. ill. ; 29 cm. – (Collection de mémoires et documents publiés par ordre de S.A.S. le prince Albert Ier… de Monaco).
  • Lumholtz, Carl (1851-1922) : fait l’objet d’une mention, publiée dans le Journal officiel du 5 avril 19034 pour : Unknown Mexico : a record of five years’ exploration among the tribes of the Western Sierra Madre, in the Tierra Caliente of Tepic and Jalisco, and among the Tarascos of Michoacan, New York : C. Scribner’s sons, 1902, 2 vol. : ill. en noir et en coul., cartes et Symbolism of the Huichol Indians, New York : the Knickerbocker Press, 1900, 1 vol. (228 p.) : ill. – (Memoirs of the American Museum of natural history ; III, 1).
Journal officiel de la République française, 5 avril 1903, n° 94, p. 2196.
Journal officiel de la République française, 5 avril 1903, n° 94, p. 2196.

1908

Le bénéficiaire du prix Angrand pour l’année 1908 fut Seler « pour son travail sur le Codex Borgia »5 et pour le 2e volume de ses Gesammelte Abhandlungen6:

  • Seler, Eduard (1849-1922), Codex Borgia : eine altmexikanische Bilderschrift der Bibliothek der Congregation “de Propaganda fide”…, Berlin : [s.n.], 1904-1909, 3 vol. (353-[27] p. de pl., 310-[48] p. de pl., 155 p. : ill. ; 38 cm.
  • Seler, Eduard (1849-1922), Gesammelte. Abhandlungen zur amerikanischen Sprach- und Alterthumskunde. Band 2 : Zur Geschichte und Volkskunde Méxicos. Reisewege und Ruinen. Archäologisches aus México. Die religiösen Gesänge der alten Mexikaner, Berlin : A. Asher & Company, 1904.
« Sitzung vom 16. Mai 1908 », Zeitschrift für Ethnologie, 1908, XL, p. 616. Disponible sur Internet, url : <https://www.digi-hub.de/viewer/image/1575560976448/674/>.

1913

Le Prix Angrand de l’année 1913 récompensa le secrétaire-adjoint de la Société des Américanistes, soit Paul Rivet, pour son Ethnographie ancienne de l’Équateur. Écrit avec le concours de René Verneau, Henri Vignaud nous indique que ce dernier « a bien voulu s’effacer devant son collègue, auquel revient la plus grande partie du travail »7.

La Commission désignée pour attribuer le prix dût effectuer un choix entre l’ouvrage de P. Rivet et le Manuel d’archéologie américaine d’Henry Beuchat, « ouvrage qui témoigne d’une vaste érudition et qui, à tous les égards, est un livre remarquable » mais qui « était un travail de seconde main fait avec des matériaux fournis par ceux qui les ont découverts et expliqués ». Le prix fut donc décerné à la quasi-unanimité à P. Rivet. Henry Beuchat put se consoler en recevant cette même année le prix Loubat de 2500 francs.

  • Verneau, René (1852-1938) ; Rivet, Paul (1876-1958), Ethnographie ancienne de l’Équateur, Paris (55, quai des Grands-Augustins) : Gauthier-Villars, imprimeur libraire du bureau des longitudes, de l’Ecole polytechnique, 1912, 1 vol. (XII-346 p.-XLI-4 f. de pl.) : ill. en noir et en coul., plans, cartes ; 29 cm. – (Mission du service géographique de l’armée pour la mesure d’un arc de méridien équatorial en Amérique du Sud sous le contrôle scientifique de l’Académie des sciences. 1899-1906 ; 6).8.

Paul Rivet écrivit qu’Henri Cordier fut la « cheville ouvrière de mon élection »9. L’ouvrage reçut également en 1914 la médaille triennale fondée par Lucien Napoléon Bonaparte-Wyse (1844-1909) de la Société de Géographie de Paris.

1918

Les membres du jury issus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres devaient initialement être : Édouard Chavannes, Henri Cordier, Alfred Morel-Fatio et le duc de Loubat, mais au final É. Chavannes, décédé, fut remplacé par Salomon Reinach10. Cependant, le prix semble ne pas avoir été décerné en cette année de conflit. En revanche, en 1920 un secours aux veuves de guerre a été accordé par la Fondation Angrand mais aussi par d’autres fondations, à savoir [Alfred ?] Armand11, Mme Chaham de Cirbied12, Delisle-Burnouf13, Prost-Omont14, Prater15 et Smith-Lesouëf16.

1923

Pour l’année 1923, le prix Angrand « a été attribué à M. Erland Nordenskiöld (1877-1932) pour ses beaux travaux sur l’américanisme »17.

Les membres du jury issus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres furent : Salomon Reinach, Henri Cordier, Alfred Morel-Fatio et le duc de Loubat18.

1928

Réunie à la Bibliothèque nationale le 3 juillet 1928, la commission chargée de désigner le lauréat du prix Angrand 1928 le décerna à l’unanimité, au premier tour de scrutin, à la mémoire de Theodor Koch-Grünberg, ethnographe allemand décédé de la malaria le 8 octobre 1924 à Vista Alegre (Brésil). Le jury était composé de Roland Marcel, administrateur de la Bibliothèque nationale, MM. Omont, de la Roncière, Dieudonné et Lemoisne, conservateurs, MM. Salomon Reinach, Pelliot et Meillet, délégués de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, MM. G. Grandidier et de Créqui-Montfort, délégués de la Société de géographie, M. Capitan, délégué de la Société des Américanistes de Paris, MM. Rivet et de Santa Maria, délégués de la Société d’anthropologie de Paris, MM. M. de Peralta, Erland Nordenskïold, i. Bowman, G. G. Abbot, T. A. Joyce et A. Mochi, délégués étrangers. Les membres de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres furent Émile Senart, Salomon Reinach, Paul Pelliot et Antoine Meillet.

Le prix a été décerné spécialement au dernier livre de Theodor Koch-Grünberg mais aussi à l’ensemble de son œuvre scientifique :

  • Koch-Grünberg, Theodor (1872-1924), Vom Roroima zum Orinoco : Ergebnisse einer Reise in Nordbrasilien und Venezuela in den Jahren 1911-1913 unternommen und herausgegeben im Auftrage und mit Mitteln des Baessler-instituts in Berlin, Berlin : D. Reimer, 1917-1928, 5 vol. ; 26 cm.
    Contient : Bd. 1. Schilderung der Reise. – Bd. 2. Mythen und Legenden der Taulipáng- und Arekuna-Indianer. – Bd. 3. Ethnographie. – Bd. 4. Sprachen. – Bd. 5. Typen-atlas

Paul Rivet, dans le compte rendu de la remise du prix qu’il publie dans le Journal de la société des américanistes indique :

Tous les savants qui s’intéressent à l’ethnologie ratifieront le vote de la commission, j’en suis convaincu, et les concurrents, dont les travaux remarquables ont dû être écartés, seront les premiers à applaudir à un choix qui s’imposait pour des raisons à la fois scientifiques et sentimentales. Puisse cet hommage, qui eût touché si profondément notre regretté ami, apporter quelque consolation à sa veuve et à ses enfants en leur montrant combien leur cher disparu était apprécié et aimé dans le monde entier et combien son souvenir est pieusement conservé parmi les ethnologues de tous les pays.

Rivet, Paul, « Prix Angrand », Journal de la Société des Américanistes, 1928, Tome 20, p. 434. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/jsa_0037-9174_1928_num_20_1_3655_t1_0434_0000_2>.

Il a l’honnêteté de rajouter que l’auteur « ayant manifesté le désir de me dédier ce beau livre, sa veuve a tenu à ce que mon nom figurât sur la première page ».

1933

Le jury constitué pour l’attribution du prix Angrand 1933 s’est réuni par trois fois en avril, juillet et le 8 novembre pour finalement décerner le prix à l’anthropologue danois Kaj Birket-Smith (1893-1977), pour l’ensemble de son œuvre sur les populations arctiques et en particulier les Eskimo19. Les membres du jury issus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres furent : Georges Marçais, Joseph Vendryes, Paul Pelliot et Antoine Meillet.

Au-delà de cette date, nous ne trouvons plus de mention du prix Angrand qui aurait dû être décerné en 1938. Les Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres ne mentionnent pas davantage les noms de ses membres qui auraient dû siéger au jury… Des recherches supplémentaires doivent être poursuivies pour confirmer la date de dissolution de la Fondation Angrand.

Citer cet article : Olivier Jacquot, « Le Prix Angrand ». Dans : Amoxcalli, ISSN 2606-6718, 14/11/2022. Disponible sur Internet, url : <https://amoxcalli.hypotheses.org/38340> (consulté le 31/01/2023).

Notes

  1. Voir Jacquot, Olivier, « Le prix du duc de Loubat de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres », Amoxcalli, 3 novembre 2021. Disponible sur Internet, url : <https://amoxcalli.hypotheses.org/37602>. []
  2. Puisque 10 exemplaires étaient adressés par les candidats pour 18 membres du jury. []
  3. Rivet, Paul, « Prix Angrand », Journal de la Société des Américanistes, 1933, Tome 25, n° 2, p. 384. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/jsa_0037-9174_1933_num_25_2_1903_t1_0384_0000_6>. []
  4. Voir : Journal officiel de la République française, 5 avril 1903, n° 94, p. 2196. Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6251974s/f20.item>. []
  5. Voir : « Actes de la société. Séance du 5 mai 1908 », Journal de la Société des Américanistes, 1908, Tome 5, p. 108. DOI : https://doi.org/10.3406/jsa.1908.3705. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/jsa_0037-9174_1908_num_5_1_3705>. []
  6. Selon « Sitzung vom 16. Mai 1908 », Zeitschrift für Ethnologie, 1908, XL, p. 616. Disponible sur Internet, url : <https://www.digi-hub.de/viewer/image/1575560976448/674/>. []
  7. Vignaud, Henry, « Le prix Angrand », Journal de la Société des Américanistes, 1913, Tome 10, n° 2, p. 707-708. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/jsa_0037-9174_1913_num_10_2_3238>. []
  8. Un 2e fascicule est paru en 1922, 1 vol. (XLI p.-LVI f. de pl.) : ill. en noir et en coul. ; 29 cm []
  9. Correspondance Paul Rivet / Henri Cordier, 29 mai 1913, dans : Papiers Henri Cordier, bibliothèque de l’Institut de France, ms 5476. []
  10. Voir : « Séance du 15 février », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1918, 62ᵉ année, n° 1, p. 103. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1918_num_62_1_73954>. []
  11. Le legs dérive du testament du 3 décembre 1887 et du décret d’acceptation du 11 août 1893. Le legs consistait en 10 000 francs pour l’acquisition de médailles et la Renaissance et 10 000 francs pour l’acquisition d’estampes. []
  12. Par testament du 20 décembre 1841. L’autorisation de l’acceptation du legs fit l’objet d’une ordonnance royale du 6 juillet 1846. Le legs consistait en 4 inscriptions de rente de 610 francs : 1 action de la Banque de France rapportant 150 francs en 1816. Les arrérages se composaient d’une rente de 694,80 francs et d’arrérages de la Banque de France de 280 francs, soit 974, 80 francs. Le testament ne fournissait aucune indication d’emploi mais après avis du comité consultatif de la bibliothèque, selon l’arrêté ministériel de principe du 10 février 1851, les arrérages ont été affectés à la distribution de secours à de vieux employés de la bibliothèque, à leurs veuves ou a leurs filles. []
  13. L’acte notarié de donation date du 28 octobre 1886. Il consistait en deux titres de rentes 3 p. 0/0 sur l’État, de 200 francs chacun, pour être affectés en secours aux fonctionnaires ou anciens fonctionnaires de l’établissement ou à leur famille. []
  14. Suite à un acte de donation du 11 novembre 1897 et « Par décret [d’acceptation] en date du 8 février [1898], le Ministre de l’Instruction publique et des beaux-arts est autorisé à accepter la donation faite à la Bibliothèque Nationale par M. Henry Omont, consistant en une somme de 5.000 francs [convertis en rente 3 p. 100] dont les arrérages [de 182,50 francs] seront affectés en secours aux fonctionnaires ou anciens fonctionnaires de la Bibliothèque Nationale et à leurs familles. », La Correspondance historique et archéologique, 1898, vol. 5, p. [65]. []
  15. Le legs fit l’objet d’un testament en date du 25 octobre 1875 et d’un décret d’acceptation du 4 août 1896. Il s’agissait de 625 livres sterling, converties en rente 3 p. 100 avec des arrérages de 923 francs. Le testament ne fournit aucune indication d’emploi, mais, après avis du comité consultatif de la bibliothèque, les arrérages ont été affectés suivant décision ministérielle de principe du 14 janvier 1891 des secours aux familles des anciens fonctionnaires ou agents de la bibliothèque. Les arrérages non employés étaient reportés d’année en année. La Bibliothèque Mazarine reçut également un legs Prater de 625 livres sterling. []
  16. Un tel secours fut proposé par les fondations Cirbied, Prater, Delisle-Burnouf en 1917, 1918 et 1919. En 1910, la fondation Cirbied s’élevait à 600 francs, la fondation Prater à 900 francs, la fondation Prost-Omont à 250 francs. En 1917, la fondation Cirbied s’élevait à 150 francs. []
  17. Voir : « Séance du 8 mai 1923 », Journal de la Société des Américanistes, 1922, Tome 14-15, p. 275. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/jsa_0037-9174_1922_num_14_1_4001>. []
  18. Voir : « Séance du 16 juin », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1922, 66ᵉ année, n° 3, p. 208. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1922_num_66_3_74623>. []
  19. Rivet, Paul, « Prix Angrand », Journal de la Société des Américanistes, 1933, Tome 25, n° 2, p. 384. Disponible sur internet, url : <https://www.persee.fr/doc/jsa_0037-9174_1933_num_25_2_1903_t1_0384_0000_6>. []

Olivier Jacquot

Responsable de la coordination de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search