Actualité de Malinalli, la Malinche, Doña Marina

L’actualité des expositions et des parutions éditoriales a de quoi réjouir les américanistes comme les bédéphiles puisqu’après l’exposition du Denver Art Museum consacrée à la figure historique de La Malinche et à son historiographie, paraît justement une biographie graphique qui retrace son parcours pendant la Conquête du Mexique par les Espagnols.

Traitor, Survivor, Icon. The Legacy of La Malinche

Intitulée Traitor, Survivor, Icon. The Legacy of La Malinche (Traîtresse, survivante, icône : l’héritage de La Malinche), l’exposition du Denver Art Museum a ouvert ses portes le 6 février 2022. Elle aborde l’héritage historique et culturel de La Malinche. À la fois honnie comme une traîtresse et saluée comme la mère du Mexique, Malinche est une figure énigmatique dont l’héritage a fait l’objet de controverses et d’adulation depuis les années 1500 jusqu’à nos jours.

Fille indigène réduite en esclavage, devenue l’interprète et la traductrice culturelle d’Hernán Cortés, Malinche a joué un rôle central dans l’un des événements les plus importants de l’histoire moderne. Douée pour les langues, elle a joué un rôle clé dans les transactions, les négociations et les conflits entre les Espagnols et les populations indigènes du Mexique, qui ont influencé le cours de la politique mondiale pour les siècles à venir. De manière significative, en tant que mère du premier fils de Cortés, elle est devenue la génitrice symbolique de la nation mexicaine moderne, fondée sur l’héritage indigène et espagnol.

Si Malinche a fait l’objet de nombreuses publications historiques et œuvres d’art, cette première exposition muséale présente une exploration visuelle complète de l’impact durable de Malinche sur les communautés vivant des deux côtés de la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Cinq cents ans après sa mort, son image et son héritage restent pertinents dans les conversations sur l’autonomisation des femmes, l’indigénat et l’identité nationale à travers les Amériques. L’exposition établit et examine son importance symbolique et la manière dont les artistes, les universitaires et les activistes se sont appropriés son image pour interpréter et exprimer leurs propres expériences et programmes, des années 1500 à nos jours.

A cette occasion, la Bibliothèque nationale de France a prêté deux codex mexicains où elle est représentée :

Celle qui parle

Illustrant parfaitement le propos de l’exposition, paraît une biographie graphique scénarisée par Alicia Jaraba Abellán qui est née en 1988. Après avoir étudié les langues et la littérature espagnole et française à l’université de Saint-Jacques de Compostelle, elle s’est tournée vers une école d’arts graphiques à Madrid (ESDIP), où elle a étudié le neuvième art pendant un an, pour ensuite devenir autrice BD.

Celle qui parle : couverture
Celle qui parle : couverture

Informations pratiques

  • Editeur : Bamboo Édition
  • Date de parution : 30 mars 2022
  • Collection : Grand Angle
  • Description matérielle : 1 vol. (216 p.) : ill. en coul., couv. ill. ; en coul. ; 30 cm
  • ISBN 978-2-8189-8406-2 (rel.) : 24,90 EUR
Rencontre des espagnols avec les émissaires de Moctezuma II

Résumé de l’éditeur

“Fille d’un chef déchu, offerte comme esclave, elle est devenue l’une des plus grandes figures féminines de l’Histoire.”

XVIe siècle. Malinalli est la fille d’un chef d’un clan d’Amérique centrale. Peu de temps après la mort de son père, elle est vendue à un autre clan pour travailler aux champs et satisfaire la libido de son nouveau maître.
Un jour, d’immenses navires apparaissent à l’horizon, commandés par Hernan Cortez, obsédé par la recherche d’or. Le conquistador repère Malinalli et son don pour les langues. Elle sera son interprète et un des éléments clés dans ses espoirs de conquête. Elle sera également celle qui aura le courage de dire un mot interdit aux femmes de son époque : non !
Au-delà de la légende, voici l’histoire de la Malinche, vivante, jeune, inexpérimentée, souvent dépassée par les événements, mais avant tout, humaine.

Piégée entre l’épée et la flèche. Méprisée par les Espagnols. Détestée par les Mexicains.

La Malinche est certainement l’un des personnages les plus controversés de l’histoire du Mexique. Née au sein d’une famille noble, elle est offerte, en 1519, aux Espagnols. Sa connaissance des langues náhuatl et maya chontal la destine à devenir un élément clé dans les espoirs de conquête des Conquistadors d’Hernan Cortes.

Mais qui était-elle en réalité et pourquoi a-t-elle exercé ce rôle d’interprète, de guide et d’informatrice ? Était-elle vraiment « du côté » des Espagnols, étrangère entourée d’étrangers, intermédiaire entre deux cultures probablement irréconciliables ?Au-delà de la légende, voici l’histoire de La Malinche vivante, jeune, inexpérimentée, souvent dépassée par les événements, mais avant tout, humaine.

Lire un extrait

Conférence

Alicia Jaraba, l’autrice de la BD “Celle qui parle” et Carmen Bernand, historienne spécialisée sur l’histoire de l’Amérique latine se rencontrent le mercredi 6 avril à 19h à la maison de l’Amérique Latine à Paris pour parler de la figure de la Malinche.



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2022, 25 mars). Actualité de Malinalli, la Malinche, Doña Marina. Amoxcalli. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b3l4

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search