Le « novohispanisme », champ impensé des sciences sociales

Pour connaître la définition de l’adjectif et du nom « novohispanique », les principaux dictionnaires français sont hélas inutiles puisque le terme est absent des outils de référence comme le Dictionnaire de l’Académie française1, le Trésor de la langue française2 ou encore Le Robert3.

Le public néophyte doit se reporter au Diccionario de la lengua española de la Real Academia Española pour savoir à quoi le terme se rapporte :

1. adj. Natural de la Nueva España, antiguo virreinato de la América colonial, hoy México. U. t. c. s.((U.t.c.s. : Usado también como sustantivo = Également utilisé comme substantif.))

2. adj. Perteneciente o relativo a la Nueva España o a los novohispanos.

« novohispano, na », Real Academia Española, Diccionario de la lengua española, 23.ª ed. Disponible sur Internet, url : <https://dle.rae.es/novohispano> (21/05/2022).

Notons toutefois que le terme est absent des Diccionario histórico de la lengua española et Tesoro de los diccionarios históricos de la lengua española de la même académie4. Il en va de même pour les Diccionario general etimológico de la lengua española d’Eduardo de Echegaray5 et Primer diccionario general etimológico de la lengua española de Roque Barcia6.

Google Books Ngram

Selon les corpus linguistiques de Googles Books choisis, le terme semble attesté à des dates différentes. Pour le seul corpus espagnol, le Google Books Ngram Viewer est le suivant :

Google Books Ngram Viewer : novohispano
Google Books Ngram Viewer : novohispano

Gallicagram

Une recherche équivalente via le Gallicagram (url : <https://shiny.ens-paris-saclay.fr/app/gallicagram>) développé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, portant sur le corpus de livres espagnols pour la période 1900-2000, fournit la courbe suivante :

Quand on renouvelle la requête mais sur le corpus de la presse espagnole de la Bibliothèque nationale d’Espagne, pour la période 1970-2010, on obtient la courbe suivante :

Définition

Comme l’indique le Diccionario de la lengua española le terme « novohispano » est utilisé pour désigner tout ce qui se rapporte au vice-royaume de Nouvelle-Espagne (1535-1821), soit l’un des cinq vice-royaumes de l’empire espagnol avec le Virreinato de las Indias (1492-1535), le Virreinato del Perú (1542-1824), le Virreinato de Nueva Granada (1717-1819) et le Virreinato del Río de la Plata (1776-1810).

L’adjectif se rapporte donc à l’histoire et la culture de la Nouvelle-Espagne et des territoires qui constituaient les dominions de la Couronne espagnole en Amérique et aux Philippines, entre la fin du XVe siècle et la première partie du XIXe siècle. Cela concerne tous les aspects qui ont prédominé durant cette période coloniale comme la culture, la littérature, la production éditoriale, etc.

Le vice-royaume de Nouvelle-Espagne (1535-1821)

Couvrant initialement une aire se déployant de l’Alaska au Costa Rica et aux Philippines, le vice-royaume de Nouvelle-Espagne se rapporte le plus communément entendu au Mexique puisqu’il fut officiellement créé le 8 mars 1535, avec la ville de Mexico pour capitale. Son premier vice-roi fut Antonio de Mendoza y Pacheco.

Comme l’ont montré de nombreuses études, la société novo-hispanique était fortement différenciée sur le plan ethnique et social. Les populations péninsulaires occupaient les plus hautes fonctions politiques et administratives, tandis que les criollos (fils d’Espagnols nés en Amérique) n’étaient pas pris en compte. Dans la hiérarchie sociale, les populations indigènes employées dans toutes sortes d’activités (mines, agriculture et élevage) précédaient les esclaves de couleur amenés d’Afrique pour effectuer les tâches les plus éreintantes.

Culture métisse influencée par la religion chrétienne imposée de force aux autochtones depuis la venue sur le continent des Douze franciscains, le culture novo-hispanique se démarque par des contributions spécifiques dans les domaines de l’architecture -notamment ecclésiastique -, de la poésie, des arts plastiques, de la musique, etc.

Le « novohispanisme » concerne donc l’ensemble des disciplines qui ont pour objet l’étude à la fois les aspects politiques de cette période historique, l’espace géographique concerné, les sociétés impliquées et leurs productions. Comme chacun peut s’en douter aisément, cela implique donc un certain nombre de disciplines scientifiques ayant en commun cet objet d’étude : anthropologie, économie, sociologie, histoire, géographie, paléographie…

Au-delà, chacun de ces domaines ne peuvent que bénéficier d’études interdisciplinaires ayant pour cadre commun le novohispanisme.

Langages d’indexation

Absent des dictionnaires français, le terme « novohispanique » l’est également des principaux langages d’indexation matière en usage dans le monde des sciences de l’information. En France, la Bibliothèque nationale de France, les bibliothèques universitaires, de nombreuses bibliothèques de lecture publique ou de recherche ainsi que plusieurs organismes privés emploient le langage d’indexation matière RAMEAU (Répertoire d’autorité-matière encyclopédique et alphabétique unifié, url : <https://rameau.bnf.fr/>.) Il est élaboré en relation avec le « Répertoire de vedettes-matière » de l’Université Laval à Québec (RVM, url : <https://rvmweb.bibl.ulaval.ca/rvmweb/accueil.do>), et avec la liste de vedettes-matière de la Bibliothèque du Congrès (Library of Congress Subject Headings, LCSH, url : <https://id.loc.gov/authorities/subjects.html>.).

Aucun des trois langages n’a adopté le terme en tête de vedette matière, pas plus qu’en terme rejeté. Le public hispanophone qui chercherait le terme après une traduction du terme espagnol, doit comprendre que le terme à rechercher est celui de « Nouvelle-Espagne ».

« Nouvelle-Espagne » dans RAMEAU.
« Nouvelle-Espagne » dans RAMEAU.
« Nouvelle-Espagne » dans le RVM.
« Nouvelle-Espagne » dans le RVM.
« New Spain » dans LCSH.
« New Spain » dans LCSH.

L’absence de synonymie mise en place dans les langages d’indexation impose de fait à l’usager de rédiger de complexes requêtes booléennes dans les catalogues de bibliothèques et les bases de données bibliographiques ou de les multiplier avec les critères : novohispan*, nueva-españa, nouvelle-espagne, new spain, neuspanien/neu-spanien, etc., s’il entend viser à l’exhaustivité. La recherche doit par ailleurs porter dans les champs de type « mots notices » ou « tous les champs » pour atteindre les mots du titre, du résumé, de l’indexation, de la collection, etc.

Un essai dans Wikidata (url : <https://www.wikidata.org/>), la base de connaissances qui centralise les données utilisées par les différents projets Wikimedia, permet d’identifier des articles dont le titre comprend les mots «  novohispano » ou. « novohispana », comme par exemple : Hechicería novohispana, Grafitis en conventos novohispanos, Biblioteca Digital del Pensamiento Novohispano, Ciudad novohispana de Tlaxcala, Estudios de Historia Novohispana, Category:Novohispanic Mesoamericanists, etc.

Dewey

La classification décimale de Dewey (CCD) / Dewey Decimal Classification® (DDC), classification numérique encyclopédique couvrant tous les champs de la connaissance, en raison de son principe de généralisation ne comprend évidemment pas le terme7. La documentation relative à la Nouvelle-Espagne, peut, selon les aspects étudiés, se trouver sous différents indices, comme par exemple : 980.013 : Histoire de l’Amérique latine – Période coloniale.

Paradoxalement, ce champ de recherche encore quasi-inexistant en tant que tel en sciences humaines et sociales, du moins si l’on en croit les langages d’indexation censés refléter la production éditoriale, fait l’objet d’entrées au sein du réseau social commercial de chercheurs Academia.edu qui, pour regrouper les papiers déposés par les chercheurs a créée les rubriques de classement : Novohispanic painting et Novohispanic Philosophy.

Le « novohispanisme », champ de recherche multidisciplinaire

Le « novohispanisme » est pourtant un champ de recherche multi-/pluri-/transdisciplinaire comprenant plusieurs domaines d’étude comme en témoignent les quelques outils de la recherche académique que nous nous proposons de recenser ci-après.

En France, le Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (HCERES) fournit une définition des champs de recherche :

Par « champ de recherche », on entend tout mode de structuration permettant d’organiser les
entités de recherche d’un site en ensembles définis selon des cohérences thématiques ou
disciplinaires. Ces champs peuvent être strictement disciplinaires ou au contraire pluridisciplinaires,
et peuvent avoir des développements interdisciplinaires. Ils sont déterminés par les établissements et
les organismes de tutelle des unités de recherche d’un site, en concertation avec le HCERES, en
amont de la campagne d’évaluation. Ils peuvent être dotés par subsidiarité de compétences de
pilotage (financières, par exemple) ou n’être que de simples structures transversales d’animation et
de coordination. Rien n’empêche que certaines unités de recherche, du fait de leurs thématiques de
recherche, soient « trans-champs » ou restent « hors-champs ».

« Référentiel d’évaluation des champs de recherche », HCERES, 2016, 8 p. Disponible sur Internet, url : <https://www.hceres.fr/sites/default/files/media/downloads/Hceres_campagne_2017_2018_Referentiel_Champs_Recherche.pdf>.

Des revues

  • la revue spécialisée Estudios de Historia Novohispana ((Voir : Jacquot, Olivier, « Revue : Estudios de Historia Novohispana », Amoxcalli, 24/10/2021. Disponible sur Internet, url : <https://amoxcalli.hypotheses.org/37125>. Parfois traduite « Novohispanic studies » par le public anglophone dans les notes de bas de pages.)) ;

ou d’autres revues dont le périmètre, plus large, couvre l’Amérique espagnole, comme :

Les différentes revues abordant l’histoire du Mexique peuvent évidemment accueillir des articles sur la Nouvelle-Espagne. Pour identifier ces revues, le Comité Mexicano de Ciencias Históricas (CMCH), dans son répertoire de ressources en ligne, propose un inventaire des principales revues d’histoire mexicaines9.

Des portails

Le projet de bibliothèque numérique Biblioteca Digital del Pensamiento Novohispano, en cours de développement, est appelé à donner accès à des éditions électroniques balisées en XML-TEI de textes novohispaniques10.

Dans l’attente, le public peut déjà consulter le portail Vistas: Visual Culture in Spanish America, 1520-1820 = Vistas: Cultura visual de Hispanoamérica, 1520-1820 de Dana Leibsohn et Barbara E. Mundy11 centré sur la culture visuelle de la Nouvelle-Espagne.

Des chercheurs

Des chercheurs se consacrent au domaine, comme le philosophe mexicain Mauricio Beuchot, auteur de Humanismo novohispano, Pamplona : Universidad de Navarra, 2003, 1 vol. (124 p.) ; 24 cm, Significados del pensamiento novohispano, México : Ediciones NUN, 1 vol. (153 p.).

Depuis 2007, l’historien mexicain Marco Fabrizio Ramírez Padilla maintient un blog sur la bibliographie novohispanique, la Bibliofilia novohispana : Espacio dedicado al mundo del libro novohispano12 qu’il diffuse aussi sur Facebook13.

Des manifestations scientifiques

Des manifestations et réunions scientifiques contribuant au processus de disciplinarisation de la thématique lui sont consacrées comme par exemple l’Encuentro de investigadores del pensamiento novohispano qui tenait sa 32e édition en 2021.

Des centres de recherche spécialisés

Le Centro de Estudios Clásicos de l’Instituto de Investigaciones Filológicas (UNAM) se consacre aux études de la pensée novohispanique, au travers de son programme Estudios del Pensamiento Novohispano (ISBN 978-607-02-3721, url : <https://www.iifilologicas.unam.mx/pnovohispano/>).

 978-607-02-3721

Depuis 1991, l’Asociación Internacional del Teatro Español y Novohispano de los Siglos de Oro (AITENSO, url : <https://aitenso.net/>), sise à Madrid, réunit des chercheurs du monde entier dans le but de promouvoir et de diffuser des études sur la dramaturgie espagnole et latino-américaine, principalement des XVIe et XVIIe siècles. Elle organise un congrès qui donne lieu à la publication d’actes diffusés en ligne au sein de la Biblioteca Virtual Miguel de Cervantes14. Un certain nombre de ses publications sont par ailleurs en accès libre en ligne sur son site Internet15.

Le Centro de Estudios Lingüísticos y Literarios (CELL), du Colegio de México aborde le thème. María Águeda Méndez y coordonnait le groupe de travail Catálogo de textos marginados novohispanos. Inquisición: siglos XVI-XIX ainsi que le groupe de recherche intitulé « Biblioteca Novohispana ».

Des musées

Plusieurs musées sont consacré au vice-royaume de Nouvelle-Espagne, comme le Museo Nacional del Virreinato à Tepotzotlán16, le Museo Virreinal de Zinacantepec17 ou encore les Museo del Virreinato de San Luis Potosí18 et Museo de Arte Colonial à Morelia19.

A cela il convient d’ajouter les musées qui possèdent des salles consacrées à la Nouvelle-Espagne, comme par exemple le Museo Nacional de Historia Castillo de Chapultepec20 ou encore le Museo Amparo de Puebla21 pour ne citer que ceux-là.

Des programmes et séminaires de recherche dédiés

Outre le programme mentionné ci-dessus, il convient également de citer le Programa de Investigación sobre el Pensamiento Novohispano de l’institut d’études sur l’université (Instituto de Estudios Sobre la Universidad (IESU)) de l’Universidad Autónoma del Estado de México (UAEM). En son sein se tient un séminaire permanent sur la pensée novohispanique, le Seminario Permanente de Pensamiento Novohispano (url : <http://web.uaemex.mx/iesu/PNovohispano/index.html#>).

Le programme donne lieu à la collection Pensamiento Novohispano qui a déjà fait l’objet de 15 numéros à la date de publication de ce billet.

Le séminaire « Escrituras virreinales – variedad discursiva en las Indias », issu du projet de recherche « Crónica de Indias e Intertextualidad (variedades discursivas de la escritura virreinal) », dirigé par Esperanza López Parada, a donné lieu à un carnet de recherche éponyme22 pendant sa tenue de 2014 à 2016.

Des formations diplômantes

Quelques formations diplômantes sont proposées (ou l’ont été) au Mexique pour ceux qui voudraient investir ce domaine de recherche, comme par exemple la Maestría en Cultura Virreinal programmée par l’université privée de México, l’Universidad del Claustro de Sor Juana qui, en 2003, entendait aborder plusieurs aspects du novohispanisme, comme la tradition classique dans la pensée, la paléographie, l’architecture et le théâtre novo-hispaniques23.

L’Unidad Académica de Estudios de las Humanidades de l’université publique autonome de Zacatecas (Universidad Autónoma de Zacatecas) propose un doctorat en études novohispaniques (Doctorado en Estudios Novohispanos) qui entend étudier les thèmes et les problèmes de la période novo-hispanique (XVIe-XVIIIe siècle), son contexte, sa production culturelle et matérielle et sa continuité24.

Des publications

La production qui émane de l’ensemble de ces instances et activités de recherche, après s’être exprimée au travers de colloques et d’articles dans des revues généralistes et spécialisées, donne lieu à la publication d’ouvrages qu’il serait impossible de recenser au sein de ce billet. Néanmoins, certains éditeurs regroupent cette production spécifique au sein de collections dont le détail peut être exploré par le chercheur intéressé. A titre d’exemple, citons la collection Biblioteca Novohispana du Colegio de México, publiée depuis 1989 et dont le 14e numéro, publié en 2018, s’intitule Fray Diego Durán : libro de los ritos25.

Historiquement, il existait déjà une collection éponyme, publiée par les éditions José Porrúa e Hijos de Mexico et qui a compté les volumes suivants :

  • 1 : Juan de Estrada, Breve noticia de las Missiones (sic) de la Compañía de Jesús de la América Septentrional, México : José Porrúa, 1948.
  • 2 : Carlos de Sigüenza y Góngora, Noticia chronológica de los reyes, emperadores, gobernadores… : presidentes y vi-reyes de esta nobilísima ciudad de México…, México : José Porrua e Hijos, 1948
  • 3 : Relación de todo lo sucedido en estas provincias de la Nueva España : 1642, México : José Porrúa e Hijos, 1948.
  • 4 : ?
  • 5 : Félix María Calleja, conde de Calderón, Informe sobre la colonia del Nuevo Santander y Nuevo Reino de León, 1795, México : J. Porrúa, 1949.

Guillermo Tovar de Teresa a publié une Bibliografía novohispana de arte26 qui permet d’identifier des publications au moins pour le domaine de l’art.

L’éditeur Bonilla Artigas Editores publie depuis 2016 une Colección Novohispana qui comprend six volumes27.

Conclusion

Si le « novohispanisme » n’existe pas en tant que tel comme terme adopté par les dictionnaires ou les langages d’indexation des sciences de l’information et de la documentation, ce panorama de la recherche récente dans ce domaine qui pourrait être désigné sous le terme générique de novohispanic studies, tant il pourrait fédérer sous cette dénomination des champs d’étude issus de disciplines différentes, semble bien constituer un champ de recherches qui dépasse le seul cadre de l’histoire politique de la Nouvelle-Espagne. S’il apparaît encore spécialisé par domaines disciplinaires (histoire, société, littérature, art, architecture, etc.), le champ gagnerait sans doute à développer les études pluridisciplinaires et transversales.

Notes

  1. Voir Dictionnaire de l’Académie française, 9e édition (actuelle), url : <https://www.dictionnaire-academie.fr/>. Le dictionnaire comprend l’adjectif et le nom « américaniste », url : <https://www.dictionnaire-academie.fr/article/A9A1453>. []
  2. Voir : TLFi, url : <http://atilf.atilf.fr/>. Le dictionnaire comprend également le terme « américaniste », attesté depuis 1866 dans le Grand Dictionnaire universel du XIXe s., de Pierre Larousse. []
  3. Voir Le Robert dico en ligne, url : <https://dictionnaire.lerobert.com/>. []
  4. Voir : Diccionario histórico de la lengua española (DHLE), url : <https://www.rae.es/dhle/>. []
  5. Tomo 4, Madrid : J. M. Paquineto, editor, Álvarez hermanos, impresores, 1889. Disponible sur internet, url : <https://archive.org/details/diccionariogener04echeuoft>. []
  6. Barcelona : Francisco Seix , [1880-1883], 5 vol. : fol. ; 31 cm. Disponibles sur Internet, url : <http://bibliotecavirtualdefensa.es/BVMDefensa/es/consulta/registro.do?id=124653>. []
  7. La bibliothèque nationale d’Allemagne permet de la consulter au travers de l’outil WebDewey, disponible sur Internet, url : <https://deweysearchde.pansoft.de>. La Bibliothèque nationale de France met à disposition une recherche par indice, url : <http://libre-acces.bnf.fr>. []
  8. Voir : Jacquot, Olivier, « Revue : Nuevo mundo – Mundos Nuevos, ISSN 1626-0252 », Amoxcalli, 22/05/2022. Disponible sur Internet, url : <https://amoxcalli.hypotheses.org/42724>. []
  9. Voir : « Catálogo de Revistas de Historia », Comité Mexicano de Ciencias Históricas, [s.d.]. Disponible sur Internet, url : <https://cmch.colmex.mx/images/documentos/Catalogo_RH1.pdf>. []
  10. Voir : Jacquot, Olivier, « Biblioteca Digital del Pensamiento Novohispano », Amoxcalli, 23/05/2022. Disponible sur Internet, url : <https://amoxcalli.hypotheses.org/42744>. []
  11. Voir : Jacquot, Olivier, « Vistas: Visual Culture in Spanish America, 1520-1820 = Vistas: Cultura visual de Hispanoamérica, 1520-1820 », Amoxcalli, 13-12-2017. Disponible sur Internet, url : <https://amoxcalli.hypotheses.org/1624>. []
  12. Voir url : <https://marcofabr.blogspot.com/>. []
  13. Voir : « », url : <https://www.facebook.com/Bibliofilia-Novohispana-940980539267489>. []
  14. Voir la liste des documents disponibles à la date de publication de ce billet, url : <https://www.cervantesvirtual.com/buscador/?q=Asociaci%C3%B3n+Internacional+de+Teatro+Espa%C3%B1ol+y+Novohispano+de+los+Siglos+de+Oro>. []
  15. Voir : Publicaciones, url : <https://www.aitenso.net/publicaciones.htm>. []
  16. Voir : Museo Nacional del Virreinato. Disponible sur Internet, url : <https://virreinato.inah.gob.mx/>. []
  17. Voir : « Museo Virreinal de Zinacantepec », SIC México : Sistema de Información Cultural. Disponible sur Internet, url : <https://sic.cultura.gob.mx/ficha.php?table=museo&table_id=262>. []
  18. Voir : Museo del Virreinato de San Luis Potosí. Disponible sur Internet, url : <https://www.museodelvirreinato.org/>. []
  19. Voir : « Museo de Arte Colonial », SIC México : Sistema de Información Cultural. Disponible sur Internet, url : <http://sic.gob.mx/ficha.php?table=museo&table_id=1028>. []
  20. Voir : « El reino de Nueva España (1521-1821) », Museo Nacional de Historia Castillo de Chapultepec. Disponible sur Internet, url : <https://mnh.inah.gob.mx/salas-de-historia>. []
  21. Voir : « Salas de Arte Virreinal y Siglo XIX », Museo Amparo. Disponible sur Internet, url : <https://museoamparo.com/colecciones/2-coleccion-de-arte-virreinal-y-siglo-xix>. []
  22. Voir : Disponible sur Internet, url : <https://escriturasvirreinales.wordpress.com>. []
  23. Voir la maquette de la maîtrise, url : <https://www.elclaustro.edu.mx/pdfs/planesDeEstudios/virrey.pdf>. []
  24. Voir la Convocatoria 2022-2026 du Doctorado en Estudios Novohispanos, les thèmes abordés et la liste des enseignants, url : <https://humanidades.uaz.edu.mx/convocatoria/>. []
  25. Ciudad de México : El Colegio de México, Centro de Estudios Lingüísticos y Literarios, 2018, 1 vol. (418 p.). ISBN : 9786076283646 []
  26. México : Fondo de Cultura Económica, 1988, 2 vol. : ill. ; 28 cm. (Biblioteca americana). Contient : vol. 1. Impresos mexicanos relativos al arte de los siglos XVI y XVII ; vol. 2. Impresos mexicanos relativos al arte del siglo XVIII. []
  27. Voir : « Colección Novohispana », url : <https://bonillaartigaseditores.com/collections/coleccion-novohispana>. []

Olivier Jacquot

Responsable de la valorisation et des données de la recherche > Coordination de la recherche > Délégation à la stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search