Identifier les acteurs français de la recherche mésoaméricaniste, mayaniste ou sur l’Amérique novohispanique : un dédale incertain

En France, pour identifier des structures de recherche publiques et privées au niveau national, le ministère chargé de la recherche met à disposition du public un répertoire national des structures de recherche (RNSR) accessible en ligne à l’adresse : https://appliweb.dgri.education.fr/rnsr/ChoixCriteres.jsp?PUBLIC=OK.

Pour le quidam qui ignore tout du mille-feuilles des structures de recherche (universités, établissements publics expérimentaux (EPE), écoles universitaires de recherche (EUR), unités d’appui et de recherche (UAR), International research lab (IRL), Unités propres de recherche (UPR), unité mixte de recherche (UMR), équipe d’accueil, etc.), l’outil propose une recherche par « Discipline ERC », soit la nomenclature du Conseil européen de la recherche (European Research Council, ERC1).

Cette dernière structure les disciplines scientifiques en trois domaines disciplinaires totalisant 27 disciplines (Panels). Conçue en anglais, une version française de cette classification est proposée dans le catalogue web Cat OPIDoR du CNRS2.

Pour les domaines de recherche qui nous intéressent, nous subodorons que c’est au sein de la discipline des « Sciences Humaines & Sociales » que les laboratoires devraient être classés, soit :

  • SH1 Individus, marchés et organisations : Economie, finance, management
  • SH2 Institutions, gouvernance et systèmes juridiques : Sciences politiques, relations internationales, droit
  • SH3 Le monde social et sa diversité : Sociologie, psychologie sociale, anthropologie sociale, sciences de l’éducation, études de communication
  • SH4 L’esprit humain et sa complexité : Sciences cognitives, psychologie, linguistique, philosophie théorique
  • SH5 Cultures et production culturelle : Études littéraires, études culturelles, étude des arts, philosophie
  • SH6 L’étude du passé humain : Archéologie et histoire
  • SH7 Mobilité humaine, environnement et espace : Géographie humaine, démographie, santé, sciences de la durabilité, aménagement du territoire, analyse spatiale

A noter que l’outil RNSR du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) n’emploie par la version française proposée par le CNRS mais une version anglaise, et ce malgré les textes législatifs concernant l’emploi de la langue française, en particulier la loi du 4 août 1994 dite loi Toubon.

A titre d’exemple, si l’on tente une recherche par la discipline « SH6 – The Study of the Human Past : Archaeology and history » telle que proposée dans une liste déroulante, nous obtenons pour l’année 2022 une liste de résultats de 168 structures, regroupées par pages de 20, classées par leur n° attribué dans le RNSR. Le néophyte est ainsi invité à parcourir les pages, à la recherche d’un libellé pouvant laisser supposer que la structure prend en charge la recherche mésoaméricaniste, mayaniste ou sur l’Amérique coloniale ou novohispanique :

RNSR :  SH6 - The Study of the Human Past : Archaeology and history
RNSR : SH6 – The Study of the Human Past : Archaeology and history

Nous l’aurons compris, la recherche s’avère fastidieuse puisqu’il convient de renouveler les requêtes pour chacune des disciplines et feuilleter autant de pages de résultats pour obtenir les coordonnées des laboratoires, dont notamment l’adresse url de son site internet pour tenter d’aller plus loin. Exemple avec la page de l’unité : 200012755U ARCHAM Archéologie des Ameriques (ALIX Claire GOEPFERT Nicolas) qui figurait dans la liste précédente :

RNSR : ARCHAM
RNSR : ARCHAM

Nous supposons que le public préfère mener une recherche par mot clé via le champ « Libellé » du formulaire de requête. Il va de soi que cela implique également de renouveler les requêtes avec divers mots clefs, des plus spécifiques aux plus génériques, soit de “mésoamérique”, “mayaniste”, “novohispanique” à “Mexique” ou “Amérique”. Hélas le formulaire interdit certains opérateurs classiques de la recherche d’information comme les opérateurs de troncature, de proximité et la recherche (* ou ?, ET ou AND ou +, etc.) pour se limiter à la recherche par chaîne de caractères ou d’expressions exactes.

Voici le résultat de la recherche avec le mot “Amérique” dans le libellé :

RNSR : Amérique
RNSR : Amérique

Autres classements disciplinaires

Un autre manière de procéder pourrait consister à chercher les établissements de recherche ou d’enseignement supérieur concernés via les 52 sections du Conseil National Universitaire (CNU, France)3, instance chargée de la gestion de la carrière des enseignants-chercheurs, puisque des sections y correspondent à des disciplines. Las, si l’outil permet d’identifier des disciplines, il fournit pour chacune des listes de personnes (professeurs et maîtres de conférences), membres des sections, et non des unités de recherche :

Sections du Conseil National Universitaire
Sections du Conseil National Universitaire

Dans le même ordre d’idée, les 41 sections du Comité national de la recherche scientifique (CoNRS, France) ne fournissent que l’institut du CNRS auquel la section est rattachée. 

Autres annuaires de laboratoires

Outre le RNSR, il existe d’autres annuaires pour identifier des laboratoires de recherche français :

Exemple de recherche du terme "Amérique" dans l'annuaire du CNRS :
Exemple de recherche du terme “Amérique” dans l’annuaire du CNRS :

scanR

Le nouvel outil scanR, lancé en 20204, fonctionne comme un moteur de recherche permettant d’explorer le système français de recherche. Il s’avère d’autant plus efficient qu’il permet d’identifier les structures de recherche, mais aussi les financements, les auteurs et les productions scientifiques liées à la requête lancée. Les quatre types de données sont reliées entre elles et figurent dans une liste unique de résultats. A son lancement, l’outil annonçait référencer 40 000 structures de recherche publiques ou privées, 500 000 auteurs, 90 000 financements, et plus de 2 millions de productions (brevets, publications scientifiques, thèses de doctorat)…

Les tests menés, par exemple avec les chaînes de caractères « “amérique coloniale” », « novohispanique » ou « mésoamérique », s’avèrent les plus concluants de l’ensemble des outils mentionnés jusqu’ici. L’outil a ramené des résultats avec les différents termes jusqu’alors inopérants dans les autres outils :

Avec le terme spécifique « novohispanique »
Avec le terme spécifique « mésoamérique »

Annuaire des écoles doctorales

Une problématique similaire peut se poser pour l’étudiant intéressé par ces domaines de recherche et cherchant à identifier une école doctorale pour y mener une thèse. Après un master, pour lequel il existe un annuaire5, l’étudiant peut effectuer une recherche au sein de l’annuaire des écoles doctorales du site Campus France pour trouver les coordonnées d’un laboratoire de recherche. Outre une recherche par discipline ou cartographique, l’outil propose un recherche par mot clé :

Annuaire des écoles doctorales
Annuaire des écoles doctorales 

Si de tels outils ont chacun leur utilité et permettent d’identifier des laboratoires, il reste qu’ils ne sont pas exhaustifs pour ne pas mentionner des séminaires ou des conférences intéressant le chercheur. Nous pensons, par exemple, au cycle « Religion en Mésoamérique » de Danièle Dehouve, dispensé à l’École Pratique des Hautes Études6.

Annuaires spécialisés

Pour tenter d’affiner sa recherche, le quidam intéressé peut recourir à des annuaires spécialisés, s’il en existe. Or, pour les domaines mentionnés ici, le chercheur a la chance de bénéficier de la production de la Maison Universitaire Franco-Mexicaine (MUFRAMEX), mise en œuvre en 2018 en collaboration avec l’Ambassade du Mexique en France et l’Institut Culturel du Mexique (IDEMEX) intitulée : Penser le Mexique. Annuaire de Mexicanistes en France7, soit :

un annuaire de chercheurs ou d’enseignants-chercheurs en sciences humaines et sociales dont la recherche porte, de façon exclusive ou partielle, sur le Mexique. Ainsi, l’ouvrage recueille, en quelques 300 pages, les portraits de 61 chercheurs et enseignants-chercheurs ayant développé leur carrière en France dans les domaines de l’anthropologie, de l’archéologie, de la géographie, de l’histoire, de l’hispanisme et de la sociologie, proposant une synthèse de leur parcours, une sélection de leurs publications et leurs motivations sur leur choix du Mexique comme domaine d’étude.

L’ouvrage prétend dresser un panorama minutieux et actualisé de cette recherche et rendre hommage aux personnalités qui l’ont marquée, mettant en place et enrichissant les échanges scientifiques entre la France et le Mexique. Parallèlement, il vise aussi à renforcer l’esprit de communauté entre ceux qui consacrent leurs travaux à ce pays. Par ailleurs, il s’agit du premier jalon d’un projet plus ambitieux : la création d’une base de données de « mexicanistes » et leur constitution en réseau.

Présentation de Penser le Mexique. Annuaire de Mexicanistes en France, https://www.muframex.fr/collaboration-avec-le-mexique/
Penser le Mexique. Annuaire de Mexicanistes en France
Penser le Mexique. Annuaire de Mexicanistes en France

Plus anciennement, le Réseau documentaire Amérique latine du CNRS avait publié un Répertoire de recherches latino-américanistes en France8. La Hispanic Foundation de la Library of Congress publiait un outil équivalent pour les États-Unis avec son National directory of Latin Americanists9. De tels outils imprimés sont évidemment obsolètes pour l’identification de centres de recherche actuels. Ils furent remplacés par les outils informatiques, notamment la base de données Europa World of Learning qui recense plus de 40 000 établissements d’enseignement supérieur dans le monde et les personnes qui y travaillent. Cependant, pour les domaines recherchés ici, l’outil se montre particulièrement inutile, loin de rendre les services que pouvaient garantir les index de la publication imprimée The World of learning.

Europa World of Learning  : latin america + France
Europa World of Learning : latin america + France

Conclusion

Identifier les acteurs français de la recherche mésoaméricaniste, mayaniste ou sur l’Amérique novohispanique, se révèle être un parcours du combattant, nécessitant le recours à de nombreux outils qu’il serait sans doute opportun de croiser avec des recherches ascendantes à partir des bases de données bibliographiques multidisciplinaires commerciales. Même si celles-ci proposent leurs propres référentiels disciplinaires pour classer les revues scientifiques qu’elles indexent, les recherches portant par exemple sur les mots clefs attribués par les auteurs pour qualifier leur production ou les résumés, permettent d’identifier des termes souvent plus spécifiques que ceux des thesaurii et ainsi identifier des auteurs et leur laboratoire de rattachement.

A titre d’exemple, parce qu’ils se révèlent efficaces dans la recherche, par exemple avec le terme « novohispanic », et parce qu’ils sont librement accessibles en ligne, nous mentionnons le méta-moteur académique Scinapse (url : <https://www.scinapse.io/>), le moteur basé sur l’intelligence artificielle Semantic Scholar (url : <https://www.semanticscholar.org/>) et le moteur Dimensions (url : <https://app.dimensions.ai/>) développé par la société commerciale Digital Science (Londres), appartenant à l’entreprise allemande Holtzbrinck Publishing Group, détentrice d’une part majoritaire du Nature Publishing Group.

Notes

  1. Voir : Panel structure for ERC calls 2021 and 2022 (revised), url : <https://erc.europa.eu/sites/default/files/document/file/ERC_Panel_structure_2021_2022.pdf>. Pour ces questions relatives aux référentiels disciplinaires, nous renvoyons le lecteur intéressé vers l’utile rubrique « Choisir un référentiel disciplinaire pour classer les activités et résultats de la recherche », url : <https://coop-ist.cirad.fr/evaluer/choisir-un-referentiel-disciplinaire/1-role-et-utilite-des-referentiels-disciplinaires> du site CoopIST géré par la Délégation à l’information Scientifique et technique du Cirad. []
  2. Voir : « Nomenclature ERC », Cat OPIDoR, wiki des services dédiés aux données de la recherche, 15 mars 2022. Disponible sur Internet, url : <https://cat.opidor.fr/index.php/Nomenclature_ERC>. []
  3. Voir : Conseil National Universitaire, url : <https://conseil-national-des-universites.fr/>. []
  4. Voir : « Le nouveau scanR 2020 est lancé », Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, 28 janvier 2020. Disponible sur Internet, url : <https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/fr/le-nouveau-scanr-2020-est-lance-49231>. []
  5. Le portail national des masters, url : <https://www.trouvermonmaster.gouv.fr/>. []
  6. Voir : « Religion en Mésoamérique », École Pratique des Hautes Études, url : <https://www.ephe.psl.eu/religion_en_mesoamerique/dehouve_ephe_2021-22.doc>. []
  7. Ouvrage disponible en ligne, url : <https://issuu.com/muframex/docs/mexicanistes_web_2019_final_bd>. []
  8. Une seule édition a paru en 1988, Toulouse (5 allées Antonio Machado, 31058 Cedex) : CNRS, Réseau Amérique latine, GRECO 26, , 1988, 1 vol. (553 p.). ISBN 2-222-04136-8. Il s’agissait du n° 3 de la collection Répertoire des institutions et des chercheurs. []
  9. Paru initialement à Washington en 1966 ; la 4e édition date de 1992 et recensait les biographies de 1422 spécialistes. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search