Catalogage des manuscrits : travail de Sisyphe

La fin de l’été est l’occasion de proposer un petit bilan du travail mené au sein de ce carnet de recherche.

Même si son sous-titre indique qu’il s’agit d’un Carnet de veille sur les codex américains, le cœur du carnet est constitué par le catalogue des manuscrits américains et mexicains de la Bibliothèque nationale de France.

Lancé en octobre 2017, le carnet publie une notice de manuscrit par jour avec pour objectif de proposer des notices de manuscrits mises à jour pour l’ensemble des fonds Angrand, Américain et Mexicain. À cela s’ajoutent les billets de veille : annonces de parutions, de colloques, expositions, appels, etc. relatifs au domaine de la recherche en histoire de la méso-Amérique. Le carnet propose en outre le MésoProsopo, un annuaire prosopographique du mésoaméricanisme,  un répertoire de liens, ressources et outils utiles à l’américaniste et un recensement des thèses soutenues et des thèses en cours sur les manuscrits mésoaméricains.

Catalogue des manuscrits américains et mexicains de la Bibliothèque nationale de France

À ce jour, l’intégralité des fonds Angrand (30 numéros) et Américain (77 numéros) a fait l’objet de notices publiées dans ce carnet. Le fonds des manuscrits Mexicains est encore en cours de traitement : 235 numéros (y compris les bis, ter…) font l’objet de notices mises à jour sur les 429 que compte le fonds. Quand il est question d’une mise à jour, c’est à la fois en terme de conformité à la Politique de catalogage de la BnF mais surtout, dans la mesure du possible, en terme de recensement de la bibliographie relative aux manuscrits, c’est-à-dire en mentionnant les éditions complètes ou partielles des unités décrites ainsi que les œuvres (livres, articles de périodiques, sites Web…) qui ont pour source ou sujet les unités documentaires décrites. Là n’est pas la moindre des gageures compte tenu du caractère sommaire et/ou ancien des notices existantes pour certains ces fonds.

Pourquoi un travail de Sisyphe ?

Si Sisyphe est invoqué, ce n’est nullement pour assimiler le travail des catalogueurs de manuscrits à un châtiment. Au contraire, il est légitime de penser que la création de la carte d’identité d’un manuscrit1, le contact pour ce faire avec un manuscrit inédit, ou invisible du fait de l’absence de notice, relève plutôt du privilège. Le rapprochement avec l’éternel recommencement de la tâche de Sisyphe réside dans la nécessité permanente de maintenir à jour les notices des manuscrits et donc de revenir sans cesse sur les catalogues. Cette mise à jour « éternelle » ne tient pas à l’actualisation des données descriptives de la notice catalographique mais au champ de la bibliographie.

En effet, comme le rappelle la recommandation pour la Description des manuscrits et fonds d’archives modernes et contemporains en bibliothèque2 élaborée par le groupe de travail AFNOR « Description bibliographique des manuscrits modernes et contemporains » (CG46/CN357/GE7), il appartient aux catalogueurs de manuscrits d’alimenter un champ « Bibliographie » au sein des notices. Ces catalogueurs ont ainsi pour mission de : « Signaler dans cet élément les œuvres publiées (monographies, éditions de textes, articles, catalogues d’exposition, fac-similés édités, etc.) qui utilisent ou analysent les documents décrits ou qui peuvent être utiles à leur compréhension. » (p. 56).

Cela implique qu’il faille mettre régulièrement à jour cet élément de la notice bibliographique pour rendre compte des nouvelles parutions, ce qui suppose un travail de veille pour les gestionnaires de collections de manuscrits pour identifier puis recenser ces parutions, et ce, pour chacun des manuscrits de leur fond. En ce sens, l’actualisation des notices est par essence permanente et infinie, tel le labeur perpétuel de Sisyphe.

Tant que les manuscrits restaient d’un accès uniquement physique dans les emprises où ils étaient conservés, cette tâche était facilitée par la connaissance par les bibliothécaires des chercheurs qui venaient consulter les dits manuscrits. Cela permettait le plus souvent de connaître le public des chercheurs, souvent l’objet des recherches et par là, bien souvent, de connaître le produit final envisagé par le chercheur : thèse, article, communication à un colloque, notice de catalogue d’exposition, etc. Il arrivait d’ailleurs souvent que la qualité de la relation nouée entre le bibliothécaire et le chercheur, à l’occasion de sa recherche, l’incite à adresser au bibliothécaire ayant facilité l’accès au manuscrit le tiré à part de son article, meilleur moyen pour obtenir les références à répercuter dans la notice du dit manuscrit…

Le développement, d’abord des fac-similés et des reproductions photographiques des manuscrits, puis leur numérisation à grande échelle par les institutions patrimoniales induisent une certaine distanciation du lien entre le chercheur et le bibliothécaire, renforcée par le raccourcissement de la durée des thèses. De nombreuses études et des travaux scientifiques sont désormais menés sans le recours aux originaux. Ainsi, de plus en plus d’articles paraissent à l’insu des conservateurs de manuscrits, ce qui complique leur travail de veille, d’identification des nouvelles parutions, et ce malgré les agents intelligents de veille automatique qu’ils peuvent paramétrer dans les bases  de données. L’augmentation documentaire est un autre facteur rendant la tâche difficile. Si la lecture de quelques revues scientifiques spécialisées a longtemps suffi pour assurer sa veille, désormais l’infobésité remet en cause l’impératif d’exhaustivité du signalement de la bibliographie afférente aux manuscrits décrits.

La pratique de la Bibliothèque nationale de France

Au sein du département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, il est de tradition de maintenir à jour une bibliographie des manuscrits à la fois abondante et à jour. Puisque les manuscrits était décrits dans des fichiers papier et des catalogues imprimés, il n’était pas question de republier les catalogues ni de rédiger de nouvelles fiches à ré-intercaler sans cesse dans les fichiers. Le département avait résolu le problème de cette mise à jour continue par la création d’un Fichier bibliographique. Constitué à partir de 1939, ce fichier3 comprenait 165 000 fiches papier, principalement pour les manuscrits latins et grecs. Plusieurs tranches du fichier ont été numérisées figeant la bibliographie à la date de cette numérisation, 20094.

Dans la continuité de la politique de rétroconversion des catalogues et fichiers de la BnF entamée dès 19905, les fiches papier de ce fichier ont fait l’objet d’une numérisation en mode image versée dans Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF :

Lorsque le catalogue Archives et manuscrits (https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/) de la BnF a été mis en place, des liens vers ces images numériques ont été ajoutés dans les notices des manuscrits. Ainsi, si l’on prend l’exemple du manuscrit Latin-3570, les fiches numérisées comme celle reproduite ci-dessus, figurent sous forme de lien dans la notice, sous l’élément « Bibliographie » :

Si cette solution permet de faire le lien entre la notice catalographique et la fiche bibliographique, il est évident qu’il serait préférable de proposer directement dans la notice, comme le prévoit la recommandation DeMArch, les références bibliographiques en clair. C’est ce que prévoit la BnF en étudiant la conversion rétrospective du fichier bibliographique pour afficher en dur, dans la notice, les données, en lieu et place du lien vers la ou les fiches numérisées.

IIIF Open/Web Annotation Extensions

Cependant, d’autres perspectives peuvent aussi se dessiner avec les possibilités offertes par l’extension Open Annotation de l’International Image Interoperability Framework (IIIF) qui se base sur l’Open Annotation Data Model (http://www.openannotation.org/spec/core/).

Reposant sur le modèle de données Shared Canvas (http://iiif.io/model/shared-canvas/1.0/), soit une forme de calques comme ceux en usage dans les logiciels de traitement de l’image, le cadre d’interopérabilité pour les bibliothèques numériques IIIF permet d’associer divers contenus (transcription, commentaires, annotations, etc.) à une image numérique. L’emploi du modèle d’annotation ouverte offre en plus un système d’annotation qui peut être ouvert au crowdsourcing. Il permet à toute ressource d’être annotée, ce qui ouvre d’importantes perspectives s’agissant des contenus visuels comme les manuscrits pictographiques mésoaméricains mêlant glyphes, textes en langues amérindiennes rédigés en caractères latins et traductions/transcriptions en espagnol, ces deux dernières dans des sens de lecture variés au sein d’une même page.

Pour revenir à la bibliographie, l’emploi du modèle Open Annotation laisse entrevoir un avenir où l’internaute peut enrichir directement les notices. Le travail du bibliothécaire pourrait être ainsi facilité par l’appel à la communauté scientifique invitée à contribuer à l’enrichissement de la bibliographie.

Cette perspective ne relève pas d’idéal utopique mais de la réalité déjà à l’œuvre au sein de bibliothèques numériques. C’est notamment le cas de l’exemplaire e-codices, la bibliothèque virtuelle des manuscrits en Suisse (https://www.e-codices.unifr.ch/fr). Prenons l’exemple du Codex de Santa María Tepexoyucan conservé à la Fondation Martin Bodmer, sous la cote : [Cod. Bodmer 902. L’affichage de la notice permet d’accéder à deux champs Annotations et Bibliographie additionnelle (ici entourés en rouge) :

Ces champs permettent à l’usager connecté et dûment identifié d’ajouter des notes et d’enrichir la bibliographie du manuscrit. À la date de publication de ce billet, e-codices compte 132 documents annotés et 260 ayant fait l’objet d’un enrichissement bibliographique (cf. le Cod. Bodmer 68 : https://www.e-codices.unifr.ch/fr/list/one/fmb/cb-0068#tab-citations).

  1. Comme l’écrit Patricia Stirnemann, « la notice constitue en quelque sorte pour l’historien l’acte de naissance d’un manuscrit », citée par Lydie Ducolomb, Le catalogage des manuscrits médiévaux en France : état des lieux et perspectives : Mémoire d’étude, [S.l.] : ENSSIB, 2011, p. 10. Disponible en ligne, url : <http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/49073-le-catalogage-des-manuscrits-medievaux-en-france-etat-des-lieux-et-perspectives.pdf>. []
  2. Association française de normalisation. Commission de normalisation Modélisation, production et accès aux documents, Description des manuscrits et fonds d’archives modernes et contemporains en bibliothèque, DeMArch : recommandation CG 46 Information et documentation, CN 357 Modélisation, production et accès aux documents, Groupe AFNOR CG46/CN357/GE7, [S.l] : AFNOR, 2010, 1 vol. (106 p.). Disponible en ligne, url : <http://www.bnf.fr/documents/ead_demarch.pdf>. []
  3. Cf. https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb41449827j []
  4. Le classement des différentes tranches étant aléatoire dans le catalogue de la BnF, nous donnons la concordance entre le classement par cotes et l’url de la numérisation : https://amoxcalli.hypotheses.org/5007. []
  5. Marcelle Beaudiquez, Anne-Marie Beaugendre, « Du tiroir à l’écran : les opérations de conversion rétrospective de la Bibliothèque Nationale de France », International Cataloguing and Bibliographic Control, 1997, vol. 26, n° 4, p. 85–90. Disponible en ligne, url : <http://origin-archive.ifla.org/IV/ifla62/62-beam.htm>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.