Acquérir des rudiments de paléographie novo-hispanique

L’étudiant, le doctorant, le chercheur, l’archiviste ou le conservateur qui a à faire à des manuscrits coloniaux de l’Amérique espagnole, se trouve confronté aux différentes écritures qui ont eu cours au sein des administrations de la vice-royauté de Nouvelle-Espagne. Il éprouve rapidement la nécessité d’acquérir des rudiments de paléographie et de diplomatique hispanoaméricaine. Mais cela s’avère plus compliqué que cela pourrait paraître de prime abord pour le néophyte, notamment européen1 , raison pour laquelle nous nous proposons de recenser ici quelques ressources utiles.

Paléographie hispano-américaine

Quelques parutions portent spécifiquement sur la paléographie hispano-américaine.

La production de celle qui fut enseignante de paléographie et de diplomatique au Mexique, Delia Pezzat Arzave, ne peut échapper à celui qui doit se confronter à ce type de manuscrits. Ses Elementos de paleografía novohispana constituent une utile introduction à la matière :

  • Aprendizaje de paleografía para documentos novohispanos :

En complément, il peut être utile de connaître son Guía para la interpretación de vocablos en documentos novohispanos siglos XVI-XVIII :

Le manuel de Natalia Silva Prada est devenu un outil de référence ayant fait l’objet, depuis sa première édition, d’une réédition sous forme de document pdf que l’on peut acquérir auprès de l’auteure qui maintient un carnet de recherche Paleografías Americanas o del arte de las escrituras antiguas sur la plateforme hypotheses.org :

  • Del arte de las escrituras antiguas :

Le paléographe et directeur du Museo de historia de la ciudad de Quito Jorge A. Garcés G. (1903-1975) fut de ceux qui publièrent un ouvrage abordant les spécificités de la paléographie espagnole en Amérique :

  • Paleografía diplomática, española y sus peculiaridades en América :

Plus récemment, Víctor Hugo Arévalo Jordán a fait paraître une Introducción a la paleografía hispanoamericana (1984, réimprimée en 1994 et rééditée et augmentée en 1998) :

Même si cela n’apparaît pas dans son titre la Práctica paleográfica d’Antonio José González Antías porte sur la paléographie hispano-américaine, en particulier du Venezuela. Ses annexes s’avèrent particulièrement utiles :

La escritura y lo escrito fournit une synthèse générale du sujet et de ses problématiques :

  • Manuscritos novohispanos : ejercicios de lectura :
  • Elementos de paleografía hispanoamericana :

María Elena Bribiesca Sumano2, enseignante pendant 50 ans de paléographie et de diplomatique à la faculté des humanités de l’Universidad Autónoma del Estado de México, a publié plusieurs ouvrages sur la paléographie espagnole de son point de vue latino-américain qu’il peut être utile de consulter s’il est possible de les localiser dans une bibliothèque, ce qui s’avère quasiment impossible hors du Mexique.

  • Paleografía : con especial referencia a documentación mexicana :
  • Manual de paleografía y diplomática :
  • Antología de paleografía y diplomática :
  • Notas introductorias al estudio de la paleografía :
  • Introducción a la paleografía :

Diplomatique hispano-américaine

Au-delà de la seule paléographie, il peut être utile d’appréhender la diplomatique des instances des Indes occidentales avec l’ouvrage de José Joaquin Real Díaz qui traite des documents produits dans la péninsule ibérique (par le roi, le Consejo de Indias, la Casa de la Contratación, etc.) et des documents de Nouvelle-Espagne (produits par les vice-rois, les présidents-gouverneurs, les audiencias, alcaldes mayores, etc.) :

  • Recopilación de estudios de diplomática indiana :

Notariat

Pour connaître les actes instrumentaires du Mexique colonial, il convient de se reporter à : Escribanos y escrituras públicas en el siglo XVI : el caso de la Ciudad de México :

Une histoire du notariat au Mexique peut compléter l’ouvrage Historia de la escribanía en la Nueva España y el notariado en México :

En outre, une histoire des notaires en Amérique latine des XVIe et XVIIe siècles est disponible, Los escribanos en las Indias Occidentales :

Dans le même ordre d’idée, on pourra se reporter aux communications portant sur la valeur des documents et des écrits dans le gouvernement de l’Amérique, Archivo General de Indias: el valor del documento y la escritura en el gobierno de América :

Bibliographie

Pour aller plus loin, le public intéressé peut consulter la bibliographie de 1993 de Maria Josefa Arnall Juan : Bibliografía de paleografía, lingüística y diplomática hispanoamericanas qui recense de nombreux articles au-delà des manuels et traités :

Paléographie espagnole

Avant que la paléographie espagnole d’Amérique n’acquière ses spécificités et soit produite par des escribanos formés localement, il va de soi qu’elle est l’héritière de la paléographie espagnole, d’abord pratiquée par des immigrés Espagnols. Aussi, le recours aux manuels de paléographie espagnole reste indispensable.

Nous pensons en particulier au Manual de paleografía diplomática española de los siglos XII al XVII, de Jesús Muñoz y Rivero, paru en 1880 et réédité en 1889, 1917 et 1970 :

Mais aussi au traité du paléographe d’Agustín Millares Carlo (1893-1980), qui vécut au Mexique et au Venezuela, plusieurs fois réédité depuis 1932 :

  • Apuntes de iniciación a la paleografía española de los siglos XII a XVII :
  • Compendio de paleografia española :
  • Handbook for translators of Spanish historical documents :

https://amoxcalli.hypotheses.org/54458

  • Paleografía castellana ó sea coleccion de documentos auténticos para comprender :

https://amoxcalli.hypotheses.org/54555

  • La escritura humanística y su extensión a Hispanoamérica :

Abréviations

Qui dit paléographie implique les abréviations en usage dans les chancelleries et auprès des écrivains publics. A cet effet, il existe les ouvrages suivants :

  • Diccionario de abreviaturas hispanas de los siglos XIII al XVIII :
  • A paleographic guide to Spanish abbreviations, 1500-1700 = Una guía paleográfica de abbreviaturas españolas, 1500-1700 :

Calligraphie

Enfin, la thèse d’Ángel Manuel Gutiérrez Cabero sur l’enseignement de la calligraphie en Espagne du XVIe au XXe siècle, avec le recensement de tous les manuels ayant pu être publiés pendant la période, nous semble nécessaire à connaître :

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2022, 4 novembre). Acquérir des rudiments de paléographie novo-hispanique. Amoxcalli. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b3sf

  1. En partie parce que la production éditoriale d’Amérique latine connaît de faibles tirages qui épuisent rapidement les stocks des éditeurs surtout universitaires et qu’elle est rarement acquise par les établissements documentaires européens, a fortiori dans les pays ne conservant pas ou peu de documents espagnols. []
  2. Voir : Ramírez Peñaloza, Cynthia Araceli, María Elena Bribiesca Sumano: una vida dedicada al conocimiento, México : Universidad Autónoma del Estado de México, 2017, 15 p. Disponible sur Internet, url : <http://web.uaemex.mx/identidad/docs/cronicas/TOMO_XVI/46_Maria.pdf> et « Entrevista 13. Mtra. María Elena Bribiesca Sumano, paleógrafa de la UAEM », Claudio-Cronistas Mexiquenses, 8 novembre 2020. Disponible sur Internet, url : <https://www.youtube.com/watch?v=m6G_RD75eJE>. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search