Les « Normas para la transcripción de documentos históricos » : effort latino-américain de normalisation de l’édition de manuscrits

Comme nous le rappelle Branka Tanodi1, les Normas para la transcripción de documentos históricos2 résultent du souhait de disposer de critères uniformes pour la transcription de documents historiques, collectivement discutés et validés, pour faire face aux particularités paléographiques des textes manuscrits, la description des documents, leur présentation en prenant en compte leur diplomatique et leur typographie.

À cet effet, en octobre 1961, à Washington, au cours de la première Reunión Interamericana sobre Archivos3, l’une des huit commissions s’est donnée pour objectif, durant trois semaines, de produire des normes pour la transcription et l’édition de documents. La motion présentée par le groupe de travail qui les rédigea fut approuvée lors de l’une des sessions générales comme la résolution n° 9, sous le titre : Normas para la Transcripción de Documentos Históricos Panamericanos et publiées dans le Boletín Interamericano de Archivos, vol. I, 1974.

Les normes d’Aurelio Zvlatko Tanodi (1914-2011)

Cette résolution résultait d’un long processus qui s’était déjà mis en œuvre depuis les années 1950 avec les réflexions et travaux d’Aurelio Zvlatko Tanodi qui publiait en 1954 ses Ediciones de documentos históricos4.

Ses normes furent partiellement reprises dans les Normas para la transcripción y edición de documentos históricos diffusées lors de la première réunion argentine de paléographie et géographie tenue à Córdoba en 19565.

Elles s’attachaient à l’édition de documents des XVIe et XVIIe siècles, en proposant des règles pour une transcription littérale et modernisée tout en conservant la plus grande fidélité au sens des lettres, mais en retouchant l’orthographe pour plus d’exactitude et de facilité de lecture.

Ses travaux précurseurs pour la documentation hispano-américaine ont d’autant plus préfiguré la mise en œuvre des normes de transcription des documents historiques validées à Washington en 1961 qu’Aurelio Tanodi faisait partie de la délégation argentine présente lors de la réunion et qu’avant les travaux, son Manual de archivología hispanoamericana : teorías y prin­cipios y fut présenté. Il présidait le groupe de travail portant sur la formation professionnelle des archivistes. La résolution n° 7 décidait d’ailleurs d’effectuer ses travaux pratiques en prenant pour base sa communication « Formación profesio­nal de archiveros en América Latina ».

Régulièrement mentionnées et parfois reproduites dans des ouvrages de paléographie hispano-américaine6, les Normas para la transcripción de documentos históricos de 1961 de la PRIA (Primera Reunión Interamericana sobre Archivos) restent d’un accès limité, raison pour laquelle nous nous permettons de les fournir et de les traduire ci-après.

Normas para la transcripción de documentos históricos, México : Archivo General de la Nación, 1979

Con el objeto de hacer más accesible la lectura de documentos históricos antiguos, y facilitar su comprensíon, en la Primera Reunión Interamericana Sobre Archivos, que se celebró en Washington, D.C. en octubre de 1961, se aprobaron las siguientes normas para la transcripción de documentos históricos hispanoamericanos :

I. Ortografia

  1. En los manuscritos paleográficos las letras deberán conservar su valor fonético o líteral.
  2. Letras c, ç, s, z, ss : se transcribirán tal cual están. La s larga y la s de doble curva (redonda) se transcribirán con s redonda. Cuando por razones tipográficas se elimine la cedilla, deberá sustituirse únicamente por z, haciendo la correspondiente explicación.
  3. Letras i, y : la i corta y la i larga deberán transcribirse con el signo de la i corta. La y representada con una grafía inequívoca, se transcribirá como tal y, aun en palabras con el valor fónico de la i ; cuando la grafía de la y no se distinga de la grafía de la i larga, se transcribirá según la forma ortográfica actual.
  4. Letras b, v, u. En caso de uso indistinto, la b y la v se transcribirán según la forma más usada en el documento. La u y la v se transcribirán de acuerdo con su valor fonético.
  5. La h superflua se mantendrá ; la omitida no se suplirá.
  6. La r mayúscula (R) con valor fonético de doble r (rr) se transcribirá con esta última grafía, excepto al comienzo de una palabra.
  7. Los letras dobles se mantendrán únicamente en los casos de ss y nn, menos en posición inicial. Ejemplo : cossa, anno.
  8. Se conservarán las grafías f, g, j, h, ph, th, x. Ejemplo : fecho, muger, bojío, hebrero, Phelipe, theniente, dixo.
  9. Los contracciones del, della, dello ; desta ; ques, questa, etc., se conservarán según su grafía original.
  10. Cuando en el documento no esté puesto el tilde de la ñ, se restituirá el tilde.
  11. El signo copulativo & se transcribirá como e o como y, según la forma más usada en el documento.

II. Puntuacion

  1. Cuando el documento no tenga puntuación, se pondrá la actual en su forma indispensable. Cuando el documento tenga puntuación, se conservará la indispensable para la interpretación textual.

III. Mayusculas y minusculas

  1. Se observarán las reglas de la ortografía actual.

IV. Separacion de palabras y frasés

  1. En ningún caso se mantendrán las uniones contrarias a la morfología de las palabras o frases ni las separaciones indebidas de las letras de una palabra.

V. Acentuacion

  1. Se conservará la acentuación original. Todos los acentos se representarán con el signo del acento agudo. Cuando no haya acentos, se los restituirá en las palabras cuyo sentido así lo requiera. Ejemplo : marcho, marchó ; el, él.

VI. Abreviaturas

  1. Las abreviaturas se desarrollarán completando las letras omitidas según la forma más usada en el documentto. Esta norma será observada también cuando la palabra abreviada carezca de signo de abreviación. Cuando la interpretación de una palabra sea dudosa, se pondrá un signo de interrogación entre corchetes después de dicha palabra ; si fuera más de una palabra, se hará la advertencia conveniente en nota al pie de la página.
  2. Las abreviaturas Ihu, Xpo, Xpoval se transcribirán Jésus, Cristo, Cristóbal.

VII. Signos tipograficos

  1. Las omisiones, testaduras, intercalaciones, repeticiones, etc. del texto original, se anotarán entre corchetes con la indicacíon omitido, testado, etc., seguida de dos puntos y la palabra o palabras correspondientes. Las enmiendas de segundo o tercera mano se anotarán al pie de la página.
  2. Cuando, no obstante alteraciones materiales como roturas, quemaduras, manchas, etc., el texto pueda interpretarse con certeza, se hará la restitución entre corchetes, con la advertencia respectiva. En caso de imposibilidad absoluta, se consignarán las palabras roto, quemado, ilegible, etc., entre corchetes. En caso necesario se indicará la extensíon del pasaje respectivo al pie de la página.
  3. Los escolios del editor irán entre corchetes cuando estén consignados dentro de la caja de la escritura.
  4. Si los elementos marginales del texto no pueden transcribirse en posicíon marginal, se transcribirán a continuacion del pasaje a que correspondan antecedidos por las palabras al margen entre corchetes.
  5. Las firmas autógrafas sin rúbrica se anotarán con la palabra firmado entre corchetes ; las firmas autógrafas rubricadas, con la palabra rubricado entre corchetes ; y las rúbricas solas con la palabra rúbrica entre corchetes. Los sellos, signos de escribanos y otros detalles semejantes se haran notar con las explicaciones necesarias entre corchetes.
  6. Las palabras claramente escritas, pero en forma incorrecta o incomprensible, se consignarán seguidas de signo de admiración o sic entre corchetes.
  7. Los espacios dejados en blanco se consignarán con las palabras en blanco entre corchetes.
  8. Se consignará la foliación o paginación del documento original.

VIII. Documentos en latin

  1. Toda edición de documentos deberá ir precedida, en lo posible, de una advertencia preliminar en que se especificará la razón de la publicación, la índole de los documentos y las normas que se han seguido para la transcripción. Si hubiere otras ediciones, se dará referencia de ellas.
  2. Cada documento irá precedido de un asiento o entrada de tipo catalográfico, en que se incluirá la data, un breve resumen del contenido y la signatura exacta. Se indicará también si el documento es original o copia.
  3. Los documentos se anotarán cuando las notas sean necesarias para la buena inteligencia del texto y cuando amplían o rectifican críticamente el contenido.
  4. Se acompañará un índice onomástico, toponímico y de materias.
  5. El editor deberá encargar la transcripción a personas capacitadas.
  6. En las ediciones de divulgación se mantendrá la fidelidad del texto, pero podrá modernizarse la ortografía y la puntuación.

Normes pour la transcription de documents historiques : [traduction française], México : Archivo General de la Nación, 1979

Afin de rendre la lecture des documents historiques anciens plus accessible et faciliter leur compréhension, les normes suivantes pour la transcription des documents historiques hispano-américains ont été approuvées lors de la première Réunion interaméricaine sur les archives, tenue à Washington, D.C., en octobre 1961 :

I. Orthographe

  1. Dans les manuscrits paléographiques, les lettres doivent conserver leur valeur phonétique ou littérale.
  2. Les lettres c, ç, s, z, ss seront transcrites telles qu’elles se rencontrent. Le s long et le s (rond) seront transcrits avec le s rond. Lorsque, pour des raisons typographiques, la cédille est éliminée, il faut la remplacer uniquement par la lettre z, en fournissant l’explication correspondante.
  3. Les lettres i (i court), et y (i long/grec) doivent être transcrits avec le signe du i (i court). Le y rencontré avec une graphie sans équivoque, sera transcrit en tant que tel et ce, même dans les mots avec la valeur phonique du i. Lorsque la graphie du y ne se distingue pas de celle du i,
    elle sera transcrite selon la forme orthographique courante.
  4. En cas d’utilisation indistincte des lettres b, v, u. Les lettres b et v seront transcrites selon la forme la plus utilisée dans le document. Le u et le v seront transcrits en fonction de leur valeur phonétique.
  5. Le h superflu sera maintenu ; le h omis ne sera pas remplacé.
  6. Un r majuscule (R) avec la valeur phonétique du double r (rr) sera transcrit avec cette dernière graphie, sauf au début d’un mot.
  7. Les lettres doubles ne seront conservées que dans les cas de ss et nn, sauf en position initiale. Exemple : cossa, anno.
  8. Les graphies f, g, j, h, ph, th, x seront conservées. Exemple : fecho, muger, bojío, hebrero, Phelipe, theniente, dixo.
  9. Les contractions del, della, dello ; desta ; ques, questa, etc. seront conservées selon leur graphie originale.
  10. Lorsque la tilde de la lettre ñ ne figure pas dans le document, la tilde sera restituée.
  11. La ligature & sera transcrit en e ou en y, selon la forme la plus utilisée dans le document.

II. Ponctuation

  1. Lorsque le document ne présente pas de ponctuation, la ponctuation actuelle indispensable sera restituée. Lorsque le document est ponctué, la ponctuation requise pour l’interprétation textuelle sera conservée.

III. Majuscules et minuscules

  1. Les règles de l’orthographe en vigueur seront respectées.

IV. Séparation de mots et phrases

  1. En aucun cas les ligatures contraires à la morphologie des mots ou des phrases ou les césures indues des lettres d’un mot ne doivent être maintenues.

V. Accentuation

  1. L’accentuation originale sera conservée. Tous les accents doivent être représentés par le signe de l’accent aigu. S’il n’y a pas d’accents, ils doivent être restitués pour les mots dont la signification l’exige. Exemple : marcho, marchó ; el, él.

VI. Abréviations

  1. Les abréviations seront développées en complétant les lettres omises selon la forme la plus couramment utilisée dans le document. Cette règle sera également respectée lorsque le mot abrégé n’est pas accompagné d’un signe d’abréviation. Lorsque l’interprétation d’un mot est douteuse, un point d’interrogation sera placé entre crochets après ce mot ; si cela concerne plus d’un mot, une note appropriée sera faite en bas de page.
  2. Les abréviations Ihu, Xpo, Xpoval seront développées Jésus, Cristo, Cristóbal.

VII. Signes typographiques

  1. Les omissions, les ratures, les ajouts interlinéaires, les répétitions, etc. du texte original doivent être indiqués entre crochets avec l’indication de l’omission, du texte raturé, ajouté, etc. suivie de deux points et du ou des mots correspondants. Les corrections de deuxième ou de troisième main doivent être notées en base page.
  2. Lorsque, malgré des altérations matérielles telles que déchirures, lacunes, brûlures, taches, etc., le texte peut être déchiffré avec certitude, la restitution doit être faite entre crochets, avec un avertissement correspondant. En cas d’impossibilité absolue de restituer le texte, les mots roto, quemado, ilegible, etc. seront mis entre crochets. Si nécessaire, la longueur du passage en question doit être indiquée en note de bas de page.
  3. Les annotations de l’éditeur seront mises entre crochets lorsqu’elles seront placées dans le corps du texte.
  4. Si les ajouts marginaux du texte ne peuvent être transcrits en position marginale, ils seront transcrits après le passage auquel ils correspondent, précédés des mots à la marge entre crochets.
  5. Les signatures autographes sans rubrique seront annotées avec le mot signé entre crochets ; les signatures autographes rubriquées avec le mot rubriquée entre crochets ; et les rubriques seules avec le mot rubrique entre crochets. Les tampons, les signes des scribes et autres détails similaires seront notés avec les explications nécessaires entre crochets.
  6. Les mots clairement écrits, mais de façon incorrecte ou incompréhensible, doivent être suivis d’un point d’exclamation ou d’un sic entre crochets.
  7. Les espaces laissés vacants seront restitués avec les mots en blanc entre crochets.
  8. La foliotation ou la pagination du document original doit être consignée.

VIII. Documents en latin

  1. Les règles générales adoptées pour les textes en espagnol seront appliquées pour la transcription des documents en latin.
  2. Les ligatures æ, œ sont séparées en ae, oe lorsque l’imprimerie ne dispose pas des polices de caractères correspondantes.

IX. Prologue et diagnostic

  1. Toute édition de documents historiques devrait, dans la mesure du possible, être précédée d’un avertissement préalable précisant la raison de la publication, la nature des documents et les normes suivies pour la transcription. S’il existe d’autres éditions des documents, il faut en citer les références.
  2. Chaque document est précédé d’une notice catalographique comportant la date et un bref résumé de son contenu. Elle indique également s’il s’agit d’un original ou d’une copie.
  3. Les documents sont annotés lorsque les notes sont nécessaires à la bonne compréhension du texte et lorsqu’elles enrichissent ou rectifient de manière critique le contenu.
  4. Un index onomastique, toponymique et thématique devrait être fourni.
  5. L’éditeur doit faire faire la transcription par des personnes qualifiées.
  6. Dans les éditions de vulgarisation, la fidélité du texte sera maintenue, mais l’orthographe et la ponctuation pourront être modernisées.

Ces normes peuvent être comparées à celle mises en œuvre par la Commission internationale de diplomatique (https://cidipl.org/)7



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2022, 23 octobre). Les « Normas para la transcripción de documentos históricos » : effort latino-américain de normalisation de l’édition de manuscrits. Amoxcalli. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b3s3

  1. Branka María Tanodi de Chiapero est Professeure titulaire de paléographie et de diplomatique, Directrice de l’Archivo General e Histórico de l’université de Córdoba, Argentine. Voir : <https://amoxcalli.hypotheses.org/54899>. []
  2. Voir : <https://memoriamanuscrita.bnp.gob.pe/pdf/normas-transcripcion.pdf>. []
  3. Voir : Schellenberg, T. R., « Primera Reunión Interamericana sobre Archivos: informe final, resoluciones aprobadas y otros documentos. Washington, D. C., octubre 9-27 de 1961 »,  Revista Del Archivo Nacional, 1962, vol. 26, n° 1-6, p. 112-156. Disponible sur Internet, url : <http://www.dgan.go.cr/ran/index.php/RAN/article/view/407>. []
  4. Parues d’abord sous forme d’article : Tanodi, Aurelio Zvlatko, « Ediciones de documentos históricos », Revista de la Facultad de Fi­losofía y Humanidades, Córdoba, 1954, vol. 6, n° 1-3, p. 123-172 puis comme un volume à part entière : Tanodi, Aurelio Zvlatko, Ediciones de documentos históricos, Córdoba : Ministerio de Educación de la Nación, Universidad Nacional de Córdoba, Facultad de Filosofía y Humanidades : Instituto de Estudios Americanistas, 1954, 1 vol. (XII-43 p.) ; 27 cm. (Cuadernos de Historia ; XXIX). []
  5. Voir : Tanodi, Aurelio Zvlatko, « Ediciones de documentos históricos », dans : Normas para la transcripción y edición de documentos históricos, Córdoba : Universidad Nacional de Córdoba, Facultad de Filosofía y Humanidades, Instituto de Estudios Americanistas, 1957, p. 45-70. (Serie Histórica ; XXVIII). Cf. : <https://amoxcalli.hypotheses.org/54885>. []
  6. Comme par exemple dans : Antonio González Antías, Práctica paleográfica : notas para la transcripción de documentos historícos manuscritos y sumario de abreviatures de uso frecuente, Caracas : Archivo General de la Nación, [2020 ?], p. 109-112 ou dans : Núñez Chávez, Jorge, Práctica de la paleografía en la era digital, México : Adabi de México, 2020, p. 45-46. Dans son manuel, Della Pezzat propose des règles qu’elle dit principalement inspirées de celles d’A. Tanodi : Pezzat Arzave, Delia, « Normas de transcripción literal », dans : Aprendizaje de paleografía para documentos novohispanos, México : Quivira, 2011, p. 39-41. Le blog Paléografía Acatlán les met à disposition sous forme de fichier .pdf, url : <https://mikelankel88.files.wordpress.com/2015/02/normas-de-transcripcic3b3n-i.pdf>. []
  7. Disponibles en espagnol sur le site de Escritura y documentos, url : <https://www.escrituraydocumentos.com/normas-de-transcripcion-de-documentos/>. Voir : Robert-Henri Bautier (éd.), Folia Caesaraugustana. 1 : Diplomatica et Sigillographica : travaux préliminaires de la Commission internationale de diplomatique et de la Commission internationale de sigillographie pour une normalisation des éditions internationales des éditions de documents et un Vocabulaire internationale de la diplomatique et de la sigillographie, Zaragoza [España] : Cátedra Zurita, Institución Fernando el Católico, 1984, 1 vol. (221 p.) ; 24 cm. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search