Séance de rentrée solennelle sous la Coupole sur le thème du « Déchiffrement »

La séance de rentrée solennelle de l’Académie des inscriptions et belles lettres du vendredi 25 novembre 2022 se tiendra sous la Coupole de l’Institut.

Programme

  • La vie et les travaux de l’Académie en 2022, par M. Henri LAVAGNE, Président de l’AIBL
  • Lecture du Palmarès de l’année 2022 et proclamation des nouveaux archivistes paléographes, par M. Olivier PICARD, Vice-Président de l’AIBL
  • Allocution d’accueil de M. Nicolas GRIMAL, Secrétaire perpétuel de l’Académie
MM. Henri-Paul FRANCFORT, Robert HALLEUX, Dominique MICHELET.
MM. Henri-Paul FRANCFORT, Robert HALLEUX, Dominique MICHELET.

Sur le déchiffrement des arts anciens de l’Asie centrale

  • Discours de M. Henri-Paul FRANCFORT, membre de l’AIBL : « Sur le déchiffrement des arts anciens de l’Asie centrale »

Les langues et les civilisations du Moyen-Orient et de l’Asie lointaine furent connues par les Européens principalement à partir des XVIIIe et XIXe siècles, comme les bicentenaires de Champollion et de la Société Asiatique nous le rappellent.

Une pléiade de savants déchiffre et traduit les textes de grandes civilisations lettrées de l’Orient jusqu’à l’Iran, l’Inde et la Chine. Au XIXe et au début du XXe siècle, favorisée par la fondation d’Écoles et de Missions archéologiques françaises, la connaissance des arts asiatiques prend son essor.

Néanmoins, ceux de l’Asie centrale, domaine de civilisations notoirement agrammates, ne sont vraiment découverts qu’entre les deux guerres mondiales, alors que l’ethnologie, la préhistoire et l’archéologie élargissent les perspectives de connaissance du monde.

À côté des arts non-figuratifs de l’Islam, apparaissent par exemple l’art gréco-bouddhique et celui des nomades de la steppe eurasiatique. Affichant des figures singulièrement familières ou des schématismes inattendus, ils suscitent nombre de réflexions novatrices.

Ainsi, la quête de grilles de lecture et de clés de déchiffrement, historiques ou théoriques, se porte sur des questions toujours actuelles de compréhension des langages de ces arts.

La cryptographie à l’âge classique entre « secrètes sciences » et mathématique

  • Discours de M. Robert HALLEUX, associé étranger de l’AIBL : « La cryptographie à l’âge classique entre « secrètes sciences » et mathématique »

La cryptographie ou art du chiffrement a pour objet de transformer un texte clair en un texte chiffré dont le sens n’est compréhensible qu’à ceux qui en possèdent la clef ou le code, en empêchant des tiers de casser le code ou de décrypter le message. La cryptographie a fleuri du XVe au XVIIe siècle avec Leone Battista Alberti, Jean Trithème, Gianbattista della Porta, Blaise de Vigenère, François Viète et Antoine Rossignol. À côté de la diplomatie et de l’art militaire, elle a été aussi d’un large usage dans les « secrètes sciences », alchimie, kabbale et magie cérémonielle. C’est le rapport entre ces deux traditions que la présente communication entend étudier. Après une étude sémantique des maîtres mots de cet art (chiffre, code, clef), on suivra pas à pas les deux méthodes classiques de chiffrage, la substitution et la transposition. Dans les systèmes de substitution, les alphabets secrets décrits par Vigenère se retrouvent chez les alchimistes comme Giovanni Fontana et le Pseudo Enrique de Villena. Les substitutions de chiffres s’emploient en kabbale et en gématrie, et les substitutions alphabétiques par décalage de l’alphabet se retrouvent dans la fabrique des incantations.

Ces méthodes de chiffrement se prêtent à un traitement mécanique comme le cylindre à rotors de Fontana ou la machine à cadrans de Henri III. Dans la méthode par transposition, les éléments du texte clair conservent leur représentation, mais l’ordre en est modifié selon une clef : cette pratique est bien connue chez les kabbalistes chrétiens. Si Trithème et Vigenère puisent largement dans la tradition hermétique, François Viète développe une méthode rigoureusement mathématique fondée sur le calcul des fréquences pour le déchiffrement et propose un chiffrement fondé sur des substitutions syllabiques et l’usage du nomenclateur. Il inaugure une lignée de cryptologues mathématiciens dont le plus célèbre et le plus discret est Antoine Rossignol, au service de Condé, de Richelieu et de Mazarin, qui a laissé son nom à l’outil favori des cambrioleurs.

Fontana.1
Fontana.2

Les écritures dans la Mésoamérique préhispanique : multiplicité, différences et difficultés spécifiques de leur lecture

  • Discours de M. Dominique MICHELET, membre de l’AIBL : « Les écritures dans la Mésoamérique préhispanique : multiplicité, différences et difficultés spécifiques de leur lecture »

Si sont exacts les plus récents résultats publiés concernant la « dalle de Cascajal », avec ses 62 signes, ou glyphes, gravés sur l’une de ses grandes faces (36,5 × 21,6 cm), on doit alors considérer qu’une écriture existait déjà très probablement autour des années 1000 avant notre ère dans une partie du monde mésoaméricain.

L’histoire de l’écriture ou, plutôt, des écritures dans cette aire culturelle se serait donc développée sur au moins deux millénaires et demi avant l’arrivée des conquérants espagnols. On doit aussi préciser qu’il s’est agi de plusieurs écritures, bien distinctes, mises au point et utilisées successivement et/ou simultanément dans ce vaste territoire.

De fait, il faut savoir qu’au moment de la Conquête on parlait dans cette aire plus de soixante-dix langues, que l’on peut, il est vrai, regrouper en six grandes familles linguistiques — compte non tenu de quelques isolats — et qui forment un Sprachbund vraisemblable.

Les problèmes soulevés par les déchiffrements de ces écritures et les degrés atteints dans la lecture de chacune d’entre elles sont très divers, les écritures elles-mêmes étant variées dans leur nature, depuis le système phonétique maya, que l’on décrit comme « syllabo-logogrammique », jusqu’à ce que l’on a souvent considéré comme de pures pictographies.

Une particularité qui conduisit d’ailleurs l’immense, pénétrant et méthodique témoin de la société aztèque finale, Fray Bernardino de Sahagún, à ne pas parler d’écrits dans cette société, mais de simples pinturas.

La Pintura
Sacerdote mayor

Informations pratiques

La séance sera retransmise en direct, à partir de 15h, sur la page d’accueil du site internet de l’Académie (url : <http://www.aibl.fr>). Le film pourra être également visionné en direct et les jours suivants sur Vimeo à l’adresse suivante : https://vimeo.com/aibl.


Olivier Jacquot

Responsable de la coordination de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search