Les incunables mexicains (1539-1600) versus les imprimés novohispaniques du XVIe siècle

La notion d’incunables mexicains en bibliophilie est apparue au XXe siècle, lorsque des collectionneurs ont commencé à s’intéresser aux premiers livres imprimés au Mexique. Traditionnellement, les incunables sont les livres imprimés avant l’année 1501, mais les premiers livres imprimés au Mexique sont postérieurs à la première installation d’une imprimerie au Nouveau Monde, soit à Mexico en 15391. Les incunables mexicains datent donc du début du XVIe siècle avec un terminus a quo en 1539 et un terminus ad quem fixé en l’an 1600. Rares et précieux, les incunables mexicains témoignent de l’histoire de l’imprimerie et de la culture au Mexique à cette époque.

Comme l’écrit Manuel Ramos Medina, le Directeur du Centro de Estudios de Historia de México Fondation Carso Carlos Slim, « les premiers imprimés mexicains, [sont] appelés à tort “incunables américains” » (« los primeros impresos mexicanos, mal llamados « incunables americanos » »2. A proprement parlé, le terme d’incunables mexicains est en effet doublement fautif car, d’une part, il ne s’applique pas à la définition stricte du terme d’incunable qui désigne les imprimés antérieurs à 1501 et, d’autre part, le Mexique n’existait pas encore comme Nation puisque la Vice-royauté de Nouvelle-Espagne ne prit fin qu’en 1821. L’appellation adéquate qu’il conviendrait d’adopter pour désigner ces premiers imprimés du Nouveau-Monde serait celle d’imprimés novohispaniques du XVIᵉ siècle. Cependant, tout comme pour les incunables dont l’appellation est parfois étendue aux post-incunables imprimés dans la première moitié du XVIᵉ siècle, les historiens du livre s’accordent à désigner d’incunables mexicains les ouvrages imprimés de 1539 à 1600 en Nouvelle-Espagne.

Orgullo México | Incunables americanos

A titre d’exemple significatif, il suffit de citer le projet des Mexican Incunabula (1559-1600) at the Latin American Library (url : <https://digitallibrary.tulane.edu/islandora/object/tulane:p16313coll15>) des bibliothèques de l’université de Tulane de la Nouvelle-Orléans (Louisiana), qui recense 220 titres dont seuls 136 sont conservés dans des institutions du monde entier, ou l’exposition organisée par le musée Soumaya (Museo Soumaya) de Mexico, Impresos mexicanos del siglo XVI (los incunables)3.

Le rassemblement de mexican incunabula est devenu une spécialité de la bibliophilie, avec des collectionneurs du monde entier cherchant à en acquérir, particulièrement nord-américains. L’un des plus importants d’entre eux fut John Carter Brown (1797-1874)4 qui n’eut de cesse d’accroître sa collection d’Americana par des acquisitions dans les salles de vente. Vers 1855, il recruta John Russell Bartlett (1805-1886), avec lequel il entretenait déjà des relations amicales5 pour gérer sa bibliothèque. Ce dernier effectua notamment des achats auprès du libraire britannique Bernard Quaritch (1819-1899). De 1865 à 1882, John Russell Bartlett produisit ce qui est devenu une bibliographie de référence, la Bibliotheca Americana: A Catalogue of Books Relating to North and South America in the Library of John Carter Brown. Après la mort de John Carter Brown, John Russell Bartlett devint une sorte de père de substitution pour John Nicholas Brown (1861-1900) et Harold Brown (1865-1900), les fils de John Carter Brown. Il les initia à la bibliophilie. Leur mère, Sophia Augusta Brown (1825-1909), maintint John Russell Bartlett à son poste et ensemble ils poursuivirent l’enrichissement de la bibliothèque familiale.

Quelques années après le décès de John Russell Bartlett, la famille Brown engagea, en 1895, comme remplaçant, le bibliothécaire George Parker Winship (1871-1952) qui devint le premier bibliothécaire à temps plein de la Bibliotheca Americana, chargé d’accroître encore la collection6. Alors que Bartlett effectuait des achats auprès de salles de vente aux enchères, Winship fit appel à des “correspondants” installés au Mexique, chargés de l’informer des ventes locales7. En 1898, Sophia Augusta Brown transmit le titre de propriété de la Bibliotheca Americana à son fils aîné John Nicholas Brown. Les collections d'”Americana” de la famille Brown forment aujourd’hui le noyau de la bibliothèque John Carter Brown de Providence. En effet, à la mort de John Nicholas Brown et de son frère, tous les deux à dix jours d’intervalle et trentenaires, la John Carter Brown Library fut transférée au campus de la Brown University où elle constitua un fonds à part sans intégrer la bibliothèque de l’université. George W. R. Matteson et Robert H. I. Goddard, les deux administrateurs de la Bibliotheca Americana, respectèrent les dispositions testamentaires de John Nicholas Brown et organisèrent le transfert légal de la bibliothèque à l’université Brown, avec l’obligation qu’elle reste intacte, mais aussi administrée de manière indépendante.

Le notion d’incunables mexicains dérive de celle des incunables américains inventée par l’historien et philologue mexicain Joaquín García Icazbalceta (1825-1894)8 auteur, en 1886, d’une Bibliografía mexicana del siglo XVI9. Le 12 mai 1855, il rédigea l’article intitulé « Tipografía mexicana » pour le Diccionario Universal de Historia y Geografía10, où il recensait 44 livres imprimés au Mexique entre 1540 et 1599, dont 20 lui appartiennent puisqu’il rajoute la mention « (En mi poder.) ». Neuf appartenaient à son ami José Fernando Ramírez — En el poder del Sr. D. J. F. Ramírez 11.

Cependant, au tournant du XIXe et XXe siècle, les travaux publiés à compte d’auteur par le bibliographe chilien José Toribio Medina (1852-1930) furent parmi les premiers à s’intéresser à la bibliographie hispano-américaine, notamment avec différentes productions consacrées au Mexique :

  • Biblioteca hispano-americana : 1493-1810, Santiago de Chile : Impreso y grabado en casa del Autor, 1898-1907, 7 vol.
    Contient :  t. 1. 1493-1600 ; t. 2. 1601-1650 ; t. 3. 1651-1700 ; t. 4. 1701-1767 ; t. 5. 1768-1810 ; t. 6. Prólogo (p. IX-CXXX : (1) une esquisse historique du droit de la presse et de la liberté de la presse en Amérique espagnole ; (2) une notice sur la vie et l’œuvre d’Antonio de Léon Pinelo ; et (3) des notices sur des bibliographies antérieures relatives à l’Amérique espagnole). Sin fecha determinada, siglo XVII-XIX. Adiciones. Ampliaciones. Dudosos. Manuscritos ; t. 7. Algo más de León Pinelo. Nuevas adiciones. Sin fecha determinada. Ultimas adiciones. Ampliaciones. Notas biográficas12.
  • La imprenta en Guadalajara de México (1793-1821), Santiago de Chile : Imprenta Elzeviriana, 1904, XIV-104 p.
  • La imprenta en Oaxaca (1720-1820), Santiago de Chile : Imprenta Elzeviriana, 1904, 29 p.
  • La imprenta en México (1539-1821), Santiago de Chile : Impreso en casa del autor, 1907-1912, 8 vol.
    Comprend : t. 1. 1539-1600 ; t. 2. 1601-1684 ; t. 3. 1685-1717 ; t. 4. 1718-1744 ; t. 5. 1745-1767 ; t. 6. 1768-1794 ; t. 7. 1795-1812 ; t. 8. 1813-1821. Adiciones (1630-1816).
  • La imprenta en la Puebla de los Angeles (1640-1821), Santiago de Chile : Imprenta Cervantes, 1908, 823 p.

Bien que des bibliographies américaines aient été publiées avant José Toribio Medina, il est « le véritable fondateur de la bibliographie hispano-américaine », comme le rappelle Paul Rivet13.

Le domaine des incunables américains dispose même de son manuel, œuvre de la bibliothécaire et professeure de bibliographie Margaret Bingham Stillwell (1887-1984), conservatrice, de 1917 à 1953, au Annmary Brown Memorial qui avait commencé sa carrière à la John Carter Brown Library avant d’entrer à la New York Public Library, en 1914, en tant que catalogueuse d’ouvrages américains anciens.

En 1931, elle publia en effet son Incunabula and Americana, 1450-1800: A key to bibliographical study14. En 1940 elle publia aussi Incunabula in American Libraries: a second census of fifteenth-century books owned in the United States, Mexico, and Canada15.

Cet ouvrage fut suivi de l’étude de la bibliothèque nationale du Mexique par Emilio Valtón : Impresos mexicanos del siglo XVI (incunables americanos) en la Biblioteca Nacional de México, el Museo Nacional y el Archivo General de la Nación, con cincuenta y dos láminas: estudio bibliográfico16 suivie en 1939 de Algunas particularidades tipográficas de los impresos mexicanos del siglo XVI17.

Valtón, Emilio (préf.), Impresos mexicanos del siglo XVI (incunables americanos) en la Biblioteca Nacional de México, el Museo Nacional y el Archivo General de la Nación, con cincuenta y dos láminas : estudio bibliográfico

Depuis, des entreprises bibliographiques en ligne ont pris le relais comme le projet nord-américain déjà cité des Mexican Incunabula (1559-1600) at the Latin American Library qui contribue au projet plus vaste intitulé Impresos Mexicanos del Siglo XVI. Lancé par un petit groupe d’institutions aux États-Unis et au Mexique, l’objectif de ce dernier projet est de créer une collection numérique en ligne d’imprimés mexicains anciens qui entend offrir un accès aux 136 titres existants. La collection Primeros Libros de las Américas : Impresos Americanos del Siglo XVI en las Bibliotecas del Mundo18 continue de s’enrichir au gré de l’association de nouveaux partenaires.

Primeros Libros de las Américas

Si les premières collections d’imprimés mexicains constituées par des savants et érudits mexicains ont été dispersées en salle de vente au cours du XIXe siècle, l’État mexicain se soucie désormais de ce patrimoine bibliographique qui lui a longtemps échappé. En décembre 2002, la bibliothèque nationale du Mexique et la Biblioteca Cervantina de Monterrey ont émis une proposition d’inscription au registre de la mémoire du monde pour l’Amérique latine et la Caraïbe (MOWLAC) de leurs collections d’incunables américains : Propuesta para Registro de Memoria del Mundo. Incunables Americanos, Libros Impresos en México en el Siglo XVI19.

Les bibliothèques mexicaines mettent en avant ce patrimoine bibliographique, comme par exemple celle de la Benemérita Universidad Autónoma de Puebla (BUAP) qui leur consacre une page illustrée sur son site20 :

Los incunables de la Biblioteca Lafragua

Le domaine limité et spécifique des incunables mexicains (1539-1600) fait l’objet de régulières études de la part du monde académique comme par exemple Rosa María Fernández de Zamora [Esquivel] qui a consacré une étude aux 131 premiers incunables mexicains imprimés au XVIe siècle dans Los impresos mexicanos del siglo XVI: su presencia en el patrimonio cultural del nuevo siglo21.

Notes

  1. Voir : Thompson, Lawrence Sidney (1916-1986), « The first typefounding in Mexico », The Library: The Transactions of the Bibliographical Society, 1927, June, vol. s4-VIII, n° 1, p. 119-122. DOI: https://doi.org/10.1093/library/s4-VIII.1.119 []
  2. Ramos Medina, Manuel, « Presentación del Centro de Estudios de Historia de México Carso », Biblioteca Virtual Miguel de Cervantes, [s. d.]. Disponible sur Internet, url : <https://www.cervantesvirtual.com/portales/estudios_historia_mexico_carso/presentacion/>. []
  3. Impresos mexicanos del siglo XVI (los incunables) : Museo Soumaya 17 de agosto-29 septiembre, 1995, Mexico City : Ediciones del Equilibrista, 1995, 1 vol. (75 p.) : ill. ; 28 cm. La couv. porte en plus : « Centro de Estudios de Historia de México Condumex ». []
  4. Voir à son sujet : The First century of the John Carter Brown Library: a history with a guide to the collections, Providence, Rhode Island : the Associates of the John Carter Brown library, 1946 (Boston : printed by D. B. Updike), 1 vol. (88 p.) : pl. ; 25 cm.
    Brown, John Carter ; Rohr, Donald G. (éd), The Young John Carter Brown in EuropeTravel Diaries1823-1824, Providence: The John Carter Brown Library, 2005, 1 vol. (LXI, 303 p.) : 24 cm. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/youngjohncarterb00brow>. []
  5. Bartlett, John Russell (1805-1886) ; Mueller, Jerry E. (éd.), Autobiography of John Russell Bartlett, 1805-1886, Providence, R.I. : John Carter Brown Library, 2006, 1 vol. (XXV-226 p.) : 24 cm. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/autobiographyofj0000bart>. []
  6. Winship, George Parker (1871-1952), The John Carter Brown Library : a history, Providence : [The Library], 1914 (Boston : Merrymount Press), 1 vol. (96 p.) ; 25 cm []
  7. Voir : Ramírez López, Javier Eduardo, « La Biblioteca John Carter Brown: del éxodo bibliográfico a la conservación del patrimonio mexicano », Bibliographica, 2020, vol. 3, n° 2, p. 16-[50]. DOI: https://doi.org/10.22201/iib.2594178xe.2020.2.78. Disponible sur Internet, url : <https://bibliographica.iib.unam.mx/index.php/RB/article/view/78>. []
  8. Selon Ramírez López, Javier Eduardo, « La Biblioteca John Carter Brown: del éxodo bibliográfico a la conservación del patrimonio mexicano », Bibliographica, 2020, vol. 3, n° 2, p. 16-[50]. DOI: https://doi.org/10.22201/iib.2594178xe.2020.2.78.
    Sur Icazbalceta , voir : Ricard, Robert, « Joaquín García Icazbalceta (1825-1894) », Bulletin Hispanique, 1934, tome 36, n° 4, p. 459-471. DOI : https://doi.org/10.3406/hispa.1934.2647. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/hispa_0007-4640_1934_num_36_4_2647>. []
  9. García Icazbalceta, Joaquín (1825-1894), Bibliografía mexicana del siglo XVI. Primera parte, Catalogo razonado de libros impresos en México de 1539 à 1600 : con biografias de autores y otras ilustraciones : precedido de una noticia acerca de la introduccion de la imprenta en México : Obra adornada con facsímiles fotolitográficos y fototipográficos, México: Librería de Andrade y Morales, 1886 ([México] : Impr. de Francisco Diaz de Leon), 1 vol. (XXIX, 419, [2] p., 1 l.) : ill., facsims. (1 double) ; 29 cm []
  10. Diccionario universal de historia y de geografía: obra dada a luz en España por una sociedad de literatos distinguidos, y refundida y aumentada considerablemente para su publicación en México con noticias históricas, geográficas, estadísticas y biográficas sobre las Américas en general y especialmente sobre la República Mexicana, t. V, México : De Rafael, 1854, p. [961]-977. Disponible sur Internet, url : <https://www.cervantesvirtual.com/obra/diccionario-universal-de-historia-y-de-geografia-tomo-5/>. []
  11. Voir : Rivas, Emma ; Gutiérrez, Edgar Omar, Libros y exilio : epistolario de José Fernando Ramírez con Joaquín García Icazbalceta y otros corresponsales, 1838-1870, México, D.F. : Instituto Nacional de Antropología e Historia, 2010, 1 vol. (379 p.) : couv. ill. en coul., ill. ; 26 cm []
  12. Réédition : Santiago de Chile : Fondo Histórico y Bibliográfico José Toribio Medina, 1958-1962, 1 vol. : vol. 1. 1493-1600 ; vol. 2. 1601-1650 ; vol. 3. 1651-1700 ; vol. 4. 1701-1767 ; vol. 5. 1768-1810 ; vol. 6. Los bibliógrafos americanistas. La producción intelectual en la América española ; vol. 7. Títulos nuevos. Disponible sur Internet, url : <https://www.memoriachilena.gob.cl/602/w3-article-336450.html>. []
  13. Voir : Rivet, Paul, « José Toribio Medina », Journal de la Société des Américanistes, 1931, tome 23, n° 1, p. 244-248. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/jsa_0037-9174_1931_num_23_1_1099>. []
  14. Incunabula and Americana, 1450-1800: A key to bibliographical study, New York : Columbia University Press, 1931, 1 vol. (XIX-485 p.) : fac-simil. ; 26 cm []
  15. New York : Bibliographical Society of America, 1940 (Portland : the Southworth-Anthoensen press), 1 vol. (XLVI-619 p.) ; 26 cm. – (Bibliographical society of America. Monograph series ; 1). L’œuvre fut poursuivie en 1964 et 1972 par Frederick Richmond Goff (1916-1982), toujours pour le compte de la Bibliographical society of America. []
  16. Valtón, Emilio (préf.), Impresos mexicanos del siglo XVI (incunables americanos) en la Biblioteca Nacional de México, el Museo Nacional y el Archivo General de la Nación, con cincuenta y dos láminas: estudio bibliográfico, México : Biblioteca Nacional de México, 1935 ([México] : Impr. Universitaria), 1 vol. (XXXI-244 p.) ; 31 cm []
  17. Valtón, Emilio, « Algunas particularidades tipográficas de los impresos mexicanos del siglo XVI », dans : IV centenario de la imprenta en México, la primera en América : Conferencias sustentadas en su conmemoración. – México : Asociación de Libreros de México, 1939, p. 241-277 p.) : fac-sim. ; 25 cm []
  18. Voir, Jacquot, Olivier, « Los Primeros Libros de las Américas : Impresos mexicanos del siglo XVI en las Bibliotecas del Mundo », Amoxcalli, 29 novembre 2017. Disponible sur Internet, url : <https://amoxcalli.hypotheses.org/1343>. []
  19. Voir : Biblioteca Nacional de México ; Biblioteca Cervantina ITESM, Propuesta para Registro de Memoria del Mundo. Incunables Americanos, Libros Impresos en México en el Siglo XVI, [México], 2002, 27 p. Disponible sur Internet, url : <https://sic.cultura.gob.mx/documentos/2122.pdf> et Fernández de Zamora, Rosa María, « La Memoria del Mundo y las Colecciones de Libros Raros y Especiales en América Latina », IFLA 2011, Rare and special collections depending on history: Latin America and the Caribbean, Puerto Rico : IFLA, 2011. Disponible sur Internet, url : <https://www.ifla.org/past-wlic/2011/121-fernandez-es.pdf>. []
  20. Voir :  Moncayo Ramírez, Jonatan, « Incunables de la BUAP: esplendor y gloria del libro antiguo », BUAP, 2012. Disponible sur Internet, url : <https://cultura.buap.mx/cronicauniversitaria/que-son-los-libros-incunables>. []
  21. Fernández de Zamora [Esquivel], Rosa María, Los impresos mexicanos del siglo XVI: su presencia en el patrimonio cultural del nuevo siglo, México, D.F. : Universidad Nacional Autónoma de México, 2009, 1 vol. (XVI, 370 p.) : ill. ; 27 cm. Disponible sur Internet, url : <https://ru.iibi.unam.mx/jspui/bitstream/IIBI_UNAM/L34/1/impresos_mexicanos.pdf>. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olivier Jacquot (12 novembre 2023). Les incunables mexicains (1539-1600) versus les imprimés novohispaniques du XVIe siècle. Amoxcalli. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b43c


Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search