James Constantine Pilling (1846-1895)

Amoxcalli se propose de publier un modeste dictionnaire prosopographique des chercheurs, ethnologues, copistes, collectionneurs de codex méso-américains.
Amoxcalli propone publicar un modesto diccionario prosopográfico de investigadores mesoamericanos, etnólogos, copistas y recolectores de códices.
Amoxcalli proposes to publish a modest prosopographic dictionary of Mesoamerican researchers, ethnologists, copyists, and codex collectors.

Pays États-Unis
Langue(s) anglais
Sexe Masculin
Naissance 1846-11-16, Washington, D. C.
Mort 1895-07-26, Olney, Maryland
James Constantine Pilling (1846-1895)
  • Notice

Fils de James Pilling (1814-1896) et de Susan E. Pilling née Collins (1808-1881), le philologue et ethnologue James Constantine Pilling nacquit le 16 novembre 1846 à Washington. où il fit ses études au Gonzaga College.

En 1872, il prend part à l’enquête géologique de la région des montagnes Rocheuses sous la direction du major John Wesley Powell qui lui confie la relecture de son Report on the lands of the arid region of the United States with a more detailed account of the land of Utah with maps paru en 1879.

En 1875, John Wesley Powell le recrute pour l’aider à administrer le Service géologique des États-Unis (United States Geological Survey) dans les régions des montagnes Rocheuses.

En 1879, lorsque J. W. Powell fonde le Bureau of Ethnology (connu de 1897 à 1965 sous le nom de Bureau of American Ethnology), Pilling, qui avait appris lui-même la sténographie Pitman alors qu’il était encore à l’école primaire, en devient le greffier en chef. Lorsqu’en 1881, J. W. Powell succède à Clarence King à la tête de l’United States Geological Survey et du Bureau of American Ethnology (1881), Pilling est nommé greffier en chef de l’United States Geological Survey, tout en continuant à travailler pour le Bureau of American Ethnology. Pilling est responsable du développement de la bibliothèque du Bureau of American Ethnology et de gestion de ses archives.

Ainsi, de 1875 à 1879, J. C. Pilling resta presque continuellement dans l’Ouest américain parmi les tribus indiennes de l’Ouest, compilant les vocabulaires de leurs différents dialectes. Malgré ses fonctions, J. C. Piling n’abandonna pas pour autant ses recherches, continuant jusqu’à sa mort à se consacrer à des travaux ethnologiques et linguistiques, ce qui lui permit de recenser et de compiler la littérature relative de presque toutes les langues des tribus indiennes d’Amérique du Nord.

En 1885, le Smithsonian publia ses Proof-sheets of a Bibliography of the Languages of the North American Indians1, que J. C. Pilling considérait comme un travail préliminaire et incomplet, d’où son titre de “Proof-sheets” (feuilles d’épreuve), ouvrage de 1135 pages tiré uniquement à 100 exemplaires. Dans sa préface, J. C. Pilling précise bien que les cent exemplaires sont “distribués uniquement aux collaborateurs” pour “corrections, ajouts et critiques” :

It is desired that those into whose hands these sheets may fall will consider them in no sense as finished or complete; only a few copies are struck off, and these have been prepared especially for distribution to collaborators for the purpose of obtaining marginal corrections and insertions.

« Preface », dans : Pilling, James Constantine, Proof-sheets of a bibliography of the languages of the North American Indians, Washington : Government printing office, 1885, p. V.
Pilling, James Constantine, 1846-1895
Pilling, James Constantine, 1846-1895, mars 1892, Pilling, James Constantine, 1846-1895, National Anthropological Archives, NAA.PhotoLot.33, https://n2t.net/ark:/65665/nw34557dc65-73ce-4d05-981b-60435ebfea56

L’ouvrage est pourtant adoubé par les spécialistes des langues amérindiennes, ce qui permit à J. C. Pilling de réviser ce travail monumental et de publier une série de bibliographies, chacune traitant d’une famille particulière de langues amérindiennes. Organisant ses données dans des fiches et utilisant un système de références croisées2, J. C. Pilling a publié, à un rythme quasi-annuel de 1885 à sa mort, des bibliographies révisées des familles de langues eskimo-aléoute, siouan-catawban, iroquoienne, muskogean-séminoles, algonquienne, athabaskane, chinooks, salish et wakashanes, toutes parues sous les auspices du gouvernement :

  • 1890, Bibliographie notes on Eliot’s Indian Bible and on his other translations and works in the Indian language of Massachusetts, Washington : Government printing office, 1 vol. (58 p.) : [21] f. de pl. : 31 cm. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/bp_596015>.

J. C. Pilling avait en outre compilé une grande partie du matériel pour un projet de bibliographie des langues mexicaines, qui n’a pas été publié de son vivant. Markus Baker indiquait que l’ouvrage, pratiquement achevé, ne manquerait pas d’être publié « as soon as indexed »3. Las, il n’est jamais paru4

Connues aujourd’hui sous le nom de langues uto-aztèques, leur parenté a été établie par Edward Sapir dans les années 1920, mais Powell s’était opposé à un tel système de classification. Les langues shoshones de Pilling sont désormais connues sous le nom d’uto-aztèques du Nord, tandis que ses groupes sonorans et aztèques sont tous deux considérés comme des langues uto-aztèques du Sud.

En 1888, J. C. Pilling avait épousé Mary (dite Minnie) Lois Harper avec laquelle il eut deux enfants, Lois Harper Pilling (27/12/1888-22/06/1890) et Ruth Harper Pilling, épouse Dunham (21/11/1890-24/08/1961).

En 1891, une maladie associée à une syphilis non traitée, qu’il avait contractée au cours de ses années de travail ethnologique sur le terrain, l’obligea à démissionner de ces fonctions administratives, mais il poursuivit son travail ethnologique jusqu’à sa mort en 1895. On sait qu’il décéda d’une ataxie locomotrice, aujourd’hui appelée Tabes dorsalis. J. C. Pilling fut membre de nombreuses sociétés savantes, outre des mémoires sur des sujets ethnologiques.

  • Source(s)
    • Baker, Marcus (1849-1903), In memoriam : James Constantine Pilling, 1846-1895, [Washington, D.C.] : [D.W. Gregory], [1895], 1 vol. (12 p.) : ill. : 23 cm. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/inmemoriamjamesc00bakerich>.
    • Appleton, Appletons’ Cyclopaedia of American Biography, Rev. Ed., New York : Appleton, 1888-1889. – 6 vols
    • Adams, Oscar Fay, A Dictionary of American Authors, Boston [et al.] : Houghton, Mifflin & Co, 1897.
    • Pratt A.T.C., People of the Period : being a Collection of the Biographies of Upwards of Six Thousand Living Celebrities, London : Neville Beeman, 1897. – 2 vol. en 1.
    • Herringshaw, T. W., Herringshaw’s National Library of American Biography : Contains Thirty-five Thousand Biographies of the Acknowledged Leaders of Life and Thought of the United States, Chicago : American Publishers’ Ass, 1909-1914, 5 vol.
    • Knight, L. L., Biographical Dictionary of [Southern] Authors, New Orleans [et al.] : Martin & Hoyt, [1910]. – (Library of Southern Literature ; 15).
    • Glenn, James R., « Pilling, James Constantine (1846-1895), government administrator and ethnologist », American National Biography, 1999.
  • Identifiant(s)
  • Oeuvre(s) à la BnF


Citer ce billet
Olivier Jacquot (2023, 1 décembre). James Constantine Pilling (1846-1895). Amoxcalli. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b43z

  1. Pilling, James Constantine, Proof-sheets of a bibliography of the languages of the North American Indians, Washington : Government printing office, 1885, 1 vol. (XL-1135 p.). Disponible sur Internet, url : <https://www.biodiversitylibrary.org/item/97785> ou <https://library.si.edu/digital-library/book/proofsheetsofbib00pill>. []
  2. Les National Anthropological Archives de la Smithsonian Institution conservent, sous la cote Manuscript 2466, les fiches rédigées par J. C. Pilling, soit 27 200 fiches de format 11 x 15 cm classées par ordre alphabétique. Le fichier comprend quelques entrées (manuscrites) qui n’ont pas été publiées dans les Proof Sheets ni dans les bibliographies par langues publiées dans les Bulletins du Bureau of American Ethnolog, ce qui laisse supposer que l’on peut y retrouver les références relatives au volume sur le nahuatl qui n’est pas paru. La plus grande part des fiches, cependant, comprend des entrées découpées dans les bibliographies imprimées et collées sur les fiches, plus quelques entrées manuscrites incomplètes précédées de numéros tirés des feuilles d’épreuves et données en entier. []
  3. Baker, Marcus (1849-1903), In memoriam : James Constantine Pilling, 1846-1895, [Washington, D.C.] : [D.W. Gregory], [1895], p. 4. []
  4. Nous ignorons où peut se situer le manuscrit. La Edward E. Ayer North and Middle American Indian Linguistics Collection de la Newberry Library conserve sa correspondance. Les National Anthropological Archives de la Smithsonian Institution conservent plusieurs manuscrits de J. C. Pilling, dont 5,60 mètres linéaires de James Constantine Pilling papers, NAA.XXXX.0326 qui pourraient contenir le manuscrit. []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search