Document : Peau américaine

En 1855, le Magasin pittoresque publiait un article décrivant une peau peinte amérindienne. Sans mention d’auteur, l’article était illustré d’un gravure signée « Freeman. D ». C’est ce texte que nous transcrivons ci-après.

Avertissement

Cet article comprend des mots et des descriptions qui peuvent être culturellement sensibles et qui ne sont normalement plus utilisés dans certains contextes publics ou communautaires. Les termes et annotations qui reflètent l’attitude de l’auteur ou sa période de création sont considérés comme inappropriés aujourd’hui. L’article adopte en effet un modèle de recherche scientifique datant du XIXe siècle, dépeignant les populations étudiées comme des sujets de recherche d’une manière qui est aujourd’hui considérée comme choquante.

« Peau américaine », Le Magasin pittoresque, 1855, p. 253-254, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k31438m/f257.item

Les sauvages de l’Amérique du Nord décorent leur tête de plumes de divers oiseaux et surtout de plumes d’aigle ; ils couvrent leur figure de différentes couleurs ; et tel est leur goût pour la parure qu’ils portent attaché ordinaire-

Peau de bison peinte par un sauvage de l'Amérique du Nord.
Peau de bison peinte par un sauvage de l’Amérique du Nord.

ment à leur poignet un petit miroir, à l’aide duquel ils rétablissent la symétrie de leur toilette dès qu’ils la croient dérangée.

« La principale partie de leur costume, dit le prince Maximilien de Wied-Neuwied, est la grande robe, appelée mahitou ou ih-thé, dans la décoration de laquelle ils déploient un grand luxe. Quand le temps est sec, ils portent ces peaux de bison avec le poil en dedans, et quand il pleut, avec le poil en dehors ; elles sont tannées du côté de la chair, ornées en travers d’un cordon de grains de verre bleus ou blancs, auquel se rattachent ordinairement trois rosettes rondes, tantôt petites, tantôt très-grandes, placées à distances égales et de la même manière, formant, du reste, des dessins divers et élégants. Le centre est souvent rouge et le tour bleu de ciel, avec des figures blanches, ou bien ces mêmes couleurs sont différemment disposées. Ce cordon transversal est fréquemment aussi brodé avec des piquants de porc-épic teints de différentes couleurs, et alors il est plus étroit ; mais ils les portaient de cette manière dans l’origine, avant que les blancs leur eussent fait connaître les grains de verre. Parmi ces robes, il y en a aussi qui, du coté de la chair, présentent des figures noires sur un fond brun-rouge ; ces figures sont surtout celles d’animaux ; d’autres représentent, en noir ou en couleurs brillantes, sur un fond blanc, les coups et exploits du propriétaire de la robe, ses blessures, le sang qu’il a perdu, les hommes qu’il a tués ou faits prisonniers, les armes qu’il a prises, les chevaux qu’il a volés, dont le nombre est indiqué par celui des fers ; tout cela est dessiné à la manière grossière de leur peinture encore dans l’enfance, en noir, rouge, vert ou jaune. Tous les peuples du Missouri fabriquent plus ou moins de ces robes de bison ; mais ce sont les Pahnis, les Mandans, les Meunitarris et les Corbeaux qui se montrent les plus habiles dans ce genre de travail. Ils ont encore une autre manière de peindre ces robes par laquelle ils indiquent le nombre exact des objets de valeur qu’ils ont donnés en présent. Par ces présents, qui sont souvent d’un grand prix, ils se font un nom et acquièrent de la considération parmi leurs compatriotes. Sur ces robes, on remarque alors des figures rouges avec un cercle noir à l’extrémité, placées à côté l’une de l’autre en rangées transversales ; elles signifient des fouets ou des chevaux donnés, parce que, quand on fait présent à quelqu’un d’un cheval, on y ajoute toujours le fouet. Des figures transversales rouges et d’un bleu noirâtre indiquent du drap ou des couvertures de laine ; des raies parallèles représentent des fusils (erripha) qui sont assez exactement dessinés. Souvent la robe est découpée par le bas en plusieurs bandes retombantes, et ornée sur les côtés de touffes de cheveux, de crins teints en jaune ou en vert, et de grains de verre. Les Indiens peignaient autrefois ces robes avec plus de soin qu’aujourd’hui, et on les obtenait pour cinq balles de fusil et autant de charges de poudre aujourd’hui, au contraire, elles sont plus mal faites, ce qui ne les empêche pas de coûter huit dix dollars. Une robe bien peinte vaut deux robes unies1.

La peau que représente notre dessin a été peinte par Mato-Tope (fameux guerrier mandan), et les figures qui y sont tracées représentent quelques-uns de ses principaux exploits, dans lesquels il tua de sa main cinq chefs de diverses nations.


Le texte cite Maximilian zu Wied-Neuwied (1782-1867) qui fit un voyage en Amérique du Nord dans les années 1833-1834, accompagné du peintre Karl Bodmer2.

De fait, la gravure est la reproduction de celle parue dans son Voyage dans l’intérieur de l’Amérique du Nord exécuté pendant les années 1832, 1833 et 1834 :

Indianische geräthschaften und Waffen. Ustensiles et armes Indiens. Indian utensils and arms, https://digitalcollections.nypl.org/items/510d47da-c448-a3d9-e040-e00a18064a99

L’article mentionne Mato-tope (Ma-to-toh-pe ou Four Bears, de mato “ours” et tope “quatre”) qui serait né vers 1784 et décédé le 30 juillet 1837. Il fut le chef de la tribu Mandan située sur le cours supérieur du fleuve Missouri, dans ce qui est aujourd’hui le Dakota du Nord. Il fut portraituré par Karl Bodmer dans le même ouvrage mais aussi par George Catlin.

George Catlin a peint plusieurs portraits du chef. L’un est conservé au Museum of Nebraska Art :

George Catlin (1796-1872), Catlin Painting the Portrait of Mah-to-toh-pa - Mandan, 1861/1869, 1965.16.184

George Catlin (1796-1872), Catlin Painting the Portrait of Mah-to-toh-pa – Mandan, 1861/1869, 1965.16.184, https://www.nga.gov/collection/art-object-page.50492.html,

l’autre au Smithsonian American Art Museum :

George Catlin, Máh-to-tóh-pa, Four Bears, Second Chief, in Full Dress, 1832, oil on canvas, 29 x 24 in. (73.7 x 60.9 cm), Smithsonian American Art Museum, Gift of Mrs. Joseph Harrison, Jr., 1985.66.128
George Catlin, Máh-to-tóh-pa, Four Bears, Second Chief, in Full Dress, 1832, oil on canvas, 29 x 24 in. (73.7 x 60.9 cm), Smithsonian American Art Museum, Gift of Mrs. Joseph Harrison, Jr., 1985.66.128, https://americanart.si.edu/artwork/mah-toh-pa-four-bears-second-chief-full-dress-4064

George Catlin a également représenté la peau peinte du chef :

George Catlin, Facsimile of the Robe of Mah-to-toh-pa - Mandan, 1861/1869, National Gallery of Art, 1965.16.86
George Catlin, Facsimile of the Robe of Mah-to-toh-pa – Mandan, 1861/1869, National Gallery of Art, 1965.16.86, https://www.nga.gov/collection/art-object-page.50394.html

Le texte repris dans le Magasin pittoresque est également issu de l’ouvrage de Maximilian zu Wied-Neuwied, dans son deuxième volume (p. 381-382), mais en introduisant des coquilles par rapport à l’original :

Notes



Citer ce billet
Olivier Jacquot (2024, 25 janvier). Document : Peau américaine. Amoxcalli. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vo42

  1. Voyage dans l’intérieur de l’Amérique du Nord. []
  2. Wied-Neuwied, Maximilian Alexander Philipp, Voyage dans l’intérieur de l’Amérique du Nord exécuté pendant les années 1832, 1833 et 1834, Paris : A. Bertrand, 1840, 3 vol. : ill. ; 22 cm []

Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search