Acte de mariage de Charles Eugène Espiridion Goupil et d’Augustine Elie

L’industriel Eugène Goupil (1831-1895), fabricant de perles métalliques à Chaumontel dans le Val-d’Oise, a aussi laissé son nom dans le monde des américanistes pour avoir acquit la collection de manuscrits mexicains constituée au Mexique par Joseph-Marius Alexis Aubin (1802-1891).

Si l’historiographie s’est penchée sur sa collection et les actes de donations entre sa veuve Augustine Élie Goupil et la Bibliothèque Nationale, les données biographiques relatives au collectionneur et à sa veuve restent lacunaires.

La numérisation des actes d’État-civil menée par les archives départementales nous permettent de communiquer l’acte de mariage de Charles Eugène Espiridion Goupil avec Augustine Elie, célébré le 14 mai 1864 en la mairie du 1er arrondissement de Paris :

Archives départementales de Paris, 1864, Mariages, 01, V4E 43, p. 43, acte n° 345
Archives départementales de Paris, 1864, Mariages, 01, V4E 43, p. 43, acte n° 345

345
Goupil
Elie

Du quatorze mai mil huit cent soixante quatre, dix heures et demie du matin. Acte de mariage de Charles Eugène Espiridion Goupil, exportateur, âgé de trente deux ans, né à Mexico (Mexique.) le quatorze décembre mil huit centre trente un, demeurant à Paris, cité Réverin, 5, dixième arrondissement, fils majeur de Joseph Victor Goupil, âgé de cinquante huit ans et de Anne Benoite Melendez, son épouse, âgée de cinquante deux ans, rentiers, demeurant à Paris, boulevard Saint Martin, 33, présents et consentant———— Et de Augustine Elie, sans profession, âgée de dix neuf ans, née sur l’ancien deuxième arrondissement de Paris le treize décembre mil huit cent quarante quatre, demeurant à Paris, avec ses père et mère, rue de Valois, 9, premier arrondissement, fille mineure de Emmanuel Auguste Elie, âgé de soixante treize ans, et de Adèle Marie Augustine Traizet, son épouse, âgée de cinquante trois ans, bijoutiers, présents et consentant—————
Les consentants et leurs pères et mères nous ont déclaré qu’il a été fait un contrat de mariage, reçu le onze mai courant par maitre Tandeau de Marsac, notaire à Paris, qui en a délivré certificat—————
Les actes préliminaires sont 1° les publications [des bans] faites sans opposition en cet arrondissement et au dixième les dimanches premier et huit mai courant, 2° les actes de naissance des époux, 3° le certificat de contrat, le tout conforme. Desquels actes paraphés et annexés et du chapitre six du titre du code Napoléon, du mariage, lecture a été faite par nous———— Les contractants ont déclaré à haute voix prendre en mariage, l’un Augustine Elie, l’autre Charles Eugène Espiridion Goupil. Après quoi, nous, François Antoine Housset, chevalier de la légion d’honneur, officier de l’état civil, avons prononcé au nom de la loi que les contractants sont unis par le mariage———— Tout ce que dessus fait publiquement en l’hotel de la mairie, en présence de : Auguste Fluteau, rentier, âgé de soixante cinq ans, à Paris rue de Dunkerque 37, Joseph Ancelot, rentier âgé de cinquante neuf ans, à Paris rue du faubourg Poissonnière, 24, Constant Urbain Elie, chef d’escadron, en retraite, chevalier de la légion d’honneur, agé de soixante deux ans à Flers (Orne) oncle paternel de l’épouse, et Louis Blondel, négociant, âgé de quarante huit ans, à Honfleur (Calvados) témoins requis. Et après lecture nous avons signé avec les époux, leurs père et mère et les témoins.——————

C. E. E. Goupil AElie J.V.Goupil

Ab Melendez A m A Traizet E. A. Elie

Aug. fluteau

C U Elie Ancelot LouisBlondel

FAHousset


Ce document d’archives est intéressant à plus d’un titre pour documenter les personnes d’Eugène Goupil et d’Augustine Elie, généreux donateurs en faveur de la Bibliothèque nationale, par le don consenti, en 1898, de la collection de manuscrits mexicains qu’ils avaient acquise auprès de Joseph Marius Alexis Aubin. En premier lieu, l’acte est précieux parce qu’il s’agit du seul document valant acte de naissance d’Augustine Elie après les destructions d’archives de l’État-civil parisien au cours de la Commune. C’est lui qui a servi de seule source pour reconstituer son acte de naissance et sa filiation.

Le document montre qu’en 1864, Eugène Goupil ne semble pas encore s’être lancé dans la fabrication de perles métalliques à Chaumontel en Seine-et-Oise puisqu’il se déclare « exportateur ». Il réside au n° 5 de la cité Réverin, dans le 10e arrondissement de Paris, arrondissement qui resta l’épicentre familial.

Eugène Goupil épouse, en la personne d’Augustine Elie, une mineure. En effet, selon l’article 148 du code civil napoléonien du 21 mars 1804, toujours en vigueur à la date de leur mariage1, la majorité matrimoniale est de 25 ans pour un homme et de 21 ans pour une femme : « Le fils qui n’a pas atteint l’âge de vingt-cinq ans accomplis, la fille qui n’a pas atteint l’âge de vint-et-un ans accomplis, ne peuvent contracter mariage sans le consentement de leurs père et mère ; en cas de dissentiment, le consentement du père suffit »2.

L’acte de mariage ne fait pas mention de l’« acte respectueux et formel » que les époux devaient produire, soit notifier aux parents leur projet de mariage par un « acte respectueux » ou « acte de respect » qui devait être notarié3. Sachant qu’Augustine Elie était mineure, chacun des époux devait produire un tel acte respectueux.

Avec ce mariage, Eugène Goupil entre dans une famille de bijoutiers. Est-ce grâce à eux qu’il se mit à produire des perles ?

Le notaire sollicité par les époux fut maître Gabriel-Jean Armand Tandeau de Marsac (1825-06-14 – 1896-09-23)4 dont l’étude sise au 23 place Dauphine dans le 1er arrondissement de Paris porte le n° XCVII au Minutier central des notaires de Paris des Archives nationales. Son répertoire pour la période du 9 août 1859 au 8 octobre 1867 (Cote : MC/RE/XCVII/16) est resté à l’étude5

Le maire a fait lecture du chapitre six du Code Napoléon, à savoir celui qui porte sur les droits et devoirs respectifs des époux6.

Le maire qui procède à la célébration du mariage fut François Antoine Housset (1818/10/17, Saint-Ay – 1910/05/31, Orléans, nommé chevalier de la Légion d’honneur le 9 août 18547.

L’acte de mariage mentionne également, parmi les témoins requis, l’oncle paternel d’Augustine Elie, soit Constant Urbain Elie, chef d’escadron en retraite, né à Caen le 21 germinal An IX (11 avril 1801) et nommé chevalier de la légion d’honneur le 26 septembre 18478 alors qu’il est capitaine au 8e régiment de hussards, unité de cavalerie légère créé le 4 juin 1793. En 1847, le régiment est en garnison à Moulins avec deux escadrons détachés à Nevers. Depuis 1840, son chef de corps était Jacques Philippe Delmas de Grammont (1796-1862). Constant Urbain Elie décède le 17 mars 1881.

Archives du Calvados, An IX, Caen, Naissance, f. 199v, acte n° 693, https://archives.calvados.fr/ark:/52329/2zgb8tq9kcfj/4b5732da-7548-491a-9a2d-2144b6f0a34c.

693
Urbain Constant
Elie/

Dudit jour [22 germinal An IX], acte de naissance d’urbain Constant Elie né le jour d’hier a sept heures du soir, fils de jacques Elie, Boulanger et de marie françoise le febvre, mariés, demeurant en cette ville place Saint pierre Scetion [sic] de la fermeté9. le sexe de l’enfant a été reconnu être masculin premier témoin pierre madeleine serrurier agé de quarante deux ans, second témoin thérèse gabriel duprey veuve jean Baptiste duhamel, sage femme, agée de quarante ans L’un et l’autre domiciliés en cette ville le premier Rue froide rue Scetion [sic] du Civisme et la seconde Rue de Geolle Scetion [sic] de la fermeté. Sur la Requisition a nous fait par ledit jacques Elie pere de l’enfant, et ont le Requérant et les témoins signé ; Constaté suivant la loi par moi michel ducheval L’un des adjoints du maire de la ville de Caen, faisant les fonctions d’officier public de l’état Civil ./.
piere magdeleine jElie tg. duprey
Ducheval b[?]g
Adjn

Notes

  1. Il le resta jusqu’à la loi du 2 février 1933 qui rend les enfants majeurs libres de se marier sans consentement parental et fait disparaître l’obligation que l’époux ait plus de 25 ans et l’épouse plus de 21 ans. Selon le même Code civil, l’âge nubile était de 15 ans pour les filles et de 18 ans pour les garçons. []
  2. Code civil des Français 1804. Disponible sur Internet, url : <https://fr.wikisource.org/wiki/Code_civil_des_Fran%C3%A7ais_1804/Texte_entier#:~:text=148.,149.>. []
  3. Les sommations respectueuses ne sont pas mentionnées dans les actes de mariage. []
  4. Gabriel-Jean Armand Tandeau de Marsac fut également membre de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France (de 1874 à 1896) et de la Société scientifique, historique et archéologique de la Corrèze (de 1888 à 1896) et bibliophile. Sa bibliothèque fut vendue à son décès. Voir les catalogues des ventes après décès des 3 et 22 mars 1897, rédigés par un voisin, le libraire Charles Porquet (1823-1902), sis au 12 quai de la Mégisserie, Ier. []
  5. Ce qui laisse peut d’espoir de retrouver le contrat de mariage et les sommations des deux époux dans son répertoire ou ses minutes. []
  6. Voir : Félix Julien Jean Bigot de Préameneu, Jacques de Maleville, François Denis Tronchet, Jean-Étienne-Marie Portalis, Livre I, Titre V : Du mariage, 1804, 9.39-56. Disponible sur Internet, url : <https://fr.wikisource.org/wiki/Code_civil_des_Fran%C3%A7ais_1804/Livre_I,_Titre_V>. []
  7. Voir son dossier de légionnaire au sein de la base Léonore, url : <https://www.leonore.archives-nationales.culture.gouv.fr/ui/notice/187550>. []
  8. Voir son dossier de légionnaire au sein de la base Léonore, url : <https://www.leonore.archives-nationales.culture.gouv.fr/ui/notice/133152>. []
  9. Pendant la Révolution, à partir de mai 1793, Caen fut divisée en 5 sections qui remplacèrent les paroisses : Sections de la Liberté, du Civisme, de la Fermeté, de l’Égalité, de l’Union. Voir : Brêteau, Félix, « Carte de Caen pendant la Révolution française », Université de Caen-Normandie, laboratoire HisTeMé, [s. d.]. Disponible sur Internet, url : <https://histeme.unicaen.fr/ressources/editions-numeriques/plan-caen-revolution/#note13return>. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olivier Jacquot (22 août 2023). Acte de mariage de Charles Eugène Espiridion Goupil et d’Augustine Elie. Amoxcalli. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b40z


Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search