Parution : Un instrumento de los demás. Gaëtan Souchet D’alvimar, filibustero y artista. Sus dos visitas a México: 1808 y 1822

Argument

La personnalité du Baron Octavien d’Alvimar (Gaëtan-Octavien Souchet Dalvimart ou d’Alvimar (13/05/1770-21/01/1854), plus connu notamment dans le monde hispanique sous le nom d’Octaviano D’Alvimar) reste encore à découvrir. Condisciple de Bonaparte, plus tard 
général de Napoléon Ier, pratiquant sept langues, écrivain, poète1 dont les œuvres ont été réunies en recueil2, peintre3, lithographe, essayiste4, il semble bien avoir aussi été une sorte d’aventurier prêt à toutes les aventures se présentant à lui.

Dans ses Souvenirs d’un historien de Napoléon5, le baron de Norvins en fournit une courte biographie : Gaëtan-Octavien Souchet Dalvimart ou d’Alvimar (1770-…), cadet-gentilhomme à l’Ecole militaire en 1785, sous-lieutenant en 1788, passa au service de la Turquie et ne rejoignit l’armée française qu’en Égypte ; nommé colonel à Saint-Domingue, son grade ne fut pas confirmé ; il fut réformé en 1804 et passa en 1808 au service de l’Espagne.6. Dans son ouvrage, le baron de Norvins évoque plusieurs fois d’Alvimar : « Dalvimart était un diplomate l’épée au côté, d’autant plus qu’à un esprit très pénétrant et à des formes agréables il joignait un caractère armé de pied en cap » (p. 23-24). Il nous apprend aussi qu' »il arriva que Dalvimart, entre autres affaires, fut chargé par le général Leclerc de recruter pour la ménagerie du Jardin des Plantes ». C’est ainsi que des singes, des perroquets, des « animaux féroces du continent américain, lions [sic], tigres [peut-être des ocelots (Leopardus pardalis) et/ou margay (Leopardus wiedi)], panthères [sans doute des Jaguar (Panthera onca)], ours, etc. », « furent transportées à l’habitation Destaing »7.

L’étude – malheureusement absente des bibliothèques françaises – que nous livre Arturo Aguilar Ochoa est consacrée aux deux séjours mexicains du Baron d’Alvimar effectués en 1808 et 1822-1823, soit pendant la guerre d’indépendance du Mexique (1810-1821). Au cours de son deuxième séjour, le Baron d’Alvimar réalisa une peinture à la détrempe de la Plaza Mayor de Mexico8, qui a attiré l’attention des historiens d’art et des historiens de Mexico.

« La Plaza Mayor de México », vue panoramique de la place un jour de fête, peinte par d’Alvimar, 1823.

Dans son ouvrage, Ochoa le qualifie de flibustier et dresse le portrait de l’espion mercenaire, peintre à ses heures. Au-delà de son travail d’artiste, l’auteur s’attache au parcours du personnage au Mexique et à son rôle au cours de la guerre d’indépendance en tant qu’émissaire secret de Napoléon. Ochoa tente de lever les mystères qui entourent la vie du personnage.
Ainsi, l’auteur indique que le Baron d’Alvimar arriva au Mexique en 1808 depuis la province du Texas, prétendument sur ordre de Napoléon 1er, pour prendre part, en tant que général français, à une mission restée secrète. Lors de son séjour en Nouvelle-Espagne au sein du « Virreinato de Nueva España », il n’utilise pas son vrai nom mais celui de son frère. En route pour Guanajuato, il rencontre deux des héros de l’indépendance, le prêtre Miguel Hidalgo9 et Ignacio Allende10, une rencontre qui l’associe à des complots au point que d’Alvimar est fait prisonnier au Texas et emmené à San Juan de Ulúa.

Avant d’être exécuté, le 26 juin 1811 à Chihuahua, Ignacio Allende subit l’accusation du procureur don Rafael Bracho pour insubordination. Au cours de l’instruction du procès, Ignacio Allende relate sa conduite et explique les raisons qui l’ont conduit à prendre les armes. Les Documentos históricos mexicanos : obra conmemorativa del primer Centenario de la Independencia de México publiés en 191011 par Genaro Garcia12, où les minutes de l’instruction sont reproduites, remettent en cause l’histoire officielle et le rôle du Père don Miguel Hidalgo y Costilla dans l’insurrection du Mexique qui lui valut le titre de « père de la patrie ».

Ignacio Allende, opposant au gouvernement de Joseph Bonaparte, soupçonnait le général Victor Moreau, récemment débarqué à Philadelphie en Pennsylvanie – après avoir été banni par Napoléon -, d’avoir été missionné par l’empereur. Ses soupçons se confirmèrent quand il vit passer le Baron d’Alvimar à San Miguel el Grande, Guanajato. Dans la « Causa instruida contra el Generalísimo Don Ignacio de Allende, 10 de mayo – 29 de junio de 1811 » (vol. 6 des Documentos históricos mexicanos, p. 17 et p. 43-44), Ignacio Allende évoque le passage du Baron d’Alvimar à San Miguel el Grande.

Quand le procureur lui demande s’il a connu et traité avec le général d’Alvimar et la nature de leurs conversations, Ignacio Allende répond qu’il : 

a rencontré le général français Dalvimár lors de son passage par San Miguel el Grande en 1808, allant le voir par simple curiosité comme ce que firent presque tous les voisins de la villa : qu’il l’a vu à deux reprises de cette façon, et il se trouve que lors de la première fois, d’Alvimar se plaignait qu’il avait la mâchoire cassée et qu’il avait un début d’infection, ce à quoi Allende dit aux autres personnes qui se trouvaient à ses côtés que dans ce cas l’usage de la quinine était efficace, ce que d’Alvimar a dû prendre en compte, car le lendemain, en allant le voir au moment de son départ, d’Alvimar lui demanda si c’était facultatif, ce à quoi Allende répondit que non. D’Alvimar, l’a immédiatement appelé et commença à retirer le pansement pour montrer la blessure, et lui demanda quel était le vice-roi au Mexique, s’il serait emmené à Mexico, et les étapes qu’il y avait jusqu’à là, mais ils ne traitèrent d’aucune question en rapport avec les questions politiques et, quand il fut guéri, il sortit de nouveau pour traiter de ses affaires avec ceux qui l’attendaient […]

ha conocido al Gral. Francés Dalvimár a su transito por San Miguel el Grande el año de mil ochocientos ocho, concurriendo á verlo por mera curiosidad como casi todos los vecinos de la Villa : que lo vio dos veces en esta forma, y sucedió que en la primera se quejo de que llebaba una mandíbula rota y con principios de corrupcion, a que el Declarante dixo á otros que estaban á su lado que para el caso era bueno el vso de la Quina, lo que devio percivir el mismo, porque al Dia siguiente yendo con igual concurrencia á verle marchar, le preguntó si era facultativo, recordándole la especie de la Quina, y sin embargo de haverle dicho que no, lo llamó á una pieza inmediata y empesó á quitarse el vendaje para manifestarle la herida, y entre tanto le preguntó que qué Virrey havia en México, si lo entrarían por México, y los trancitos que havia hasta allá, y nada en lo absoluto que tubiese relación con asuntos Políticos y en esto que acavó de curarse, bolvio á salirse á cumplir con los que le estaban esperando […]

Accusé d’espionnage, le Baron d’Alvimar est expulsé du Mexique. 

Un an avant l’indépendance du Mexique, le Baron d’Alvimar revient dans le pays, cette fois au service du futur empereur Augustín Ier (Iturbide)13. Mais en 1819, le Baron d’Alvimar est de nouveau arrêté. Avant d’être condamné « à l’exil perpétuel de cette Amérique » (a destierro perpetuo de esta América) et de quitter définitivement le Mexique, il implore la grâce d’Agustín de Iturbide, arguant qu’il lui faut achever deux peintures à moitié achevées. L’une d’elle consiste en une miniature du père d’Iturbide, l’autre est une vue panoramique de « La Plaza Mayor de México »14 – aujourd’hui officiellement la Plaza de la Constitución et communément le Zócalo -, première peinture de ce genre – qui fit florès – exécutée par un artiste étranger dans un Mexique indépendant, sous le régime de l’empire d’Iturbide. Cette sorte de physiologie s’attache à représenter toutes les classes sociales avec leurs vêtements, véhicules, banderoles et fanions, etc.

Ochoa analyse – sans parvenir à les éclaircir – une partie des diverses hypothèses pouvant expliquer les motifs des séjours de d’Almivar au Mexique. Il semble bien que les véritables raisons de ces voyages restent mystérieuses. Cependant dans le contexte des ambitions des États-Unis vis-à-vis du Mexique et de ce que les historiens du Mexique nomment les expéditions flibustières – pourtant plus tardives15-, l’auteur émet l’hypothèse que ces séjours de d’Alvimar sont liés aux ambitions nord-américaines pour les territoires mexicains.

Avant d’être expulsé, Octave d’Almivar rédige quatre lettres destinées à Napoléon, au général Waughan, à Thomas B. Robertson, gouverneur de Bâton rouge, et à un ami personnel. Avant de quitter définitivement le Mexique, le Baron d’Alvimar revient à Mexico réclamant la restitution de 294 doubles louis et de quelques bijoux qui lui avaient été confisqués. 
Les Mexicains le remettent « aux Anglais qui le livrèrent aux Espagnols, lesquels l’enfermèrent dans la forteresse de Ceuta sous l’inculpation d’avoir voulu révolutionner la Nouvelle-Espagne. Un conseil de guerre l’acquitta le 16 août 1819 [sic]. Ce ne fut cependant que le 2 mai 1820 [resic] qu’il fut remis en liberté »16.

Pour son projet, l’auteur a analysé de nouvelles sources telles que des revues américaines de l’époque, les archives mexicaines et françaises et quelques études qui avaient déjà abordé le personnage avant lui – entre autres celles de son séjour comme prisonnier au Maroc.

Auteur

  • José Arturo Aguilar Ochoa (Tierra Blanca, Veracruz, 1963-    ).
  • Licencié en histoire de la Facultad de Filosofía y Letras de l’université nationale autonome du Mexique (Universidad Nacional Autónoma de México, UNAM) en juin 1991, avec un travail intitulé La Fotografía durante el Imperio de Maximiliano 1864 – 1867, publié par l’Instituto de Investigaciones Estéticas de l’UNAM, il poursuit de 1992 à 1995 par un master en histoire du Mexique et un doctorat en histoire de l’art intitulé Historia de la litografía mexicana en el siglo XIX soutenu en décembre 2001. Après avoir été professeur à l’Universidad de las Américas, à Puebla, puis à la Facultad de Ciencias Políticas y Sociales de l’UNAM, il est enseignant-chercheur à l’Instituto de Ciencias Sociales y Humanidades, de la Benemérita Universidad Autónoma de Puebla. En 2000, il bénéficie d’un bourse pour les hispanistes et, en 2005, une bourse du Deutscher Akademischer Austauschdienst (DAAD).
  • Son champ de recherche porte sur l’histoire de la photographie et de la lithographie mexicaine (première moitié du XIXe s.) ainsi que sur les artistes ayant séjourné au Mexique au XIXe siècle, comme Kart Nebel, Pedro Gualdi ou le peintre français Petros Pharamond Blanchard, qui parcouru le Mexique en 1838, pendant la guerre des Pâtisseries (en espagnol Primera Intervención Francesa  – « première intervention française »), sur ordre du roi Louis Philippe d’Orleáns.

Resumen

Gaëtan Souchet D’Alvimar (1770-1854), mejor conocido como Octaviano D’Alvimar, fue un general francés, quien estuvo en México en dos ocasiones : la primera en 1808 y la segunda en 1822-23. En tanto que, en su segunda estancia realizó un cuadro al temple de la Plaza Mayor de la Ciudad de México, por el cual es más conocido. Pero más allá de su labor como artista, la vida del personaje también ha sido importante porque en 1808, cuando arribó a la provincia de Texas, supuestamente por órdenes de Napoleón I, fue hecho prisionero y conducido a San Juan de Ulúa. Durante su camino, a Guanajuato conoce a dos de los héroes de la Independencia como lo fueron el cura Miguel Hidalgo e Ignacio Allende, encuentro que lo vincula con las conspiraciones. Este libro analiza parte de los supuestos –además de que el general francés no usaba su verdadero nombre sino el de su hermano– en el que se busca desentrañar las verdaderas razones de sus dos viajes a México. En el contexto de las ambiciones de los Estados Unidos y las expediciones filibusteras, el attor lanza la hipótesis de relacionar a D’Alvimar con estos movimientos y sus ambiciones por territorios mexicanos. Apartir de nuevas fuentes como las gacetas norteamericanas, los archivos mexicanos, franceses y algunos estudios que ya antes habían tocado al personaje –entre ellos los de su estancia como prisionero en Marruecos– se presenta una revisión biográfica para este misterioso personaje que habrá que cotejar en el futuro.

Sommaire

  • Introducción : Un extraño personaje en Nacogdoches, Texas, 5 de agosto de 1808
  • Capítulo I : Las mentiras de un hombre. Breve esbozo biográfico de Gaëtan Souchet D’Alvimar
  • Capítulo II : Un misterio sin resolver: las razones de la primera visita D’Alvimar a la Nueva España en 1808
  • Capítulo III : Historia de filibusteros en el norte de México
  • Capítulo IV : Las acciones de un hombre en los Estados Unidos
  • Capítulo V : Primer acto: el destino fatal de un “emisario”
  • Capítulo VI : Segundo Acto: “arruinado otra vez por esta tierra”
  • Capítulo VII : Los últimos veinte años de Gaëtan D’Alvimar 1824-1854
  • Epilogo
  • Fuentes consultadas
  • Ilustraciones

Informations pratiques

  • Éditeur(s) : Puebla : Instituto de Ciencias Sociales y Humanidades-Benemérita Universidad Autónoma de Puebla
  • Description : 1 vol. (207 p.)
  • Date de parution : 2016
  • ISBN/EAN : 978-607-525-002-9
  • Prix : 260 $ MXN

Localisations

  • PARIS-BnF : Tolbiac – Rez-de-jardin – magasin : 2019-244523
  1. Partie des travaux littéraires du général d’Alvimar, contenant presque toutes ses œuvres poétiques… Paris : impr. de E. Thunot, 1852, 2 vol. (XXI-759, 378 p.). Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9689859n> (vol. 1, Le Mentor du roi) et <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9687805g> (vol. 2). []
  2. Œuvres poétiques du général d’Alvimar, Paris : Parent-Laloge, 1850 []
  3. Salon de 1834, analyse de ses productions les plus remarquables, Paris : impr. de G.-A. Dentu, 1834 ; Notice des tableaux et des aquarelles du général d’Alvimar, que le jury a refusés pour l’exposition du Musée royal, et que le public peut voir, depuis dix heures jusqu’à quatre au Musée Colbert, rue Vivienne 2, Paris : [s.n.], [s.d.]. []
  4. De l’Analogie qui existe entre la peinture et la poésie, Paris : G.-A. Dentu, 1833 ; Mentor des rois [et de ceux que le sort appelle à gouverner les peuples], Paris : J.-G. Dentu, 1826 []
  5. Norvins, Jacques Marquet de Montbreton (1769-1854 ; baron de), Souvenirs d’un historien de Napoléon : Mémorial de J. de Norvins, publié, avec un avertissement et des notes, par L. de Lanzac de Laborie, Paris : E. Plon, Nourrit et Cie, 1896-1897, 3 vol. []
  6. T. III. 1802-1810, 1897, p. 23. Disponible en ligne, url : <https://archive.org/details/SouvenirsDUnHistorienDeNapolonT3>. []
  7. Habitation du comte d’Estaing, https://francearchives.fr/fr/facomponent/bf8ba5fd796f64a1c4a22752334f660f69437cfc)) du Morre du Cap-Français à Saint-Domingue. []
  8. Cf. Fernández, Justino, « Una pintura desconocida de la Plaza Mayor de México », Anales del Instituto de Investigaciones Estéticas, 1949, vol. V, n° 17, p. 27-39. Disponible en ligne, url : <http://www.analesiie.unam.mx/pdf/17_27-39.pdf>  ; DOI: https://doi.org/10.22201/iie.18703062e.1949.17.475. []
  9. Colaboradores de Wikipedia, « Miguel Hidalgo y Costilla » [en ligne], Wikipedia, La enciclopedia libre, 2018. Disponible en ligne, url : <https://es.wikipedia.org/w/index.php?title=Miguel_Hidalgo_y_Costilla&oldid=110474440>. []
  10. Colaboradores de Wikipedia, « Ignacio Allende » [en ligne], Wikipedia, La enciclopedia libre, 2018. Disponible en ligne, url : <https://es.wikipedia.org/w/index.php?title=Ignacio_Allende&oldid=110485968>. []
  11. Disponibles en ligne, url : <http://bdh.bne.es/bnesearch/detalle/bdh0000012383>. []
  12. Guadalupe Jiménez Codinach, « De alta lealtad : Ignacio Allende y los sucesos de 1808-1811 », in Las guerras de independencia en la América española, Zamora, Michoacán, Mexico: El Colegio de Michoacán, Instituto Nacional de Antropología e Historia, Universidad Michoacana de San Nicolás de Hidalgo-Instituto de Investigaciones Históricas, 2010, p. 63-78 []
  13. Colaboradores de Wikipedia, « Agustín de Iturbide » [en ligne], Wikipedia, La enciclopedia libre, 2018. Disponible en ligne, url : <https://es.wikipedia.org/w/index.php?title=Agust%C3%ADn_de_Iturbide&oldid=110474488>. []
  14. Certains auteurs affirment que le tableau fut peint pendant la captivité du Baron. L’original se trouve dans une collection particulière mexicaine. []
  15. Colaboradores de Wikipedia, « Expediciones filibusteras en México » [en ligne], Wikipedia, La enciclopedia libre, 2018. Disponible en ligne, url : <https://es.wikipedia.org/w/index.php?title=Expediciones_filibusteras_en_M%C3%A9xico&oldid=109592662> ; Joseph A. Stout, Schemers and Dreamers : Filibustering in Mexico, 1848-1921, Fort Worth, Texas : Texas Christian University Press, 2002, 148 p., compte-rendu : Lawrence Douglas Taylor Hansen, « Schemers and Dreamers: Filibustering in Mexico, 1848-1921 », Frontera norte, 2002, jul./dic.,  vol. 14, n° 28. Disponible en ligne, url : <http://www.scielo.org.mx/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0187-73722002000200008>. []
  16. É. Franschescini, « Alvimart », Dictionnaire de biographie française, p. 360-361. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search