Parution : The Destruction of the Indigenous Peoples of Hispano America. A Genocidal Encounter

Auteur(s)

Eitan Ginzberg

Eitan Ginzberg est l’auteur de Lázaro Cárdenas, gobernador de Michoacán, 1928–1932 (1999) et de Revolutionary Ideology and Political Destiny in Mexico, 1928–1934: Lázaro Cárdenas and Adalberto Tejeda (2015). Ses recherches portent sur les questions de résistance infra-politique, l’histoire et la culture de l’Amérique latine, et l’étude du génocide. M. Ginzberg est chercheur à l’Institut Sverdlin d’histoire et de culture latino-américaine de l’Université de Tel Aviv.

Résumé

Bien que l’intention de la Couronne de Castille et de l’Église catholique n’ait pas été, dès le début, de nuire aux Amérindiens, les résultats à la lumière des événements se sont avérés différents. En effet, la Couronne, dans son désir d’augmenter le nombre de contribuables et son souhait de bénéficier d’une main d’œuvre corvéable, a mené une politique en Amérique dont le bilan s’est avéré au final exceptionnellement destructrice. Ainsi, l’exploitation sans précédent des indigènes dans ce qui ne peut être autrement désigné que comme du travail forcé relevant de l’esclavage, pour servir les intérêts de l’Empire, ont abouti aux résultats que l’on connaît : mort de la population en raison de la surexploitation, épidémies, destruction systématique des cultures autochtones, etc., autant de facteurs qui ont conduit à l’éradication quasi totale des Indiens.

Ce livre rend compte de l’histoire de la conquête espagnole et de l’extrême violence subie par les Indiens de l’Amérique hispanique. L’auteur se demande pourquoi la Couronne espagnole et l’Église n’ont pas pris les mesures nécessaires pour protéger efficacement les autochtones, en particulier pendant les premières années de la conquête, alors que l’exploitation se mettait peut à peu en place. L’auteur s’interroge sur l’ampleur de l’exploitation à une époque où de nombreux rapports paraissaient et où les intellectuels les plus éminents de l’époque intervenaient dans le débat public pour dénoncer les pratiques sanglantes, attirant l’attention, comme Las Casas, sur les risques pour la survie des indigènes.

S’appuyant sur des sources primaires et les recherches actuelles sur la relation entre le colonialisme et le génocide, cet ouvrage analyse dans quelle mesure les actions espagnoles peuvent être définies comme génocidaires. Ce qui est au cœur du problème, c’est de savoir si le large éventail d’actes d’exploitation peut être attribué à l’administration de la Couronne et à ses agents en Amérique, ou si la destruction des autochtones est le résultat de circonstances imprévues, rendant impossible la responsabilisation de certaines personnes ou institutions. L’auteur conclut que si la destruction de la population ne peut être attribuée à une politique génocidaire entendue comme un meurtre intentionnel dirigé contre un groupe ethnique spécifique, il s’agit d’un génocide dont le fondement est une politique meurtrière qui n’a pas fait l’objet de modifications malgré la connaissance de ces effets sanglants.

Abstract

It was not the original intention of the Spanish to harm the Hispanic-American natives. The Spanish Crown, Councils and Church considered the natives free and intelligent vassals entitled to be embraced by Christianity and by the Hispanic civil culture. However, at the same time it was the monarchy’s decision to exploit the natives as taxpayers and as a reservoir of forced labor that made its rule in America exceptionally destructive. The recruitment of the natives to serve the interests of the Spanish Empire under what can only be considered near to slave conditions, compounded by systematic annihilation of their cultures and by cyclical epidemics, led to the near total eradication of the Indians.

The book narrates the story of the Spanish conquest and the widespread violations against the Hispanic-American natives. The author ponders on the question why the Spanish Crown and the Church failed to apply the necessary measures to effectively protect the natives, particularly during the first years of the conquest and its aftermaths, when exploitation practices were gradually formed and implemented. The author further enquires how exploitation on this scale was made possible despite a constant flow of reports emphasizing the clear and present danger to the very existence of the natives and the profound, ongoing debates, led by most prominent intellectuals of the time, challenging its justification.

Based upon primary sources and current research on the relationship between colonialism and genocide, this book examines whether the Spanish actions were genocidal. What lies at the heart of the issue is whether the wide range of exploitative acts implies ministerial responsibility of the Crown and its Councils in Spain, Crowns’ agents in America, or whether the destruction of the native population resulted from unplanned but acute circumstances, making it impossible to place the blame on specific persons or institutions.

Informations pratiques

Éditeur(s) : Sussex Academic Press
Description : 1 vol. (400 p.) ; 23 cm.
Date de parution : 2018
ISBN/EAN : 978-1-84519-813-8
Prix :  £75 / $99.95


Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search