Sol Oriens Discutit Umbras : l’ex-libris d’Alphonse Pinart

Si le linguiste, ethnologue et collectionneur Alphonse Pinart (1852-1911)1 est désormais surtout connu pour sa collection de masques kodiak2, à la Bibliothèque nationale de France son apport concerne avant tout 37 manuscrits qu’il acquit à la vente de la bibliothèque de l’abbé Brasseur de Bourbourg (1814-1874) en 18713.

Sur les ouvrages entrés en sa possession, Alphonse Pinart apposa un ex-libris représentant un soleil levant sur une mer ondée et portant la mention latine reprise de celle de la Société de l’Athénée oriental : Sol Oriens Discutit Umbras, soit : « Le soleil levant disperse les ombres »4.

Mémoires de l'Athénée oriental fondé en 1864, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65804304/f9
Mémoires de l’Athénée oriental fondé en 1864, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65804304/f9

L’étiquette sur papier bleu, vert ou mauve sur laquelle l’ex-libris gravé est imprimée porte toujours des mentions à compléter à la main, pour la Série et le Numéro. L’ensemble des documents du fonds américain du département des Manuscrits font tous partie de la série E parfois suffixé d’un numéro avant le numéro proprement dit dans cette série. Hélas, nous n’avons pas trace de son catalogue personnel listant l’ensemble des séries et leurs numéros. A cet égard, nous sommes preneurs de tout informations relatives à ce classement et son éventuel catalogue personnel.

La collection de manuscrits américains et méso-américains qu’Alphonse Pinart constitua de façon dispendieuse par des achats successifs fit elle-même l’objet d’une vente aux enchères publique qui, compte tenu de l’importance des documents mis en vente, s’est étalée du 28 janvier au 5 février 1884. Le catalogue5 en avait été établi par Émile Paul6, gérant de la librairie de la Veuve Adolphe Labitte7 sis 4 rue de Lille. La vente fut assurée par maître Maurice Delestre8 en la salle n° 1 de la Maison Silvestre, sise 28 rue des Bons-Enfants.

Si la collection mise en vente comprenait des livres rares et précieux, manuscrits et imprimés principalement sur l’Amérique et sur les langues du monde entier, elle comprenait également la totalité de la bibliothèque Mexico-Guatémalienne de M. l’abbé Étienne-Charles Brasseur de Bourbour :

cette collection, que l’empereur Maximilien avait voulu acheter, contenait les documents les plus précieux sur la linguistique et l’histoire de l’Amérique centrale et plus particulièrement du Mexique.

Outre la bibliothèque initiale de Brasseur de Bourbour, « M. Pinart a considérablement augmenté cette bibliothèque en y faisant entrer les publications les plus importantes, les ouvrages les plus rares, les manuscrits les plus précieux touchant l’histoire et surtout les langue de toutes les parties du monde, y compris les plus ignorées », comme le rappelle Émile Paul.

L’ensemble de la bibliothèque d’Alphonse Pinart, mise en vente en 1884, n’a pas entièrement été rachetée par la Bibliothèque nationale. Certains ouvrages furent acquis par d’autres anthropologues, dont par exemple Daniel Garrison Brinton (1837-1899), et se retrouvent désormais dans les bibliothèques universitaires états-uniennes. C’est par exemple le cas du manuscrit Ms. Coll. 700, Item 186 – Arte de la lengua vulgar mexicana de Guatemala : qual se habla en Ezcuintla y otros pueblos deste reyno, conservé à la Rare Book & Manuscript Library de l’University of Pennsylvania :

Arte de la lengua vulgar mexicana de Guatemala, http://hdl.library.upenn.edu/1017/d/medren/3940537 ©2019 University of Pennsylvania Libraries and licensed under a Creative Commons Attribution License version 4.0
Arte de la lengua vulgar mexicana de Guatemala, http://hdl.library.upenn.edu/1017/d/medren/3940537 ©2019 University of Pennsylvania Libraries and licensed under a Creative Commons Attribution License version 4.0

L’ex-libris de Charles Étienne Brasseur de Bourbourg

Comme le montre l’illustration, les ouvrages issus de la collection de Charles Étienne Brasseur de Bourbourg portent deux ex-libris, celui de Brasseur de Bourbourg portant la devise Ex Collectione Americana / Domini Brasseur de Bourbourg, sur lequel Alphonse Pinart apposa parfois directement le sien quand il ne le colla pas, comme ici, sous celui-ci. Il en va de même pour les documents acquis par la Bibliothèque nationale.

L’ex-libris de Brasseur de Bourbourg, de 51 x 55 mm avec le texte, représente un plateau aztèque selon Germaine Meyer-Noirel9. En réalité, même si la gravure laisse à penser à un temalacatl ((« Pierre du sacrifice. Meule, grande pierre ronde percée d’un trou en son centre en usage dans des sacrifices » selon le Dictionnaire de la langue Nahuatl Classique d’Alexis Wimmer, 2004. Disponible sur internet, url : <https://www.malinal.net/nahuatl.page.html>.)), l’ex-libris s’inspire du but de jeu de balle maya auquel il manque l’attache. Il copie le but du jeu de balle du site archéologique de Chichén Itzá.

Marcador de juego de pelota, Chichén Itzá © Foto: INAH
Marcador de juego de pelota, Chichén Itzá © Foto: INAH. https://inah.gob.mx/foto-del-dia/6322-marcador-de-juego-de-pelota-chichen-itza
But en situation sur le site de  Chichén Itzá.
Diego Delso, CC BY-SA 4.0 https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0, via Wikimedia Commons
But en situation sur le site de Chichén Itzá.
Diego Delso, CC BY-SA 4.0 https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0, via Wikimedia Commons

Notes

  1. Parmenter, Ross ; Schaefer Dentzel, Carl (préf.), Explorer, linguist, and ethnologist : a descriptive bibliography of the published works of Alphonse Louis Pinart, with notes on his life, Los Angeles : Southwest Museum, 1966, 1 vol. (XI-57 p.). (F.W. Hodge Anniversary Publication Fund. [Publications] ; 9) ; Mauzé, Marie ; Rostkowski, Joëlle, « Le destin extraordinaire de la Collection Alphonse Pinart : des objets catalyseurs d’un partenariat internationale », Recherches amérindiennes au Québec, 2017, vol. 47, n° 1, p. 185-189. Disponible sur Internet, url : <https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-03484065>.
    Jean-Paul Fontaine, « Alphonse Pinart (1852-1911), explorateur américaniste », Histoire de la Bibliophilie, 24 février 2020. Disponible sur Internet, url : <http://histoire-bibliophilie.blogspot.com/2020/02/alphonse-pinart-1852-1911-explorateur.html>. []
  2. Rousselot, Jean-Loup, « La collection d’Alphonse Louis Pinart, Alaska, 1871-1872 », Gradhiva : revue d’histoire et d’archives de l’anthropologie, 2001, n° 29, Dossier : Collectes, collecteurs, collections, p. 87-100. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/gradh_0764-8928_2001_num_29_1_1251>. Mauzé, Marie ; Rostkowski, Joëlle, « Le destin extraordinaire de la Collection Alphonse Pinart. Des objets catalyseurs d’un partenariat international », Recherches amérindiennes au Québec, 2017, vol. 47, n° 1, p.185-189. Disponible sur Internet, url : <https://www.erudit.org/fr/revues/raq/2017-v47-n1-raq03367/1042910ar/>. []
  3. Étienne-Charles Brasseur de Bourbourg, Bibliothèque mexico-guatemalienne : précédée d’un coup d’œil sur les études américaines dans leur rapports avec les études classiques et suivie du tableau par ordre alphabétique des ouvrages de linguistique américaine contenus dans le même volume, rédigée et mise en ordre d’après les documents de sa collection américaine, Paris : Maisonneuve, 1871, 1 vol. (XLVII-183 p.). Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5489737d>, ou avec recherche plein-texte possible, url : <https://archive.org/details/bibliothequemexi00brasiala>. []
  4. L’ex-libris est référencé Meyer-Noirel, P1264 dans : Meyer-Noirel, Germaine, Répertoire général des ex-libris français des origines à l’époque moderne : 1496-1920. Tome XVI, Pi-Pz. Q-Ra, Tomblaine : G. Meyer-Noirel, 2007. []
  5. Catalogue des livres rares et précieux, manuscrits et imprimés principalement sur l’Amérique et sur les langues du monde entier, composant la bibliothèque de M. Alph.-L. Pinart et comprenant en totalité la bibliothèque Mexico-Guatémalienne de M. l’abbé Brasseur de Bourbourg : [vente du lundi 28 janvier au mardi 5 février 1884… rue des Bons-Enfants, 28 (Maison Silvestre), salle n° 1 par le ministère de Me Maurice Delestre,… assisté de M. Em. Paul,…], Paris : Vve A. Labitte, 1883. Disponible en ligne, url : <https://archive.org/stream/cataloguedesliv00bourgoog>. []
  6. Le libraire-expert Émile Paul (1847-19..) fut employé chez Reinwald, puis en 1847 chez Adolphe Labitte (1832-1882), gérant puis associé de Mme Veuve Labitte en 1887. Il fut propriétaire des Salles Silvestre en 1890, devenues Salles de Ventes aux enchères de la Librairie Ém. Paul et Fils et Guillemin, dénommées aussi Salles des Bons-Enfants car sises au 28 rue des Bons-Enfants, dans des bâtiments a priori disparus dans la percée de la rue du Colonel Driant : il s’agissait des salles de l’hôtel de la Guillonière. Dans son Guide pratique à travers le vieux Paris, p. 133, Félix Rochegude indique que « Richelieu y habita quelque temps. Mis en loterie à la Révolution et gagné par le professeur danois Cramer, qui le revendit au bibliophile Silvestre ». Des ventes de livres y furent organisées le soir jusqu’en 1935.
    Ces salles de vente, antérieures à la création de l’hôtel Drouot mériteraient leur histoire qui reste à écrire, au-delà de : Guillaumin, Paul, Drouot hier et aujourd’hui, Paris : Éd. de l’Amateur, 1986 et Bertrand Hugonnard-Roche, « Petite physiologie des ventes parisiennes : La maison Silvestre en 1862 », Le Bibliomane Moderne : Bibliophilie et autres Bibliomanies …, 25 novembre 2008. Disponible sur Internet, url : <http://le-bibliomane.blogspot.com/2008/11/petite-physiologie-des-ventes.html>. Voir : « Intérieur et boiseries de l’ancien hôtel de la Guillonnière, 28 rue des Bons-Enfants, 1er arrondissement, Paris », Paris Musées, Disponible sur Internet, url : <https://www.parismuseescollections.paris.fr/fr/musee-carnavalet/oeuvres/interieur-et-boiseries-de-l-ancien-hotel-de-la-guillonniere-28-rue-des-bons>.
    Le fils d’Émile Paul, H. Émile-Paul (1870-1959) fit toute sa carrière au sein de la librairie Giraud-Badin. []
  7. Jean-Paul Fontaine, « Labitte ou la passion de l’expertise », Histoire de la Bibliophilie, 3 juin 2014. Disponible sur Internet, url : <http://histoire-bibliophilie.blogspot.com/2014/06/labitte-ou-la-passion-de-lexpertise.html>. []
  8. Commissaire-priseur né le 30 août 1848, ayant exercé à Paris, 5, rue St Georges. Il était le successeur de M. Delbergue-Cormont, rue Drouot, 27. []
  9. Il est référencé sous le numéro BRASSEUR B.2228 dans : Meyer-Noirel, Germaine (1919-2008), Répertoire général des ex-libris français des origines à l’époque moderne. 3, Bi-Bu : 1496-1920, [Tomblaine] (3 Av. de la République, 54510) : G. Meyer-Noirel, 1991, p. 135. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olivier Jacquot (16 décembre 2022). Sol Oriens Discutit Umbras : l’ex-libris d’Alphonse Pinart. Amoxcalli. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b3tx


Olivier Jacquot

Chargé de collections : manuscrits des fonds américains, Service des manuscrits ORientaux (SOR), département des Manuscrits (MSS), Bibliothèque nationale de France (BnF)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search